La Croix d’Argent et Dracula – Tome 5 – Chapitre 1 – Partie 2

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 1 : Le Retour du Pourpre

Partie 2

« ... Ce que tu dis a du sens. Mais... pourquoi n’es-tu pas revenue tout de suite ? » demanda Hisui avec tristesse.

Sans s’en rendre compte, son ton de voix ressemblait à celui d’un enfant pleurnichard demandant à être gâté.

« Je n’ai pas pu m’en empêcher, » répondit-elle. « Après tout, mon corps était déjà battu et brisé. Avec beaucoup de difficulté, j’ai finalement régénéré ma tête et mon torse, mais j’étais couchée et misérablement étendue sur le sol, ne pouvant ramper que comme un ver. Finalement, j’ai réussi à ramper jusqu’à un endroit sûr à l’abri de la lumière du soleil, mais je ne pouvais plus bouger après cela. Puis j’ai demandé aux animaux de la région de m’apporter du sang frais. Heureusement, les rivières de sang étaient abondantes dans une zone de guerre, mais la qualité était terrible. Le temps nécessaire pour récupérer tout mon corps a été terriblement long. Si je n’étais pas un Véritable Ancien, cela aurait pris probablement jusqu’à cent ans. Après que j’ai retrouvé la liberté de mouvement, la guérison complète a pris encore plus de temps. En plus du fait que les deux pays ont été coupés du monde à l’époque, le retour au Japon a vraiment demandé un effort monumental. Ayant vécu plus de deux mille ans, je n’ai jamais autant souffert. »

Elle soupirait comme un humain.

Son beau visage semblait aussi s’assombrir, obscurci par ses expériences.

Bien qu’étant un Véritable Ancien, ayant été brûlé jusqu’à la mort par la lumière du soleil, un rétablissement complet aurait en conséquence nécessité beaucoup de temps et d’énergie.

« De plus, le processus de régénération a été une épreuve assez pitoyable. Je me considère comme quelqu’un qui a connu des épreuves et des tribulations, mais ces jours-là étaient vraiment impensables. Le plus méprisable de tous, c’était que même les vautours m’ont picorée, me traitant comme un cadavre. Je ne m’attendais pas à ce que quelque chose comme ça m’arrive un jour, » déclara-t-elle.

« Arrête de me faire perdre l’appétit juste avant le dîner ! Garde ces détails pour toi ! » s’exclama Hisui.

« C’est toi qui me l’as demandé. Survivre dans cet environnement rude et me restaurer à nouveau a nécessité de souffrir énormément et de passer du temps en conséquence, » Miraluka l’avait réfuté nonchalamment.

Hisui n’avait pas eu d’autre choix que de changer la direction de ses questions. « Alors... Et ces derniers temps ? Puisque tu as survécu et que tu es revenue en ville, pourquoi n’es-tu pas venue me voir directement ? Mais... euh... D’après ce que j’ai vu, le sosie de la représentante de classe est de ta faute, n’est-ce pas ? Et quand le festival sportif s’est terminé et que tu es venue me chercher, n’aurais-tu pas pu tout m’expliquer directement... puis rentrer ensemble... ? »

Bien que la question soit rhétorique, le ton de la voix d’Hisui était faible et n’avait pas l’intention de la réprimander.

Après tout, il n’avait maintenant presque aucun doute sur la femme devant ses yeux.

« La fois d’avant, je voulais simplement te voir, c’est tout. Bien que je pouvais me déplacer, à cause du soleil brûlant, ma peau était très abîmée, ce qui était gênant à montrer aux autres. C’est aussi pour cela que je portais des vêtements qui couvraient complètement ma peau. Je ne voulais pas me faire voir dans cet état. Cependant, je suis maintenant comme tu le vois ici, » répondit-elle.

En se montrant, elle avait relâché la bandoulière de sa camisole pour révéler une peau aussi lisse que de l’ivoire poli.

« ... Je m’en fiche de ce genre de choses, d’accord  ? » déclara Hisui.

« N’oublie pas que je suis une femme, tu sais ? S’il te plaît, considère un peu mes sentiments, » elle lui sourit d’une manière séduisante.

Même si son corps était couvert de blessures, elle pourrait certainement s’établir dans une position de valeur en utilisant son beau visage.

« ... Et la représentante de classe ? Ne me dis pas que tu l’as fait pour tuer le temps ou je vais te frapper avec la lame Tzara, d’accord ? » demanda Hisui.

« Essaie si tu peux, » déclara Miraluka.

En voyant la manière hautaine de Miraluka, Hisui réalisa qu’il avait mal parlé.

Oui, il n’avait aucune chance de gagner.

« ... En parlant de ça, c’est quelque chose que je voulais te demander. À l’époque, bien que je sois retournée au Japon, je n’avais toujours pas décidé de te rencontrer ou non, » déclara Miraluka.

« ... Hein ? » s’exclama Hisui.

« Tu as déjà seize ans. Ce n’est pas comme si tu ne pouvais pas vivre seul. En plus, je t’ai laissé beaucoup d’argent. Dans ce cas... Ne plus te revoir aurait été bien. J’étais déjà détruite... Cela compterait déjà comme un adieu décisif, » continua Miraluka.

« ... »

Peut-être que oui, Hisui l’avait ressenti vaguement.

Dans quelques années, il allait dépasser l’apparence de Miraluka.

Il vieillira progressivement tandis que Miraluka restera éternellement jeune et belle.

Cela rendrait les personnes de leur entourage suspicieux, c’était certain.

Même s’ils se cachaient des autres et restaient à l’intérieur, pour les vampires, il y avait des limites supérieures au temps qu’ils pouvaient vivre dans un endroit.

Même sans les adieux soudains de la dernière fois, un jour, ils finiront bien par se séparer tous les deux.

« ... Cependant, à la fin, j’étais encore inquiète, » continua Miraluka. « Que tu sois rentré sain et sauf dans ce pays, que tu sois entré au lycée... Je voulais le savoir. Alors, je me suis donné beaucoup de mal pour te rendre visite de loin... Qu’est-ce que c’est que ce bordel ? Se tenir avec une vampire, se faire plaquer par une humaine artificielle, se faire tabasser par un dhampir, s’impliquer avec une fille sorcière, et enfin même un loup-garou est proche de toi. Pendant mon absence, qu’est-ce que tu as fait ? »

« ... Ouais, qu’est-ce qui se passe ici ? » murmura Hisui.

Quand quelqu’un l’ayant soudainement signalé, Hisui lui-même était complètement déconcerté par ça.

Bien qu’il y ait eu un vampire vivant dans cette maison il y a longtemps, d’où la richesse de ses connaissances, Hisui n’avait presque jamais eu de contact réel avec des entités surnaturelles.

Cependant, depuis qu’il était allé au lycée, son expérience avait soudainement grimpé en flèche, dépassant de loin le niveau qu’il connaissait lorsqu’il vivait avec Miraluka.

« Et je n’arrive pas à croire que tu te fasses sucer le sang par un vampire. Je connais mieux que quiconque ta constitution. Ce type de constitution a ses limites. Ou peut-être... Est-ce ton fétichisme ? » demanda Miraluka.

« Bien sûr que non ! » s’exclama Hisui.

En entendant ce genre de question embarrassante, Hisui avait senti qu’il devait nier fermement.

« ... Puis j’ai décidé de te protéger secrètement et d’observer la situation en premier et j’ai fini par ramasser cette étrange drogue, » expliqua Miraluka.

« Est-ce la drogue qui a permis de créer des doubles ? L’as-tu utilisé sur la représentante de classe, non ? Pourquoi… ? » demanda Hisui.

« Je voulais l’utiliser sur toi depuis le début, » déclara Miraluka.

« Quoi... !? » s’exclama Hisui.

Ignorant le choc d’Hisui, Miraluka continua avec indifférence. « Cependant... Utiliser une drogue que j’ai trouvée directement sur toi n’a pas semblé quelque chose de totalement approprié. Alors je l’ai testé sur une enfant qui passait par là. »

« Tu t’ennuies vraiment ! Franchement, tu pourrais arrêter d’agir comme ça, d’accord... ? » demanda Hisui.

« Si un problème survenait, je m’en serais immédiatement occupée. Crois-tu vraiment que je suis incapable de m’occuper d’un simple sosie ? » demanda Miraluka.

« Est-ce là le problème... !? » demanda Hisui.

« C’est là le problème. De plus, cette fille te fait toujours les yeux doux. De plus, elle est la plus normale de toutes les filles qui t’entourent. J’étais donc un peu curieux de savoir à quoi ressemblait son côté caché. Bien que je puisse utiliser les Yeux Mystiques pour l’interroger, mais pour découvrir ses vrais sentiments, il est toujours préférable de dénuder et de séparer la composante cachée dans son cœur, » déclara Miraluka.

« Laisse-moi respirer…, » déclara-t-il.

Hisui se gratta la tête et se rappela le passé de cette famille indisciplinée.

En effet... Il s’agissait du genre de personne qui était ainsi dès le départ.

Ne traitant pas les humains comme de la simple nourriture, elle était le type de vampire qui inspirait le respect.

Néanmoins, il y avait une différence fondamentale chez elle.

Une attitude qui se plaçait au-dessus des humains... Refusant d’être comparé à eux.

En fin de compte, elle et les humains étaient des organismes différents, totalement incompatibles. Elle n’avait pas pris la position de l’hostilité ouverte ni n’avait l’intention d’être amie avec les humains. Elle ne voulait pas les agresser, mais ne pas s’impliquer avec eux, et elle voulait s’abstenir de relations autant que possible. Mais quand c’était nécessaire que ce soit en tant qu’adversaires ou en les utilisant, elle n’avait aucun scrupule.

Cet écart découlait d’un système de valeurs différent et d’espèces différentes.

Hisui avait presque oublié.

Le fait de vivre avec Rushella lui avait fait presque oublier que c’était la vraie nature d’un vampire.

« Alors pourquoi voulais-tu utiliser ce genre de drogue sur moi alors que tu n’avais aucune idée du double qui allait naître ? » demanda Hisui.

« Je voulais juste savoir si ta constitution fonctionnait normalement ou pas, » répondit Miraluka. « Ça aurait été une bonne chose une fois que j’aurais ainsi confirmé que ta constitution est restée même après la naissance du sosie. Mais les constitutions dotées de pouvoirs spirituels sont apparemment peu pratiques à mettre à l’épreuve. Je ne m’attendais pas à ce que ta constitution soit prise par le clone. On dirait qu’on peut faire mieux. »

Miraluka secoua la tête d’une manière légèrement solennelle.

Son visage fronçant les sourcils ressemblait à celui d’une mère inquiète pour son enfant. C’était le genre de mère qui ne gâterait jamais ses enfants avec un amour excessif ni ne permettrait à leurs enfants d’être en danger, le genre de mère qui existait dans toute famille commune.

« Ne va pas transformer les autres en expériences si imprudemment ! Grâce à toi, j’ai presque cessé d’être humain... ! » s’exclama Hisui.

« Ce n’est pas ma faute, mais celle de l’imposteur, n’est-ce pas ? En parlant de ça, sans moi, tu aurais cessé d’être humain depuis longtemps, » répondit Miraluka.

« Euh, eh bien, euh…, » balbutia Hisui.

Bien sûr, Hisui n’avait jamais gagné une dispute contre elle.

« Bien que le processus ait été un peu alambiqué, à la fin, tu t’es remis et l’imposteur est apparemment parti, et j’ai finalement retrouvé mon état. Je suis revenue parce qu’on ne peut pas te laisser seule dans cette maison. Des problèmes avec ça ? » demanda Miraluka.

« Des tonnes de problèmes ! Il y a tellement de choses qui ne vont pas que je ne sais même pas par où commencer ! » s’exclama Hisui.

« Alors, ne dis rien. De plus, de quel droit m’interroges-tu avec tout cela ? » Miraluka s’allongea sur le canapé et répliqua avec vanité.

Bien qu’elle ne levait pas la tête haute ou ne gonflait pas sa poitrine d’une manière hautaine, ces yeux pourpres étaient le type de ceux qui appartenaient aux dirigeants suprêmes qui regardaient de haut les roturiers stupides se trouvant en bas.

Et à la vue de ces yeux, elle était sans aucun doute qu’elle était la femme avec qui Hisui avait vécu toute sa vie avant ça.

« Au fait, maintenant que je suis enfin à la maison, c’est quoi ton attitude ? » demanda Miraluka.

« C’est de ta faute à 90 %, d’accord ? Vu comment on s’est séparés, comment veux-tu que je te croie ? » répliqua Hisui.

« Vrai... Après tout, je renais après m’être presque entièrement transformé en poussière et en cendres. Pour être honnête, que je sois le même moi du passé, ou que ce soit mon vrai moi de maintenant, j’aurais du mal à répondre à ces questions. Oh, Hisui, suis-je vraiment faux ou authentique ? » demanda Miraluka.

« Comment le saurais-je ? Ne me demande pas de le confirmer ! » s’exclama Hisui.

« Comment dois-je le dire ? C’est comme ces romans de science-fiction que les humains écrivent là où les humains sont transférés à l’aide de dispositifs de téléportation de matière, dissociant complètement le corps en particules avant qu’il ne soit reconstitué, » déclara Miraluka. « La personne téléportée est-elle la même personne qu’avant ? Même si c’est le même corps, ça ne compte-t-il pas comme une mort ? L’ego résidant dans le corps, y a-t-il une continuité avec l’ego précédent ? Ou peut-être que je suis simplement une réplique qui a hérité de mes souvenirs ? »

« Arrête de compliquer les choses ! Ne jette pas ce genre de problème sans réponse à un lycéen comme moi ! » en entendant ce sujet hautement philosophique, Hisui répliqua en pleine force.

Agissant normalement comme une reine vantarde, Miraluka évoquerait aussi ce type de sujet ennuyeux à l’occasion.

Après tout, après avoir vécu si longtemps, elle pouvait facilement prendre des airs profonds avec un peu de jeu d’acteur.

« Tu me l’as déjà dit, d’accord... Que la destruction d’un vampire signifie le “vide”, sans rien laisser derrière. Comme ta conscience est restée, eh bien... Alors ça doit être ton vrai toi. Et comme il n’y a pas de mort en premier lieu, la résurrection est hors de question... en surmontant d’énormes difficultés, tu as réussi à survivre, » déclara Hisui.

Les mots d’Hisui étaient destinés à se convaincre et à réconforter Miraluka.

Cependant, il n’avait toujours pas accepté les choses dans son cœur et il y avait encore beaucoup de choses qu’il voulait dire.

Mais la personne sous ses yeux avait servi de preuve pour tout cela.

C’est vrai, elle ne peut pas être morte, pensa-t-il.

Un Véritable Ancien immortel... Le fait de mourir pour quelqu’un d’aussi petit et insignifiant que lui serait absolument impossible.

C’est pourquoi Hisui avait choisi de croire.

Il était prêt à croire.

« On dirait que tu es arrivé à une conclusion. Mais Hisui, n’as-tu pas oublié quelque chose d’important ? » demanda Miraluka.

« ... Quoi ? » demanda Hisui.

Miraluka le fixa en silence, faisant que Hisui avait involontairement détourné son regard.

Mais ses yeux pourpres ne pouvaient être trompés.

Hisui avait donc renoncé à résister et l’avait regardée une fois de plus.

Puis, regardant son visage d’une perfection sans faille, avec une faible émotion boudeuse, ainsi qu’une expression un peu fatiguée, mais avec un peu de joie sur son visage... un salut banal lui échappa des lèvres.

« Bienvenue à la maison. »

Miraluka l’attendait depuis longtemps et elle avait souri avec séduction en réponse. « Je suis de retour. »

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire