La Croix d’Argent et Dracula – Tome 5 – Chapitre 3 – Partie 1

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 3 : La Furie du Pourpre

Partie 1

« Je ne me souviens pas avoir autorisé vos amies à participer à l’interrogatoire ? » Oogami Rangetsu regardait Mei et Kirika qui suivaient Eruru et les interrogea avec mécontentement.

Dans le District de Kasumigaseki — Département de la police métropolitaine.

Au quartier général de la Section des Enquêtes Surnaturelles, au cœur du DPM, Eruru et Rangetsu s’affrontaient.

Samedi après-midi, Rangetsu avait trouvé sa collègue généralement peu coopérative qui avait pris l’initiative de s’incliner devant elle et de demander la permission d’interroger le suspect sous leur surveillance.

Eruru l’avait interrogé auparavant et le suspect était actuellement sous la responsabilité de Rangetsu.

Voyant l’attitude ferme et suppliante d’Eruru, Rangetsu s’était sentie curieuse et avait approuvé la demande, mais ne s’attendait pas à ce qu’elle amène du personnel non apparenté.

« Sudou-san, je peux comprendre, mais cette lycéenne n’a rien à voir avec cette affaire, non ? Si vous voulez de l’expérience professionnelle, allez voir ailleurs, » déclara Rangetsu.

« Uno-san est ici parce que j’ai une demande pour elle après ça. Je vais interroger le vampire seule. Ce sera bien, n’est-ce pas ? » répliqua Eruru.

« Très bien, ne vous faites pas d’idées bizarres, d’accord ? » déclara Rangetsu.

« J’ai du mal à vous comprendre. Y a-t-il un problème avec mon interrogatoire ? » demanda Eruru.

« ... C’est vrai. Au fait, Kujou-kun va-t-il bien ? » demanda Rangetsu.

Il ne s’agissait pas seulement d’une salutation, mais aussi d’une tentative d’obtenir de l’information.

Rangetsu avait déjà appris que Rushella s’était enfuie de chez lui et qu’un nouveau vampire était apparu — plutôt, revenu — aux côtés d’Hisui.

Elle voulait voir comment Eruru réagirait à cela.

Néanmoins, Eruru n’avait même pas sourcillé.

« Qui sait ? Personne n’a mordu ou bu son sang récemment. Il est sûrement plus vivant que d’habitude. Et si vous essayiez d’avoir un rendez-vous avec lui ? » demanda Eruru.

« Qu’est-ce que vous venez de dire ? » Rangetsu avait nié verbalement, mais son visage était devenu rouge.

Eruru sourit et continua.

« Au fait, il a dit tout à l’heure qu’il aimerait aller faire un barbecue. Vous devriez connaître un bon endroit, non ? » demanda Eruru.

C’était précisément le domaine d’expertise de Rangetsu. Elle s’était instantanément illuminée d’un sourire.

« Eh... Vraiment ? Alors, permettez-moi, l’experte en barbecue du Département, de le sortir personnellement... ! » s’exclama Rangetsu.

« Je plaisante, c’est tout. Qu’est-ce qui vous excite ? Quelle idiote ! » déclara Eruru.

« Qui traitez-vous d’idiote ? » demanda Rangetsu.

« Je parle de vous, le genre de personne qui s’excite en raison d’un lycéen. Faut-il agiter les bras comme ça ? Quel gaspillage d’énergie ! » s’exclama Eruru.

« Sur quelle base affirmez-vous qu’il s’agit d’un gaspillage d’énergie ? De plus, de quel droit me critiquez-vous ? » demanda Rangetsu.

En entendant Rangetsu dire ça, Eruru avait instantanément froncé les sourcils.

Elle avait vraiment l’air en colère.

 

 

« ... Ne me comparez pas à vous. Je ne ressens rien pour ce genre de personne, » déclara Eruru.

« Oh vraiment ~ ? Je n’ai jamais dit explicitement que c’était Kujou-kun. Vous en rendez-vous compte ~ ? » demanda Rangetsu.

« ... Je n’ai pas non plus dit que je parlais de Kujou-san, » répliqua Eruru.

« Alors de qui vous parliez ? » demanda Rangetsu.

Des étincelles invisibles avaient éclaté entre les deux filles.

Cependant, le conflit s’était instantanément apaisé. Après tout, c’était un poste de police. Tous les deux avaient rapidement stabilisé leurs émotions. Rangetsu détourna son visage en affichant son mécontentement.

« Dépêchez-vous et faites ce que vous avez à faire. Au cas où, je serai dans la pièce voisine. Vous deux, trouvez un endroit où vous asseoir pour l’instant, » Rangetsu demanda à Mei et Kirika de s’asseoir tout en bougeant les yeux pour qu’Eruru se dépêche.

Eruru s’inclina et partit plus profondément sous terre.

Rangetsu l’accompagnait pendant que Mei et Kirika restaient là où elles étaient, assises sur un canapé pour les visiteurs.

« Alors... Senpai, l’avez-vous rencontrée après ça ? » demanda Mei.

« Non, mais grand-mère l’a vue une fois. D’après ce qu’elle a dit, Rushella-san ne reviendra probablement pas. En fin de compte, personne ne sait rien de ce qu’elle veut découvrir…, » répondit Kirika.

Kirika soupira de sympathie.

Elle était venue chercher Eruru aujourd’hui, car elle voulait discuter du fait que Rushella avait rendu visite à sa grand-mère.

Après que la grand-mère de Kirika ait vu Rushella, elle ne l’avait dit qu’à une seule personne — Kirika.

C’est vous qui décidez de ce qu’il faut faire — s’était vue confier cette lourde responsabilité, Kirika avait décidé de ne le dire qu’à Eruru et Mei.

« Mais Senpai, pourquoi ne l’avez-vous pas dit à Hi-kun ? C’est sûrement lui qui s’inquiète le plus pour Rushella. Et aussi, ce que Rushella veut savoir... La mère adoptive de Hi-kun devrait savoir quelque chose, non ? » demanda Mei.

« C’est ce que j’ai d’abord pensé... Mais plus tard, j’ai commencé à hésiter. Bien sûr, c’est peut-être dû à mon égoïsme, » répondit Kirika.

Kirika sourit avec un certain degré d’autodérision.

Le fait qu’Hisui et Rushella se soient quittés était à son avantage de diverses façons.

Mais même après mûre réflexion, elle avait finalement décidé de ne pas le dire à Hisui, il était indéniable qu’une partie de tout ça venait de ses sentiments de fille.

« C’est très normal, non ? Saisir l’occasion de consoler le cœur brisé d’un homme, c’est chose courante dans l’histoire. De plus, si vous vouliez vraiment voler le cœur de Hi-kun, vous ne nous l’auriez pas non plus dit, n’est-ce pas ? Je pense que vous êtes une fille géniale pour essayer de gérer cette affaire discrètement sans blesser Hi-kun, non ? C’est presque aussi bien que moi, mais pas tout à fait, » répondit Mei.

Mei gonfla fièrement sa voluptueuse poitrine et se pencha en arrière sur le canapé.

Kirika avait souri ironiquement en fixant le couloir où Eruru était partie.

Actuellement, tout espoir avait été confié à cette fille de petite taille.

Naturellement, elle espérait que les cicatrices mentales d’Hisui pourraient guérir tandis qu’en même temps, Rushella pourrait trouver le salut.

 

☆☆☆

 

Eruru et Rangetsu avaient marché le long du couloir de quarantaine fortement gardé.

L’un des objectifs de cette installation souterraine était l’isolement du monde extérieur. Dans le pire des cas, il était possible de couper tout contact avec l’extérieur, formant ainsi un espace complètement étanche.

En raison d’un certain incident, les défenses avaient été encore renforcées. En outre, une augmentation substantielle des effectifs avait été consacrée à la sécurité.

Après plusieurs niveaux de vérification par contrôle des cartes d’identité, des empreintes digitales et des scanneurs rétiniens, Eruru était arrivée au niveau le plus bas du DPM.

« Veuillez entrer par vos propres moyens à partir de maintenant. Je pourrais vous accompagner, mais vous préférez être seule, non ? » demanda Rangetsu.

« ... Merci, » déclara Eruru.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire