La Croix d’Argent et Dracula – Tome 5 – Chapitre 5 – Partie 2

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 5 : Véritable Ancien contre Véritable Ancien

Partie 2

« ... Dépêche-toi de boire, » demanda Hisui.

« Non, je ne bois pas, » répliqua Rushella.

Cet échange avait déjà eu lieu des dizaines de fois.

Hisui s’attendait déjà à cette réponse, mais il devait quand même le dire.

« Dépêche-toi de boire mon sang ! Tu es si faible maintenant. Tu n’as pas bu de sang depuis longtemps, n’est-ce pas ? » demanda Hisui.

« Je ne bois pas !! » s’exclama Rushella.

Rushella s’était débattue, rejetant sa demande.

Alors qu’elles regardaient de côté, Eruru et les autres filles soupiraient ou faisaient des regards ironiques.

Après le départ de Miraluka, le groupe d’Hisui s’était rendu chez Eruru. Kirika les avait également rencontrés et avait découvert ce qui s’était passé.

Rangetsu avait du travail et était retourné en premier à la Section des Enquêtes Surnaturelles. En dehors de Touko, l’ensemble du Club d’Investigations Surnaturelles avait finalement été réuni.

Une fois tout le monde installé, Hisui pressa Rushella de boire son sang. Mais elle s’était montrée têtue et avait refusé de le faire quoiqu’il arrive.

« Qu’est-ce qui t’arrive ? Tu avais l’habitude de boire en me plaquant sous toi, peu importe à quel point j’avais lutté !? » demanda Hisui.

« La ferme ! Je suis au régime en ce moment, » déclara Rushella.

« Quel régime ? Ce n’est pas comme si tu avais grossi, ta silhouette a toujours l’air..., » commença Hisui.

En disant cela, Hisui avait examiné le corps de Rushella, se voyant infliger un coup de poing de sa part.

« Qu’est-ce que tu fais !? » s’écria Hisui.

« Arrête de me regarder avec des yeux indécents ! Oh oui ! À l’intérieur de l’église, tu as vu mon corps nu..., » déclara Rushella.

« Oh ouais ! C’est arrivé. Oui, rien n’a changé du tout, il n’y a pas de nécessité de faire un régime, » déclara Hisui.

« Arrête de te remémorer ça ! » s’écria Rushella.

Rushella le chevaucha et le martela de ses poings.

Son attaque était comme si elle essayait de chasser les souvenirs embarrassants de l’esprit d’Hisui, en lui envoyant des coups de poing sans arrêt. Hisui n’avait pas pu résister.

Kirika ne supportait pas de regarder sur la ligne de touche et avait couru pour éloigner Rushella. Mei interrompit également avec impatience.

« Que faites-vous ici, à flirter l’un avec l’autre ? Faites-le ailleurs, » déclara Mei.

« ... Ça fait vraiment mal, d’accord ? Merci, Senpai, » déclara Hisui.

« Lâchez-moi, j’en ai pas encore fini avec lui ! » s’écria Rushella.

« Allons, faites preuve de retenue. En plus... Pourquoi ne buvez-vous pas de sang ? » demanda Kirika.

C’était la question commune à tous que Kirika avait déclarée en leur nom.

En entendant cela, Rushella avait fait la moue et s’était comportée bizarrement.

« Parce que... ça n’a pas l’air d’être bien, non ? » répondit Rushella.

« Pourquoi essaies-tu d’être timide à ce point ? Ça fait mal, ça fait peur et ça sent le sang. Rien de tout cela n’est bon, » déclara Hisui.

Dès qu’Hisui avait fini, Mei et Kirika l’avaient poussé.

« ... Quoi ? » s’exclama Hisui.

« Cette fois, tu as tort, Hi-kun, » déclara Mei.

« Cette fois, c’est votre faute, Kujou-kun, » déclara Kirika.

Les deux filles avaient répondu en même temps.

Mais Hisui n’en savait rien.

« J’ai regardé une vidéo dans un cybercafé... Un film de vampires..., » expliqua Rushella.

« Un vampire regardant un film de vampire ? Franchement, ce sont tous des faux, OK ? » déclara Hisui.

« Mais... Ce n’est pas comme s’ils se trompaient totalement... N’est-ce pas ? Les gens qui se font mordre par les vampires, on dirait que ça fait très mal, ces expressions douloureuses sur leur visage, perdant finalement leur humanité... Les vampires sont aussi si laids... Comme des monstres..., » Rushella était assise là, mal à l’aise, bégayante.

En fait, tout ce qu’elle avait dit était vrai. Elle avait apparemment enfin acquis une vision objective d’elle-même.

Elle avait dû penser à beaucoup de choses alors qu’elle était loin d’Hisui.

« Eh bien... Ce sont après tout des vampires, non ? C’est comme ça, non ? Quand les humains ont faim, ne ressemblent-ils pas à des démons affamés pendant qu’ils mangent ? » demanda Hisui.

Ses compétences dans le suivi de la conversation étaient terribles. Mei et Kirika l’avaient encore frappé une fois.

« Qu’est-ce que c’est que ce bordel !? Ai-je dit quelque chose de mal ? » s’écria Hisui.

« Je n’arrive pas à croire que je sympathise avec cette enfant. Hi-kun est si mauvais pour la délicatesse, » déclara Mei.

« Ne devriez-vous pas réfléchir à la raison de son départ ? » demanda Kirika.

« ... D’accord, d’accord, » déclara Hisui.

Attaqué par deux héroïnes, Hisui ne pouvait que se rendre.

Mais il n’arrivait toujours pas à comprendre les pensées de Rushella.

« N’es-tu pas pareil !? Tu étais si réticent, mais que s’est-il passé maintenant ? Après avoir été bu si longtemps, ton fétichisme s’est-il enfin réveillé ? » demanda Rushella.

« Non, pas du tout. Pour être honnête, ça fait un mal de chien. Ta technique de suçage du sang est tellement nulle et tu ne t’es même pas amélioré un tout petit peu pendant tout ce temps. C’est une telle douleur, » répondit Hisui.

« Tais-toi !! » cria Rushella.

Cette fois, Rushella avait frappé Hisui de plein fouet et l’avait assommé.

Regardant d’une manière déprimée un Hisui inconscient, elle s’assit sur le sol, les genoux tendus vers sa poitrine.

Mei et Kirika discutèrent hâtivement de la façon de gérer les choses. Observant silencieusement tout ce temps, Eruru avait finalement pris la parole.

« On dirait que vous comprenez enfin que vous êtes un monstre méprisable qui s’attaque au sang humain. Comme vous avez pris conscience de vous, cela peut être considéré comme une bonne chose, mais rien n’a changé fondamentalement, » déclara Eruru.

En l’entendant parler si brutalement, Mei et Kirika l’avertirent frénétiquement de leurs yeux, mais Eruru les ignora. Elle avait continué :

« D’après ce qu’a dit ce Pur parmi les Purs, les vampires sont nés de l’acte de boire du sang. Ce comportement ne peut probablement pas être changé. Comme j’ai aussi hérité de ce sang méprisable de monstres, je n’ai pas le droit de vous regarder de haut... Puisque tout cela est inné, vous n’avez pas à vous en vouloir totalement, » déclara Eruru.

« ... Mais, » balbutia Rushella.

« Au moins, si vous étiez vraiment un monstre méprisable, je crois que Kujou-san ne vous laisserait pas boire son sang. Eh bien, je suppose qu’il est possible qu’il soit charmé par votre apparence, » déclara Eruru.

Les paroles d’Eruru étaient impitoyables.

La plupart des gens ne pouvaient probablement pas dire si elle essayait de la réconforter ou de la dénigrer.

« Vous avez aussi vu comment le Pur parmi les Purs a fini, n’est-ce pas ? Si vous ne buvez pas du sang et ne finissez pas comme lui, cela nous causerait vraiment des ennuis. Je suppose que vous ne voulez pas perdre la rationalité, n’est-ce pas ? » demanda Eruru.

« ... »

Une profonde nervosité était apparue sur le visage de Rushella.

Elle se souvenait de la mort de la bête qui avait perdu la raison.

Cette seule pensée suffisait à la faire frissonner de terreur.

Elle ne voulait pas se transformer en cela.

Elle ne voulait pas finir dans cet état pitoyable.

Elle voulait conserver son sens de soi.

Cependant, pour conserver son sens de soi, pour conserver l’esprit rationnel d’un vampire... Boire du sang était nécessaire.

« Pas question... Commencez-vous à vouloir devenir humain ? » Eruru l’avait fait remarquer froidement.

Rushella n’avait pas répondu.

Peu importe la situation, elle avait l’habitude d’évoquer son titre de Véritable Ancien tout le temps, d’en être fière et de considérer les humains comme des fourmis.

Dans le passé, elle aurait certainement nié l’observation d’Eruru.

Mais maintenant, elle n’avait rien dit.

Ni d’accord ni en désaccord.

« Si j’étais humaine, Hisui n’aurait pas eu autant de mal... Cela m’a traversé l’esprit, » déclara Rushella.

« Bien sûr. Bien que Kujou-san soit un cas bizarre, il est après tout humain. Par conséquent, l’acte de boire du sang est certainement accompagné de risques dans une certaine mesure. Mort par perte de sang, dommages aux vaisseaux sanguins ou transformation en vampire comme lors du festival sportif. Tout cela est implicite quand un vampire reste proche d’un humain, » déclara Eruru.

Les mots d’Eruru semblaient être quelque chose pour elle-même afin de se le remémorer.

Après tout, elle avait aussi hérité du sang des vampires.

Elle disait tout cela à Rushella, mais cela s’appliquait aussi en partie à elle-même, à part la partie vampirisation.

« ... Je le sais ! C’est pourquoi..., » commença Rushella.

« C’est pour ça que vous avez choisi de partir. Mais cela ne veut pas dire que les ennuis partent avec vous. Supposons que les deux côtés de la décision causent des problèmes quoiqu’il arrive, pourquoi ne pas suivre les souhaits de Kujou-san ? » demanda Eruru.

« ... »

« Si vous n’êtes pas prête à boire le sang de Kujou-san, il y a des poches de sang transfusé dans le réfrigérateur, vous savez ? Le goût est probablement pire que l’eau boueuse pour vous, mais un petit verre devrait vous aider à traverser la crise actuelle, » déclara Eruru.

« Pas besoin..., » Rushella secoua la tête.

Eruru avait plissé ses yeux avec mécontentement. Kirika et Mei avaient également fait signe avec leur menton pour lui dire de prendre une poche de sang dans la cuisine.

Mais Rushella ne bougea pas.

Elle ne faisait pas que montrer son caractère de tsundere obstinément. Mais à la place, il s’agissait plutôt d’une prise de conscience de l’état de son corps.

« Je ne mens pas quand je dis que je n’ai pas soif, mais... cela me surprend aussi que je n’en sois pas encore là. J’avais l’habitude de boire du sang tous les jours, mais maintenant, c’est incroyable comme je vais bien en ce moment..., » déclara Rushella.

« Compte tenu de cette période blanche, elle pourrait être considérée comme une zone de sécurité pour l’instant, mais personne ne peut dire combien de temps elle durera. Pour éviter que le pire des scénarios ne se produise, veuillez bien gérer votre condition physique, » déclara Eruru.

« ... Je sais, je sais. Au fait, vous avez changé, » déclara Rushella.

« Hein ? » s’exclama Eruru.

Eruru avait fait une tête indiquant qu’elle était perplexe, mais ses yeux l’avaient trahie. Même Mei et Kirika la fixaient d’un air suggestif.

« Qu-Quoi ? » demanda Eruru.

« Pas grand-chose, je commence à penser que vous êtes un obstacle sur mon chemin pour avoir un enfant avec Hi-kun, » déclara Mei.

« Vu que c’est Kujou-kun, une dhampire est aussi correcte pour lui, comme c’est gênant..., » déclara Kirika.

Les deux filles acquiescèrent d’un signe de tête compréhensif.

« Que voulez-vous dire par là ? Ce regard sur vos visages est si ennuyeux ! Crachez le morceau si vous avez quelque chose à dire ! » cria Eruru.

« Non, je n’ai rien à dire. Pas vrai, Senpai ? » demanda Mei.

« Qu’est-ce qu’il y a à dire à ce stade ? OK... Qu’est-ce qu’on fait ensuite ? » demanda Kirika.

En entendant la question de Kirika, Eruru était retrouvée dans son état habituel et avait exprimé son opinion.

« Pourquoi le Véritable Ancien Miraluka veut-il prendre la vie de Rushella ? Bien qu’il ne s’agisse que d’un conflit entre vampires, compte tenu du fait que des innocents pourraient se faire prendre, on ne peut l’ignorer. Je crois que la chose la plus importante pour l’instant est de l’envoyer en quarantaine pour l’instant, » déclara Eruru.

« S’il leur arrivait quelque chose, Hi-kun serait triste. Vous avez oublié de le mentionner, » déclara Mei.

« Fermez-la, vous. Rushella-san, écoutez nos arrangements, » déclara Eruru.

Eruru ignora la malicieuse Mei et se tourna vers Rushella.

« ... Je sais, je sais. Je ne veux pas causer d’ennuis à Hisui, » déclara Rushella.

En voyant à quel point elle avait accepté si simplement, c’était à quel point son style était différent de celle qu’elle était dans le passé.

Mais les filles semblaient avoir oublié un garçon.

Après le départ de Rushella et des filles, Hisui était encore allongé sur le sol en bois.

Enfin, quelqu’un lui avait donné un coup de pied sur le côté de la tête. Une vague de douleur avait finalement réveillé Hisui.

« Hé, qu’est-ce que vous faites ? Ma tête n’est pas un ballon de foot ! » s’écria Hisui.

« Taisez-vous ! Faites attention au ton de votre voix quand vous êtes un invité chez moi, » déclara Eruru.

Eruru était en train de sécher ses cheveux avec une serviette pendant qu’elle le regardait.

En la voyant à peine sortie d’un bain, Hisui s’était rendu compte qu’il s’était évanoui pendant un bon moment.

Se levant à quatre pattes, il regarda autour de lui. Seuls Eruru et lui-même étaient ici.

« Où est Rushella ? » demanda Hisui.

« Déjà mis en quarantaine en lieu sûr. Il vaut mieux ne pas dire où, au cas où, » déclara Eruru.

« Si vous le dites... OK, j’admets que vous avez raison, » déclara Hisui.

« Alors pourquoi votre mère adoptive la voit-elle comme une ennemie ? Est-ce juste parce que vous flirtiez ouvertement ? Ça ne peut pas être pour cette raison, » déclara Eruru.

« Ne soyez pas si dur. Je ne sais pas non plus. Je n’arrive pas à comprendre la raison. S’il y a quoi que ce soit... Mei devrait à la place être sa cible principale. Surtout si Miraluka voyait l’une de ces fois où Mei me pousse sur le sol... Après tout, ça arrive tout le temps, » répondit Hisui.

« Je suis d’accord. Moi-même exclus. Si c’est pour cette raison, alors toutes les filles autour de vous seront ciblées... Peut-être qu’elle a déjà prévu de faire des actions sur un certain nombre de personnes, » déclara Eruru.

Hisui voulait éviter d’aborder le sujet, mais Eruru en avait parlé ouvertement.

C’est précisément à cause de cela qu’Hisui l’avait confrontée sincèrement à une analyse objective.

« Je ne suis toujours pas sûr de la raison, mais..., » commença Hisui.

« Mais ? » demanda Eruru.

« Je crois qu’elle s’impatiente un peu. Si ce n’était pas pour ça, quand Rushella était avec moi... Elle n’aurait rien fait, » répondit Hisui.

« Vous voulez dire qu’elle éviterait de combattre Rushella pour vous ? Vous lui faites tellement confiance, » déclara Eruru.

Bien qu’Eruru soit très sarcastique, il y avait de la tristesse dans ses paroles.

Ou peut-être la jalousie.

« Qu’est-ce que je dois faire ? » demanda Hisui.

« Pourquoi me demander ça ? Réfléchissez-y par vous-même. Quoi qu’il en soit, vous pouvez dormir ici ce soir. Après tout, vous ne pouvez pas rentrer chez toi, n’est-ce pas, même si votre mère adoptive n’est pas à la maison ? » demanda Eruru.

Hisui acquiesça de la tête.

Il avait le sentiment que Miraluka serait certainement à la maison s’il revenait comme ça. De plus, elle ouvrait la porte dans son attitude habituelle, l’entraînant même jusqu’au lit...

Par conséquent, Hisui avait peur.

Il n’avait pas osé revenir chez lui.

« Si le canapé du salon est acceptable, alors supportez-le. Mais si vous osez entrer dans ma chambre, même d’un millimètre, je vous explose la cervelle, » déclara Eruru.

« Bien sûr que j’irais bien avec ça ! Alors, laissez-moi rester une nuit. Puisque je m’impose déjà, ça ne vous dérangerait pas si je vous demande une faveur de plus, n’est-ce pas ? » demanda Hisui.

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda Eruru.

« Je veux un examen médical, » déclara Hisui.

Le visage d’Hisui était sérieux.

Eruru avait été très surprise. « Pourquoi ? »

En se montrant lui-même, Hisui déclara. « Je veux un examen complet, à propos de ma constitution. »

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire