La Croix d’Argent et Dracula – Tome 4 – Chapitre 5 – Partie 2

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 5 : Le Festival Sportif

Partie 2

Après l’école, Hisui et Eruru étaient allés ensemble dans la classe vide.

Hisui n’avait aucun souvenir de cette classe ou du club...

Mais selon Eruru, le fantôme et la vice-présidente du Conseil des Étudiants allaient dans tous les sens pour lui, alors il devrait au moins se présenter pour écouter le rapport quant à toutes leurs recherches. Quant aux autres circonstances, Eruru ne les avait pas mentionnées.

Rushella... apparemment, ne venait pas.

Après tout, elle était actuellement suspectée d’être une criminelle. Mei était responsable de sa surveillance et était donc aussi absente.

Bien qu’Hisui n’ait aucun souvenir... ce qui se passait du côté de Rushella le rendait particulièrement inquiet.

L’expression qu’elle avait montrée quand elle avait réalisé que Hisui se transformait en vampire...

Bien qu’en dehors de sa parente, Hisui n’avait jamais rencontré d’autre vampire. Mais aucun autre vampire ne montrerait ce genre de visage.

Même s’il avait vraiment ce genre de constitution depuis un an... Un vampire n’allait pas faire ce genre d’expression envers sa proie.

Hisui n’arrivait pas à comprendre, alors il s’était gratté la tête.

Hisui et Eruru avaient finalement atteint la salle de classe, Hisui avait poussé la porte et était entré...

 

« Ah... ! »

 

Quelqu’un se changeait à l’intérieur.

Elle ne ressemblait en rien à une lycéenne, mais ne semblait pas non plus être une enseignante. C’était une femme à la silhouette moulante et au physique mince. Elle venait d’enlever son costume de femme d’affaires, laissant un soutien-gorge de sport noir et un short simple assorti.

« ... Qu’est-ce que vous faites ? Oogami-san. » Eruru avait été la première à parler.

« Hmm, comme vous pouvez le voir, je suis en train de me changer... Hé, qu’est-ce que vous regardez ? » demanda Rangetsu.

« Je ne regarde pas, » Hisui répondit calmement puis détourna frénétiquement son regard.

Hmmm, le corps de cette athlète musclée est gracieux et souple, pensa-t-il. Il y a probablement des personnes qui aiment ça.

Cependant, Hisui n’avait pas un tel fétichisme.

« Pourquoi agissez-vous d’une manière si désintéressée !? Ah... Êtes-vous peut-être timide ? Eh bien, vous êtes après tout un garçon. Eh bien ? Toujours lycéen ? On ne peut rien y faire... Puisque vous voulez regarder, ce n’est pas comme si vous ne pouviez pas..., » commença Rangetsu.

« Sortons, Kariya, » déclara Hisui.

« Oui. Désolée de vous déranger pendant que vous vous changez, » déclara Eruru.

« Quoi ? Ai-je droit à ce visage ennuyé en réponse ? Ne bougez plus..., » cria Rangetsu.

... Rangetsu était sur le point de se mettre à courir quand elle s’était soudain souvenue à quel point il était stupide de ne porter que des sous-vêtements, ne lui laissant d’autre choix que de se retirer dans un coin de la pièce avec un visage rougi.

Hisui ferma la porte et fit ses adieux au corps exposé de Rangetsu, puis il demanda à Eruru : « Hmm, qui est-ce ? »

« Je pense que ce n’est pas nécessaire que vous vous souveniez d’elle. Il vaudrait mieux directement l’oublier, » répondit Eruru.

« D’accord, j’avais déjà le même sentiment, » répondit Hisui.

Tout comme Hisui croisa les bras et acquiesça d’un signe de tête, il fut attrapé par l’arrière de son col et traîné dans la classe.

« Hé, c’est quoi ce bordel !? » s’écria Hisui.

« Je me suis changée. Alors, comment cela me va-t-il ? » demanda Rangetsu.

Rangetsu avait fait une pose au milieu de la classe.

Elle avait l’air tout à fait légitime... Mais sa tenue vestimentaire était très problématique.

Elle portait un survêtement noir uni sans aucune décoration.

Normalement, il s’agissait des vêtements de travail d’un professeur d’éducation physique. À l’approche du festival sportif, tous les enseignants et les élèves s’entraînaient et se préparaient de sorte que d’autres enseignants étaient prêts à porter ce genre de survêtement.

« Quelle est la situation ? » demanda Hisui.

« Il s’agit d’une enquête secrète..., » répondit Rangetsu. « Eh bien, ce n’est pas si exagéré, je change simplement de vêtements pour me fondre dans la masse afin de pouvoir bouger plus librement à l’école. Comprenez-vous ? En principe, je suis un instructeur embauché de l’extérieur pour la période du festival sportif. L’école est déjà informée. Bien que je ne puisse pas être en poste à l’école tout le temps, jusqu’au festival sportif se déroulant ce week-end, j’ai déjà prévu de rôder ici. Compris ? »

« Ouais, bon travail..., » répondit Hisui.

« C’est quoi cette réponse démotivée ? Ne voulez-vous pas être instruit par une si belle prof comme moi ? » demanda Rangetsu.

Rangetsu fit étalage de son corps svelte et se pencha, mais Hisui ne bougea pas.

« Non... Hum, ce look vous va très bien, » déclara Hisui.

« Oh, mon Dieu, n’êtes-vous pas honnête aujourd’hui ? » demanda Rangetsu.

« Bien que je trouve que les femmes qui sont faites pour les survêtements sont un peu inhabituelles, » continua Hisui.

« Mis à part les allures d’athlète, vous n’êtes pas du tout séduisante en tant que femme, » Eruru entra dans la classe et exprima son mécontentement.

Rangetsu grimaça violemment, révélant ses longues canines, mais Eruru n’en fut pas effrayée. Dans un concours de crocs, elle avait de toute façon ses propres exemplaires.

« ... En parlant de ça, Kujou-kun... Je sens du sang sur votre cou ? Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Rangetsu.

Rangetsu regarda le pansement sur le cou d’Hisui et demanda avec acuité.

Comme on l’attendait d’un inspecteur de la Section des Enquêtes Surnaturelles. L’état actuel d’Hisui ne pouvait pas échapper à son odorat, qui bien sûr, rivalisait avec celui d’un chien policier.

« En fait..., » Eruru soupira et lui expliqua les choses brutalement.

« ... Je vois, je comprends la situation maintenant. Mais ce n’est pas louable que vous ne vous rapportiez pas à la Section des Enquêtes Surnaturelles, vous savez ? » déclara Rangetsu.

« ... Je sais, » répondit Eruru.

La situation était qu’Eruru agissait seule et cela ne pouvait pas être considéré comme un plan sage.

Hisui et Rushella devaient être mis en quarantaine.

« Cela dit, nous manquons actuellement de main-d’œuvre et vous semblez avoir un minimum de garanties... Peu importe, Kujou-kun, si vous avez quelqu’un pour vous surveiller, je vous laisse la liberté de mouvement. Et aussi, à propos de cette vampire appelée Rushella..., » déclara Rangetsu.

« Pas de problème. Ne faites pas attention à elle, » déclara Hisui.

En tant que victime, Hisui semblait indifférent.

L’ancien caractère de Rangetsu ne se serait certainement pas compromis si facilement, mais incroyablement, elle avait maintenant accepté.

« Est-ce que c’est si... ? En fait, la situation reste la même, juste que votre corps ait produit des symptômes. Dans tous les cas, il y a Sudou-san responsable de la surveillance... Cependant, si quelque chose arrive, vous en prendrez l’entière responsabilité, est-ce clair ? » Rangetsu regardait Eruru d’une manière terrifiante alors qu’elle lui demandait ça.

Les deux femmes étaient à l’origine ennemies dans une lutte entre factions, mais avaient été envoyées sur le même champ de bataille simplement en raison de leur mission. Les faire coopérer pleinement serait trop demander.

Maintenant qu’elle rendait service à Eruru et qu’elle pouvait s’en servir comme moyen de pression pour qu’Eruru tombe et se fasse expulser si la situation se détériorait, Rangetsu avait toutes les chances de gagner, quel que soit le point de vue des choses.

« Pas de problème. J’ai déjà décidé d’en prendre la responsabilité. Mais même ainsi, je ne m’attendais pas à ce que vous soyez d’accord si facilement, » déclara Eruru.

Rangetsu avait fait un « Hmph » puis elle avait regardé Hisui et avait changé de sujet en posant son visage sur ses mains. « ... Alors quoi ? Quels sont vos prochains projets ? »

« S’il vous plaît, écoutez d’abord ces filles, » répondit Eruru.

L’ouïe aiguë d’Eruru avait déjà entendu les pas qui s’approchaient de la salle de classe.

Bien qu’il s’agisse des pas d’une seule personne, deux individus étaient entrés dans la pièce.

Kirika et Touko.

« Eh, vous êtes... Oogami-san, c’est ça ? » demanda Kirika.

« Oh, c’est la fille de la course, » déclara Touko.

« Qui est la fille de la course ? » demanda Hisui.

Rangetsu protesta contre le commentaire de Touko avant de faire face à nouveau à Eruru.

« Est-ce les collaborateurs que vous avez mentionnés ? » demanda Rangetsu.

« Oui. Vous deux, asseyez-vous, s’il vous plaît. Confirmons les nombreux projets qui nous attendent, » déclara Eruru.

Kirika hocha la tête et s’assit tandis que comme d’habitude, Touko planait dans les environs.

Ignorant Touko, Eruru avait commencé la réunion conjointe du Club d’Enquêtes surnaturelles + Section des Enquêtes Surnaturelles.

« Actuellement, le festival sportif se déroule comme prévu. Alors... Y a-t-il eu d’autres lettres de menaces ? » Eruru demanda à Kirika.

La vice-présidente secoua la tête. « Aucun reçu depuis. En raison de l’incident de la tente précédent, les enseignants et les élèves des clubs sportifs ont été plus sur leurs gardes. Aucun des installations et équipements n’a été endommagé jusqu’à présent. »

« Oh, je me promenais aussi à l’école pour aider à la surveillance, vous savez ? » déclara Touko

« ... Quant aux observations de Touko-san, les témoins se sont multipliés, comme c’est troublant..., » grogna amèrement Kirika.

Ce fantôme possédant une grande initiative n’économisait vraiment aucun effort.

« ... Cependant, la présence de Touko-san est vraiment d’une grande aide. J’ai déjà demandé à grand-mère à propos du double. Ce type d’être semi-tangible est assez difficile à attraper. Cependant, si Touko-san le fait, elle devrait être capable de sentir le double. Après tout, les sosies sont considérés comme des entités pseudo-spirituelles, car ils devraient être capables d’interférer les uns avec les autres, » expliqua Kirika.

« À l’inverse, l’autre camp sera sur ses gardes contre Touko-san. À ce jour, il n’est pas venu à l’école, probablement parce que Touko-san est présente, non ? » Hisui parlait lentement.

Bien qu’il ait perdu la mémoire et qu’il soit en train de se transformer en vampire, ses capacités d’observation et ses connaissances sur les entités surnaturelles restaient inchangées.

Rangetsu avait affiché un regard impressionné après avoir écouté.

« Vous êtes très perspicace. Alors qu’est-ce que vous comptez faire ? » demanda Rangetsu.

« Pas grand-chose. Mais comme il lui est difficile de s’immiscer dans l’école avant le festival sportif, il va probablement faire du bruit le jour du festival, n’est-ce pas... Dites, le sosie de la représentante de classe qui est assise à côté de moi, des nouvelles à ce sujet ? » demanda Hisui.

« Les seuls qui l’ont vue directement, c’était vous et Uno-san. Actuellement, vos souvenirs ne sont pas clairs. Vous souvenez-vous de quelque chose ? » demanda Eruru.

« Rien. Mais... Je sais que la représentante de classe est une personne bien et très gentille avec moi, » Hisui répondit à la question d’Eruru tout en plongeant dans une profonde réflexion.

En le voyant en pleine réflexion, Eruru avait tourné le sujet vers le jour de la fête du sport.

« Pour l’instant, nous devons rester vigilants. Le problème, c’est le jour même du festival sportif. Actuellement, il y a l’aide d’Oogami-san et Touko-san peut aussi contribuer... Et aussi... je suppose que nous nous occuperons des choses au fur et à mesure que la situation changera. Le plus gros problème... c’est de confirmer les doubles de Sera-san et Kujou-san. Bien qu’ils soient certains d’être proches, si l’état de séparation persiste, ils finiront tous par disparaître... Je ne dis rien d’excessif, n’est-ce pas ? »

Consciente de la gravité de la situation, Rangetsu acquiesça solennellement. « En effet, trouver les sosies est une priorité absolue... Mais comment faire ? »

« Oh, grand-mère m’en a parlé. Puisqu’ils sont sûrs d’être à proximité, une barrière peut être érigée pour diminuer lentement leur zone de déplacement. Mais ce type de barrière a ses limites, alors je ne sais pas trop dans quelle mesure on peut les forcer à s’installer dans une petite zone..., » répondit Kirika.

Kirika fronça ses sourcils tout en regardant Hisui avec inquiétude. Le processus de vampirisation et l’affaiblissement causé par le double causaient de grandes souffrances à Hisui.

« ... Essayez-le, faites en sorte que l’espace soit le plus petit possible. Ce qu’il vaudrait mieux... Les forcer à entrer dans l’école, » Hisui répondit à Kirika et espéra qu’elle pourrait donner un plan spécifique.

« C’est possible, mais... pourquoi l’école ? » demanda Kirika.

« Il est préférable d’avoir un emplacement précis. Mon sosie mis à part, il devrait mordre à l’hameçon facilement, car après tout, c’est là que se trouve son but, » répondit Hisui.

« ... C’est possible. De mon côté, je m’occuperais de la main-d’œuvre et de l’équipement pour la barrière. Et enfin, une dernière question que j’aimerais poser... Cette vampire va-t-elle vraiment bien ? » demanda Rangetsu.

Juste au moment où le plan était en cours de règlement, Rangetsu avait soulevé un élément d’incertitude.

Bien que les sosies soient un problème délicat, la question de Rushella était également inquiétante.

« Selon Kariya-san, elle n’a bu le sang de personne d’autre que Kujou-kun. Mais ce n’est plus une option dans cet incident. Si elle boit le sang d’une autre personne, elle deviendra sûrement une cible d’extermination, » répondit Kirika.

« Nous n’avons pas encore confirmé ce fait. Si elle boit le sang d’une autre personne, je l’exécuterai moi-même, » Eruru parlait froidement.

Après tout, elle avait déjà pointé son arme sur Rushella.

« Je me disais la même chose, donc je n’ai pas besoin de m’inquiéter pour ça. Mais le problème, c’est que si elle insiste sur ses principes et qu’elle réprime son envie... C’est très douloureux de les réfréner, n’est-ce pas ? » demanda Rangetsu.

Personne n’avait rien dit

En dehors d’Hisui, toutes les personnes présentes connaissaient la personnalité de Rushella, c’est-à-dire qu’elles avaient une certaine confiance en elle.

Il était très probable que Rushella n’allait sucer le sang de personne, à part celui d’Hisui.

Et dans un tel cas, elle choisira d’endurer.

Mais une fois que l’endurance aura atteint une limite, les vampires devenaient fous.

« Le sang de Kujou-san a été régulièrement prélevé pour être utilisé pour des transfusions pour Kujou-san et pour les rations d’urgence de Rushella. Il a un certain niveau de stock à la maison, donc ça devrait être suffisant pour durer jusqu’à ce que cet incident soit résolu, » déclara Eruru.

« ... Très bien, » répondit Rangetsu.

En entendant l’explication d’Eruru, Rangetsu avait également accepté le plan d’urgence et s’était levée.

« Bon, maintenant, je vais aller me promener dans l’école. Avant l’arrivée du festival sportif, tout le monde doit faire son travail correctement, » déclara Rangetsu.

« ... D’accord, » déclara Eruru.

Puis la réunion conjointe avait ainsi pris fin.

L’heure de la fin des cours avait sonné, Hisui était rentré chez lui.

Cependant, il se rendit chez Eruru au lieu de sa vieille et habituelle maison.

Alors qu’il fixait la direction de sa maison, les yeux d’Hisui reflétaient le soleil couchant.

Comment va Rushella maintenant ? se demanda-t-il.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire