La Croix d’Argent et Dracula – Tome 4 – Chapitre 5 – Partie 1

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 5 : Le Festival Sportif

Partie 1

Eruru s’était réveillée, mais avait eu du mal aujourd’hui à ouvrir les yeux, toujours léthargiques.

Tout d’abord, le sang de vampire qui coulait à travers son corps avait réduit ses activités biologiques pendant la journée. De plus, malgré les conséquences, elle avait bu du café noir avant de se coucher. La caféine avait entraîné un sommeil très léger et cela l’avait empêchée de se réveiller avec un début de la fraîcheur.

S’étirant d’une manière adorable, elle quitta la chambre pour se laver le visage.

Mais même après avoir fait cela, elle se sentait encore somnolente.

Et comme elle ne portait pas ses lunettes, la vue de son salon était toujours très floue.

Comme à chaque fois, elle avait commencé à enlever son pyjama afin de se changer.

Elle pensait que prendre un autre café plus tard arrangerait les choses.

... Dès qu’elle avait fait des plans mentaux pour se rendre présentable, elle avait découvert qu’elle avait oublié de préparer ses vêtements de rechange.

Mais peu importe pour elle. Elle s’était d’abord déshabillée, puis elle avait commencé à retourner dans sa chambre à coucher... mais après avoir enlevé son pyjama, Eruru avait remarqué une odeur familière.

C’était le parfum rafraîchissant et énergisant du café.

C’était un café riche préparé par une compétence supérieure à la sienne.

Alors que sa conscience s’éveillait peu à peu, Eruru se tourna vers la cuisine.

Cette cuisine, qu’elle utilisait rarement, était en train de remplir sa fonction pendant qu’un cuisinier très compétent préparait le petit-déjeuner à côté du comptoir.

Hisui préparait le petit-déjeuner en faisant de son mieux pour ne pas regarder vers Eruru, alors qu’il lui conseilla avec indifférence. « ... Vous feriez mieux de d’abord vous habiller. »

Cette phrase avait totalement réveillé Eruru.

Puis, rougissante, elle inspecta frénétiquement sa situation.

Actuellement, elle ne portait que des sous-vêtements.

Elle avait un joli soutien-gorge rose qui recouvrait les courbes douces de sa poitrine, et le tout était accompagné d’une culotte.

Son pyjama était éparpillé au hasard dans les environs.

« Vous... ! » s’exclama Eruru.

 

 

« Ouais, je sais, après tout, c’est votre propre appartement... N’est-ce pas ? Ma parente se promenait également tout le temps nue... Ouais, » déclara Hisui. Hisui avait apporté la salade et les œufs frits à la table et l’avait consolée en lui disant ça.

Cependant, ses yeux fixaient furtivement Eruru en sous-vêtements.

« F-Faites instantanément disparaître ces souvenirs !! » s’écria Eruru.

« Hé, ne pointez pas votre arme sur moi ! D’où diable avez-vous sorti ça !? Où avez-vous caché cette arme ? » s’écria Hisui.

« Fermez votre bouche !! » s’écria Eruru.

Bien qu’elle n’ait pas tiré, elle avait quand même utilisé Argentum comme une arme pour frapper Hisui sur la tête.

Quelques minutes plus tard, le visage encore rouge, Eruru était habillée et assise à la table à manger avec un regard furieux.

« Souvenez-vous de cette leçon..., » déclara Eruru.

« Eh bien, n’est-ce pas la mauvaise réaction ? C’est moi qui suis gravement blessé là, » déclara Hisui.

Alors que tout son visage était meurtri, Hisui s’était assis en face d’elle.

Bien qu’Eruru se soit retenue, Hisui souffrait terriblement de blessures externes et d’hémorragies internes, ayant perdu sa constitution spéciale qui guérissait rapidement ses blessures.

« Dites-moi quelque chose. Ne devriez-vous pas vraiment faire plus attention avec un garçon dans la maison... ? Vous n’avez pas du tout fait attention quand vous vous réveillez, vous savez ? » déclara Hisui.

« Fermez votre clapet !! Pourquoi n’arrêtiez-vous pas de me fixer ? » demanda Eruru.

« C’est vous qui avez couru après ça. Eh bien, c’est assez courant pour les gens qui agissent en toute confiance à l’extérieur d’avoir un côté indiscipliné à la maison. Dépêchez-vous de manger, d’accord ? » Hisui avait parlé et avait exhorté Eruru à commencer à manger.

Le visage d’Eruru était encore rouge, mais elle avait finalement bu une gorgée de café et avait pris le journal.

« ... Le goût n’est pas mauvais, mais si vous pensez que c’est suffisant pour me faire pardonner, vous vous trompez complètement... En parlant de ça, pourquoi avez-vous fait tout ça ? » demanda Eruru.

« Euh, comme vous m’avez laissé vivre ici, j’ai suivi le courant. Disons que votre réfrigérateur est totalement vide et que votre cuisine est pratiquement inutilisée, et qu’elle est propre comme si elle était neuve. Vous devriez vraiment faire plus de travaux ménagers, » déclara Hisui.

« Un tel harceleur... Tout ce dont j’ai besoin, c’est d’un minimum de nourriture ! » déclara Eruru.

« En termes de nourriture, ce vampire qui vivait dans ma maison était beaucoup plus particulier que vous. Dites, pourquoi vivez-vous seule ? J’ai appris hier que vous travailliez déjà, » déclara Hisui.

« ... Je vis séparée de ma mère, parce qu’il n’y a pas de besoin de vivre ensemble, » répondit Eruru.

« Votre père ? » demanda Hisui.

« ... Je n’ai pas de père. S’il vous plaît, ne prononcez plus ce mot, » déclara Eruru.

Avec un visage rempli de ressentiment, Eruru avait fini la boisson amère dans sa tasse en une gorgée.

En voyant sa réaction, il était évident de trouver lequel de ses parents était le vampire.

Pour sa propre sécurité, Hisui avait décidé qu’il valait mieux ne pas parler de son père.

« ... Voulez-vous encore plus de café ? » demanda Hisui.

« Une autre tasse, » répondit Eruru.

Alors qu’elle était encore fâchée, Eruru plaça devant lui sa tasse vide.

Hisui avait souri ironique en remplissant la tasse d’Eruru, puis il nettoya les ustensiles afin de les laver.

À première vue, Hisui était le maître de la cuisine.

« Alors... Quels sont vos plans ? » demanda Hisui.

« Quels projets... ? Je pensais hier qu’en fin de compte, une demande officielle devait être faite à la Section des Enquêtes Surnaturelles. La meilleure chose à faire est de leur demander de retrouver votre sosie, » déclara Eruru. « Il est également très inquiétant de savoir quel traitement Rushella pourrait recevoir... Dans le pire des cas, je la garderai personnellement sous surveillance permanente pour empêcher d’autres personnes d’ordonner arbitrairement son extermination. »

« Bien sûr... Merci, » déclara Hisui.

« Pourquoi avez-vous l’air si insouciant ? Comprenez-vous votre situation actuelle ? » demanda Eruru.

« Plus ou moins. J’y ai réfléchi du jour au lendemain et j’ai organisé les choses dans mon esprit. Et puis, vous êtes quelqu’un de bien. C’est un point que j’ai réussi à éclaircir, » déclara Hisui.

« ... » Eruru grinça des dents sans dire un mot, avec le visage rouge.

Hisui avait apparemment déjà dit cela dans le passé.

Comme on pouvait s’y attendre, la vraie personnalité des individus ne changeait jamais.

« Alors, je vous laisse le reste de la vaisselle. Je serai en retard si je ne pars pas bientôt, » déclara Hisui.

« ... ? Attendez, où allez-vous !? » demanda Eruru.

« Hmm, c’est l’école. Bien sûr, je veux dire le lycée, et non pas le collège, » déclara Hisui.

« De quoi parlez-vous... ? Vous êtes actuellement... ! » s’exclama Eruru.

« Je n’ai ni mes connaissances actuelles ni mes souvenirs. Mais je suis encore un lycéen. Je suis sûr que mes frais de scolarité sont payés avec l’argent de Miraluka, donc je ne peux pas sécher les cours, » déclara Hisui.

« Mais... ! » s’exclama Eruru.

« Si j’ai envie de boire du sang, je me mords la lèvre et je bois mon propre sang. Bien qu’il s’agisse d’un dernier recours, cela fonctionne dans une certaine mesure pour quelqu’un comme moi qui suis en train de devenir un vampire. Pouvez-vous prévenir les personnes que j’ai rencontrées à l’école hier, pour aider en cas d’urgence ? » demanda Hisui.

Hisui avait terminé en un rien de temps, ne montrant aucune intention de sécher l’école.

L’arrêter était facile.

Bien qu’il soit en train de se transformer en vampire, après tout, il n’était pas de taille face à Eruru.

Il y avait beaucoup de moyens de l’arrêter.

Mais Eruru accepta à contrecœur. « Faites ce que vous voulez. Cependant... S’il vous plaît, restez toujours avec moi à l’école. »

« Oui, oui, » répondit Hisui.

Après ça... ils quittèrent la maison et continuèrent leur chemin ensemble.

Deux êtres souffrant de la même misère, une victime de vampire et un demi-vampire. Sous les rayons directs du soleil, ils s’étaient précipités dans la classe alors que la cloche sonnait, affichant des visages fatigués.

Rushella était déjà dans la classe. Les regardant d’un œil déprimé, elle détourna alors son regard.

Hisui se rendit à son siège, voisin du sien.

« ... Bonjour, » il la salua, mais Rushella ne répondit pas.

En fin de compte, les deux individus n’avaient pas échangé un mot après la fin de la journée scolaire.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire