La Fierté d'Assassin – Tome 1 – Leçon 1 – Partie 6

Bannière de La Fierté d'Assassin †††

Leçon 1 : Le réveil du corbeau doré

Partie 6

L’après-midi était la période du cours pratique — Kufa avait dû être témoin de la raison pour laquelle Melida avait été appelée la « fille sans talent ».

La Sainte Frideswide était digne d’être appelée une vaste école, ils avaient préparé quelques arènes d’entraînement.

L’une des arènes d’entraînement était une scène ronde comme celle d’un cirque. Sur la scène circulaire séparée par une corde, il y avait toutes sortes d’équipements d’exercice.

Même s’il semblait que l’équipement était ce que les cirques utilisaient, la différence décisive résidait dans leur degré de danger. Les endroits pour marcher étaient aussi à des dizaines de mètres de hauteur, et il n’y avait pas non plus de clôtures pour éviter de tomber, et cela même si l’environnement semblait présenter des pièges pour faire tomber le challenger.

Les étudiants de première année s’étaient changés dans leur uniforme désigné et avaient fait la queue à l’entrée de la scène. La professeure qui se tenait à l’écart avait fait un signe, et quelques élèves y entrèrent. Ce serait un test de précision lors du passage de quelques obstacles et aussi du temps passé pendant le test. Si l’on utilisait les résultats de ce test sur une « Estimation des capacités de combat en uniforme de Flandor », cela transformerait la force des élèves en données.

Pour qu’une personne normale entre dans cette phase de formation conçue pour un utilisateur de mana, il serait normal qu’elle soit incapable de battre en retraite.

Melida se tenait devant le piège où, quoi qu’elle fasse, elle ne pourra jamais passer, ses jambes se tenaient raides. Nerva, qui passait le test en même temps qu’elle, avait poussé Melida de l’arrière comme si elle se vantait.

« Hé, Melida ! Il y a des gens derrière toi. Saute vite ! » déclara Nerva.

« … »

En dehors de la plate-forme d’entraînement, les étudiantes s’étaient levées pour regarder Melida. Elles étaient inquiètes pour elle. La professeure qui ne le supportait plus avait déposé son calepin et l’avait remplacé par deux épées en bois.

« Melida Angel ! Attendez ici ! » déclara-t-elle.

La professeure était allée sur la plate-forme d’entraînement et en moins de dix secondes, elle avait réussi à atteindre Melida, lui jetant une des épées en bois vers elle.

La professeure avait décidé de défier Melida. C’était l’une des méthodes pour mesurer ses capacités.

Mais Kufa qui observait de derrière les étudiantes soupirait. « le résultat est le même. »

Puissance d’attaque à 1, Puissance de défense à 1 et Agilité à 2 — C’était la limite de l’Ange Melida sans mana.

« Haaaaaa ! »

Melida avait pris l’épée de bois, et elle tenta une manière impressionnante d’attaquer. L’enseignante avait déjà pris sa retraite du Calvaire, mais son corps avait encore du mana qui avait été affiné.

— Cela n’avait même pas duré cinq secondes, et l’épée de bois s’était envolée en l’air, alors que Melida avait atterri sur le sol.

« Argh… ! »

Cette scène avait été jouée à maintes reprises. Alors que Melida avait poussé un cri de douleur. Nerva et les autres avaient ri, comme si elles en attendaient l’occasion.

« Hahahahahaha ! Melida, tu devrais être une artiste ! C’est mieux que de rejoindre les gardes impériaux ! » déclara Nerva.

« … ! »

Melida qui était allongée sur le sol serra son poing, ce qui avait blanchi sa main en raison de la force. L’enseignante qui regardait Melida soupira, se retourna et à ce moment-là — .

« — Uaaaaaa ! »

Melida cria comme si elle était un chiot blessé, sauta en même temps qu’elle frappait avec son épée. L’enseignante qui s’était déjà débarrassée de sa position de combat avait été choquée de voir l’élève qui fonçait sur elle.

« Melida Angel ! Ne soyez pas imprudente ! »

L’épée de bois toucha l’épaule sans défense de l’enseignante — accompagnée d’un bruit assourdissant qui frappa les oreilles lorsque l’épée rebondit.

L’enseignante n’avait rien fait. Elle s’était arrêtée sur place, ne faisant rien. Tant qu’il y avait du mana autour du corps, une personne normale ne serait pas capable d’y pénétrer. À la suite de l’élan en frappant avec l’épée, la force qui rebondissait était quelques fois plus forte, et le petit corps de Melida avait volé en arrière comme si elle était une plume.

Et elle s’était facilement envolée hors de l’arène d’entraînement.

« Ah… »

Tout son corps était paralysé par le vent, et Melida avait une expression vide. La partie supérieure de son corps s’était inclinée vers le bas, tombant de plusieurs dizaines de mètres.

« Melida Angel ! »

L’institutrice avait crié, les élèves avaient arrêté de respirer. Puis Kufa se leva à contrecœur.

Par la suite, une rafale d’une vitesse impressionnante s’était abattue sur l’arène d’entraînement.

Alors que les étudiants se sentaient surpassés par ça, un bruit impressionnant de pas se fit entendre, et une ombre noire s’envola et pénétra dans l’arène d’entraînement. Elle avait tourné avec un angle aigu. Alors que le bord de ses pieds semblait produire des étincelles, sa vitesse avait augmenté, et en moins de 2 secondes, il avait été en mesure d’entrer dans l’arène de formation qui avait pris dix secondes pour que l’institutrice y pénètre, puis il avait trouvé un endroit approprié pour sauter, ouvrant ses bras.

Kufa avait attrapé la blonde en plein vol. Son élégant sauvetage de fille dans un style de princesse avait été un succès alors qu’il répartissait son élan sur tout son corps. Ses semelles de chaussures dégageaient une odeur de brûlé.

Kufa posa doucement Melida sur le sol et s’agenouilla naturellement sur un genou.

« Est-ce que cela va, Milady ? » demanda Kufa.

Tout le monde avait été choqué. Tout le monde dans l’arène d’entraînement n’avait pas dit un mot, sans parler de Melida. L’institutrice était finalement arrivée à côté des deux individus, alors qu’elle avait montré un sourire intéressé.

« Étonnamment bien fait. Devrais-je dessiner un cercle de fleurs pour vous récompenser ? » demanda-t-elle.

« Je ne suis pas grand chose, madame, » répondit Kufa.

Kufa s’inclina avec respect, et les filles qui avaient été rattrapées dans leurs émotions quant à la situation actuelle éclatèrent en applaudissements. Des acclamations choquantes avaient encerclé Kufa.

« Veuillez nous dire votre nom ! »

L’une d’entre elles avait répondu à la demande et avait été suivie de quelques filles qui avaient commencé à demander le nom de Kufa. Les étudiantes avaient inondé la plate-forme, les yeux colorés comme des fleurs épanouies l’entourèrent.

Melida avait été expulsée du cercle, mais personne ne semblait s’en soucier.

« Depuis la première fois que je vous ai vu, j’ai été attirée par vous ! Je suis de la famille Kelada… »

« Attends, tu es trop sournoise en volant la première place ! Tout le monde est censé faire la queue pour le saluer et le rencontrer ! »

« Même si je n’y voyais pas clair, mais j’étais totalement amoureuse ! Votre vitesse est plus rapide que celle de la professeure, non ? »

« Eh, ça ne peut pas passer inaperçu. Qui lui prêtera une épée de bois ! »

« Mad… madame, vous aimez vraiment plaisanter… »

La situation avec les étudiantes et l’institutrice avaient évolué en un tumulte très vif. Pourtant, celles qui n’avaient pas encore rejoint le mouvement étaient Nerva et les autres. Elles avaient un visage de désintéressé, pensant à la façon de verser de l’eau froide sur la situation actuelle.

« C’est vraiment inutile que ce tuteur ait été donné à Melida Angel ! » déclara Nerva.

Sa phrase sarcastique n’avait été entendue que par Melida.

« … ! »

Melida avait quitté les lieux. Même si c’était encore pendant les cours, elle avait quitté l’arène d’entraînement. Même s’il était évident qu’elle séchait les cours, mais personne ne lui avait demandé de rester.

De plus, pas même une seule personne n’avait remarqué la disparition de Melida.

« … »

Seul Kufa l’avait vue partir. À l’origine, Kufa pensait à la pourchasser, mais le fait de rattraper Melida n’apporterait que la réaction inverse. De plus, Kufa avait déjà… — .

« Sire Kufa ? »

Voyant Kufa regarder dans une autre direction, une fille pencha la tête de côté et demanda. Kufa avait souri à la jeune fille, tout en répondant aux questions posées par beaucoup de filles. En même temps, il pensait sous son faux masque : c’est l’heure.

 

***

 

Tard dans la nuit, alors que tout le monde dans le manoir était plongé dans le monde de rêves, Kufa était assis à son bureau.

Il écrivait son rapport de mission. Ce rapport passerait par des voies inconnues de la poste, et arriverait entre les mains de son supérieur avant l’aube.

Le texte écrit sur le rapport était simplement le suivant :

  • Après l’avoir observée toute une journée, je constate que Melida Angel n’a aucun talent.

  • Conclusion, elle n’est pas la fille biologique du duc Felgus Angel.

  • J’accomplirai donc la « seconde mission » qui m’a été confié.

Kufa posa sa plume d’oie et se releva de sa chaise. Il avait transporté les bagages non ouverts jusqu’au lit et les avait ouverts.

Les bagages qui gardaient les vêtements propres, les nécessités quotidiennes, les livres, etc. possédaient un compartiment secret. Kufa avait résolu la serrure pour ouvrir le compartiment secret, avait sorti les choses qui y étaient gardées.

— Il y avait toujours eu une rumeur. Quelque chose qu’une mère dirait quand les enfants ne l’écouteraient pas.

On disait que ce pays possédait un autre régiment qui était à l’opposé du Régiment de Cavalerie Blanc, qui était le Régiment de Cavalerie Noire qui appartenait directement au conseil. Le conseil leur confiait des missions qui incluaient l’« assassinat » et la « gestion secrète », parfois des missions où ils traitaient les humains comme des sujets d’essais pour des « expériences interdites », etc, des sales boulots qui rendaient les gens méfiants envers eux.

La plupart des membres avaient été éduqués dès leur plus jeune âge par l’organisation, d’après des dossiers qu’ils n’existaient pas selon la société de lumière. Chaque fois qu’ils faisaient une apparition publique, ils changeaient leur nom, leur allure, et une fois arrivée à destination, ils disparaissaient. Les tueurs n’existaient tout simplement pas dans ce monde — .

« Je n’aurais jamais pensé que j’aurais besoin de me débarrasser de mon masque de tuteur privé… si vite, » déclara-t-il.

Ce qui était caché dans l’étui, c’était du poison, de la poudre à canon et des explosifs, du fil d’acier et un poignard noir, etc. Il avait préparé tout cela parce qu’il ne savait pas ce qu’il fallait.

Kufa avait d’abord mis des gants de cuir noir, puis s’était mis à réfléchir.

— Cette fois, on m’a confié deux missions. L’une est d’éduquer l’inutile Milady, de lui enseigner ce qu’il faut pour devenir quelqu’un qui convient comme combattant de la maison du Duc Angel.

Puis la deuxième mission est que si Melida Angel n’avait pas de potentiel de croissance, quand je pourrais confirmer qu’elle n’est pas la lignée officielle du Paladin — .

Alors la fille qui entacherait la maison d’Angel, sans laisser de traces, elle devrait être —

« Effacé ».

Kufa avait pris le fil d’acier et l’avait glissé dans sa manche. S’il y avait une goutte de sang, ce serait mauvais, donc il serait préférable d’utiliser la strangulation. Ou serait-il préférable de la brûler jusqu’à ce qu’il ne reste plus que des cendres ? Il serait assez difficile de « ne pas laisser le corps » pour empêcher une enquête.

Au cas où, Kufa plaça la dague sur sa hanche et quitta la pièce. Il pensait qu’il n’aurait pas besoin d’utiliser son poignard préféré, alors il avait gardé son poignard préféré sous le matelas du lit.

Alors que les servantes étaient tombées dans le monde de rêves, Kufa n’avait fait aucun bruit alors qu’il se déplaçait sans bruit dans le couloir.

« Je suis désolée, Mlle Emy, et les autres, » murmura Kufa.

Kufa s’était excusé. Elles avaient aussi organisé une grande fête de bienvenue pour lui.

Cela n’aurait pas dû être si rapide. Même si son supérieur avait souri quand il lui avait dit. « Si tout se passe bien, tu pourrais revenir dans un mois, non ? » Cependant, pour être prudent, il aurait dû attendre et regarder si les choses allaient changer.

Après tout, la nouvelle recrue venait d’arriver ce jour-là, si la Milady mourait maintenant, alors n’importe qui se méfierait de Kufa. Même si « Kufa » n’appartenait pas à la société, le client aidera à éliminer le suspect, afin de ne pas attirer l’attention des gens.

En connaissance de cause, Kufa avait quand même la détermination de mettre fin à cette mission… parce qu’il ne pouvait pas supporter d’attendre.

Melida Angel l’avait rendu incapable d’attendre.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire