Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 10 – Chapitre 4 – Partie 5

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 4 : L’idiot qui essaie de jeter un coup d’œil est mieux mort, mais je voulais au moins sauver la fille pitoyable

Partie 5

Quelque temps auparavant.

Le combat entre Barbatos et Zagan, qui avait commencé en essayant d’empêcher Barbatos de jeter un coup d’œil sur le bain des femmes, s’était déplacé au plus profond de la forêt, à une certaine distance du château.

Bon sang, Barbatos ! Il s’accroche vraiment ! Zagan n’avait jamais pensé qu’il survivrait après être allé jusqu’à utiliser le Phosphore du Ciel. Il ne voulait pas vraiment l’admettre, mais cet homme possédait un pouvoir comparable au sien. Il était tout à fait raisonnable de penser qu’il deviendrait un Archidémon et se mettrait en travers du chemin de Zagan si seulement il y avait un siège libre.

Eh bien, le voilà qui utilisait son énorme pouvoir pour essayer d’accomplir quelque chose d’aussi inepte que de jeter un coup d’œil sur le bain des femmes, alors peut-être que le siège d’un Archidémon était encore loin pour lui.

« … Hmph. Hey, Barbatos. Il est temps de mettre fin à tout ça. »

Cela dit, ce combat futile avait déjà duré deux à trois heures. Il était assez probable que Néphy et les autres arrêtent déjà leur fête. Ce qui signifie que le temps était écoulé. Zagan utilisait la sorcellerie tout en ayant l’intention de tuer Barbatos, et il avait réussi à survivre jusqu’à la fin du temps imparti. En ce sens, c’était un match nul.

Pourquoi est-il si idiot alors qu’il a tant de pouvoir ? C’était infiniment déroutant.

« Haah, putain. » Barbatos soupira et s’effondra sur le sol. « Je n’ai pas pu gagner cette fois-ci non plus. »

« Et si tu apprenais déjà cette fichue leçon ? » demanda Zagan.

« Peut-être. Je te tuerai certainement la prochaine fois, » déclara Barbatos.

Leur combat avait peut-être commencé pour une raison stupide, mais il est possible que l’objectif de Barbatos de jeter un coup d’œil ait disparu à mi-chemin. Bien qu’ils soient peut-être devenus un peu trop fous tous les deux, un Archidémon et un sorcier juste en dessous qui avaient reçu de sérieux coups. Les arbres autour d’eux avaient été fauchés et des fissures parcouraient le sol.

Un civil risquait d’avoir un accident s’il s’égarait dans un tel endroit, mais il ne s’agissait pas seulement de remettre les arbres à leur place. L’idée de devoir faire face à tout cela donnait à Zagan un mal de tête, mais cela pouvait attendre. Il avait donné un léger coup de pied à Barbatos.

« Hé, lève-toi, déjà. La fête que je me suis donné du mal à organiser est passée à cause de toi. Allons boire, » déclara Zagan.

« Ne me fais pas chier. Comme si je pouvais boire n’importe quoi après avoir eu une rupture de l’estomac, » répliqua Barbatos.

Zagan avait enfoncé son poing de plein fouet dans le ventre de Barbatos à plusieurs reprises, donc il ne mentait probablement pas. Il n’avait pas fini de réparer les dégâts, et même ses imprécations semblaient peu enthousiastes.

J’espère que cet idiot de Shax a réussi à survivre… Zagan avait appelé Kimaris juste au cas où, donc dans le pire des cas, Shax n’avait probablement pas été tué. Et juste au moment où il allait commencer à retourner au château…

« Teeheehee. Keeheehee. Aah, hélas, nous nous rencontrons enfin. »

Une voix douce et sinistre résonnait dans l’air.

Ce n’est pas… Alshiera. Qui est-ce ? Une peur froide s’était emparée de sa colonne vertébrale, et Barbatos avait sauté sur ses pieds. Il y avait là une ombre qui avait la forme d’une personne. Il y avait deux yeux dorés comme des lunes à l’endroit où se trouvait sa tête. L’état des arbres et du sol dans la région ne se prêtait pas à la promenade, alors d’où venait cette ombre ? C’était comme si elle était descendue du ciel.

Avant tout cela, même s’ils s’étaient déchaînés, c’était encore dans la barrière de Zagan. Il était impossible d’y pénétrer sans qu’il s’en rende compte — c’est-à-dire, tant qu’il n’y avait pas une brèche importante dans le pouvoir.

« … Hé, Zagan. Ce n’est pas un coup monté, n’est-ce pas ? » demanda Barbatos.

« Ne sois pas stupide. N’est-ce pas l’une de tes connaissances ? Elle ressemble beaucoup à tes ombres dégoûtantes, » déclara Zagan.

Zagan sentait qu’il serait obligé de se rétracter s’il ne gardait pas sa bouche en mouvement. L’ombre lui donnait une impression de déjà vu. Elle avait l’air complètement différente, mais elle lui rappelait en quelque sorte les pensées résiduelles du Seigneur-Démon que Bifrons avait autrefois convoqué sous forme de boue. On pouvait se demander s’il était capable de parler, mais il venait de parler, et Zagan lui avait donc donné un avertissement.

« Hé, qui es-tu ? Que fais-tu ici ? » demanda Zagan.

Il avait préparé de multiples sorts dans sa main pendant qu’il parlait. À cause de la bagarre idiote avec Barbatos, il n’avait plus beaucoup de sorcellerie à sa disposition. Son avertissement était aussi un moyen de gagner du temps pour se préparer pleinement. Barbatos semblait aussi se préparer à se disperser et était en train de construire son chemin vers le Purgatoire.

Alors qu’ils se préparaient tout en surveillant attentivement l’ombre, ils avaient remarqué qu’elle tenait soudain ce qui ressemblait à deux épées.

Est-ce qu’elle les a tenues dès le début ? Sinon, cela signifiait que Zagan ne pouvait pas voir le moment où elle dégaina ses lames. Il avait corrigé sa connaissance de cette ombre comme une menace au même titre qu’un Archidémon.

Ses yeux dorés roulaient et se concentraient sur lui.

« … Tch. Quel malheur ! »

Il avait été secoué par des sentiments de peur, de dégoût et de malaise en un instant.

Est-ce une sorte d’œil magique ? Ce sera gênant… Il n’avait pas reçu un grand choc parce qu’il avait renforcé son esprit, mais la plupart des gens perdraient conscience en regardant négligemment dans ces yeux. Se tenir à distance contre eux, c’était la meilleure des choses à faire.

« Je l’ai trouvé. Je l’ai enfin trouvée, » dit l’ombre en riant une fois de plus. « Le cœur de mon Maître bien-aimé. »

Zagan avait senti un frisson parcourir tout son corps.

Cette chose vise l’Emblème de l’Archidémon ! De plus, il semble connaître la signification de l’Emblème. C’est alors que Zagan avait terminé ses préparatifs.

Désolé, je ne suis pas si optimiste que je m’attendrais à avoir une conversation avec un monstre. Il avait des flammes noires prêtes à l’emploi dans sa main. C’était les flammes qui brûlaient la vie elle-même. Les cinq fragments s’étaient allumés et s’étaient transformés en lames lorsqu’il avait bougé son bras.

« La grande fleur du phosphore du ciel quintuple. »

C’était cette frappe qui avait une fois effacé le démon qu’Orias avait convoqué. C’était le sort interdit ultime parmi tous ses essais qui se vantaient de la plus grande vitesse et de la plus grande puissance. Les lames jaillirent des doigts de Zagan et se dirigèrent vers l’ombre depuis cinq directions différentes.

« Keeheehee. Eeheehee. Vous aimez valser ? »

L’ombre avait sauté vers l’une des lames et avait déplacé l’épée dans sa main pour l’abattre.

Rapide… ! mais c’est inutile ! Même une seule lame était capable de percer l’armure d’un démon. Il ne savait pas quel genre de lame célèbre il maniait, mais il n’était pas possible pour lui de dévier le phosphore du ciel.

Ou alors, il n’était pas censé pouvoir le faire. Un bruit clair avait retenti dans l’air alors qu’une lame se brisait. Pas l’épée de l’ombre, mais le phosphore du ciel.

« Impossible… »

Mais il y avait encore quatre autres lames. Elles poursuivaient l’ombre même si elle parvenait à leur échapper. Et pourtant, l’ombre balançait les épées dans ses mains comme si elle dansait. Une deuxième, puis une troisième lame du Phosphore du Ciel furent interceptées. Le flux de coups d’épée avait rapidement fait tomber les cinq lames. L’esprit de Zagan pouvait à peine suivre.

Il avait envisagé la possibilité qu’un démon soit capable d’y résister. Il avait également envisagé la possibilité que quelqu’un comme Barbatos puisse leur échapper en se téléportant dans l’espace. Sa sorcellerie n’était pas sans faille. Il n’était pas si vaniteux. Cependant, qui pourrait imaginer qu’il soit frappé de plein fouet ?

La Grande Fleur quintuple avait apporté une mort certaine précisément parce qu’elle était venue de cinq directions à la fois. Et cette ombre avait réussi à repousser les cinq lames en n’utilisant que des coups d’épée défensifs. Non seulement cela, mais elle l’avait aussi fait lorsqu’elle avait été témoin de l’attaque pour la première fois. Cela avait prouvé qu’elle était plus rapide que la sorcellerie de Zagan.

« Hé ! Zagan ! »

Il s’était figé un instant à l’idée de voir son ultime attaque brisée. Cependant, l’ombre avait complètement réduit la distance qui les séparait en ce seul instant. Les épées dans ses mains s’étaient refermées sur la gorge de Zagan.

Je ne peux pas l’esquiver… ! Au moment où il le pensait, le sol s’était évanoui sous ses pieds. Son corps avait été aspiré par une secousse, et les lames lui avaient effleuré le nez de façon terrifiante. L’instant suivant, il se tenait à côté de Barbatos, à une bonne distance de l’ombre.

« Éclate ! Aiguilles d’obsidienne ! »

Sur ordre de Barbatos, d’innombrables aiguilles avaient jailli de l’ombre — le chemin du Purgatoire qu’il avait ouvert — où se tenait Zagan il y a un instant. L’ombre venait de terminer de frapper avec son épée et ne pouvait plus esquiver. Tout son corps avait été embroché par les aiguilles.

« Eeheehee. Ma robe est fichue. Vous détestez valser ? »

L’ombre balançait ses épées alors qu’elle était encore percée partout. Les aiguilles d’obsidienne de Barbatos s’étaient toutes effondrées comme le phosphore du ciel.

« Vous vous moquez de moi. Est-ce que cette chose est immortelle, putain ? »

À ce moment précis, la lune avait jeté un coup d’œil à travers les nuages. Peut-être à cause des dégâts qu’elle avait subis, l’ombre qui enveloppait la mystérieuse figure s’était éclaircie et son identité avait été révélée. Zagan douta de ses yeux en voyant son visage.

« Impossible… Pourquoi êtes-vous… ? »

Il avait deux cimeterres dans les mains. Sa robe était en lambeaux. Et elle ressemblait à une jeune fille d’environ 14 ou 15 ans qui avait le même visage que Lisette. Cependant, son expression ne ressemblait pas du tout à ce qu’elle avait l’habitude de faire. Elle avait un sourire brisé et sa tête était inclinée à un angle peu naturel.

« … Elle a donc été mangée. Comme c’est pitoyable. »

Zagan l’avait compris en un instant. Ce n’était plus la fille pitoyable qui tremblait de peur après avoir combattu Kuroka. Cette fille avait déjà disparu. Celle-là n’était plus qu’une enveloppe vide manipulée comme une marionnette.

Il n’avait même jamais parlé à la fille. C’était une ennemie. Mais il avait quand même sympathisé avec elle. La seule chose que Zagan pouvait faire pour elle maintenant était de lui accorder le repos.

Mais… Elle est forte… La Grande Fleur quintuple de Zagan s’expliquait d’elle-même, mais même l’Aiguille d’obsidienne de Barbatos était une attaque qui pouvait atteindre un Archidémon. Et ici, les deux avaient été complètement inutiles.

Puis il y avait ces deux cimeterres. Ils étaient probablement entourés d’une sorte de pouvoir, mais le simple fait qu’ils avaient frappé le phosphore du ciel signifiait que toutes ses attaques étaient aussi fortes que le phosphore du ciel lui-même.

« Comme c’est admirable de ta part de me sauver, Barbatos. » Zagan avait fait preuve de force en riant.

« … Haaah, ne fais pas l’idiot. Qui voudrait sauver ton cul ? Si tu perds, la pleurnicharde sera la prochaine. Elle peut être un peu bête et tout. Elle va se battre même si elle ne peut pas gagner. C’est sûr. »

Cette fille était une fière Archange. Elle se battait tant qu’il y avait quelqu’un à protéger. C’est pourquoi Barbatos ne pouvait pas se permettre de battre en retraite. Zagan avait finalement compris pourquoi cet homme s’était tant résolu à ce combat.

« Je vois, ce n’est pas une populace que je peux regarder de haut avec arrogance et le piétiner. C’est un ennemi auquel je dois consacrer toute mon âme, » déclara Zagan.

Il ne pouvait pas s’occuper de petites choses comme le fait qu’il était honteux de s’appuyer sur les arts ou qu’il voulait se battre qu’avec la sorcellerie. C’était un ennemi contre lequel il devait se battre avec toutes ses forces pour l’affronter en désespoir de cause.

Zagan avait défait le fermoir de son manteau et l’avait jeté au sol. Ce manteau pourrait être considéré comme une forteresse de sorcier, incrusté d’une multitude de sortilèges pour sa protection. C’était un geste insensé que de le jeter devant un ennemi. Mais Zagan avait osé le faire.

C’est utile lorsqu’on utilise la sorcellerie, mais c’est juste un obstacle lorsqu’il s’agit d’utiliser les arts… Il ne pouvait pas se permettre d’être vaincu ici. S’il faisait un pas en arrière ici, Néphy, Foll et tous ses subordonnés seraient en danger. C’est pourquoi il n’avait pas d’autre choix que de faire un pas en avant et de saisir la victoire.

« Et alors ? As-tu un plan ou autre chose ? » demanda Barbatos.

« Comme si je pouvais avoir tout ce qui me convient. Tout ce que je peux faire, c’est déplacer mes poings jusqu’à ce qu’ils frappent, comme toujours. » Cependant, il n’avait pas tissé sa sorcellerie autour de ses poings. C’était ses pieds qui étaient entièrement renforcés par du mana. « Et toi ? Peux-tu me suivre ? »

« Haah, je peux à peu près lire dans tes pensées. Ne t’inquiète pas dans ta petite tête pour des conneries aussi triviales, » déclara Barbatos.

Zagan avait pu sourire naturellement à son ami indésirable, ennuyeux et pourtant fiable.

« Alors, allons-y. C’est un ennemi où nous devons mettre en jeu notre vie pour le repousser, » déclara Zagan.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire