La Croix d’Argent et Dracula – Tome 4 – Chapitre 4 – Partie 3

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 4 : La Cohabitation Écarlate

Partie 3

« ... Pourquoi êtes-vous ici ? » demanda Rushella.

Cette nuit-là, deux personnes s’étaient assises en face l’une de l’autre à la table à manger.

Rushella et Mei.

Hisui et Eruru étaient partis. Après l’école, Mei et Rushella retournèrent ensemble chez Hisui.

En chemin, les deux filles n’avaient rien dit... arrivée là, Mei était allée à la cuisine pour préparer le dîner. À l’heure actuelle, le steak de bœuf, les légumes cuits, la salade et la soupe étaient sur la table.

Bien sûr, la nourriture était présente sous la forme de deux portions.

« Hi-kun n’est pas là, donc ce n’est pas comme si je voulais être là. Je suis ici pour vous garder sous surveillance, » répondit Mei. « Vous devrez comprendre votre position actuelle. Maintenant que vous avez sucé le sang de quelqu’un et l’avez transformé en vampire, en termes humains, vous êtes une criminelle. Je dois vous surveiller pour que vous n’alliez pas en prison ou que vous n’ayez pas d’autres ennuis. Dépêchez-vous de me remercier. »

« Comme si quelqu’un voulait..., » balbutia Rushella.

Rushella tourna le visage sur le côté, boudant.

Mei avait commencé à manger sans rien dire.

« Dépêchez-vous de manger, ne gaspillez pas la nourriture que j’ai faite, OK ? Mes talents de cuisinière sont censés être démontrés devant Hi-kun, mais je ne m’attendais pas à ce que vous les appréciiez d’abord. »

« Ce n’est pas comme si je vous l’avais demandé, » déclara Rushella.

Bien qu’elle avait répliqué ainsi verbalement, Rushella avait quand même commencé à manger.

Mais dès qu’elle avait mis un morceau de viande dans sa bouche, elle avait froncé les sourcils.

« ... C’est trop cuit. La viande n’a plus de jus ! » s’écria Rushella.

« Taisez-vous. Je le mange comme je l’aime, » déclara Mei.

« La salade n’a rien de spécial non plus. Avec Hisui, c’est mieux, » répondit Rushella.

« Et à qui la faute si vous ne pouvez pas manger de cette délicieuse cuisine en ce moment ? » demanda Mei.

Cela avait fait mal à Rushella, alors elle n’avait rien répliqué.

Mei avait pressé encore plus sur son avantage. « ... N’avez-vous rien remarqué d’inhabituel chez Hi-kun en suçant son sang ? »

« ... Taisez-vous ! » cria Rushella.

« Pourquoi restez-vous avec lui ? N’y avez-vous jamais réfléchi ? La constitution de Hi-kun ne signifie-t-elle pas qu’il sera immunisé contre le vampirisme pour toujours ? Même si cette fois-ci tout se passe bien, mais peut-être qu’un jour, cela prendra fin. Cette fois, c’est bon, il pourrait peut-être revenir à la normale, mais si vous ne l’aviez pas remarqué assez tôt, il aurait pu se transformer complètement en vampire sans aucune chance de revenir en arrière. Ah, peut-être que ce serait mieux pour vous... N’est-ce pas votre but depuis le début ? » Mei fixa Rushella et demanda.

En effet, elle n’arrêtait pas de mentionner cette phrase d’accroche. « Je vais te faire mien ! »

Et en ce moment, Hisui était officiellement la possession de Rushella.

Si Rushella le voulait, ils pourraient partager leurs sens même s’ils étaient séparés.

Elle pourrait même l’appeler par la pensée.

Mais Rushella ne l’avait pas fait.

Plutôt que d’en être incapable, elle avait choisi de ne pas le faire.

« Je ne veux pas..., » murmura Rushella.

« Vous ne voulez pas quoi ? » demanda Mei.

« Je ne veux pas que les choses soient comme maintenant... Je ne veux pas de ce genre d’Hisui..., » chuchota Rushella dans son isolement.

Voyant sa manière d’agir assez loin de sa vanité habituelle, Mei n’avait pas insisté davantage.

« Faites plus attention avant de boire du sang. Je suppose que Hi-kun devrait vraiment vivre dans ma maison ? » déclara Mei.

« Ce type est en train de devenir un vampire, non ? Vous voulez faire des bébés avec un humain, n’est-ce pas ça ? En ce moment... Non, même à l’époque, ce n’est pas un être humain ordinaire, peu importe comment on le regarde. Malgré tout... Vous êtes toujours d’accord avec ça ? » Rushella avait fait une contre-offensive.

Mei avait également été frappée à un endroit douloureux et avait fait la moue.

« Eh bien... C’est vrai. Bien qu’il ne se dise rien de plus qu’un lycéen, c’est clairement impossible, » déclara Mei.

« ... Dans ce cas, » commença Rushella.

« Cependant... Au fond de moi, cela n’a pas vraiment d’importance, même si je suis assez surprise moi aussi. Mais... n’est-ce pas là le véritable amour ? Sans raison, ne suivant aucune règle, allant à l’encontre de la logique... Ce sentiment de vouloir ses bébés ❤ malgré tout ? » déclara Mei.

« ... Hmph, » Rushella se moqua d’elle, grogna et continua à manger sa nourriture.

Cette viande était censée être sa préférée et le goût ne semblait pas mauvais. Et même si elle était très mécontente, elle se mettait encore de la nourriture dans la bouche.

« Hé, j’ai une question nulle, » déclara Mei.

« Quoi ? » demanda Rushella.

« Puisque les vampires n’ont aucune notion de famine par manque de nourriture, vous n’avez pas vraiment besoin de manger, non ? Pourquoi vous empiffrez-vous ainsi ? » demanda Mei.

« Le corps veut..., » commença Rushella.

« Oui, j’ai déjà entendu une théorie, comme ce qu’on appelle les douleurs des membres fantômes. Quand un humain se transforme en vampire, le cerveau retient la sensation de “faim” de l’époque où il était humain, alors le corps le veut même s’il n’a pas besoin de nourriture... Mais vous êtes un Véritable Ancien, n’est-ce pas ? Ce sentiment devrait-il en premier lieu ne pas exister ? » demanda Mei.

« ... Qu’est-ce qu’il y a de mal à ça ? D’ailleurs, cette parente d’Hisui mangeait également et Hisui a dit qu’elle est très particulière sur la nourriture ! » répondit Rushella.

« Puisqu’elle a vécu si longtemps, n’a-t-elle pas goûté à la nourriture humaine avant et que c’était devenu une sorte d’habitude ? Mais... et vous ? Depuis combien de temps vivez-vous ? Ou, quel âge avez-vous ? » demanda Mei.

« Aucune idée... Si c’était le cas, ce ne serait pas si dur pour moi, » répondit Rushella.

Les souvenirs présents dans le passé de Rushella étaient encore complètement vides.

Elle avait de l’appétit et elle était difficile.

Mais en parlant de saveurs qu’elle avait déjà goûtées, ses préférées passées, elle ne s’en souvenait pas.

Si elle devait dire quelque chose... alors elle aimait tout ce qu’Hisui faisait.

« Quelle fille difficile à servir ! » déclara Mei.

« Vous êtes bruyante, taisez-vous ! Arrêtez de parler de ces choses sans importance... Comment va Hisui ? » demanda-t-elle.

Rushella était plus préoccupée par cette question très importante.

L’atmosphère harmonieuse présente avant ça à la table à manger s’était instantanément alourdie.

« Vous devriez vous-même le savoir, non ? Guérir le vampirisme, c’est vous détruire... Ou trouver le sosie de Hi-kun pour les fusionner. Y a-t-il une troisième solution ? » demanda Mei.

« Mais si trouver le sosie de ce type ne le soigne pas..., » murmura Rushella.

« Alors Eruru-chan n’a pas besoin de prendre la peine. Je vous mettrai personnellement un pieu dans le cœur le moment venu. Ne vous inquiétez pas, » déclara Mei.

Mei avait hardiment pris le dernier morceau de viande avec sa fourchette.

Les jus de viande volants semblaient prédire une bataille entre elles comme étant la pire issue.

« Essayez, c’est tout, » déclara Rushella.

« Je n’aurai pas pitié, » déclara Mei.

Des étincelles jaillissaient de leurs yeux lorsque des sourires émergeaient des coins de leurs lèvres.

Vampire et humain artificiel, redoutables prétendantes au trône du monstre le plus fort..., qui sera le vainqueur. Et bien, un jour, cela serait certainement décidé.

« Dites-moi... Le sosie d’Hisui, ce type..., » murmura Rushella.

« Si vous voulez le chercher, vous devez d’abord obtenir la permission d’Eruru-chan. Mais Hisui a fini avec elle, alors c’est mieux de les laisser faire. Avez-vous une idée de l’endroit que Hi-kun fréquente ? Les endroits de l’année dernière, cela serait mieux, » déclara Mei.

« Je ne l’ai rencontré qu’en avril, vous savez ? Je ne sais rien à propos d’avant ça... D’habitude, il va à l’école et rentre à la maison, et il fait aussi du shopping..., » déclara Rushella.

« Pour s’adapter à votre style de vie, son cercle d’activité s’est rétréci d’un seul coup. Essayons d’abord de fouiller cette maison. Le sous-sol est très spacieux, non ? Il pourrait y être caché, » déclara Mei.

« ... Peut-être. Mais il y a la lame Tzara en bas, alors je ne veux pas vraiment y aller..., » déclara Rushella.

« Alors j’irai. Vous cherchez un autre endroit, » déclara Mei.

« Ne me donnez pas d’ordres ! » s’écria Rushella.

Malgré les représailles, Rushella avait quand même suivi la suggestion et avait commencé sérieusement à fouiller la maison.

Mei était allée au sous-sol à la recherche de l’autre Hisui... Naturellement, les recherches n’avaient rien donné.

« Cette épée... Où est-elle passée ? » demanda Mei.

Il y avait une pièce ressemblant à une salle d’étude avec une vaste bibliothèque, un cellier, des casiers à vin. Elle avait fouillé tout le sous-sol, mais elle ne voyait pas l’épée sacrée en forme de croix, la lame Tzara que Hisui sortait occasionnellement.

Un examen attentif du sol avait montré des signes de l’endroit où la lame Tzara était à l’origine encastrée, mais elle était maintenant vide.

Cette épée n’avait pu être trouvée nulle part.

« Enlevée... Qui a fait ça ? Ça doit être Hi-kun, pas vrai... ? » demanda Mei.

La réponse ne pouvait pas être connue, et donc le seul choix de Mei était de quitter le sous-sol.

Il était tard, alors elle était allée dans la chambre d’Hisui.

Bien qu’il ne soit pas là, puisqu’elle était déjà chez lui, bien sûr, dormir dans sa chambre était la bonne chose à faire.

« Pour accueillir le retour de Hi-kun à tout moment, je dois marquer son lit avec mon parfum ❤, » déclara Mei.

... Inventant ce genre de raison, Mei avait revêtu la nuisette très révélatrice qu’elle avait prise dans ses affaires et avait sauté sur le lit d’Hisui.

Mais ce n’était pas la sensation des ressorts du matelas qui l’avait saluée, mais un corps et une poitrine doux, mais élastique.

Oui, c’était Rushella.

Rushella gardait toujours l’habitude de porter la chemise d’uniforme d’Hisui et avait pris le lit en premier, produisant des bruits de respiration réguliers.

« ... Qu’est-ce que vous faites là ? » demanda Mei.

Mei avait saisi son cou et elle secoua Rushella avec force.

Réveillée, Rushella se frotta les yeux en ressentant une colère liée à l’agacement.

« Tellement bruyante ! Taisez-vous !! C’est ma liberté là où je dors ! » s’écria Rushella.

« Allez dormir dans votre propre chambre ! Ou peut-être que vous cherchez sa chaleur dans son lit puisqu’il n’est pas là !? Pourquoi est-ce que je trouve cette situation si familière ? » demanda Mei.

« Si bruyante, une fois que vous êtes là, je ne peux plus sentir son odeur ! Alors, fichez le camp ! » s’écria Rushella.

« C’est moi qui dois vous en vouloir ! Donnez-moi tout de suite l’oreiller de Hi-kun ! » déclara Mei.

« Comme si quelqu’un vous l’aurait donné ! » s’écria Rushella.

Rushella enterra son visage dans l’oreiller et commença à le frotter comme s’il lui appartenait.

Puis, poussant l’oreiller contre sa poitrine, elle jura de le défendre jusqu’à la mort.

« Une bataille de supériorité ici, après tout... Le lit de Hi-kun est à moi ! » cria Mei.

« Taisez-vous, c’est à moi !! » s’écria Mei.

La bataille pour le titre de monstre le plus fort avait commencé pour cette raison vraiment stupide.

Finalement, se frappant simultanément, les deux filles s’étaient retrouvées couchées sur le sol, s’endormant sur le plancher de bois froid. C’était arrivé une heure après le début de la bataille.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire