La Croix d’Argent et Dracula – Tome 5 – Chapitre 2 – Partie 2

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 2 : La Confusion du Pourpre

Partie 2

« Regarde ton visage troublé. Qu’est-ce qu’il y a ? Quelque chose t’a-t-il rendu malheureux ? » demanda Miraluka.

« Pourquoi ne poses-tu pas franchement la question ? S’il te plaît, ne reviens plus à l’école, » déclara Hisui.

À la table de la salle à manger, deux personnes étaient assises face à face. Hisui grogna avec un air renfrogné.

Le menu de ce soir comprenait de la viande et du ragoût de pommes de terre, avec des légumes marinés et des épinards en accompagnement. Cela faisait longtemps que Hisui n’avait pas mangé ce type de cuisine traditionnelle japonaise.

Avec Miraluka comme chef cuisinier, il va sans dire que le goût était excellent — plutôt, pour Hisui, il s’agissait de la saveur nostalgique de la cuisine familiale quotidienne. Peu importe à quel point sa bouche se plaignait, les baguettes qu’il tenait à la main ne cessaient jamais de lui livrer de la nourriture à chaque instant.

Ayant vécu si longtemps, les talents culinaires de ce vampire avaient atteint le niveau de grands chefs cuisiniers. Même la cuisine japonaise était un jeu d’enfant pour elle.

Depuis qu’Hisui avait atteint le collège, elle avait rarement cuisiné personnellement, mais aujourd’hui c’était une occasion rare où elle se mettait en valeur après si longtemps.

« Qu’y a-t-il de mal à ce qu’un parent voie l’apprentissage de son enfant ? Le lycée n’est pas obligatoire et les frais de scolarité doivent être payés. En d’autres termes, la personne qui paie a le droit de savoir quel genre d’attitude d’apprentissage est montré par celui qui va à l’école. N’es-tu pas d’accord ? » demanda Miraluka.

Incapable de trouver des contre-arguments contre ses paroles légitimes, le visage d’Hisui s’était encore accentué dans le déplaisir.

Bien qu’il ait eu l’expérience de vivre seul, ce n’était pas l’indépendance totale, car il jouissait de l’héritage laissé par Miraluka.

C’était raisonnable si elle était morte, mais maintenant qu’elle s’était avérée vivante... Hisui n’avait pas de mots pour la réfuter.

« ... Ça m’énerve vraiment que ta cuisine soit si délicieuse, » déclara Hisui.

« Qu’est-ce que tu as dit ? » demanda Miraluka.

« Rien, » répondit Hisui.

Hisui s’était tu après ça. Puis il continua à manger.

C’était vraiment un goût qui lui rappelait des souvenirs.

Seule la vraie Miraluka était capable de faire ce type de goût.

Faisant semblant de l’aider dans la cuisine, Hisui l’avait observée à chaque mouvement plus tôt. Même ses techniques expérimentées étaient identiques à ce qu’il avait vu dans le passé.

Hisui ne doutait pas de l’authenticité de la personne devant ses yeux, mais il ne pouvait tout simplement pas croire complètement en son retour.

Assez ébranlé, son cœur se sentait dépourvu du sens de la réalité.

Petit à petit, ce sentiment changeait la vie quotidienne ordinaire qu’ils partageaient tous les deux.

Cependant...

Quelque chose manquait dans son cœur.

« Qu’est-ce qu’il y a ? Tu t’éloignes, me regarde-moi de face, » demanda-t-elle.

« ... Rien. Rien. J’ai plus faim. Laisse-moi nettoyer, » répondit Hisui.

Tout en évitant le regard de Miraluka, Hisui prit les ustensiles pour les laver.

Bien que la reine Miraluka soit capable de cuisiner, elle laissait toutes les autres tâches à Hisui.

Tout en faisant la vaisselle, Hisui lui avait demandé avec désinvolture. « Au fait, ne sais-tu vraiment pas où est Rushella ? »

« Aucune idée. En vérité, je voulais te le demander. On dirait qu’elle est têtue à ton sujet. Pourquoi est-elle partie ? » demanda Miraluka.

« Qui sait, » Hisui feignit le calme et répondit sans émotion.

Au lieu de poser la question en face à face, il l’avait posée en s’engageant dans d’autres tâches afin de cacher l’agitation présente dans son cœur.

« Avait-elle peur de moi... ? J’en doute fort. Mais c’est un peu gênant qu’elle ait disparu, » déclara Miraluka.

« Qu’est-ce que tu veux dire par là ? » demanda Hisui.

« Hoho, » répliqua Miraluka.

« ... Tu ne connaissais pas Rushella, n’est-ce pas ? Hier, tu m’as même demandé comment je l’ai connue... Est-il vraiment possible pour toi d’avoir des vampires que tu ne connais pas ? » demanda Hisui.

« Bien sûr. Pour moi, tous les vampires sont des étrangers à part moi. D’autres Véritables Anciens ressentent probablement un sens de responsabilité envers leurs serviteurs et leurs descendants, mais je n’ai pas de famille en dehors de toi. Par conséquent, je n’ai pas besoin de m’en soucier, » répondit Miraluka.

Après s’être déplacée dans le salon, devant la télévision, Miraluka expliqua ça avec nonchalance.

Comme Hisui, elle ne s’intéressait pas à ces sujets lorsqu’elle s’occupait d’autres tâches.

« Alors... Quelle est l’identité de Rushella ? Un vampire qui n’est pas un Véritable Ancien... Mais elle possède les caractéristiques des Véritables Anciens dont tu m’as parlé. Des taches de sang qui s’arrangent automatiquement en emblèmes, des Yeux Mystiques qui peuvent contrôler toute la création. Elle... Qui diable est-elle ? » demanda Hisui.

Après avoir fini la vaisselle, Hisui enleva son tablier et retourna dans le salon.

Mais Miraluka ne le regarda pas.

« Tu t’inquiètes vraiment pour elle. Pendant mon absence, as-tu commencé à avoir des sentiments pour elle ? » demanda Miraluka.

« Réponds à ma question. Pourquoi partage-t-elle les mêmes caractéristiques qu’un Véritable Ancien comme toi, un imposteur comme toi ? » demanda Hisui.

« Essaie de penser un peu par toi-même, » déclara Miraluka

« ... Hey, » en entendant cela, Hisui ne pouvait s’empêcher de sentir la colère monter dans son cœur, mais Miraluka restait inébranlable.

Peut-être parce qu’il n’y avait rien à regarder pour le moment, Miraluka éteignit la télévision par ennui. Ses yeux toujours collés à l’écran sombre, elle se mit à parler inlassablement comme si elle récitait un poème.

« J’ai toujours été seule, mais les autres Véritables Anciens étaient différents, » déclara Miraluka. « Leurs propres lignées, ou plutôt, ce que l’on pourrait appeler la prospérité de la race vampire — ils considéreraient cette question comme une priorité cruciale. Je suppose que de Véritables Anciens comme ceux-là ont existé ! Dans ce cas, ils ont dû envisager des contre-mesures : comment pourraient-ils maintenir le règne des vampires après leur destruction ? Au sein de leur propre famille, comment pourraient-ils former des successeurs capables ? Ils ont dû réfléchir longuement à ces questions. Sinon, ils m’auraient demandé de l’aide, puis ils m’auraient dénoncé pour les avoir refusés. »

« Qu’est-ce que c’est que ce bordel !? Qu’ont fait les autres Véritables Anciens ? Ce vampire, Pur parmi les purs, celui que nous avons combattu précédemment, il a dit qu’il voulait te demander une faveur pour ranimer son clan. Est-ce lié !? » demanda Hisui.

« C’est la première fois que j’en entends parler. Dire que tu as combattu un Pur parmi les purs et que tu as survécu. Comme on l’attendrait de ma famille... C’est plutôt grâce à ta constitution, n’est-ce pas ? » demanda Miraluka.

« Quoi qu’il en soit, c’est ton fait, n’est-ce pas ? Et maintenant, commences-tu à te vanter ? » répliqua Hisui avec amertume tandis que Miraluka souriait faiblement.

« En effet, j’aimerais me vanter un peu de temps en temps. Je t’ai si bien élevé, pour que tu deviennes un si grand partenaire pour moi, » déclara Miraluka.

En un rien de temps, Miraluka était déjà sous ses yeux.

En tant que vampire, cacher sa présence en bougeant était aussi naturel que de respirer. Sans donner à Hisui le temps de réagir, elle avait enlacé Hisui.

« Mon fier fils... Puis-je t’appeler comme ça ? Ou bien serait-ce mieux de t’appeler mon petit frère ? » demanda Miraluka.

« Au niveau de l’âge, je ne suis même pas un arrière-petit-fils..., » répliqua Hisui.

« Si bruyant, tais-toi, » déclara Miraluka.

Serrant Hisui dans ses bras, elle enterra le visage dans sa poitrine excessivement voluptueuse.

Un parfum concentré et sucré lui remplissait les narines. Un parfum d’adulte avec lequel les autres filles ne pouvaient pas du tout se comparer.

C’était différent de Rushella.

« Lâche-moi... ! » demanda Hisui.

« Très bien, » répondit Miraluka.

De façon inattendue, elle l’avait relâché facilement... Puis Miraluka avait placé ses lèvres très près de lui.

Hisui s’attendait à ce qu’elle vise ses lèvres... Mais Miraluka avait embrassé son front à la place.

« Je ne sais pas ce que tu penses, mais je n’ai jamais rien fait à cette impostrice. Si tu as quelque chose à dire, mieux vaut que tu exprimes tes préoccupations et que tu me parles clairement, » déclara Miraluka.

« ... Ce n’est pas ce que tu crois. Bien que je veuille aller au fond des choses, si tu ne sais pas... Alors, oublie ça, » déclara Hisui.

« Me crois-tu ? » demanda Miraluka

« Si je ne te crois pas, qui le ferait ? » répondit Hisui d’un air renfrogné, apportant un sourire ironique au visage de Miraluka.

Voyant son sourire calme et détendu, Hisui sentit soudain l’agitation de son cœur monter en flèche, alors il quitta le salon.

Arrivé dans sa chambre au deuxième étage, il s’allongea sur le lit et fixa le plafond sans rien de mieux à faire.

Miraluka savait quelque chose.

Elle savait quelque chose sur les origines de Rushella.

S’il l’interrogeait obstinément, il pourrait probablement lui faire répondre.

Néanmoins, Hisui n’avait pas pu le faire.

Qu’il s’agisse du passé de Rushella ou de ses soupçons contre Miraluka, Hisui n’avait pas pu exprimer ses doutes.

Même le téléphone portable à côté de lui était répugnant — il ne voulait pas se confier à Eruru et aux autres filles.

Pourquoi ?

Cette série de questionnement de soi rendait Hisui très agité.

L’éclairage fluorescent au-dessus de sa tête semblait l’ennuyer exprès. Hisui leva un bras pour se couvrir les yeux, se plongeant dans les ténèbres.

« Ai-je peur ? » Alors qu’il marmonnait ça en étant seul, personne ne lui répondit.

Malgré la présence de sa parente avec qui il avait passé de nombreuses années ensemble et la pièce dans laquelle il avait vécu pendant tant d’années, Hisui se sentait inexorablement seul.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire