Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 10 – Chapitre 3 – Partie 3

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 3 : Le monde est apparemment paisible parce que les Archidémons et l’Église s’entendent trop bien

Partie 3

Zagan avait trouvé Néphy après avoir quitté le château et pénétré dans la forêt. Elle semblait être en train de pratiquer le mysticisme céleste avec Orias. Elles se tenaient toutes les deux face à face.

Lorsque Michael était arrivé, Néphy avait essayé de le recevoir comme un invité, comme si c’était la chose la plus naturelle à faire. Cependant, il était clair que la conversation de Zagan avec lui n’allait pas être agréable, y compris leurs discussions sur Stella, alors il s’en était servi comme excuse pour lui faire passer du bon temps avec Orias. Il avait également fait cela parce qu’il lui semblait que cela aurait été pénible de voir Orias et Michael se rencontrer ici.

Néphy avait les yeux fermés et tenait un vieux balai usé. C’était le bâton d’Azazel. La lumière du soleil, qui scintillait à travers les arbres, ressemblait à des lames autour d’elle, dégageant une atmosphère solennelle. Si un prêtre de l’Église était témoin de cela, il dirait sûrement qu’un miracle se manifeste devant lui.

Une telle foule ne serait qu’une nuisance et il faudrait s’en débarrasser, mais c’est ainsi qu’elle avait semblé être Zagan à ses yeux. Il était complètement fasciné par elle alors que les oreilles de la charmante jeune fille avaient bougé.

« Maître Zagan ? »

Était-ce peut-être le pouvoir du bâton ? Zagan supprimait sa présence pour ne pas gêner son entraînement, mais Néphy avait remarqué qu’il était là et elle s’était tournée vers lui. Il lui fit un léger signe, mais pour une raison quelconque, les oreilles pointues de Néphy tremblèrent fortement comme si elle était complètement effrayée.

« Désolé. Je ne voulais pas te déranger, » déclara Zagan.

« Rien de tel... Hum, est-ce que quelque chose s’est-il passé avec le Seigneur Michael ? » demanda Néphy.

« Uhh… Pas grand-chose. Je vais juste sortir un peu, » déclara Zagan.

Il avait essayé d’agir de la manière la plus désinvolte possible, mais l’expression de Néphy s’était estompée.

« Cela ne me dérange pas. Va avec lui, » déclara Orias en hochant la tête et en poussant pratiquement Néphy par-derrière. Néphy avait tenu le balai précieusement contre sa poitrine et elle s’était précipitée vers Zagan.

« Hum, si cela te plaît, pourrais-je accompagner... Non, pas ça. Euh… »

Elle secoua la tête et se ressaisit, puis elle regarda une nouvelle fois Zagan avant de se pencher sur l’ourlet de sa robe et de faire une élégante révérence.

« Souhaites-tu avoir un rendez-vous ? » demanda Néphy.

Et voyant que Néphy leur suggérait enfin de faire quelque chose, Zagan acquiesça de la tête.

« Hmm, un rendez-vous, hein… ? Hwuh ? Un r-r-r-rendez-vous !? »

Ce n’était pas la première fois qu’ils sortaient ensemble, mais c’était en fait la première fois que Néphy l’invitait à un rendez-vous. Au contraire, c’était toujours fondamentalement Néphy qui avait répondu aux demandes déraisonnables de Zagan. C’était peut-être la toute première fois qu’elle l’invitait à faire quoi que ce soit.

Un r-rendez-vous ? Pourquoi ? Je veux dire, je suis heureux qu’elle m’ait invité. Mais pourquoi maintenant ? Néphy n’était pas du genre à ignorer ce qu’il venait de dire à propos de sortir pour qu’elle puisse suggérer une telle chose. En voyant les mains de Zagan trembler après avoir été si secouées, les oreilles de Néphy étaient devenues rouge vif alors qu’elle avait souri.

« Heehee. Cela valait la peine de rassembler mon courage si j’ai réussi à te surprendre, » déclara Néphy.

« C’est… Eh bien, je suis surpris et heureux, mais pourquoi ? » demanda Zagan.

Néphy avait posé sa main sur la joue de Zagan, déconcerté.

« Tu ne sembles pas en être conscient toi-même, mais tu fais une tête affreuse, Maître Zagan. Donc, euh… la thérapie de choc, je crois qu’elle l’appelle ainsi… J’ai essayé de l’utiliser, » déclara Néphy.

Zagan était bien plus secoué par ses discussions avec Michael qu’il ne le pensait, et Néphy avait vu clair dans tout cela. Elle tendit alors son balai usé et le fit tourner autour de sa taille pour s’asseoir dessus. Il n’y avait aucun signe de sorcellerie à l’œuvre, mais le balai flottait dans l’air et les pieds de Néphy s’étaient détachés du sol.

« Maman m’a appris à voler dans le ciel avec ça. Si tu as l’intention de sortir, je t’emmène ? » demanda Néphy.

« Et est-ce un rendez-vous ? » demanda Zagan.

« Oui… Euh, je me demande, est-ce que je suis trop insistante ? » demanda Néphy.

Néphy avait timidement levé les yeux vers Zagan.

« Non ! Je pense que c’est génial ! Ouais ! » s’exclama Zagan.

Zagan pourrait voler grâce à la sorcellerie, et si besoin est, il pourrait aussi utiliser la téléportation. Cependant, comment pourrait-il être assez fou pour choisir un moyen de transport aussi grossier et sans émotion ? C’était impossible. Il faudrait plutôt s’occuper de tous ceux qui se mettraient en travers de son chemin, qu’il s’agisse d’Archidémon ou d’archanges. Et avant de monter sur le balai, Zagan se tourna vers Orias.

« Désolé, Orias. Je vais emprunter Néphy. Tu permets ? » demanda Zagan.

« Si ma fille le souhaite, alors c’est tout ce qui compte. Il n’est pas nécessaire de s’occuper de moi, » répondit Orias.

Il semblerait qu’il y ait une différence de clémence entre les pères et les mères. Il aurait été bien que Raphaël puisse faire preuve du même degré d’indulgence, mais Zagan ne se sentait pas capable de le faire lui-même, il ne pouvait donc pas vraiment critiquer l’homme.

« Merci beaucoup, maman, » déclara Néphy avec un grand sourire.

« M-Mm… »

Dans un virage inhabituel, Orias détourna son regard de manière troublée. Elle fit ensuite signe à Néphy de manière réservée.

« Fais attention, » déclara Orias.

« Je le ferai. À plus tard, » déclara Néphy.

Zagan avait supporté son embarras et avait enjambé le balai derrière Néphy.

« Uhhh, est-ce comme ça que je m’assois sur ce truc ? » demanda Zagan.

Un jour, il avait vu l’image d’une sorcière chevauchant un balai comme celui-ci dans un des livres d’images que possédait Foll, mais Néphy le chevauchait sur le côté. En fait, il n’y avait pas de photos de deux personnes chevauchant un balai à la fois. Le bout des oreilles pointues de Néphy tremblerait en détournant son regard.

« Hmm… Tu pourrais tomber du balai comme ça, alors tu devrais t’accrocher à moi en étant plus serré…, » déclara Néphy.

« S-Serré ? » s’exclama Zagan.

Honnêtement, c’était assez difficile pour lui de le faire avec Orias qui les regardait encore, mais c’est sa femme bien-aimée qui avait fait la demande. Zagan se résolut et mit ses bras autour de sa taille.

« M-Mmm. Comme ça… ? » demanda Zagan.

« H-Huh ? O-O-Oui… Comme ça, » répondit Néphy.

Néphy avait hoché la tête alors que ses oreilles rouges tremblaient rapidement et que son regard vagabondait dans l’air.

Son corps est si mince et si doux… Et ses cheveux ! Quelque chose sent bon et c’est tout soyeux ! Maintenant qu’il y avait pensé, même s’il l’avait déjà fait asseoir sur ses genoux, il ne l’avait jamais serrée comme ça par-derrière. Sa première expérience en tandem avec elle avait été beaucoup trop stimulante. Néphy était tout aussi gênée — il pouvait sentir son cœur battre — et elle avait serré les lèvres avant de hausser la voix.

« Alors, c’est parti ! »

Avec cela, le balai s’était envolé très haut dans les airs.

 

 

« Hmmm, maintenant, c’est tout à fait…, » murmura Zagan.

Ils s’étaient instantanément envolés assez haut que cela leur permettait d’observer le château. La vue des arbres se balançant au gré du vent était en quelque sorte rafraîchissante. Zagan poussa un soupir d’admiration, et Néphy sourit alors qu’elle était de bonne humeur.

« Heehee, je suis heureux que tu sois satisfaite, » déclara Zagan.

Zagan avait lui-même affiché un large sourire devant l’insolite assurance de Néphy.

« … »

Un moment de silence.

Ayant Néphy dans ses bras, Zagan ne savait plus quoi dire, alors que Néphy semblait se concentrer sur le contrôle du balai. Elle était restée rouge vif et n’avait pas du tout ouvert la bouche. Le balai vola au-dessus de la forêt avant de finir par arriver sur les champs où se trouvait la route principale.

Ils progressaient bien, ce qui signifiait que le balai était en fait assez rapide. Leur rythme était à peu près le même que celui d’un chariot à pleine vitesse. La sensation de flotter qu’ils avaient en le conduisant était assez agréable, donc ils n’avaient pas l’impression qu’ils allaient aussi vite.

« Ah. » Néphy avait soudain haussé la voix.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? » demanda Zagan.

« Ummm, où allons-nous exactement ? J’ai fini par me diriger vers Kianoides, » déclara Néphy.

Maintenant qu’il y avait pensé, il n’avait jamais mentionné sa destination.

« Aah, Kianoides va bien. J’ai des affaires à régler à l’Église, » déclara Zagan.

« L’Église… Veux-tu rencontrer Chastille ? » demanda Néphy.

« Eh bien, les choses iront plus vite si je l’interroge à ce sujet, mais Nephteros ou autre fera l’affaire. » Et en prononçant le nom de sa belle-sœur, Zagan pencha la tête sur le côté. « Maintenant que j’y pense, je n’ai pas encore vu Nephteros aujourd’hui. »

« Oui, elle a mentionné qu’elle devait rester aux côtés de Chastille parce que le Seigneur Michael va visiter l’Église aujourd’hui. Je crois qu’elle viendra ici après la fin de leur réunion, » répondit Néphy.

« Il se peut donc que nous nous soyons manqués. Michael est juste passé par ici, » déclara Zagan.

Il était d’abord allé à l’Église. Eh bien, cet Archidémon n’était fondamentalement pas un bon vieux monsieur. Zagan avait été informé par Chastille qu’il allait venir à Kianoides, mais sans savoir ce qu’il faisait, elle n’était pas sûre s’il allait visiter le château de Zagan. Ses actions étaient imprévisibles.

« Nephteros est très dévouée, hein ? » dit Zagan avec un sourire tendu. « Ce serait bien si elle en montrait ne serait-ce qu’une partie à ce Richard. »

« Heehee. Chastille est une personne sympathique, mais il y a beaucoup de choses en elle qui t’inquiètent. Je suis sûre que Nephteros n’aime pas la laisser seule, » déclara Néphy.

« Je ne peux pas réfuter cela, » répondit Zagan.

Chastille était assez douée en mode travail, mais cette fille était essentiellement une épave du genre pleurnichard extrême. Et cette facette d’elle apparaissait parfois en mode travail, mais rarement. Il était facile de comprendre le sentiment de vouloir être à ses côtés lorsqu’elle rencontre un Archidémon, même si c’est Michael.

« Oh oui, Kuroka allait en ville aujourd’hui avec les autres, n’est-ce pas ? » demanda Zagan.

« Oui. Elles sont allées acheter quelque chose pour le bain, » déclara Néphy.

Zagan était allé inspecter le bain du Palais de l’Archidémon, mais celui-ci n’était qu’une ruine et cela ne lui avait pas dit grand-chose. Les trois filles de Liucaon, les personnes les plus normales parmi les résidents du château, avaient donc été envoyées en ville pour faire les courses. Le nom de Kuroka ayant été évoqué, c’était maintenant Néphy qui avait forcé un sourire.

« Cela signifie-t-il que Sire Shax est avec elles ? » demanda Néphy.

« Oui, il a dit qu’il allait les suivre à distance, mais c’est sans doute inutile avec Kuroka dans cette situation, » répondit Zagan.

Les sens aiguisés de Kuroka avec le temps passé à être aveugle ne s’étaient pas du tout détériorés. Il était même difficile pour Barbatos de la suivre sans se faire remarquer. Et c’était sûrement encore plus difficile pour Shax, vu qu’elle était habituée à son odeur. Il se trouve que Gremory les suivait également.

« … Ce matin, Kuroka m’a confié ses vieux vêtements, » marmonna Néphy d’un ton troublé.

« Je vois. »

Il y a quelque temps, Zagan avait acheté des vêtements à Kuroka, et Shax les cachait pour une raison inconnue. Les nouveaux vêtements qu’ils lui avaient achetés l’autre jour étaient également destinés à remplacer ses vêtements manquants.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

  1. merci pour le chapitre

Laisser un commentaire