Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 13 – Chapitre 3 – Partie 6

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 3 : Certaines choses ne peuvent être évitées en prenant des airs

Partie 6

Ses actions avaient été ressenties comme une sorte de réprimande pour avoir perdu sa présence d’esprit plus tôt. Ainsi, bien que ce soit un peu déplacé, Néphy décida de s’incliner légèrement devant le garçon.

« Merci pour votre aide. Avez-vous été envoyé par Dame Alshiera ? »

« O-Ouais…, » répondit le garçon d’un air confus. « Je suis Asura. Ashy m’a demandé de vous protéger toutes les deux. »

« Alors, bien que cela ne semble pas vous convenir, nous serons sous votre garde pour un petit moment. Nous devons sauver cette fille, » dit Néphy avec un sourire.

Le garçon — Asura — s’était ébouriffé les cheveux comme s’il avait été complètement déconcerté par son comportement, puis il avait répondu : « On dirait que vous êtes terriblement différente des séraphins que je connais. Désolé d’avoir dit quelque chose de si grossier. »

« C’est bon. Ne vous inquiétez pas pour ça. »

Grâce à lui, elle avait réussi à retrouver son calme, elle n’avait donc pas du tout envie de se plaindre.

« Alors, attendez, est-ce que ça fait de vous cet ami qu’Ashy a mentionné avoir ? » demanda Asura avec un sourire.

« Huh ? Umm… »

Certes, Néphy voyait Alshiera d’un bon œil, mais pouvait-elle prétendre être une amie ?

Je pense qu’il fait probablement référence à Foll…

Néphy avait un peu réfléchi à sa réponse quand Orias la remplaça et répondit : « Un ami ? Peut-être que c’est moi ? »

« Hmm ? Quel est votre lien de parenté ? » demanda Asura.

Les lèvres d’Orias s’étaient tordues d’amusement et elle avait dit : « Pour emprunter un terme enfantin, je suppose que vous pouvez nous appeler des amies mamans. »

Asura n’était pas le seul à être surpris par sa réponse.

Des amies mamans… ? Est-ce qu’elle veut dire qu’elles sont des collègues mamans ? Dame Alshiera… une mère ? La mère de qui, alors ?

Néphy avait promis de ne pas s’intéresser à l’identité d’Alshiera, mais elle ne pouvait pas arrêter ses instincts sur le moment.

« Le temps de la conversation est terminé, » dit Orias en tournant un regard sévère vers Nephteros, qui brandissait à nouveau sa lance.

« Ne le prenez pas de front ! » cria Asura. « Visez les ailes hexs. Oh, et pas la peine d’essayer vos chants séraphiques. Il sera pillé par un séraphin de plus haut rang. »

« Chants séraphiques… Voulez-vous dire le mysticisme céleste ? » demanda Néphy.

Néphy avait autrefois volé le contrôle du mysticisme céleste de Nephteros… et un phénomène similaire s’était apparemment produit lors du face-à-face avec Orias.

Si je ne peux pas utiliser le mysticisme céleste… alors que puis-je faire ?

Que pouvait-elle faire pour le bien de Nephteros ? Avec cette pensée en tête, Néphy s’arrêta brusquement.

« Hé ! Qu’est-ce que vous faites !? » Asura cria.

Néphy était restée complètement immobile. Elle avait ensuite tendu les mains vers Nephteros.

« S’il te plaît, reviens-nous, Nephteros. »

Asura et Orias avaient été choqués par son appel inutile.

C’est la raison pour laquelle je suis venue ici !

Néphy ne croyait pas vraiment que sa voix parviendrait jusqu’à elle, mais Nephteros s’était arrêtée brusquement en entendant sa plaidoirie continue.

« J’ai appris quand est l’anniversaire de Maître Zagan. Si nous allions chercher des cadeaux ensemble et fêter ça pour lui ? Je n’en ai pas encore parlé à Chastille, mais Foll, Lilith et même Dame Alshiera m’ont aidée à élaborer un plan pour le surprendre. »

Ses mots étaient complètement déplacés lorsqu’ils s’adressaient à ce monstre divin. Néanmoins, Néphy avait continué à parler.

« Tu dois être là avec nous, Nephteros. Je ne veux pas faire ça sans toi, alors… »

« Tee hee hee… Quel enfant stupide ! Quel enfant pitoyable ! Pourrais-tu te taire ? » déclara Nephteros, en lançant sa lance de lumière.

« Néphy ! »

Néphy avait vu la lance. Elle avait aussi entendu la voix d’Orias. Mais malgré cela, elle avait gardé le regard fixé sur Nephteros. La lance transperça le sol, faisant bouillir la terre d’un rouge profond… loin, très loin derrière Néphy.

« Ai-je… manqué ma cible ? » Nephteros murmura, confuse.

La lance avait dépassé Néphy de la plus petite marge. En voyant cela, le sourire dément de Nephteros avait disparu et son visage affichait maintenant un clair désarroi.

« Je t’ai eu ! »

Le garçon aux cheveux cramoisis avait chargé avec un autre coup de son gantelet, mais Nephteros l’avait évité en l’air.

« Je t’ai presque eu ! Je pensais vraiment toucher là. »

« Quelle petite mouche irritante ! »

Nephteros agita son bras. Il n’en fallait pas plus pour créer une onde de choc capable de détruire l’ensemble du village déserté. En réponse, le gantelet d’Asura se déploya comme des plumes, le laissant flotter loin du coup et atterrir juste à côté de Néphy.

« Heh heh heh… C’est une façon amusante de se battre ! Laissez-moi vous donner un coup de main ! »

Néphy n’avait aucune idée de ce qu’Alshiera avait en tête lorsqu’elle avait envoyé le garçon, mais malgré le dégoût qu’il avait manifesté au début, Asura avait pris les devants pour la protéger.

« Camael n’est-il pas venu par ici… ? » murmura Asura.

Néphy pensait que c’était le nom d’une épée sacrée, mais à cause de la prochaine lance de lumière, elle n’avait pas eu le temps de prêter attention à ses paroles.

 

« Il n’est toujours pas réveillé ? »

Dans l’une des salles du Palais de l’Archidémon, Lisette était assise près du corps étendu d’un certain Chevalier Angélique. Il s’appelait Richard. Après s’être fait arracher le cœur, il avait été sauvé de la mort par l’Archidémon Zagan. Cependant, même si son traitement était terminé, il ne montrait aucun signe de réveil.

En tant que non-combattante, Lisette aidait aussi à la cuisine, mais ce n’est pas comme s’ils travaillaient tous 24 heures sur 24. Ils se relayaient, Lisette profitait de sa pause pour vérifier l’état de Richard.

Celle qui l’avait interpellée était la fille qui partageait son visage. Elle avait les mêmes cheveux blonds, les mêmes yeux bleus. Même son petit nez, ses lèvres fines, ses sourcils anguleux, sa peau un peu bronzée, tout était identique. Elle était apparemment une sorcière, mais elle portait une simple cuirasse ainsi qu’une épée longue à sa taille, ce qui la faisait ressembler davantage à un bandit.

« Mlle Dexia. »

« Juste Dexia, c’est bien. Il semble que nous ne soyons pas des étrangers et tout. »

« Mmm… Dexia. »

Selon Dexia, il y avait une autre fille dehors avec le même visage qu’elles, une fille que Dexia devait sauver.

« Vous partez déjà ? » demanda Lisette.

« Oui. Je voulais juste te revoir avant de partir. »

L’Archidémon Zagan était puissant et dévoué. Maintenant qu’il avait déclaré qu’il protégerait Dexia, il était sûr de le faire. Mais même ainsi, l’ennemi qu’ils allaient affronter était bien trop puissant. Il n’y avait aucune garantie qu’elle revienne saine et sauve. Il n’y avait pas non plus de garantie qu’ils puissent sauver sa sœur. Lisette retourna le regard de Dexia, incapable de trouver les mots justes pour lui dire.

« Tu ne peux pas devenir comme nous, » dit sèchement Dexia en joignant ses mains derrière son dos.

« Hein ? »

Lisette était restée bouche bée devant ce changement soudain de sujet.

« Nous étions des sortes d’assassins, » murmura Dexia comme si elle se parlait à elle-même. « À l’époque, on n’y pensait pas. Et après toutes les choses immondes que nous avons faites, il n’y avait pas à se plaindre si quelqu’un nous tuait à tout moment. Même si cette histoire avec Aristella n’avait pas eu lieu, ça aurait mal fini un jour. »

Dexia s’était arrêtée là, puis elle avait continué avec une expression sombre.

« Je vais tuer mon maître. »

Lisette déglutit devant cette puissante déclaration.

« Bien sûr, je n’ai pas vraiment le pouvoir d’aider, même un peu…, » ajouta Dexia. « Mais c’est ce que je dois faire si je veux sauver Aristella. Je dois aller chercher l’aide d’un autre Archidémon. C’est par ma propre volonté que j’exerce la vengeance sur mon maître. »

Dexia prétendait être « artificiellement créée ». Mais qu’en est-il ? Telle qu’elle était, elle possédait une volonté bien plus forte que celle de Lisette. Elle était totalement humaine.

« Nos mains sont déjà sales, » dit Dexia, regardant enfin Lisette. « Mais tu es différente. Les tiennes sont encore propres, alors je veux qu’elles le restent. Tu ne peux pas devenir comme nous. »

Ses mots étaient bien trop purs pour quelqu’un aux mains souillées, ce qui avait poussé Lisette à serrer sa main contre sa poitrine.

« J’ai vécu dans la rue, vous savez ? » dit-elle. « Je ne suis pas aussi propre que vous le pensez. »

« Non, tu es toujours pure. Nous avions tort, mais si tu peux rester pure, je sens que nous serons sauvées. C’est comme un signe que nous aurions pu avoir un tel avenir, donc…, » Dexia, une fille qui avait autrefois tué des gens sur l’ordre de son maître, parlait comme si elle priait.

Avant de répondre, Lisette la prit dans ses bras, puis dit : « L’Archidémon m’a dit quelque chose une fois. Peu importe qui vous êtes, vous méritez au moins une chance de prendre un autre chemin. Vous croyez que vous avez eu tort, n’est-ce pas ? Vous voulez vraiment changer, n’est-ce pas ? N’est-ce pas pour cela que vous avez choisi cette voie ? »

« Ouais… »

« Donc vous ne pouvez pas vous dire sale. À mes yeux, vous êtes noble et pure. »

Dexia avait entouré Lisette de ses bras et s’était mise à sangloter doucement. Lisette ne répondit rien et caressa doucement la tête de Dexia en guise de réponse. Après un moment, Dexia l’avait repoussée.

« Je dois y aller…, » dit-elle.

« Mmm… »

Dexia s’était retournée pour partir, mais elle avait soudainement fait demi-tour comme si elle se souvenait de quelque chose. Elle avait alors déroulé le ruban bleu qui était autour de son poignet et avait demandé : « Hé, peux-tu garder ça ? »

« N’est-ce pas important pour vous ? » interrogea Lisette, quelque peu déconcertée par cet acte.

« C’est… C’est le ruban d’Aristella. Je suis la grande sœur, mais je n’ai pas pu la protéger. C’est elle qui m’a aidée à m’enfuir…, » Dexia avait marmonné en serrant le ruban contre sa poitrine, puis elle avait souri, les yeux pleins de larmes. « Quand je suis retournée là où elle aurait dû être, il ne restait que ce ruban. Et quand je l’ai retrouvée plus tard, elle n’était plus Aristella… »

« Dexia… »

Malgré le sujet, l’expression de Dexia n’était pas aussi sombre que Lisette l’avait prévu.

« Je vais certainement sauver Aristella, » dit Dexia. « Et ensuite, je reviendrai ici avec elle. C’est pourquoi j’aimerais que tu t’accroches à ça. »

« Ok. »

Lisette ne pouvait pas refuser après avoir entendu tout cela, elle avait donc accepté avec précaution le précieux ruban comme le plus fragile des trésors.

« Hé, Dexia ? »

« Oui ? »

« Quel genre de personne était le maître qui vous a fait subir tout cela à vous deux ? » demanda Lisette avec hésitation.

« Quel genre de personne était-il… ? » répéta Dexia avec un sourire solitaire et un regard distant. « Je ne le sais même plus. Il était gentil, il nous félicitait lorsque nous remplissions nos missions, il nous soignait lorsque nous étions blessées… mais il ne nous a jamais appris ce que nous faisions exactement. Même après ce qui est arrivé à Aristella, il semblait bien plus heureux que triste. »

Dexia avait fait une pause et avait haussé les épaules pour cacher son malaise.

« Ce n’est peut-être pas raisonnable de lui en vouloir pour ça. Nous sommes les familiers de Shere Khan, après tout. Mais il est une malédiction pour moi. J’ai l’impression qu’Aristella et moi ne commencerons vraiment à vivre que lorsque nous serons libérées de lui, » Dexia avait souri en disant cela, faisant preuve de bravade. « Quand je me lancerai dans ma nouvelle vie, encourage-moi, d’accord ? »

« Mmm… Je le ferai. Alors, ne vous forcez pas, compris ? »

« Bien sûr. J’y vais, alors. »

Sur ce, Dexia était partie. Après l’avoir vue partir, Lisette avait porté la main à sa poitrine en signe de chagrin.

Que dois-je faire… ?

Son plus vieux souvenir était celui d’une grande main qui lui caressait doucement la tête. Elle ne pouvait pas se souvenir du nom ou du visage de la personne, et encore moins de son genre, mais elle savait qu’il s’agissait très probablement d’un adulte. Elle s’était également souvenue de quelques mots. Cette personne lui avait appris qu’il ne fallait pas faire confiance aux gens qui étaient gentils sans raison. Ces mots avaient sauvé Lisette pendant ses cinq années dans les ruelles… et la personne qui les lui avait dits pouvait très bien être à la destination de Dexia.

C’était peut-être Shere Khan… ?

Si oui, que devait faire Lisette ? Était-elle une bonne personne ? Était-ce une mauvaise personne ? Eh bien, il n’était certainement pas une bonne personne. Après tout, Lisette avait entendu parler des atrocités commises par Shere Khan, même si ce n’était que par bribes.

Mais il sait qui je suis.

Zagan et Dexia lui avaient dit de ne pas fouiller dans son passé. Ils lui avaient dit de rester dans le présent. Mais si elle laissait passer cette chance, elle ne le rencontrerait plus jamais.

Lisette se retourna pour regarder le chevalier angélique blessé, qui ne montrait aucun signe de réveil. Rester à ses côtés était son rôle pour le moment.

« Mais quand même… »

Lisette s’était levée et avait passé la porte.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

  1. merci pour le chapitre

Laisser un commentaire