La Croix d’Argent et Dracula – Tome 4 – Prologue

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Prologue

« Laisse-moi-le faire ! » Au cours de l’après-midi, la jeune fille avait fièrement levé son bras pâle et avait déclaré ça.

Toute l’attention de ses camarades de classe avait été attirée par cette jeune beauté d’un autre monde qui n’avait que l’apparence qui fut impeccable — Rushella Dahm Dracula.

Peut-être aimait-elle être le centre d’attention, car Rushella avait croisé les bras et avait hoché la tête avec satisfaction. Puis, tout en étant très heureuse, elle avait demandé au garçon qui se tenait à côté d’elle :

« Alors, dépêche-toi et dis-moi tout, Hisui. Qu’est-ce que ça veut dire “relais” et “dernière étape” !? »

« Tu as donc levé la main sans savoir de quoi il s’agissait..., » bien que cela soit tout à fait conforme à ses attentes, Hisui n’avait pas pu s’empêcher de répliquer en affichant une expression emplie de souffrances.

En effet, la discussion d’aujourd’hui portait sur différents sujets liés au prochain festival sportif.

La répartition des différentes tâches pendant le festival, la confirmation des événements participants, le choix de l’horaire — tous ces éléments avaient été décidés en douceur, à l’exception du débat final.

Le dernier débat avait consisté à désigner Rushella comme la dernière coureuse d’étape pour la course de relais pour laquelle elle venait de se porter volontaire.

Au départ, Hisui avait pensé que la classe n’avait besoin que de quelques participants pour s’inscrire à la course, mais il s’était avéré que tous les membres de la classe étaient obligés de participer.

En mettant de côté la question de l’ordre, apparemment non seulement Rushella, mais aussi Hisui devrait y participer.

« Qu’est-ce que c’est que ce genre d’événement gênant... ? Ce type d’événement ne devrait-il pas se limiter à la troisième année ? ... Ce n’est pas comme si cela pouvait nous servir de souvenir de remise des diplômes. Cela ne ferait que créer des traumatismes mentaux pour les lents, » s’exclama Hisui.

« Qu’est-ce que tu racontes de façon incompréhensible !? Je te demande ce que veut exactement dire “étape finale” !? » demanda Rushella.

« ... Le dernier coureur d’une course de relais. La personne qui reçoit le plus d’attention et gagne le plus d’applaudissements. Selon le résultat, tu seras vu comme un grand héros ou un grand perdant, » Hisui avait expliqué cette règle cruelle et non écrite du festival sportif.

Mais pour une optimiste comme Rushella, cet avertissement était tombé dans l’oreille d’une sourde.

Voyant ses yeux briller de mille feux, elle n’avait clairement entendu que la première moitié de son explication.

« Je vois, alors ce genre de rôle n’est-il pas créé spécifiquement pour moi ! Très bien ! Représentante de classe, laisse-moi le faire ! » avant que Hisui ne puisse l’arrêter, elle avait levé la main en l’air et l’avait annoncé.

La responsable de la discussion en classe, Reina Sera avait regardé maladroitement Hisui pour demander son jugement.

Dans ce genre de situations, elle avait toujours pensé qu’il valait mieux déléguer la décision à Hisui qui comprenait le mieux Rushella.

 

 

Hisui n’avait pu que soupirer et donner de bons conseils. « Franchement, arrête ça. En outre, le festival sportif a lieu pendant la journée. Le simple fait de participer sera dangereux pour toi, compris ? »

Hisui avait calmement énoncé la faiblesse de Rushella en tant que vampire. En raison de sa peur de la lumière du soleil, elle avait toujours observé plutôt que de participer au cours d’éducation physique.

Elle pouvait utiliser ses capacités physiques de vampire pour se mettre en vedette lors d’événements en salle, mais malheureusement, il n’y avait pas de situation pour elle pour briller dans un festival sportif.

Les camarades de classe et le professeur d’éducation physique avaient été trompés par l’utilisation d’une excuse quant à un problème corporel de peau sensible... ce qui n’était pas entièrement un mensonge.

Actuellement, le regard de toutes les personnes dans la classe semblait lui demander de ne pas jouer les durs... On aurait dit que personne ne doutait du mensonge.

« Alors, choisissons quelqu’un d’autre pour la dernière étape. Continue, représentante de classe, » à la suite de la demande de Reina, Hisui avait retiré Rushella du centre du débat.

Bien que Rushella se soit assise, naturellement, elle n’était pas du tout satisfaite de ce que Hisui avait fait.

« Pourquoi pas !? Qu’est-ce que ça peut faire ? Si c’est la lumière du soleil, demandes encore une fois de l’aide à “Senpai”... ! » s’écria Rushella.

« Écoute comme tu as l’air étrange. Et ce n’est pas comme si tu devrais tant compter sur les autres. Après tout, elle a sa propre vie, » déclara Hisui.

Hisui s’inquiétait pour un membre non officiel du club — Kirika Uno.

En utilisant ses talents de sorcière, elle avait été capable de fabriquer un agent permettant le blocage de la lumière pour que les vampires puissent se protéger de la lumière du soleil.

Mais naturellement, cela exigeait beaucoup d’efforts et impliquait aussi des questions pratiques comme l’argent.

« De plus, même si tu l’utilises, tu n’es qu’à ton niveau diurne, n’est-ce pas ? Tu es peut-être la meilleure parmi les lycéennes ordinaires, mais contre les sprinteurs spécialisés du club d’athlétisme, ce n’est plus aussi certain... Mais encore une fois, les clubs d’athlétisme de notre école ne sont pas particulièrement forts, donc tu devrais gagner sans aucun doute, » déclara Hisui.

« Qu’est-ce que ça peut faire ? » demanda Rushella.

« Bien sûr que c’est important, » répondit Hisui.

Dans tous les cas, Hisui ne voulait pas que Rushella se démarque trop du reste des étudiants. Tout découlait de ce principe.

Après tout, sa beauté était déjà importante. Le fait d’attirer l’attention de tous les enseignants, élèves, parents et visiteurs pourrait très bien finir par causer des ennuis.

« Mmmmmmmm... Qu’est-ce que ça peut faire ? Je vais juste courir..., » déclara Rushella.

« Non, » Hisui avait fait de son mieux pour s’occuper de cette enfant à problèmes et avait laissé la discussion de la classe se poursuivre.

À l’exception de Rushella, tous les autres espéraient sélectionner un candidat qu’ils avaient tous approuvé.

En théorie, les garçons du club d’athlétisme seraient les meilleurs candidats.

Cependant, bien que la classe d’Hisui avait des étudiants en athlétisme, aucun d’entre eux n’était un garçon spécialisé dans le sprint.

Comparé au groupe de toute cette année, il y avait quelques garçons dans la classe qui étaient particulièrement rapides, mais l’un d’eux était déjà sélectionné comme premier coureur et ne pouvait pas prendre part également à l’étape finale. Il était assis près de la fenêtre, regardant à l’extérieur avec désintéressement, sans aucune intention d’échanger sa place.

Cela signifiait choisir parmi les candidats restants... Mais personne ne voulait apparemment assumer cette lourde responsabilité.

En fait, Hisui n’avait pas le droit de juger les autres, après tout, il essayait lui-même de faire de son mieux pour éviter le fardeau.

Alors que tout le monde hésitait, un garçon de la première rangée la plus proche du tableau noir avait pris la parole.

Il s’appelait Kuroda, un gars rapide du club de baseball. Probablement le meilleur candidat pour la dernière étape. Ses cheveux courts et sa peau bronzée en profondeur avaient laissé aux autres une impression importante.

« Cette place n’a pas besoin d’être attribuée à un garçon, n’est-ce pas ? Puisqu’il s’agit d’une épreuve mixte, ce n’est pas comme si l’étape finale décidait de la victoire. Représentante de classe, vous devriez choisir quelqu’un parmi les filles, » avait déclara Kuroda.

« Eh bien..., » commença Reina.

« D’accord. Ne le limitez pas aux garçons, » déclara une autre personne.

« Y a-t-il des filles dans le club d’athlétisme ? » demanda quelqu’un.

« Ah, Iga n’est-elle pas une sprinteuse ? » demanda l’un des garçons.

L’accord avait résonné de partout.

La discussion précédente ne concernait que les garçons pour la dernière étape, alors ils avaient recommencé le débat.

Personne ne voulait le faire.

Il suffit de le pousser sur quelqu’un d’autre et de donner la priorité de le garder loin de moi... Bien que cela ne soit pas allé si loin, tout le monde essayait de minimiser ses chances d’être choisi.

Bien qu’Hisui ait ressenti la même chose, il ne pouvait pas s’empêcher de se sentir un peu mécontent.

« Euh... Alors... Iga-san... Qu’est-ce que vous en pensez de le faire ? » De manière hésitante, Reina avait demandé à Iga Airi qui était assise au milieu de la classe.

La fille aux cheveux courts qui était habituellement discrète, dont l’apparence et les notes étaient tout aussi ordinaires, baissa le regard et secoua la tête. « Umm... Je ne peux pas courir vite... »

Elle n’était pas humble. C’était la vérité.

Malgré son appartenance au club d’athlétisme et sa concentration sur le sprint, cela ne signifiait pas nécessairement qu’elle pouvait courir vraiment vite.

Hisui n’avait jamais entendu des louanges pour la rapidité avec laquelle elle courait.

« ... Disons que si nous devons choisir parmi les filles, Seira-san est la meilleure candidate, n’est-ce pas ? La Sera Reina du collège d’Aishin est assez célèbre et a d’excellents résultats dans l’organisation d’événements, » déclara Iga.

Ces mots portaient en eux la nostalgie et un peu d’espoir.

Bien que les deux filles soient d’écoles différentes, elles s’étaient déjà rencontrées auparavant.

Hisui se souvient de la présentation de Reina le premier jour de classe.

Elle semblait avoir mentionné quelque chose à propos du fait d’être bonne dans toutes les épreuves d’athlétisme.

« C’est vrai, il y a aussi la représentante de classe. Alors, allons-y avec la représentante de classe ? »

« Pour être honnête, c’est incroyable que vous n’ayez pas rejoint le club. »

« Plutôt que de choisir un garçon au hasard, la représentante de classe court probablement plus vite. »

« Je suis d’accord. »

L’accord avait résonné dans toute la classe.

Non seulement les garçons, mais même les filles étaient unanimes.

On aurait dit que les choses étaient hors de tout doute.

En fait, la vitesse de Reina rivalisait avec les meilleurs concurrents masculins.

En raison de ce fait, plus son absence de refus manifeste, il semblait que le coureur de l’étape finale avait été décidé.

Mais Reina était restée impuissante.

Depuis que ses années de collège avaient été mentionnées, son expression avait l’air raide.

Hisui l’avait remarqué.

« Pas si vite, » déclara-t-il.

Son ton de voix était très décontracté et sans enthousiasme.

Mais parce qu’il parlait rarement en classe, tous les camarades de classe se tournaient les uns après les autres pour regarder Hisui se trouvant à la dernière rangée.

Alors que toute la classe le regardait, Hisui se gratta la tête avec une expression contrariée.

Bien sûr qu’il avait trouvé ça ennuyeux.

C’était absolument agaçant à l’extrême.

Mais il n’avait pas d’autre choix que de le dire.

« Toutes les autres classes vont probablement envoyer un garçon comme dernière étape, n’est-ce pas ? N’est-ce pas un peu inapproprié d’envoyer la représentante de classe comme seule fille ? Même si elle va bien en manière de vitesse, je ne trouve pas ça approprié, » demanda-t-il.

Il n’avait pas réfuté l’approbation par la classe des capacités de Reina, mais leur avait simplement dit la vérité.

Il n’était pas sûr que cela les ferait changer d’avis, mais au moins cela les ralentissait dans leur réflexion.

Demander à Reina d’être la dernière étape n’était pas un problème.

Mais cela ne signifie pas qu’elle devait assumer le rôle.

Bien qu’elle puisse courir très vite, mais contre d’autres garçons rapides — quel serait le résultat ?

Supposons que Reina soit la coureuse la plus rapide de la classe, mais s’il n’y avait pas d’avance décisive avant que le bâton ne lui passe, lui demander d’être la dernière étape n’avait pas de sens.

Elle n’était qu’au plus une candidate.

Tout le monde était retourné à l’étape de la discussion.

C’était exactement le but d’Hisui.

Il espérait simplement changer légèrement le point de vue des gens et éviter d’avoir Reina comme seule cible.

« Quoi qu’il en soit, notons d’abord les noms des candidats et décidons par un vote ou une recommandation ? Un vote secret, c’est bien aussi. Pire encore, on peut simplement le décider avec un pierre-papier-ciseaux, » déclara Rushella.

« Ne complique pas les choses, » s’exclama Hisui.

Hisui se dépêcha de couvrir la bouche de Rushella et arrêta son discours soudain.

« (arrête, qu’est-ce que tu fais !?) » demanda-t-elle en un marmonnement,

« Très bien, tais-toi alors, » déclara Hisui.

Rushella luttait désespérément tandis que Hisui l’étouffait de toutes ses forces.

Puis toute la classe avait souri en regardant leur petite farce.

Avant que leur bataille ne puisse être décidée, la cloche avait sonné afin de signaler la fin de la période.

« Ah... »

En fin de compte, la décision n’avait toujours pas été prise.

Une atmosphère inconfortable était présente dans la salle de classe.

Comme tout le monde se regardait, Reina s’était résolue et avait parlé :

« Eh bien... Essayons d’avoir avec la dernière étape... qui serait moi, d’accord ? Par la suite, je vais distribuer un formulaire. Tout le monde, s’il vous plaît, remplissez votre nom et transmettez-la-moi. S’il y a des conflits, discutez-en pacifiquement... Sinon, il faudra recourir à des pierre-papier-ciseaux pour décider. Bref, tout est décidé, » elle avait souri et avait offert une suggestion appropriée.

Même si son sourire était un peu raide, il y avait au moins une conclusion. Tous les camarades de classe avaient acquiescé d’un signe de tête.

« Alors... Je vais faire le formulaire et le distribuer la prochaine fois pendant la pause, » déclara-t-elle.

Ainsi s’était terminée la classe.

Pendant la pause de l’après-midi entre les périodes, tout le monde avait fait circuler le formulaire de Reina, en écrivant leur nom à côté du numéro désiré dans la séquence.

Le formulaire était très simple. Outre les premières et dernières étapes déjà décidées, les numéros de deux à trente-neuf avaient été répertoriés. Une fois que chacun avait écrit son nom à côté de la position désirée, l’ordre avait été fixé pour l’instant.

Si la position souhaitée était déjà prise, une négociation serait nécessaire... Mais pour être honnête, ça n’avait pas beaucoup de sens.

En fait, les gens avaient simplement écrit leur nom là où ils ont vu un blanc et n’étaient pas vraiment particulièrement intéressés au sujet de l’ordre.

Parce que la position la plus gênante était déjà décidée.

Ainsi, quand Hisui avait reçu le formulaire de Rushella, il avait simplement écrit son nom dans un endroit vide sans regarder attentivement.

« Il ne reste plus qu’une place ! M’intimides-tu ? » demanda Hisui.

« Tais-toi, je voulais aussi choisir un autre endroit ! En plus, on ne peut rien y faire, n’est-ce pas ? Les gens à la fin n’ont pas le choix, » déclara Rushella.

« ... C’est vrai. Puisque c’est toi qui me l’as donné, cela signifie que tu n’avais que deux choix possibles. Ça n’a pas d’importance, » en disant cela, Hisui baissa les yeux vers l’endroit où il avait écrit son nom. C’était la position de la deuxième étape.

D’autre part, Rushella était trente-neuvième.

Immédiatement avant l’étape finale.

Quand on pense que la classe avait laissé la première et la dernière place ouverte, on se sentait un peu malicieux.

Bien qu’il puisse essayer de négocier une autre position, Hisui avait décidé d’abandonner.

En termes de pression, ce n’était rien comparé à la première et à la dernière étape. « Dans une simple fête sportive, gagner et perdre sont aussi insignifiants que les nuages dans le ciel » — les gens n’étaient pas si libérés dans leur façon de penser.

Hisui était donc un peu inquiet pour Reina dans la dernière étape.

Hisui lui avait remis le formulaire rempli depuis le siège voisin.

« Tenez. Je suppose que c’est réglé maintenant, » déclara-t-il.

« ... Oui. Merci. Et aussi pendant la classe…, » Reina inclina la tête et le remercia.

Mais Hisui ne pensait pas qu’il avait fait quelque chose qui valait la peine d’être remercié. Il n’en était pas capable non plus.

« À ce moment-là, j’aurais eu l’air plus cool si j’avais dit : “Laissez-moi faire.” Mais je n’ai pas eu le courage. D’ailleurs, d’autres n’approuveront probablement pas si c’est moi qui le faisais, » déclara-t-il.

Bien que ses paroles ressemblent à la vérité, Hisui savait clairement dans son cœur qu’il n’était qu’un hypocrite.

Ayant senti que Reina ne voulait pas être la dernière étape... Il aurait dû s’offrir lui-même à la place.

En fin de compte, il avait simplement déplacé le point de vue des gens pour faire porter le fardeau sur d’autres que Reina.

Ce qu’il avait fait n’était pas méchant, mais on ne pouvait pas non plus l’appeler justice.

Le plus important, c’était que le fardeau de la dernière étape avait fini par retomber sur ses épaules.

« Est-ce vraiment bien ? Bien que vous puissiez courir vite... Ce n’est pas obligatoire. Quel que soit l’ordre dans lequel vous courez, vous contribuez toujours à la victoire finale, n’est-ce pas ? » demanda-t-il.

« ... C’est déjà décidé. Quelqu’un doit le faire après tout, » Reina avait souri.

Mais Hisui savait que son sourire ne venait pas vraiment du cœur.

« Puis je remettrai ce rapport de séquence à l’enseignant... Eh, étrange…, » déclara-t-elle.

« Quel est le problème ? » demanda-t-il.

Voyant la perplexité de Reina, Hisui regarda avec curiosité le formulaire. Rushella était aussi intriguée. Mais il n’y avait rien qui sortait de l’ordinaire.

« Personne n’a manqué au cours, n’est-ce pas ? Y a-t-il quelque chose d’étrange ? » demanda-t-il.

« Eh bien... C’est totalement rempli. Comme c’est étrange, Kida-kun est absent aujourd’hui..., » après avoir dit ça, Reina regarda le bureau qui était resté vide toute la journée.

En entendant son explication, Hisui avait aussi remarqué ce qui était étrange.

Un camarade de classe était vraiment absent. Si tout le monde avait seulement écrit son propre nom, il devrait rester un blanc.

« Qui a aidé Kida à écrire son nom... ? Ou est-ce que quelqu’un a écrit son nom deux fois ? » demanda Reina.

« Hmm, c’est vraiment étrange. Très bien, vérifions ça ! » déclara Rushella.

Rushella donna les ordres et Hisui désigna les noms sur le formulaire, les vérifiant un par un.

À mi-chemin, sa main s’était arrêtée.

Son visage était tordu de façon incontrôlable.

Puis il avait échangé des regards avec Rushella.

Naturellement, Rushella était aussi mécontente.

« Qu’y a-t-il ? Avez-vous découvert le problème ? » Reina regarda vers l’endroit où Hisui pointait.

Voyant ce nom, son visage s’était instantanément assombri.

Fuwa Touko.

Qui savait si c’était par hasard ou délibérément — Le nom, écrit au stylo à bille rouge, faisait frissonner d’horreur Hisui et Rushella.

« Kyah... »

Reina avait également tremblé et avait fait quelques pas en arrière, croisant accidentellement un garçon derrière elle.

« Quoi de neuf ? Représentante de classe ? » Le garçon lui avait demandé ça.

« Eh-Euh... là-bas... ! » Reina avait pointé du doigt vers le siège vide.

Tous les élèves qui s’attardaient encore dans la salle de classe avaient remarqué l’agitation et avaient regardé où elle pointait du doigt.

Dans le siège qui était censé être vide...

Il y avait une fille assise.

Des cheveux longs et noirs. Un ancien modèle d’uniforme.

Un corps translucide, des contours vagues — les objets peuvent être vus à travers son corps de l’autre côté.

En sentant le regard des élèves, elle — Fuwa Touko — avait légèrement souri.

« Eh, pas possible ! Pouvez-vous me voir !? » demanda Touko.

« UN FANTÔME...  !! »

... Après cela, des cris avaient rempli la salle de classe pendant que les élèves se dispersaient et s’enfuyaient.

Ne laissant que Hisui et Reina qui s’était évanouie dans ses bras.

Ainsi que Rushella qui se tenait là, en état de choc.

Avec une expression déplaisante, elle avait demandé à l’esprit familier : « ... Que faites-vous ici ? »

« Je suis arrivée ❤  ! » déclara Touko.

« Cette fille... !! » murmura Hisui.

Hisui n’avait pas pu s’empêcher de cracher les mêmes mots que quelqu’un avait utilisés pour commenter Rushella il y a longtemps.

Après cela, des Sept Merveilles du Lycée Seidou, le mythe de « Touko-san » s’était rapidement hissé au sommet de la hiérarchie en raison des incidents d’observation qui allaient suivre.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour ce chapitre !

Laisser un commentaire