La Croix d’Argent et Dracula – Tome 4 – Chapitre 4 – Partie 5

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 4 : La Cohabitation Écarlate

Partie 5

« ... Est-ce d’accord ? »

Reina se tenait dans une ruelle sombre qui ressemblait à un repaire de gangsters.

Plus exactement, c’était l’autre Reina, son sosie.

Le corps principal de la jeune fille était déjà rentré chez elle, et elle était probablement couchée.

Mais l’autre portait encore l’uniforme de l’école, flânant dans les rues à une heure qui susciterait sûrement des interrogatoires de la part de la police.

De plus, elle rencontrait quelqu’un dans une ruelle en ville.

Eh bien, on ne savait toujours pas si l’autre personne était humaine.

Alors qu’elle errait dans les rues, une grande ombre l’avait appelée.

Puis on lui avait donné le produit qui avait donné naissance à sa propre existence.

Il n’y avait eu qu’un seul ordre reçu : faire sentir la drogue à Hisui Kujou.

C’était seulement ça.

La jeune fille n’avait accepté que parce qu’elle voulait connaître la vraie nature d’Hisui cachée dans son cœur. Elle voulait savoir ce qu’elle représentait pour le garçon qui traînait toute la journée avec Rushella, poussant parfois des soupirs de tristesse.

Bien sûr, à supposer que son sosie soit né, ce n’est peut-être pas forcément une bonne chose pour elle.

Mais s’appuyer sur un phénomène incertain ne signifiait qu’obtenir des résultats incertains. Ainsi, personne ne pouvait garantir que cela pourrait l’aider.

Si c’était son autre moi, si c’était elle qui était toujours attentionnée envers les autres, elle ne choisirait sûrement pas cette voie.

— Mais à ce niveau-là, cet autre être prendrait clairement ce chemin.

« Vous cherchez vraiment votre propre destruction. Comme prévu, votre corps principal est encore plus humain. »

« Me complimentez-vous ? » Reina répondit brièvement à la voix séduisante.

Sa voix ressemblait plus à celle d’une patronne d’un établissement nocturne qui trouvait des clients dans la rue qu’à celle de l’étudiante d’honneur habituelle.

« Vous finirez par disparaître. Mais si vous ne revenez pas au corps principal, ce corps ne peut échapper à l’effet de l’affaiblissement, » déclara l’autre voix. « C’est ainsi que fonctionnent les doubles. Si l’autre gagne un ego trop bien défini, alors les deux disparaîtront. Mais si vous revenez au corps principal, vous serez à nouveau plongé dans les profondeurs de sa conscience. Ce vrai soi hautement autodiscipliné ne vous permettra pas à nouveau de voir la lumière du jour. »

« ... Qu’est-ce que vous voulez que je fasse ? » demanda Reina.

L’autre personne n’avait pas répondu.

Cette personne avait haussé les épaules d’une manière exagérée, donnant l’impression que cela n’avait pas d’importance.

Prenant la petite bouteille de la main de Reina, elle n’avait pas l’intention de faire d’autres actions avec ça.

« Vous êtes libre. Faites ce que vous voulez. Faites quelque chose que vous ne pourriez pas faire avec les autres, » déclara l’autre voix.

« ... Qui êtes-vous ? Pourquoi faites-vous... ça à Kujou-kun... ? » demanda Reina.

« Je veux mieux le comprendre. Je veux aussi tester cette “Vraie Ancêtre” irrégulière. Ce sont mes deux seuls buts, » déclara l’autre voix.

« ... ? »

« Nous ne nous reverrons probablement plus jamais. Agissez selon votre souhait, c’est tout, » déclara l’autre voix.

Elle leva sa longue cape et disparut dans les airs comme un oiseau déployant ses ailes.

Reina était ainsi restée seule sous le ciel nocturne.

Sa silhouette translucide nous amènerait à nous demander si le monde entier ne l’avait pas abandonnée.

Finalement, la silhouette de la jeune fille avait été engloutie dans le paysage des rues en pleine nuit.

Le lendemain, il y avait eu beaucoup de rumeurs parmi les étudiants — La représentante de classe sérieuse et travailleuse avait été vue tard le soir en ville. Bien sûr, la personne sérieuse en question n’avait aucune idée de tout cela.

Il y avait une autre rumeur : sous les ombres de la nuit, un garçon errait dans les rues avec un paquet blanc en forme de croix qu’il portait sur le dos.

Il n’avait rien fait de spécial, se contentant de fréquenter les magasins et les dépanneurs, puis secouant la tête en semblant empli de solitude.

Un commerçant de ramen l’avait déjà vu, ainsi qu’une femme qui semblait être sa parente. Quand il avait vu le garçon debout devant son magasin, le commerçant lui avait parlé. « Hé, jeune homme, je crois que vous venez souvent ici... »

« Oui, je suis venu avec ma famille. La saveur ici n’est pas mauvaise et vous n’utilisez pas d’ail, » répondit le garçon.

« ... Qu’est-il arrivé à la jolie dame ? » demanda le commerçant.

En entendant la question du commerçant, le garçon sourit tout simplement avec un air de tristesse.

C’était un regard souriant et pleurant, concentrant un chagrin infini.

Il s’était retourné et était parti sans répondre.

Alors que le commerçant le regardait partir, il entendit un soupir pitoyable : « Miraluka... »

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire