Le Dilemme d’un Archidémon – Tome 15 – Chapitre 4 – Partie 1

Bannière de Le Dilemme d’un Archidémon ***

Chapitre 4 : Vouloir être avec un être cher doit être un désir fondamental

Partie 1

« Elle s’est donc glissée dans Kianoides… ? »

Trois personnages se trouvaient dans une pièce faiblement éclairée. Celui qui avait prononcé ces mots était un jeune homme aux lunettes rondes, assis au centre. Il semblait blessé et avait drapé son haut sur lui au lieu de passer ses bras dans les manches. Il avait les doigts croisés et posait son menton sur ses mains. La façon dont il courbait le dos montrait que ses blessures le faisaient encore souffrir. Sur sa main droite brillait le quatrième Emblème de l’Archidémon que Zagan n’avait pas réussi à obtenir.

« Tes blessures te font-elles encore mal, Marchosias ? » demanda l’homme à côté de lui. Il s’agissait d’un autre homme d’apparence jeune, mais qui paraissait parfois âgé. Il se distinguait surtout par ses yeux bridés, dont on ne savait pas s’ils étaient ouverts ou non.

« Qu’est-ce que tu manigances, Bato ? » demanda le dénommé Marchosias en levant les yeux vers lui.

« Tu me blesses. Ne sommes-nous pas amis ? » répondit le dénommé Bato, haussant les épaules sans vergogne avant d’ouvrir très légèrement ses yeux minces et de sourire. « Je suppose au moins que je ne suis pas ton ennemi. J’ai toujours été plus en phase avec toi qu’avec Lady Alshiera, après tout. Pourquoi ne nous entendrions-nous pas comme des compagnons de haine ? »

« Je préfère ne pas être mis dans le même panier que toi. »

« Aïe, ça fait mal. »

Le jeune homme se tourna alors vers l’autre personnage.

« Eligor, tu te diriges vers Kianoides. Labolas a son utilité, mais il perd de vue son environnement lorsqu’il est absorbé par quelque chose. S’il commence à se battre avec Zagan, ramène-le coûte que coûte. Il se fera tuer. »

« Tu ferais mieux de te débarrasser de Glasya-Labolas. Il te fera inévitablement du mal un jour. »

La voix de la personne restante était celle d’une jeune femme. Elle avait l’air d’avoir une vingtaine d’années. Elle avait un grain de beauté proéminent sous les lèvres, mais il y avait quelque chose de bien plus distinctif chez elle. Sous sa capuche, un charme noir couvert d’incantations masquait ses yeux.

« Est-ce une fortune ? » demanda le jeune homme.

« Non, c’est l’intuition d’une femme », répondit-elle avec assurance.

Le jeune homme secoua la tête et répondit : « Il est nécessaire pour l’instant. »

« … Il a abattu Asmodeus. »

« Quoi ? »

Le jeune homme semblait ignorer cette information, car il haussa les sourcils.

« Oups. N’est-ce pas si grave ? » demanda l’autre homme. « On lui a ordonné de voler ce… »

Le jeune homme secoua à nouveau la tête et déclara : « Asmodeus remplira son contrat, quel qu’en soit le prix. Elle est la plus tenace de tous les Archidémons. Sur ce point, je la respecte. »

« Qu’est-ce que tu lui as offert qui te rend si sûr de sa loyauté ? Un contrat ne peut être établi qu’entre deux parties consentantes. »

« Rien d’important. Pas pour moi, en tout cas. Mais elle est prête à tout sacrifier pour l’acquérir. Elle n’abandonnera jamais… Même si elle se fait tuer une ou deux fois, elle continuera. »

« … »

La femme se mordit les lèvres en signe de mécontentement, mais elle n’avait pas l’intention d’intervenir plus qu’elle ne l’avait déjà fait.

« Si je pouvais y aller moi-même, il n’y aurait pas de problème…, » marmonna le jeune homme en baissant les yeux sur sa main. « Mais les Yeux d’Argent ne savent pas se retenir. Ce sont vraiment des monstres. »

Même s’il avait été manipulé, ce jeune homme s’était heurté de plein fouet à ces deux-là, ce qui l’avait laissé dans cet état. Il avait besoin de plus de temps pour que ses blessures se rétablissent. Il y avait cependant un air de fierté dans sa voix.

« Tu es un monstre plus que suffisant pour avoir affronté deux de ces rois aux yeux d’argent en même temps et pour avoir survécu », répondit l’autre homme en riant.

« Hmph ! »

« En tout cas, il est vrai qu’il faut se dépêcher. On n’a pas le temps. Selon la façon dont les choses se déroulent, l’œil de la quatrième génération pourrait se réveiller. »

« La quatrième… Tu l’as essayée, n’est-ce pas ? Comment l’évalues-tu ? »

« Elle est déjà au niveau du second. Et même si elle est imparfaite pour l’instant, elle manie Azazel. Si elle se réveille, elle dépassera sûrement le second comme tu l’avais prévu. »

C’est exactement pour cela qu’elle serait ingérable si elle était une ennemie. Le jeune homme se renfonça dans son fauteuil et déclara : « De toute façon, rien ne commencera tant que nous n’aurons pas la clé. Nous devrons attendre que ces deux-là envoient un rapport. »

« Comme tu le souhaites. »

L’autre homme s’inclina et la femme partit sans dire un mot de plus. La malice de trois Archidémons se rapprochait maintenant de Kianoides.

Un silence pénible régnait dans la salle du trône du palais de l’Archidémon. C’était la première fois que cette famille se réunissait, et un jeune homme roux s’était immiscé, apparemment incapable de lire l’ambiance. Raphaël et Orias semblaient savoir ce qui se passait. Ils faisaient tous les deux des grimaces comme s’ils se doutaient que ça finirait comme ça. Parmi toutes les personnes présentes, la première à reprendre ses esprits fut Foll.

Ce garçon est-il aussi un Nephilim ?

Foll n’avait jamais rencontré ce garçon auparavant, aussi l’observa-t-elle la tête penchée. Elle ne se souvenait pas l’avoir vu dans la capitale des opprimés. C’était un vagabond, pour ainsi dire, mais tous les Nephilims étaient sous la juridiction de Foll. Il semblait connaître Alshiera, mais Foll n’était pas sûre de la meilleure façon de s’y prendre avec lui.

Le plus important pour l’instant est de faire en sorte que Zagan puisse fêter l’anniversaire de Néphy dans les règles de l’art.

Foll réaffirma son objectif. Si ce garçon gênait leurs plans, elle devrait envisager de l’éliminer. Sinon, elle le mettrait à contribution. Elle devait donc d’abord recueillir des informations. Elle décida donc de le surveiller attentivement pour l’instant. Elle s’était préparée à toute éventualité, aussi parvint-elle à réagir à ce qui se produisit l’instant d’après.

« Je vous prie de m’excuser ! » s’exclama Alshiera en se divisant en d’innombrables chauves-souris et en tentant de s’envoler.

« Attends, explique d’abord les choses correctement ! »

Malheureusement pour elle, Foll l’attrapa par le bras et l’arrêta.

« Bien joué ! Bon travail, petite fille ! » dit le garçon en serrant le poing et en haussant le ton. Tous les autres tournèrent des yeux froids vers Alshiera, qui évitait maladroitement leurs regards.

« Alshiera, que se passe-t-il ? » demanda Foll en la regardant droit dans les yeux.

« Hum, c’est juste un petit quelque chose lié à l’incident de l’autre jour », commença-t-elle à marmonner, essayant d’inventer une sorte d’excuse, mais elle ne parvint pas à trouver quoi que ce soit.

« Vous êtes Sire Asura… oui ? » déclara Néphy d’un air soulagé. « Merci beaucoup pour votre aide l’autre jour. »

Néphy lui fit une rapide révérence, et le garçon — Asura — lui rendit un sourire enjoué.

« Oui, c’est ça ! Cette fille… Nephteros, c’est ça ? C’est génial que tu aies réussi à la sauver ! Je l’ai rencontrée en venant ici ! »

Nephteros n’était pas dans le groupe de Raphaël en ce moment, elle était peut-être restée à Raziel.

« Maître Zagan, c’est l’homme qui nous a aidés à sauver Nephteros. Ce n’est pas une mauvaise personne. »

Les paroles de son épouse avaient enfin libéré Zagan de son état figé.

« Hmm… Je suis sûr que tu as raison, mais cela te convient-il, Yeux d’Argent ? »

Yeux d’Argent sourit amèrement et hocha la tête en signe de résignation avant de répondre : « Il a coopéré avec Alshiera à la condition qu’elle ait un rendez-vous avec lui. De plus, j’ai perdu en combat singulier contre lui, je n’ai donc pas le droit d’intervenir. »

« Tu as perdu ? »

Zagan trouva cette réponse inattendue, mais de toute façon, s’ils avaient déjà réglé l’affaire, il n’avait pas à mettre le holà. Il croisa donc les bras, ferma la bouche et décida de regarder tranquillement la situation se dérouler. Tous les regards se portèrent alors à nouveau sur Alshiera.

« Augh… Inutile de me forcer à le dire ici et maintenant…, » marmonna Alshiera, ne sachant pas quand abandonner.

« C’est de ta faute si tu n’as pas bien discuté avec Asura », répliqua Yeux d’Argent en l’admonestant. « D’ailleurs, comme tu n’as pas refusé, tu n’es pas opposé à l’idée, n’est-ce pas ? »

« Même toi, mon très cher… ? » marmonna-t-elle avec une expression terriblement embarrassée sur le visage.

Yeux d’Argent lui sourit en entendant cela.

Je me demande pourquoi elle est si réticente ?

Foll ne comprenait pas vraiment. Si elle détestait vraiment l’idée, Alshiera aurait pu disparaître sur-le-champ. Elle aurait aussi pu chasser Asura par la force. Et pourtant, elle était là, sans savoir comment agir, comme si elle n’avait pas encore pris de décision. Foll pencha la tête avec curiosité, mais Asura éleva à nouveau la voix avec impatience.

« Franchement, tu n’as vraiment pas changé quand il s’agit de ce genre de choses. Ne m’as-tu pas dit que j’étais ton premier amour ? »

Orias et Raphaël se joignirent alors à eux pour fixer Alshiera.

« C’est la partie de toi que je déteste ! » hurla Alshiera, sa voix devenant stridente.

« Ha ha, c’est ce que j’aime chez toi, Ashy. »

« Ghhh… Haaah…, » Alshiera laissa échapper un soupir de résignation, une grimace toujours affichée sur son visage. Cela, Foll le comprenait.

J’ai compris. Elle est indécise parce que c’est son premier amour.

En même temps, Foll était un peu déconcertée. Quelle que soit la façon dont elle les voyait, Zagan et Alshiera se ressemblaient beaucoup. Si Alshiera avait passé mille ans à être indécise quant à son premier amour, cela ne signifiait-il pas que Zagan et Néphy allaient connaître le même sort ? Foll avait prévu de se taire et de les observer pendant au moins cent ans, mais mille ans lui paraissaient vraiment trop longs. Beaucoup, beaucoup trop longtemps.

Je dois faire quelque chose.

L’anniversaire à venir devait au moins réussir, ou ils finiraient vraiment comme ça pendant des millénaires. Le sentiment d’utilité de Foll n’en fut que plus fort.

Il semblait qu’Alshiera n’avait plus l’intention de s’enfuir, alors Foll relâcha son bras. Asura se tourna alors vers Zagan, tandis que Foll gardait un œil vigilant sur lui.

« Oh, avant ça, il y a un autre gars avec qui je dois parler, » dit Asura. Et sur ce préambule, Asura lança un doigt énergique vers Zagan. « Je suis ici pour séduire Ashy. Zagan, ou quel que soit ton nom, vas-tu permettre ça ? »

« Hmm… ? » marmonna Zagan. Il ne s’attendait probablement pas à ce que le garçon soit si direct à ce sujet. Il sourit d’un air amusé, puis croisa les bras d’un air pensif. « Ce n’est pas la peine de me poser la question. Je n’ai appris que récemment qu’elle était ma mère. Si elle n’y voit pas d’inconvénient, alors je n’ai pas l’intention de m’en mêler, quelle que soit la personne qu’elle choisira de voir. »

« Cependant, j’ai un problème avec ça… »

Il y avait une forme de protestation, mais Zagan continuait comme s’il ne l’avait pas remarquée.

« Elle est du genre obstiné à dire “je ne peux pas répondre”, quelle que soit la question qu’on lui pose, après tout… pour être franc, j’ai des sentiments mitigés à son égard. »

Il est vrai que Zagan n’avait pas vraiment de bons souvenirs d’Alshiera, ainsi son expression avait-elle un air de contrariété.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire