Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 12 – Chapitre 2 – Partie 2

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 2 : Quand les pleurnichards attirent, tout le monde a la vie dure

Partie 2

« Alshiera, tu m’écoutes ? » demande Foll, ramenant Alshiera de son voyage dans ses souvenirs.

« Oh, désolée pour ça. Je me souviens de beaucoup de choses depuis que je suis ici. »

Elles se trouvaient dans le hall d’entrée du Palais de l’Archidémon, où résidait auparavant le golem fait à partir d’un démon. Néphy et Lilith étaient également avec elles. En levant les yeux, Alshiera vit d’énormes statues de pierre qui dominaient le hall comme par le passé. Il s’agissait de golems capables de tirer le Phosphore des Cieux qui avaient été modifiés exclusivement pour l’usage de Gremory.

Raphaël était resté au château. Il fallait apparemment ruser un peu pour empêcher Zagan de découvrir ce qu’ils préparaient, et le majordome avait aussi des tâches ménagères à accomplir. Toutes les personnes chargées de telles tâches ne pouvaient pas quitter le château en même temps.

Plusieurs heures s’étaient écoulées depuis qu’Alshiera avait été enlevée dans la cuisine. Pendant ce temps, elle leur avait expliqué comment on fêtait les anniversaires — ou, en tout cas, Lilith l’avait fait, en grande partie — mais il n’était toujours pas certain qu’elles aient vraiment compris.

Ils sont vraiment des enfants adorables.

Ils étaient tous si courageux, si purs, si sincères qu’Alshiera voulait les protéger, même s’ils n’étaient pas Zagan. Elle avait commencé à sentir qu’elle ne voulait plus se séparer d’eux. Le temps qui lui restait touchait déjà à sa fin, mais…

Comme c’est disgracieux de ma part.

Il y a mille ans, ils s’étaient aussi battus en croyant qu’ils n’avaient pas beaucoup de temps. Alshiera s’était débarrassée de son sentimentalisme alors que Foll lui lançait un regard perplexe.

« De quoi t’es-tu souvenue ? » avait-elle demandé.

« Rien, vraiment. Je me rappelle juste quelques souvenirs d’un vieil ami. »

Les subordonnés de Zagan se trouvaient également au Palais de l’Archidémon. Sur la quarantaine de personnes qui travaillaient sous ses ordres, environ trente pour cent servaient au château, soixante pour cent au palais de l’Archidémon, et les dix pour cent restants étaient envoyés à l’Église et dans diverses autres missions. Shax faisait partie de ces derniers dix pour cent.

En d’autres termes, le hall d’entrée était traversé par des sorciers à tout moment, alors Alshiera ouvrit l’une de ses portes et poursuivit son chemin à l’intérieur. Un long couloir s’étendait devant elle avec de nombreuses portes le long de ses murs. Elles servaient principalement de chambres d’hôtes à l’ère moderne, mais il y a mille ans, elles étaient des salles de maladie, des entrepôts et des salles d’attente pour les chasseurs de séraphins, entre autres choses. Elle marcha dans le couloir avec les trois autres filles derrière elle. Après avoir passé trois, puis quatre portes, elle s’arrêta à la cinquième.

« Cette pièce fera l’affaire. »

Les murs qui l’entouraient étaient épais, ce qui gardait le son à l’intérieur, c’était donc l’endroit parfait pour parler en secret. Il ne restait rien du passé ici, mais c’était autrefois la salle des malades dans laquelle Alshiera avait passé du temps. Elle avait procédé à l’ouverture de la porte sans même frapper.

« H-Hein ? Quoi ? »

Un sorcier masqué à la carrure imposante était déjà à l’intérieur. Il semblait être en train de travailler sur quelque chose, vu qu’il ne portait pas sa robe, exposant le haut de son corps musclé. Il avait le dos tourné, un marteau à la main, et au moment où il avait vu Alshiera entrer, son œil unique avait tourné en rond dans la confusion.

« Hum, Dame Alshiera ? » dit Néphy, déconcertée. « Il semble qu’elle soit déjà occupée, alors ne devrions-nous pas chercher une autre chambre… ? »

Néphy jeta un coup d’œil à l’intérieur, rencontrant le regard du sorcier déconcerté.

« Hum, vous êtes le Seigneur Naberius… n’est-ce pas ? » demanda-t-elle. « Je suis désolée pour cette intrusion soudaine. »

Elle ne s’était jamais présentée correctement à lui, aussi Néphy lui avait fait une élégante révérence en même temps que ces mots.

« O-Oh, vous êtes… Néphy ? La fiancée de Zagan ? » demanda-t-il en retour.

Ses oreilles pointues étaient devenues rouges en entendant cela.

« Oh… Hum… Oui… Mais nous n’en sommes encore qu’au stade des rendez-vous, alors… »

Bien qu’ils soient collés l’un à l’autre jour et nuit, elle se sentait apparemment toujours gênée lorsque les autres lui faisaient remarquer à quel point ils étaient proches. Les habitants du château ne regardaient ces deux-là que de loin, donc personne ne le lui disait jamais en face. Dans un sens, sa nature timide lorsqu’elle y était confrontée était parfaitement naturelle.

Néphy rougit, affichant une expression à la fois heureuse et embarrassée. En revanche, Alshiera pouvait voir que Naberius était devenu mortellement pâle sous son masque. Jetant l’outil dans sa main, il se précipita vers Alshiera, l’attrapa par le bras et l’entraîna dans la pièce.

« A-Aha ha ha ha. Je vais emprunter cette fille pour un moment, d’accord ? » dit-il, puis il claqua la porte sans attendre de réponse. Cette pièce avait été attribuée à Naberius pour en faire son atelier. Il avait été chargé de réparer les chasseurs de séraphins d’Alshiera et d’exécuter une commande de Zagan.

En regardant de plus près, Alshiera put voir un chasseur de séraphins placé sur une table dans la pièce. La chaise sur laquelle Naberius était assis se trouvait devant un marteau et une enclume, ainsi qu’un four à haut rendement qui pouvait être contrôlé par le mana. Elle ne pouvait pas voir exactement ce sur quoi il travaillait, peut-être parce qu’il était en train d’être nettoyé avec des produits chimiques.

Même avec son masque, elle pouvait voir que Naberius affichait une expression effroyable alors qu’il se rapprochait d’elle.

« Es-tu folle !? » Il avait crié. « Qu’est-ce qui te prend d’amener cette fille ici !? »

Il avait secoué ses épaules d’avant en arrière. Un homme musclé secouait une petite fille qui tenait dans ses bras une poupée en peluche, ce qui ne donnait pas vraiment une image des plus jolies. En tout cas, Zagan avait demandé à Naberius de préparer le cadeau de Néphy en secret. Ce serait gênant pour Néphy de le voir le faire. Alshiera le savait, bien sûr. Elle savait aussi qu’il serait là. Cependant, elle se contenta de lever les yeux au plafond, feignant l’ignorance.

« Je voulais que quelqu’un partage le malheur déraisonnable qui m’est soudainement tombé dessus, » avait-elle avoué sans vergogne.

« Comme si ça m’intéressait ! » Naberius hurla, la saisissant par le col, les larmes aux yeux. « N’est-ce pas toi qui as provoqué cette situation à cause de tes bêtises habituelles ? Pourquoi dois-tu m’entraîner dans ta chute !? »

« Parle pour toi. Tout ceci n’est-il pas le résultat de tes méfaits habituels ? »

Les choses étaient devenues un peu floues à cause de l’intervention de Zagan, mais Alshiera n’avait pas pardonné à l’homme d’avoir mis Lilith en danger. En fait, Lilith était déjà techniquement impliquée, mais il avait quand même essayé de l’encourager sans le savoir.

Quoi qu’il en soit, Naberius savait qu’Alshiera était toujours en colère contre lui. Si la demande de Zagan était révélée, Naberius n’aurait plus la protection d’Alshiera, et Zagan deviendrait son ennemi. Il n’y aurait aucun moyen pour lui de survivre.

Pourtant, ce n’est pas Alshiera qui avait proposé de parler en secret au Palais de l’Archidémon, alors Naberius ne pouvait que se résigner face à sa malchance.

« Rien en toi, à part ton visage, ta voix et ta personnalité, n’est mignon du tout ! » cracha-t-il en grinçant des dents.

« Tu me fais un compliment ou tu me dénigres ? » avait-elle répondu avec étonnement.

« Dame Alshiera ? » Une voix réservée avait appelé de l’autre côté de la porte. « Ne serait-il pas préférable pour nous d’aller dans une autre pièce… ? »

« C’est bon, » répondit Alshiera. « Cet homme est simplement timide. Ne vous inquiétez pas, il vous conseillera gentiment sur le cadeau à choisir. »

« Noooooonnnn ! » Le cri silencieux de Naberius était de la musique aux oreilles d’Alshiera. Il semblait avoir abandonné, alors elle alla ouvrir la porte. En un claquement de doigts, tous les outils de la pièce disparurent grâce à la sorcellerie avant que quiconque ne puisse les voir.

« Hum, est-ce que ça va vraiment… ? » demande timidement Néphy.

Ayant tout juste réussi à tout cacher, Naberius posa sa main sur son masque et se retourna en riant. Son esprit incompréhensible lui permettait apparemment de retrouver rapidement son sang-froid, si bien que personne ne remettait en cause ses agissements.

« Vous êtes plutôt poli, n’est-ce pas ? Contrairement à une certaine vampire. J’étais en plein travail, donc c’est un peu le bazar, mais ne vous occupez pas de moi et entrez. »

« Alors, veuillez nous excuser…, » marmonna Néphy et elle se pencha légèrement en arrière, dépassé par le comportement de Naberius, avant de faire un pas dans la pièce.

« Puis-je aussi entrer ? » demande Foll, tout en jetant un coup d’œil dans la pièce.

« Foll. Tu es la fille du roi aux yeux d’argent, ce qui signifie que tu es pratiquement le maître de ce château. Il n’y a aucune pièce dans laquelle tu ne peux pas entrer librement, » lui répondit Alshiera.

« Vraiment ? »

« Je suis surpris que tu aies le culot d’endoctriner aussi calmement la fille polie d’autrui avec de telles inepties. Qu’est-il arrivé au fait que tu n’aies pas le droit de te mêler des allées et venues des vivants ? »

Alshiera avait cru entendre quelqu’un se plaindre, mais ce n’était probablement que son imagination. Foll lui avait fait un rapide signe de tête, puis était entrée dans la pièce. Enfin, Lilith avait timidement regardé à l’intérieur.

« Oh… Hum, vous êtes la personne qui m’a aidée à me sauver cette fois-là… n’est-ce pas ? Euh, je ne vous ai pas encore remercié correctement pour ça. Donc, eh bien, merci. Mon nom est Lilith. »

Maintenant qu’Alshiera y pense, Lilith et Naberius s’étaient rencontrés, mais n’avaient jamais eu l’occasion de se parler, et encore moins de se présenter correctement. Lilith lui avait fait une révérence, et pour une raison inconnue, Naberius avait poussé sa main contre son masque — probablement là où se trouvait le coin de son œil — et avait baissé sa tête.

« Euh, allez-vous bien ? » lui avait demandé Lilith.

« C’est bon. Ne vous inquiétez pas… Mon cœur était simplement secoué par le fait qu’il y a une fille qui peut montrer une gratitude appropriée ici… »

Alshiera ferma la porte, isolant tout bruit de l’extérieur. C’était une pièce spacieuse, qui correspondait à son ancienne utilisation comme chambre de malade. Elle avait à peu près autant d’espace que le hall d’entrée. La moitié de la pièce était tapissée de lits en ruine, tandis que l’autre moitié était devenue l’atelier de Naberius, où toutes sortes d’outils étaient mis de côté.

Alshiera se dirigea vers le lit le plus proche de l’atelier, sortit un mouchoir de sa poupée en peluche bien-aimée, le plaça sur le lit et prit place. Tous les autres avaient fait de même et avaient également commencé à s’asseoir.

Naberius s’était appuyé contre le mur en face d’Alshiera. Foll avait pris place sur la chaise à sa droite. Il n’y avait pas de chaise sur la gauche, Lilith s’était donc assise sur le lit voisin. Néphy avait hésité avant de décider de prendre place sur le même lit qu’Alshiera, juste à côté d’elle. Ainsi, ils avaient tous formé un cercle improvisé.

À ce moment-là, un grondement avait jailli de l’estomac de Foll.

« Oh là là. As-tu faim, Foll ? » demanda Alshiera.

« Non, mais quelque chose sent vraiment bon ici. »

« Une odeur… ? »

Les yeux ambrés de Foll étincelaient alors qu’elle fixait Naberius.

Oh, elle a mentionné le fait d’être traitée avec des spectateurs pour son anniversaire…

Un beholder adulte était bien au-delà de la portée d’un jeune dragon, mais l’âge accentuait en fait leur vaste mana et leur viande savoureuse. Foll n’était pas n’importe quel jeune dragon, elle avait une puissance équivalente à celle d’un Archidémon, ce qui lui donnait plus qu’assez de force pour défier le plus fort des spectateurs. Vu sa croissance à un si jeune âge, elle dépasserait probablement le sage dragon Orobas lorsqu’elle serait adulte.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire