Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 10 – Chapitre 2 – Partie 5

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 2 : Le pouvoir de l’amour, c’est le plaisir de découvrir la beauté et de l’admirer

Partie 5

Zagan avait fait un signe de tête en réponse à son opinion tout à fait raisonnable.

« Je vois. Alors, Néphy et moi, on va aller en ville. Les seuls capables de capturer Gremory sont moi-même et Kimaris. Nous devons aussi aller chercher Nephteros, » déclara Zagan.

Ce n’est pas comme s’il voulait juste aller en ville seul avec Néphy. Bien sûr, il avait de telles arrière-pensées, mais ce n’était qu’environ 70 % de ses intentions. Ce chiffre montrait vraiment la retenue de Zagan.

« Oh. » Néphy avait soudain haussé la voix en se souvenant de quelque chose.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? » demanda Zagan.

« Ummm, en fait…, » balbutia Néphy.

Il semblait difficile pour elle de le dire. Néphy rapprocha son visage de l’oreille de Zagan et lui chuchota. « Kuroka est à la recherche d’un travail qu’elle peut faire. Cette femme ne serait-elle pas difficile à faire renoncer ? »

C’était vraiment approprié venant de Kuroka de faire une telle demande. Zagan pouvait comprendre son incapacité à se calmer si elle ne faisait rien.

« J’ai compris. Kuroka, tu viens avec nous, » déclara Zagan.

Il voulait être seul avec Néphy, mais comme il allait de toute façon chercher Gremory, de toute façon, il ne pouvait pas s’attendre à profiter de son temps seul avec elle.

« Ummm, est-ce que je peux vraiment venir ? » demanda Kuroka.

« Oui. Quoi qu’il en soit, il y a quelque chose à propos de quoi je veux te consulter, » déclara Zagan.

« Me consulter ? » demanda Kuroka.

Les oreilles triangulaires de Kuroka s’agitèrent avec curiosité, et Zagan acquiesça de la tête.

Je me demande si elle va continuer à se consacrer au combat à partir de maintenant. Il y avait eu des occasions où Raphaël avait espéré qu’elle rangerait ses épées, maintenant qu’elle pouvait voir à nouveau. Zagan partageait les mêmes sentiments, mais Kuroka choisirait sûrement de se battre. C’était parce que Shax était infiniment maladroit et qu’il choisirait de rester sur le champ de bataille. Zagan n’avait qu’une seule réponse pour des gens comme ça. Il ne savait pas ce que Kuroka comprenait, mais elle lui avait fait un signe de tête alors même qu’elle affichait une expression neutre.

« Si c’est le cas, alors je viendrai, » déclara Kuroka.

Zagan s’était alors tourné vers Lilith. « Lilith, tu restes ici. Continue avec le plan du bain. »

« P-Plan ? Je ne sais pas comment faire un plan, » répondit Lilith.

« Ne t’inquiète pas. Je te laisse Shax. Dessiner un plan et tracer un cercle magique n’est pas si différent, » répondit Zagan.

Le visage de Shax s’était plissé à l’idée qu’on lui déléguait entièrement cette tâche.

« Hé patron, vous ne pouvez pas vraiment dire quelque chose d’aussi déraisonnable ? » demanda Shax.

« Quoi ? Ne peux-tu pas le faire ? » demanda Zagan.

« Je veux dire, je peux…, » répondit Shax,

« C’est pourquoi je te le laisse. Je compte sur toi, » déclara Zagan.

« Je ne peux pas refuser quand vous le dites comme ça… » Shax grogna de mécontentement, mais il cessa de se plaindre.

« Selphy, Alshiera, vous deux aussi, vous aidez. Vous en savez plus que moi sur les bains, n’est-ce pas ? » déclara Zagan.

Et juste à ce moment-là, un certain doute avait traversé l’esprit d’Alshiera.

« Cela ne me dérange pas, mais prévoyez-vous de faire plusieurs bains ? » demanda Alshiera.

« Plusieurs… ? Un bain pour hommes et un bain pour femmes ne suffisent-ils pas ? » demanda Zagan.

« C’est suffisant, mais il existe différents types de bains, non ? Si vous voulez faire une source d’eau chaude, ne devriez-vous pas en essayer plusieurs ? » demanda Alshiera.

Il ne savait pas s’ils étaient appropriés pour un grand bain, mais juste après sa discussion avec Lilith dans l’après-midi, il avait découvert les bains de lait, les saunas, les bains à bulles et les bains avec des bulles qui jaillissaient du bas.

« Hmm… » Zagan avait fait un signe de tête. « Tu marques un point. Mais combien peut-on en faire ? Il n’y a rien derrière le château, mais ça prendra beaucoup de place si on en fait deux de chaque côté. »

Lilith avait alors levé la main comme si elle avait soudainement eu une grande idée.

« Dans ce cas, pourquoi ne pas répartir l’utilisation des autres bains entre les hommes et les femmes en fonction des jours ? De cette façon, nous serons bien en faisant un de chaque, » proposa Lilith.

« Je vois, c’est une bonne idée. Allons-y pour ça. Donc, ça ne me dérange pas si tu en prépares un certain nombre, Alshiera, » déclara Zagan.

« Heehee, tant que cela vous plaira, mon Roi aux yeux d’argent, » déclara Alshiera.

Foll, l’autre personne qui n’avait pas encore reçu d’instructions, avait alors regardé Zagan avec curiosité.

« Zagan, et moi ? » demanda Foll.

« Oh, je te laisse le rôle le plus important, Foll, » répondit Zagan.

« Le plus important…, » répéta Foll.

Les yeux de Foll brillaient face à ces mots.

« J’ai besoin que tu pièges Raphaël et Orias pour qu’ils ne sachent pas ce qui se passe ici. Et aussi, traite avec Raphaël pour que Shax ne soit pas tué, » demanda Zagan.

« J’ai compris, » répondit Foll avec joie.

« Je suis entre vos mains, ma petite dame, » déclara Shax avec un sourire amer. « Ce ne sera vraiment pas drôle si je meurs de ça. »

Shax parlait comme si le lieu où il allait mourir était déjà déterminé, et l’expression de Kuroka s’était assombrie.

J’aimerais que ces deux-là se réconcilient maintenant… Il ne pouvait pas simplement dire à Kuroka de céder puisque tout était de la faute de Shax, mais il ne pensait pas que leur dispute durerait plus d’un mois. Il semblerait que les deux individus cherchaient une occasion de tenir une véritable conversation et ne pouvaient pas trouver cette occasion.

« Et alors ? » Kuroka secoua la tête comme pour rejeter de telles pensées, puis regarda Zagan dans les yeux. « Pourquoi vouliez-vous me consulter, Monsieur ? »

« Oh, c’est vrai. Kuroka, tu es essentiellement une chevalière angélique, n’est-ce pas ? » demanda Zagan.

Les cait siths possédaient une énorme quantité de mana et étaient une espèce rare capable de provoquer des miracles comme le mysticisme, aussi instable soit-il, mais Kuroka n’étudiait pas la sorcellerie. Ses compétences en matière d’épée étaient classées comme celles d’un chevalier angélique.

« Umm, je ne suis pas sûre que vous puissiez appeler les membres d’Azazel que…, » déclara Kuroka.

« Hm, c’est pourquoi je pensais t’accorder un pouvoir digne d’un chevalier angélique, » déclara Zagan.

« Le pouvoir d’un chevalier angélique ? » répéta Kuroka.

Le ciel sans lune de Kuroka était un trésor sacré de Liucaon qui rivalisait avec les épées sacrées, mais les épées sacrées n’étaient pas ce dont les chevaliers angéliques étaient principalement armés.

« Veux-tu dire… ? » Néphy semblait comprendre où il voulait en venir.

Zagan n’avait pas répondu et lui avait simplement souri en réponse. Le symbole du pouvoir de l’Église était les épées sacrées. Cependant, il y avait des centaines, voire des milliers de Chevalier Angélique. Ce n’était pas les épées sacrées qui avaient comblé le fossé entre les sorciers et ceux qui les combattaient. Et Kuroka ne possédait même pas cet équipement commun, mais elle pouvait combattre un Archange sur un pied d’égalité. Alors, que se passerait-il si on lui accordait un tel pouvoir après qu’elle ait recouvré la vue ? Même en tant qu’Archidémon, cette question avait piqué la curiosité de Zagan.

 

◇◇◇

« Vous autres, qu’est-ce qui ne va pas ? Ne pouvez-vous même pas toucher une seule fois un homme blessé !? »

Cela se déroulait au siège de l’Église dans la ville sainte de Raziel. Un jeune chevalier angélique avec un bandage enroulé autour d’un de ses bras avait rugi sur les jeunes hommes qui se trouvaient devant lui sur le terrain d’entraînement. Ils étaient trois à lui faire face, et chacun était armé d’une grande épée en bois. La plus grande force dans l’Église était les Archanges, et même s’ils étaient en plein entraînement, ils étaient tous revêtus de leur Armure Sacrée pour s’entraîner au combat réel.

Stella avait regardé cela de loin avec un regard empli d’ennui. Elle avait les cheveux cramoisis et un œil gauche cramoisi pour correspondre. Son autre œil était argenté et artificiel, mais sa longue frange le recouvrait. Elle était plutôt grande pour une femme, mais encore plus petite que les autres chevaliers.

Stella ne portait pas l’Armure Sacrée. Elle portait au contraire la tenue de cérémonie standard d’un membre de l’Église, bien que son col soit défait. Elle se reconnaissait comme une sorcière, mais son professeur Andrealphus l’avait amenée à l’Église pour une raison inconnue, en tant que la prochaine héritère de son épée sacrée. Pour cette raison, elle devait porter des vêtements aussi étouffants tout en regardant cet entraînement ennuyeux tous les jours. Elle avait choisi de ne pas porter l’Armure Sacrée simplement parce qu’elle était étouffante.

Après avoir simplement laissé échapper un énorme bâillement, la petite fille assise à côté d’elle la regarda avec anxiété. C’était la petite sœur qu’elle avait récupérée dans son ancien repaire de Kianoides, Lisette.

« Ne devrais-tu pas entraîner ? » demanda Lisette.

« Tu es une fille si sérieuse et si bonne, Lisette. Je suis un peu mauvaise avec une épée, mais quand même, les gars ici ne sont pas bons comme partenaire d’entraînement, » répondit Stella.

Elle avait envoyé tout le monde à l’hôpital dès son premier jour d’exercice, ce qui lui avait valu une bonne réprimande de la part d’Andrealphus pour ne pas s’être retenu. Elle s’était donc abstenue d’y participer depuis lors. Même les jeunes chevaliers angéliques étaient devenus complètement terrifiés par elle et refusaient même de la regarder dans les yeux.

Le type qui s’occupe un peu de leur entraîneur pourrait cependant faire mieux. Il s’appelait Arvo Juutilainen ou quelque chose comme ça. Il s’agissait de la moitié de l’équipe qui avait fait en sorte que Zagan utilise même l’écaille du ciel oriental. Son frère avait déjà guéri et était retourné sur le terrain, il n’était donc pas présent aujourd’hui.

Il avait assez de potentiel pour devenir un jour aussi fort que Chastille ou Kuroka, mais il avait malheureusement été blessé. Non seulement cela, mais son bras dominant était aussi celui qui était enveloppé de bandages, de sorte qu’il ne pouvait vraiment pas lui servir de partenaire d’entraînement. Elle s’était dit que ce ne serait pas terrible de jouer avec lui un peu après sa guérison.

En tout cas, son professeur lui avait ordonné de s’engager à suivre une formation de candidate pour être l’un des prochains Archanges, mais elle n’avait rien d’autre à faire que de s’entraîner aux frappes, si bien qu’elle s’ennuyait à l’infini. De plus, celui qui l’avait forcée à venir ici avait des affaires à régler et il avait quitté la ville. C’était tout simplement intolérable.

C’est bien plus amusant de faire des recherches sur la sorcellerie au château… Cependant, on lui avait dit de ne pas agir d’une manière qui l’exposerait en tant que sorcière, de sorte qu’elle ne pouvait même pas lire un grimoire. Elle pensait sincèrement que c’était une perte de temps totale.

« De toute façon, nous n’avons rien à faire, alors pourquoi ne pas sortir et aller chercher des bonbons ? » demanda-t-elle.

« Hm ! »

Et juste au moment où elles s’étaient levées…

« Hé, c’est Ginias. »

« Bon sang, Junior... Ses blessures vont-elles vraiment bien maintenant ? »

Les jeunes chevaliers angéliques s’étaient mis à murmurer entre eux. En regardant l’agitation, Stella aperçut un chevalier angélique assez jeune pour être appelé un gamin à l’entrée du terrain d’entraînement. Il s’agissait de Ginias Galahad II. C’était l’Archange qui était à la tête des douze Archanges. Il avait une épée sacrée à la hanche et portait son armure sacrée. Il n’avait pas l’air du tout prêt à se remettre sur pied, comme si on lui avait simplement dit de venir et de se montrer.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

  1. merci pour le chapitre

Laisser un commentaire