La Croix d’Argent et Dracula – Tome 5 – Prologue

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Prologue

Rushella avait disparu.

L’effet de ce simple fait n’exigeait pas de dire quelque chose de particulier, mais il avait fallu beaucoup de temps à Hisui pour l’accepter.

Le jour férié après la fête du sport, il était déjà midi au moment du réveil d’Hisui.

Les matins sanglants — où Rushella avait mordait son cou pour boire du sang — étaient maintenant une chose du passé. Ce qui le remplaçait n’était pas différent de ce que les gens ordinaires avaient vécu... un sommeil continu jusqu’au réveil naturel.

Malgré le sentiment que quelque chose n’allait pas, Hisui était quand même allé se laver le visage, puis boire un verre d’eau et se mettre au travail pour préparer le petit-déjeuner pour deux, comme l’habitude le dictait.

« Hé, dors-tu encore ? » demanda Hisui.

Rushella n’aurait pas pu sortir seule.

Pour le dire simplement, elle sortait toujours avec Hisui. Même si Hisui dormait, elle le réveillait du lit avant d’aller dehors avec lui.

Par conséquent, si Rushella n’avait pas pu être trouvée, elle était très probablement dans sa chambre... l’ancienne chambre de Miraluka.

Hisui s’attendait à ce qu’elle ait la porte et les fenêtres fermées hermétiquement, dans un style vampire, faisant de beaux rêves dans l’obscurité.

« ... Hein ? » s’exclama Hisui.

Il n’y avait personne.

Rushella n’était pas dans la pièce et le lit n’avait pas non plus de signes de quelqu’un qui aurait dormi dedans.

La literie était propre et rangée, sans la moindre trace de chaleur corporelle persistante.

Mais ce n’était pas tout ce qu’il y avait d’anormal.

Le problème principal était que tous les effets personnels de Rushella avaient complètement disparu.

Son cercueil habituel avait également disparu.

Naturellement, ce n’était pas quelque chose à transporter quand on sortait juste quelques heures.

Ce n’est qu’alors qu’Hisui s’était rendu compte de la situation.

Rushella... avait disparu.

« Qu’est-ce qu’elle a cette fille... ? » demanda Hisui.

L’angoisse dans son cœur était inévitable, mais Hisui avait une certaine dose d’optimisme.

Elle s’était sûrement encore enfuie quelque part.

Cercueil, eh bien... Peut-être qu’elle l’avait sorti pour une raison spéciale.

« Juste au cas où..., » murmura Hisui.

Hisui avait décidé d’envoyer un premier SMS à Mei, Eruru, Kirika — en gros toutes les filles qui pourraient être avec elle ou qui pourraient savoir où se trouvait Rushella.

Heureusement, le cercle d’amis de Rushella était très petit, donc ces filles étaient les seules avec qui elle pouvait entrer en contact.

Hisui ne pensait pas qu’il avait fait quoi que ce soit pour la mettre en colère. C’est pourquoi les filles devraient bientôt apporter de bonnes nouvelles — c’est ce à quoi Hisui s’attendait.

« Je ne sais pas. Quoi ? T’es-tu encore battu ? Alors, profites-en pour avoir des bébés avec moi, que dirais-tu de... ❤ ça ? » demanda Mei.

« Aucune idée. En tant que son gardien, gardez un œil sur ses allées et venues, » déclara Eruru.

« Désolée, je n’en ai aucune idée. Au fait, samedi prochain... Êtes-vous libre ? » demanda Kirika.

Les filles avaient répondu respectivement dans leurs styles délibérés et distinctifs.

Hisui soupira et prit le petit-déjeuner en se sentant impuissant.

Quoi qu’il en soit, elle devrait rentrer cette nuit d’elle-même.

Au moins à l’époque, Hisui s’accrochait encore à cette notion naïve.

Cependant, quand la nuit était descendue... Rushella n’était toujours pas revenue.

Ce n’est qu’alors qu’Hisui s’était mis sérieusement à la chercher.

Mis à part le cercueil, tous les effets personnels de Rushella avaient également disparu. Cela inquiétait encore plus Hisui.

Pas une seule note. Il ne restait plus que les pièces d’or qu’ils avaient gardées dans le cercueil de Rushella.

Dans un certain sens, ces pièces étaient en fait les plus essentielles quand on sortait. C’était peut-être là sa détermination à se séparer de lui.

« Louez pour tout ce temps... C’est ce qu’elle veut dire ? Quelle blague pas drôle du tout... ! » murmura Hisui.

Hisui déposa le sac de pièces de monnaie sur la table du salon puis courut dans les rues de nuit.

Hisui avait fouillé tous les endroits où Rushella s’était rendue dans le passé ou pourrait se rendre, même avec la moindre probabilité.

Mais il était resté les mains vides.

En chemin, Hisui demanda à tous ceux qu’il rencontrait. Même s’il n’arrivait pas à trouver cette personne, il serait utile d’obtenir une sorte d’indice.

Mais il n’y avait pas un seul indice.

Finalement, il était allé à l’école.

Après tout, elle devrait venir ici quand cela sera l’heure du cours, il n’y avait aucun besoin particulier de fouiller cet endroit maintenant.

Mais Hisui continua à grimper par-dessus la porte de l’école, fermée hermétiquement, et entra dans l’école déserte.

Comme la salle de classe était fermée à clé et qu’il était impossible d’y entrer, Hisui n’avait d’autre choix que de sortir.

Comme prévu, Rushella n’avait pas été retrouvée.

« Hein, Hisui-kun ? »

À la fin, tout ce qu’il avait trouvé, c’était le fantôme qui errait dans l’école — Fuwa Touko.

Comme un fantôme typique, elle était accompagnée de lumières fantomatiques flottant autour d’elle pendant qu’elle voltigeait tranquillement dans l’air.

D’une certaine manière, Hisui était aussi venu à l’école pour l’interroger. Comme le fantôme était lié à la cour de l’école, le seul choix d’Hisui était de faire une visite dans les lieux.

« Touko-san... Avez-vous vu Rushella ? » demanda Hisui.

« Non, non. Pourquoi ? S’est-il passé quelque chose ? » demanda Touko.

« ... Elle a disparu. Je ne la trouve nulle part, » répondit Hisui.

« Oh, elle s’est enfuie de chez elle ! N’a-t-elle pas laissé de mot !? » demanda Touko.

« Elle ne l’a pas fait... C’est pour ça que c’est si inquiétant, » répondit Hisui.

C’est vrai — Si elle avait laissé une note clichée comme « Ne viens pas me trouver », au moins ce ne serait pas si inquiétant. Parce que ce genre de mot signifierait en fait « Viens me trouver ».

Même s’il ne la cherchait pas, elle apparaîtrait sûrement d’elle-même et se plaindrait « Viens me trouver ! »

Rushella n’avait pas laissé de mot.

Partir sans adieu, c’était transmettre la force de sa détermination à vouloir se séparer.

À en juger par les circonstances... Elle n’avait probablement pas été enlevée de force.

C’était presque certainement de sa propre volonté qu’elle l’avait fait.

Après avoir fouillé les rues toute la nuit, Hisui commençait à comprendre dans son cœur même s’il était réticent à accepter la réalité.

« Ne gardez pas tous vos soucis pour vous, d’accord ? Avez-vous demandé à Kirika-chan et aux autres ? » demanda Touko.

« C’est la première chose que j’ai faite. Kariya semble aussi être à sa recherche... Mais pas encore de nouvelles, » répondit Hisui.

« ... »

« Merci pour votre coopération. À demain... Non, c’est déjà demain. On se voit en cours, » déclara Hisui.

Le corps d’Hisui n’était déjà pas dans les meilleures conditions. En raison de sa course à pied la plus difficile, de sa course aux relais dans le festival sportif et de sa perte de sang — son état physique actuel était terrible. Combiné à la fatigue et à l’anxiété causées par les recherches, Hisui avait quitté l’école avec des pas trébuchants.

S’il rentrait chez lui, Rushella serait peut-être déjà rentrée.

Peut-être, qu’elle pourrait faire une crise de colère parce qu’il n’y avait personne dans la maison — « Pourquoi n’es-tu pas revenu plus tôt !? » — elle se plaindrait comme si ce n’était pas sa faute.

Néanmoins, les espoirs d’Hisui avaient été anéantis.

Puis, après s’être allongé sur le lit, sans faire attention, Hisui s’était mis à dormir comme une bûche.

Après que le matin soit finalement arrivé, il avait traîné son corps lourd à l’école, mais Rushella n’était pas dans la classe.

Il avait demandé à Mei et Eruru, mais cela n’avait rien donné.

Pendant la pause déjeuner, il était allé échanger des informations avec Kirika, mais le résultat avait été tout aussi vain.

Le deuxième jour, le troisième jour — Il avait répété ce qui précédait, mais le résultat n’avait pas changé.

D’après ce qu’Eruru avait dit, même une partie du personnel de la Section des Enquêtes Surnaturelles avait été mobilisée afin de la chercher.

Malgré des affirmations verbales indiquant qu’elle refusait de l’aider, Rangetsu semblait l’aider également.

Pourtant, il n’y avait aucune nouvelle de Rushella.

Elle avait disparu, ne laissant aucune trace.

Une semaine, puis un mois avaient passé. L’automne était terminé, l’hiver approchait peu à peu.

En un rien de temps, les jours sans Rushella étaient devenus sa vie quotidienne habituelle.

Au moins, aucune des personnes autour d’Hisui n’avait mentionné à nouveau Rushella, peut-être en considération des sentiments d’Hisui.

Ainsi, quand Hisui entendit le nom de Rushella mentionné à nouveau, après un très long moment — c’était de la représentante de classe Sera Reina.

« Dracula-san... Quand revient-elle ? » demanda Reina.

« Qui sait, » répondit Hisui avec indifférence.

Après l’école, ils rentraient par coïncidence à la maison ensemble et marchaient pendant un moment... Puis Reina avait parlé de Rushella après s’être apparemment résolue.

Volant des regards vers Hisui, elle bégayait tout en continuant le sujet. « E-Est-elle... rentrée chez elle à l’étranger ? S’est-il passé quelque chose de ce côté-là ? »

« Aucune idée... Je n’en ai pas entendu parler. Mais... Elle doit passer un bon moment là-bas. Donc elle va probablement y rester. N’est-ce pas mieux comme ça ? » Hisui avait élaboré des mensonges raisonnables et logiques dans un ton de voix sec et ennuyeux.

L’histoire fabriquée, celle de parents éloignés vivant à l’étranger, avait également été utile dans une certaine mesure pendant que Rushella était absente. En raison des dispositions prises par Eruru, l’école avait également mené à bien les procédures de retrait.

Cependant, Reina ne semblait pas les croire.

Bien qu’elle n’ait rien dit en surface, elle n’avait rien demandé jusqu’à maintenant... Reina regardait le siège vide de Rushella avec des yeux lugubres.

« Pendant le festival sportif... s’est-il passé quelque chose ? » demanda Reina, refusant d’abandonner.

« ... »

« Pas grand-chose. Il ne vous est rien arrivé à vous aussi, représentante de classe, n’est-ce pas ? » Hisui avait délibérément mis l’accent sur les derniers mots.

Le sosie ne semblait pas avoir laissé Reina avec des effets secondaires persistants. Cette personne à côté de lui dans la salle de classe était restée aussi vertueuse et digne qu’avant... Cependant, elle ne pouvait sûrement pas avoir complètement oublié tout ce qui s’est passé.

Dans une certaine mesure, elle aurait dû hériter des souvenirs du moi qui s’était séparé d’elle, ou peut-être même réaliser la véritable identité de Rushella.

Mais après la fête du sport, Hisui — .

« Vous avez probablement fait un cauchemar à cause de la fatigue causée par un entraînement trop intensif, » il avait couvert l’affaire avec une simple phrase.

À l’époque, Reina avait l’air d’avoir plus à dire, mais elle n’avait pas insisté.

Elle semblait aussi avoir des idées sur la disparition de Rushella, mais elle avait gardé le silence tout ce temps.

C’était peut-être une partie de son inquiétude pour les autres, mais malheureusement, Hisui n’avait actuellement pas d’énergie en réserve pour être attentif à ses sentiments.

« ... N’allez-vous pas la chercher ? » demanda Reina.

« Rechercher qui ? » demanda Hisui.

« Dracula-san... » répondit Reina.

« Aucune nouvelle est une bonne nouvelle, ça veut dire qu’elle vit bien. Après tout, ce n’est pas comme si nous étions parents, » répondit Hisui.

En effet.

Un vampire et un humain — c’était tout ce qu’ils avaient en commun.

Alors Rushella était allée de l’autre côté des ténèbres.

« Je vais par là, bye, » Hisui fit un signe de la main avec indifférence et il déclara au revoir à Reina.

Il avait délibérément évité de regarder son visage, puis avait commencé son voyage de retour solitaire.

Sans Rushella dans les parages, le chemin du retour de l’école était extrêmement calme.

Mais en se préparant pour Noël, les rues étaient plus bruyantes que d’habitude.

Il y avait des arbres décorés sur le trottoir, les néons étaient plus éclatants que jamais, des vagues de foules piétonnes, tout contrastait avec la solitude d’Hisui.

Il s’en était déjà doucement rendu compte.

Il était fort probable qu’il continuerait d’être seul à partir de maintenant.

Ainsi, quand Hisui avait ouvert la porte de sa maison, il ne s’était pas donné la peine de saluer « je suis rentré. »

Même après avoir découvert une paire de talons hauts féminins à l’entrée, il n’avait pas — .

« ... !? »

Hisui enleva frénétiquement ses chaussures et courut dans la maison.

Quelqu’un était dans le salon.

Il pouvait entendre la télévision.

« ... Rushella !? » s’écria-t-il.

Il avait poussé la porte ouverte et avait couru dans le salon.

Mais dès qu’il entra dans la pièce, Hisui ne put s’empêcher de montrer une expression troublée.

Une femme était allongée sur le canapé, nonchalamment.

L’attitude du diable et la posture couchée de Rushella étaient les mêmes qu’avant, mais l’effet de séduction était à des kilomètres l’un de l’autre.

 

« Bienvenue à la maison. »

 

Comme chez elle, elle salua Hisui avec nonchalance.

La femme s’était assise. Sa peau pâle était vêtue d’une robe en camisole noire, presque semblable à des sous-vêtements.

« Miraluka..., » murmura Hisui

Cette existence, encore plus inattendue que celle de Rushella, était apparue sous les yeux d’Hisui.

Cette femme inoubliable qui s’était transformée en cendre une fois, avait disparu après son apparition soudaine au festival sportif.

« Qu’est-ce qu’il y a ? Pourquoi es-tu en train de rester dehors ? Prépare-moi au moins un peu de thé, qu’en dis-tu ? » demanda Miraluka.

« ... Arrête de plaisanter. J’ai des tonnes de questions à te poser... Elle est déjà morte... Déjà morte, dans mes bras. Alors... qui es-tu ? » demanda Hisui.

En cherchant Rushella, Hisui avait réfléchi à plusieurs reprises.

Sa conclusion finale — un faux.

Il ne devrait pas y avoir d’erreur.

C’était sûrement la seule possibilité.

Bien que la femme devant ses yeux avait des traits parfaits d’un visage aussi exquis qu’un chef-d’œuvre de la nature, une peau blanc pâle qui semblait presque transparente, des cheveux noirs lustrés... Bien que ses lèvres soient encore plus rouges que le sang et que les mots de ses lèvres résonnaient clairement dans ses oreilles... Néanmoins, elle était déjà partie.

Elle s’était transformée en cendre, emportée par le vent indiscipliné, disparaissant sans laisser de traces.

Tout ce qui restait d’elle était une poignée de cendre dans la main d’Hisui.

Et même maintenant, ils étaient aussi déjà partis.

Pour quelqu’un qui connaissait la vraie Miraluka, un imposteur impeccable n’était qu’un spectacle évoquant le mépris.

« ... Qui es-tu ? Si tu me fais une blague de mauvais goût, fais attention ou je..., » commença Hisui.

Les yeux d’Hisui brillaient d’une lumière dangereuse.

Normalement, il ne dirait jamais quelque chose comme ça. En l’entendant, cette femme possédant l’apparence de Miraluka haussa simplement les épaules dans l’ennui avant de sourire de manière séduisante.

« Essaie si tu peux. »

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire