Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 1 – Chapitre 3 – Partie 6

***

Chapitre 3 : C’est terrifiant quand un enfant normalement silencieux se met en colère

Partie 6

S’il pouvait bloquer l’épée, même quelqu’un avec une Armure Sacrée aurait des problèmes pour la retirer.

« Argh..., » tandis que la jeune fille gémissait, Zagan la regardait avec indifférence.

« Je n’ai pas l’intention de me justifier, mais il y a une montagne de personnes qui ne seraient pas vivantes si la sorcellerie n’existait pas. Quiconque piétine ces personnes et les traite comme des proies... ne défend aucune sorte de justice, » déclara Zagan.

« Ah..., » même cette fille semblait se forcer à le calomnier, alors elle avait probablement compris ses véritables intentions.

Alors qu’elle était devenue pâle, elle ne pouvait rien dire en réponse.

Oh, voyons. Ne réagis pas comme ça. Ça rendra encore plus difficile le fait de te frapper... Bon sang..., pensa-t-il.

Si elle avait crié d’une manière disgracieuse que ce qu’elle faisait était juste, alors Zagan aurait pu la frapper sans s’inquiéter.

Malgré cela, Chastille avait mordu ses lèvres et avait mis toute sa force dans la main en saisissant son épée.

« Toutefois... Non ! Précisément parce que c’est vrai, je ne peux pas me permettre de perdre ! » déclara la fille.

« Argh, wôw. » La fille avait sorti l’Épée Sacrée en utilisant la force. Et comme Zagan marchait dessus, il avait perdu l’équilibre.

« Voilà ! » Chastille déchaîna une frappe de toutes ses forces.

Malheureusement, ta technique est beaucoup trop grossière, pensa-t-il.

Sans s’écarter du chemin, Zagan avait réuni ses mains. Et alors qu’il l’avait fait, il avait magnifiquement attrapé le bout de la lame.

La protection offerte par son cercle magique avait craqué. Les paumes de sa main étaient chaudes, comme si elles étaient brûlées. Malgré cela, Zagan lui avait répliqué avec un sourire féroce.

« Es-tu bonne dans un concours de force ? » lui demanda-t-il.

« J’accepte votre défi ! » Loin de s’écarter de ça, Chastille avait mis tout son poids en poussant l’arme vers l’avant.

Le symbole gravé sur l’Épée Sacrée brillait à tel point que c’était aveuglant, et comme s’il était en accord avec cela, son Armure Sacrée était également enveloppée de lumière.

« Quoi ? » c’était un peu incroyable, mais la fille avait soulevé son Épée Sacrée avec le corps de Zagan.

Cette fille... cachait un tel atout depuis le début ? Juste au moment où Zagan attendait pour voir son attitude, Chastille semblait cacher sa vraie force.

Et puis, elle avait fait descendre son Épée Sacrée sans autre précaution.

« Ce foutu — Arg ? » Une fille si délicate avait réussi à déplacer un morceau d’acier avec un humain qui y était attaché. C’était un peu difficile de le croire.

Choisissant de ne pas encaisser ça, Zagan avait lâché prise. Cela l’avait envoyé s’écraser sur un arbre derrière lui, où il s’était étouffé après que son souffle soit sorti d’un coup de sa poitrine.

Elle a plus de puissance que moi... à l’intérieur de ma propre barrière ? Il était vrai qu’une barrière n’avait pas beaucoup de sens contre un Chevalier Angélique, mais ce n’était pas comme si Zagan lui-même avait perdu son pouvoir renforcé.

Même si c’était dû à la puissance d’une Épée Sacrée et de son Armure Sacrée, la force physique pure de Chastille avait submergé Zagan.

Zagan avait inspecté ses mains, qui venaient de toucher l’épée, alors qu’il se levait.

Sa peau avait été abîmée et présentait des brûlures. Même s’il avait commencé à les guérir par la sorcellerie, la régénération avait été lente. C’était probablement aussi le pouvoir d’une Épée Sacrée.

À l’époque... J’aurais vraiment dû la tuer, hein ? pensa-t-il.

Comme on pouvait s’y attendre, il se sentait mal à l’aise de tuer une femme sans défense, mais il savait qu’il aurait dû être plus prudent avant d’avoir un contact avec quelqu’un de l’Église.

Pendant qu’il gémissait, Chastille se précipita une fois de plus sur lui.

Zagan avait réussi à immobiliser l’épée, qui descendait d’en haut, mais le grand arbre à son dos s’était brisé en morceaux en produisant un important bruit.

Si ce n’était pas Zagan, ou peut-être s’il n’était pas dans sa propre barrière, il aurait été fracassé comme cet arbre.

Un soupir s’était échappé de ses lèvres. S’il en était arrivé là, il n’y avait pas d’autre option.

Je n’ai pas d’autre choix maintenant... Dois-je la tuer ? pensa-t-il.

Il avait la possibilité de s’enfuir. Cependant, Néphy était dans le château. Si Zagan s’enfuyait, alors Néphy serait tuée. Après tout, l’Église exécutait tous ceux qui s’étaient alliés aux sorciers, sans aucun remords.

Il semblait qu’il était impossible de briser une Épée Sacrée, même avec le pouvoir de Zagan. Cependant, ce n’était pas comme s’il n’y avait rien d’autre qu’il ne pouvait faire pour lui faire face.

Et puis, juste au moment où il avait rassemblé le pouvoir entre ses deux mains pour déclencher une destruction totale...

« Restez comme ça et écoutez-moi. Pouvez-vous faire semblant de mourir de ma main ? » Zagan avait involontairement ouvert les yeux en état de choc lorsqu’il avait entendu cela.

Déplaçant son regard vers l’arrière de la jeune fille, Zagan remarqua que les trois Chevaliers Angéliques qu’il avait battus avaient commencé à se lever. Est-ce qu’elle essaie de parler en s’assurant qu’ils ne l’entendent pas ?

« Qu’est-ce que tu prépares ? » chuchota-t-il.

« L’Église n’abandonnera pas l’idée de vous tuer. Si je perds ici, quelqu’un de plus fort que moi sera ensuite envoyé. Faites en sorte que vous mouriez ici. Et puis jetez cette maudite sorcellerie et vivez comme une personne ordinaire, » répondit la jeune femme en un murmure.

Zagan doutait de ses oreilles.

« Je ne m’attendais pas à entendre de tels mots de la bouche d’un Chevalier Angélique, » répliqua Zagan.

« ... Vous n’avez pas tué mes subordonnés. Et même si vous dites que vous essayez de leur inculquer la peur, vos yeux sont colorés avec quelque chose comme de l’affection, » répondit-elle.

Ses paroles étaient difficiles à accepter pour Zagan.

Je ressemble à ça ? Zagan ne savait pas que ses sentiments pour Néphy se manifestaient de cette manière.

Naturellement, il ne le dirigeait pas vers ses adversaires, mais Chastille avait vu le fait qu’il y avait quelqu’un que Zagan voulait protéger.

Et puis, Chastille avait dit ce qui avait suivi. « Par-dessus tout, je n’ai pas oublié... que vous êtes mon sauveur. » En disant cela, Chastille avait vraiment l’air de vouloir s’excuser.

« ... Désolée. C’est... à peu près tout ce que je peux faire, » déclara-t-elle.

Il semblerait que cette fille n’a pas oublié le fait que Zagan l’avait sauvée.

Ce n’était pas la première fois que Zagan affrontait des Chevaliers Angéliques. Cependant, c’était la première fois qu’il rencontrait quelqu’un qui pleurerait la mort d’un sorcier.

Cette fille... doit avoir la vie dure, hein... ? pensa-t-il.

Si un Chevalier Angélique protégeait un sorcier, cela ne se terminerait pas seulement par la perte de leur statut.

Ils seraient déclarés traîtres, se verraient privés de tous les droits de l’homme et finiraient par être torturés et exécutés d’une manière telle qu’on hésiterait à essayer de la décrire. Pour une fille aussi belle que Chastille, le viol était aussi inévitable.

Elle n’avait pas l’air assez stupide pour ne pas le savoir. Et donc, ces mots n’avaient probablement pas été prononcés avec une faible résolution.

Il était devenu encore plus difficile de l’attaquer en raison de cela.

Mais... Je ne peux pas vraiment faire ça, hein ? pensa-t-il.

Si Zagan faisait comme Chastille l’avait dit, il pourrait s’enfuir en toute sécurité. C’était aussi une chose logique, car il n’y avait plus de biens dignes d’intérêt dans le château.

Cependant, il savait qu’il serait impossible de sauver Néphy s’il s’engageait dans cette voie.

S’ils fouillaient le château, ils la trouveraient. Et Néphy ne s’enfuirait certainement pas. Après tout, cette fille n’avait pas vraiment envie de vivre.

Juste au moment où il s’inquiétait de ce qu’il fallait faire...

« Maître ! » Néphy, qui aurait dû rester au château, l’avait appelé.

Tandis que Zagan se retournait, une fille habillée comme une servante couraient vers lui.

Peut-être parce que Zagan avait été en retard, ou peut-être parce qu’elle avait senti des problèmes, elle était venue auprès de lui.

« Ne t’approche pas, Néphy ! » cria Zagan.

« Eh, une fille... ? » Chastille parlait d’un ton ahurissant.

C’était aussi le moment où les deux individus avaient présenté en même temps une ouverture.

« Tu te fouuuus de notre gueule !! » Parmi les trois Chevaliers Angéliques vaincus avant, l’homme à la lance s’était levé. Contrairement aux deux autres, il n’avait subi que des blessures mineures.

Après avoir regardé autour de lui, ses yeux s’étaient arrêtés sur Néphy, qui courait vers eux.

« Le compagnon du sorcier, hein ? » À quoi pensait-il exactement ? Il avait brandi sa lance sur Néphy, qui se précipitait vers Zagan.

« Arrête, Torres ! » Chastille avait fait entendre sa voix pour le retenir, mais le Chevalier Angélique avait projeté sa lance.

« Bouge-toi de là ! » Zagan avait repoussé Chastille, puis s’était précipité devant Néphy.

Cependant, Zagan savait que Néphy ne s’en tirerait pas à la légère s’il la poussait sur le côté avec la puissance qu’il avait actuellement en lui. Il avait essayé de l’envelopper doucement dans ses bras, mais il avait fini par prendre la lance à sa place.

« Tch —, » Zagan avait placé sa main gauche pour l’utiliser comme bouclier.

La pointe de la lance avait percé à travers sa paume, accompagné par le bruit de chair et d’os écrasés.

« Maître ! » Néphy avait poussé un cri de douleur.

Pourtant, Zagan avait réussi à arrêter la lance avec sa main.

« Ce n’est pas grave. Quelque chose comme ça... n’est qu’une égratignure. » Pendant que Zagan parlait, la sueur coulait légèrement sur son front.

Il avait été blessé dans un moment où ses capacités de guérison avaient été obstruées, de sorte que son bras gauche allait probablement être inutile pendant un certain temps.

En un goutte à goutte, le sang était lentement tombé au sol.

Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas vu son propre sang.

Ne t’emporte pas... putain de merde..., pensa-t-il.

Cependant, Zagan n’avait pas été en mesure de faire disparaître ce genre de vile pensée.

Dans ses bras, il pouvait sentir un important froid surgir.

« Avez-vous osé blesser... mon maître ? » Zagan n’avait pas tout de suite réalisé que c’était Néphy qui parlait.

C’était une voix froide qu’il n’aurait jamais cru pouvoir entendre venant de la bouche de cette fille douce et léthargique.

Et immédiatement après cela...

« Euh, qu’est-ce que c’est ? »

On disait souvent qu’une forêt était vivante. Cela s’était généralement produit lorsque toutes les choses vivantes de l’endroit bougeaient en même temps et que les arbres se balançaient sous l’effet d’un vent puissant.

Cependant, il n’y avait pas d’animaux qui couraient partout. Et il n’y avait pas non plus de vent.

Et pourtant, la forêt donnait quand même l’impression d’être vivante.

Les animaux se rassemblaient depuis les profondeurs de la forêt. Il y avait entre autres de petits écureuils, de féroces loups et des sangliers. Sans pousser un seul cri, ils fixaient tous les Chevaliers Angéliques.

Ce n’était pas non plus comme si les arbres se balançaient. À la place, les feuilles et les branches elles-mêmes avaient commencé à s’étirer, et les arbustes épineux s’étendaient vers eux à partir des fourrés.

La forêt était vivante, agissant comme si elle avait une volonté propre. Et quelque chose, peut-être la malice de la forêt, fixait les Chevaliers Angéliques.

Qu’est-ce que c’est exactement... ? Ce n’était pas de la sorcellerie. Après tout, Néphy avait un collier qui scellait la sorcellerie encore présente à son cou, donc elle ne pouvait pas en utiliser. Cela dit, il était clair que ce n’était pas non plus le pouvoir de l’Église.

Si l’on était obligé de l’expliquer...

Est-ce qu’elle... contrôle la forêt elle-même ? C’était complètement différent en termes d’échelle et de qualité par rapport à la sorcellerie de Zagan. Une sensation de froid avait parcouru le long de sa colonne vertébrale.

Cela devait probablement aussi être le cas pour les Chevaliers Angéliques.

Face à ce pouvoir mystérieux, celui qui avait projeté sur Néphy la lance avait commencé à trembler.

« Non... A-Arrêtez, AAAAAAAAAAAAAAAAAH ! » L’homme que Chastille avait appelé Torres s’était enfui.

« Je ne vous laisserai pas vous échapper, » Néphy étendit son bras alors qu’elle déclarait ça avec froideur.

Des lierres avaient rampé sous ses pieds, les attachant.

« Argh ! » Des racines dures avaient également rampé vers Torres après qu’il soit tombé. Ils avaient agi comme un unique être vivant, avalant le corps puis le maintenant dans le sol.

 

 

Le pouvoir était terrifiant, et en regardant de près, Zagan remarqua que des fissures se formaient sur l’Armure Sacrée de Torres.

Zagan était finalement revenu à la raison en entendant le bruit des os qui se brisaient.

« C’est assez ! C’est déjà bien assez... Alors, arrête ça, Néphy. » Néphy avait baissé sa main lorsqu’il l’avait prise dans ses bras. Elle avait été clairement surprise.

Heureusement, Torres semblait encore un peu respirer.

Est-ce que c’est... Le pouvoir de Néphy... ? Était-ce quelque chose de caractéristique aux elfes ? Ou bien pouvait-elle l’utiliser à cause de son existence unique, qui se manifestait à l’extérieur par ses cheveux blancs comme neige ?

Quoi qu’il en soit, ce pouvoir surpassait même la sorcellerie, et c’était quelque chose vis-à-vis de quoi Zagan n’avait absolument aucune connaissance.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. Merci pour le chap ^^

  3. Il faut souvent se méfier des jolies jeunes filles dans les LN. Elles mettent souvent au tapis le sexe fort 🙂

  4. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire