La Croix d’Argent et Dracula – Tome 4 – Chapitre 3 – Partie 4

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 3 : Le Doppelgänger

Partie 4

 

« Mon Dieu, les amateurs n’ont-ils pas d’autre choix que d’abandonner ? »

 

Tout le monde avait regardé la voix qui venait de parler.

Il s’agissait de Rangetsu.

Appuyée contre la porte coulissante, les bras croisés, elle s’était moquée d’eux.

« J’ai tout entendu. En fin de compte, c’est tout ce dont un club merdique comme le vôtre est capable de faire. Le Club des enquêtes surnaturelles... Est-ce bien le nom ? Je comprends parfaitement votre désir de nous copier, mais ne savez-vous pas que c’est très gênant si vous vous précipitez sans aucune idée de ce que vous faites ? » les paroles de Rangetsu ne masquaient nullement son hostilité.

Les membres du club avaient tout simplement tous décidé de l’ignorer.

« Hmm, bien qu’il s’agisse d’un ennemi gênant, nous ne pouvons pas rester les bras croisés et l’ignorer. Quoi qu’il en soit, séparons-nous et attrapons-la dès que possible ! » déclara Rushella.

En entendant Rushella donner des ordres, les autres membres hochèrent la tête et acceptèrent immédiatement de se mettre au travail.

« C’est tout à fait exact. Et peut-être que nous pourrions trouver quelque chose d’utile lors de notre fouille, » déclara Hisui.

« Ça ne me dérange pas du tout de faire ça tant que je peux faire équipe avec Hi-kun, d’accord ? » demanda Mei.

« ... Je suis d’accord. De plus, je ne souhaite pas que le festival sportif soit suspendu. En tant que vice-présidente du Conseil des Étudiants, cela fait également partie de mes devoirs, » déclara Kirika.

« Dans tous les cas, je vais vérifier la base de données de la Section des Enquêtes Surnaturelles pour trouver d’anciennes affaires, » déclara Eruru.

« Laissez-moi aussi vous aider ~, » demanda Touko.

Alors que Touko avait levé la main pour leur indiquer qu’elle allait les aider, Rangetsu explosa de rage.

Elle s’était alors précipitée avec violence à l’intérieur de la pièce avant de rugir. « Hé ! Ne vous contentez pas d’ignorer les autres avec tant d’aisance ! Est-ce que quelqu’un a entendu ce que j’ai dit ? » cria Rangetsu.

Les cinq étudiants et un fantôme s’étaient éloignés d’une Rangetsu qui les fusillait du regard, se plaçant en cercle pour discuter de la façon de réagir.

« Hé, cette fille-louve s’immisce encore une fois... Elle a dit qu’elle avait écouté notre discussion, mais je n’ai pas senti sa présence. Elle ressemble encore plus à un fantôme que ne l’est Touko-san, » déclara Rushella.

« La police n’a-t-elle pas du travail à faire... ? », demanda Hisui.

« Pour le bien de la réputation de la police, je dois préciser qu’elle est une exception. S’il vous plaît, ne soyez pas partial au sujet de tous les autres flics qui travaillent sérieusement dans le pays, » déclara Eruru.

« ... D’ailleurs, les étrangers n’ont-ils pas l’interdiction d’entrer à l’école par principe ? N’est-ce pas une intrusion illégale ? » demanda Hisui.

« Devrions-nous appeler la police... ? Touko-san, sans qu’elle s’en aperçoive, pourriez-vous utiliser la télékinésie pour composer un numéro ? » demanda Kirika.

« Oui, je vais essayer ! » déclara Touko.

En écoutant les instructions de Kirika, Touko avait concentré son esprit pour libérer ses pouvoirs paranormaux. À ce moment, Rangetsu avait fait irruption au milieu de leur cercle.

« Qu’est-ce que vous avez tous ? Et aussi, je suis là. LA POLICE ! Regardez, voilà mon badge de police ! » cria Rangetsu.

« Soupir, qu’est-ce que c’est que ce bordel... ? Kariya, pouvez-vous lui demander de sortir, n’est-ce pas votre collègue ? » demanda Hisui.

« Ne me comparez pas à elle. En plus, Oogami-san, pourquoi êtes-vous ici ? » demanda Eruru.

Eruru lui demanda avec un mécontentement évident.

« L’école n’a-t-elle pas appelé la police à propos de la lettre de menace ? Après tout, avec tant de créatures surnaturelles dans cette école, je suis venue juste au cas où. De plus, j’ai quelque chose à vous signaler à tous, » répondit Rangetsu, tout aussi mécontente.

« À nous signaler... ? Qu’est-ce que c’est ? » demanda Eruru.

Rangetsu avait ignoré la question d’Eruru et avait pris la lettre de menace sur son bureau.

Elle l’avait remontée sur son visage et l’avait reniflée, puis avait affiché une expression de certitude.

« Je le savais, » s’écria-t-elle.

« Avez-vous reniflé quelque chose ? » demanda Hisui.

« Votre formulation m’énerve. Quoi qu’il en soit, avec ça, j’en suis certaine. La véritable identité du sosie dont vous avez parlé, dois-je la révéler ? » demanda Rangetsu.

« Est-ce lié aux objets confisqués qui ont disparu, ce que vous avez mentionné la dernière fois ? » demanda Hisui.

Hisui avait compris ce qu’elle allait dire et s’était exprimé devant elle.

Bien qu’il ne s’agissait que d’une intuition à demi teinte, Rangetsu avait été clairement ébranlé en réponse. Le coup de couteau d’Hisui dans le noir était apparemment en plein dans la cible.

« C-Comment le saviez-vous... ? » demanda Rangetsu.

« Oh, vous êtes venue exprès pour parler de ça, alors je me demandais si cette fois aussi c’était lié, » répondit Hisui.

« Qu’avez-vous pu découvrir par la guilde magique d’où vient cette substance ? » Apparemment, saisissant vaguement la situation, Eruru demanda calmement.

Tout le monde avait fait un regard qui semblait dire : « Arrêtez de prendre la pose et dites-le-nous vraiment. »

Alors qu’elle était regardée fixement par six paires d’yeux, Rangetsu avoua à contrecœur. « ... Comme vous l’aviez deviné. Cette drogue confisquée a pour effet de produire artificiellement le phénomène du double. Sans avoir besoin de quelqu’un pour le boire, tout ce qu’il faut, c’est renifler l’essence pour faire effet. Le fait d’être trop volatile et s’évaporer trop facilement est son inconvénient. »

« Attendez ! Avez-vous dit que ça produit artificiellement le phénomène du double... ? » demanda Hisui.

« Oui. Cela dit, il y a toutes sortes d’explications étranges pour le phénomène du double en lui-même. Par exemple, les clones, la séparation du corps et de l’esprit, d’autres personnes de différentes époques, les illusions causées par des lésions cérébrales. En fin de compte, ce sosie n’est que leur théorie, » répondit Rangetsu.

« Je n’ai pas besoin que vous lisiez un manuel, OK... Après avoir respiré cette drogue manquante, qu’arrive-t-il à une personne ? » demanda Hisui.

« Une partie de l’âme de la personne quitte le corps, produisant le sosie. Un sosie est composé d’une substance spirituelle appelée ectoplasme, qui présente des traits à la fois fantomatiques et humains. Dans une certaine mesure, il peut interférer avec des objets solides, mais disparaître soudainement comme un fantôme à l’occasion... Un sosie typique, » déclara Rangetsu.

« Ce modèle typique est vraiment gênant. Alors quelle est la personnalité du sosie produit ? » demanda Hisui.

« Normalement, tout le monde refrène une personnalité négative sous la surface — en d’autres termes, tout le monde possède un côté laid de lui. Cette personnalité est matérialisée et séparée du corps principal, » répondit Rangetsu.

« Est-ce que ça veut dire que plus quelqu’un se comporte bien, plus le double est méchant ? » demanda Hisui.

Avec cela, les actions du sosie de Reina pouvaient être facilement comprises.

Comme prévu... elle ne voulait vraiment pas être la dernière étape du relais.

Mais comme elle avait bon cœur et qu’elle respectait strictement les règles, Reina l’avait caché dans les profondeurs de son cœur.

Puis son autre moi, celui qui s’était séparé d’elle, avait agi conformément à son véritable désir.

« ... Combien de temps dure ce produit ? » demanda Hisui.

« Il n’y a pas de limite de temps particulière. Mais le corps principal va progressivement s’affaiblir et mourir. La limite est d’environ une semaine. Une fois le corps principal disparu, le sosie disparaîtra aussi après coup. Si vous ne voulez pas d’une morte, le sosie doit être trouvé le plus tôt possible afin qu’ils puissent être fusionnés de nouveau en un seul. Mais le problème est que le clone ne se comportera pas avec obéissance, alors qui sait quels autres problèmes pourraient survenir ? » déclara Rangetsu.

« ... »

Hisui fronça profondément les sourcils et leva les yeux vers le ciel.

Même si ce n’était pas au point de faire le mal absolu... Les actions du sosie de Reina n’étaient déjà qu’à une mince ligne de démarcation avec des activités criminelles. Même si la Section des Enquêtes Surnaturelles comprenait déjà la vérité, si les crimes étaient découverts, le corps principal — Reina elle-même — serait très probablement puni.

En outre...

« L’objet perdu n’a toujours pas été retrouvé, n’est-ce pas ? » demanda Hisui.

« Nous consacrons encore tous nos efforts à la recherche. Bien que la quantité de la drogue soit petite, il y en a probablement encore assez pour créer un certain nombre de doubles. Pour prévenir d’autres crimes, nous ferons de notre mieux pour enquêter... À l’heure actuelle, le problème non résolu est l’incident de l’école. Donc, comme je l’ai dit, vous ne devriez pas vous en mêler, » déclara Rangetsu.

« Ce n’est pas mal... Mais les effectifs de votre équipe sont limités, non ? On est toujours prêts à aider, » déclara Hisui.

« C’est vrai ! Laissez le Club d’Enquêtes surnaturelles vous assister sous mon commandement ! » Rushella avança avec résolution.

Mais Rangetsu s’était moqué d’elle. « Je ne suis pas tombée assez bas pour demander l’aide d’une vampire. Finissons-en avec ces jeux d’amateurs. Pourquoi ne vous dépêchez-vous pas de rentrer chez vous et de vous allonger dans votre cercueil ? »

« Qu’est-ce que vous avez dit !? » s’écria Rushella.

En se lançant des insultes, Rushella et Rangetsu avaient commencé une dispute.

Hisui était intervenu frénétiquement pour empêcher qu’une bataille n’éclate ici.

« Qu’est-ce que tu fais !? Laisse-moi personnellement censurer cette salope ignorante... ! » s’écria Rushella.

« Arrête-toi maintenant. Aucun de nous n’est encore adulte, bien que je ne sache pas quel âge tu as vraiment, » déclara Hisui.

« Pourquoi parles-tu aussi comme ça !? Je m’occuperai de mes propres affaires scolaires... ! » s’exclama Rushella.

« Cela dit... Je crois que si vous essayez de fouiller à l’intérieur de l’école, ne serait-il pas plus pratique pour les élèves de le faire ? » demanda Hisui.

Hisui regarda froidement Rangetsu.

« Qu-Quoi ? B-Bien que je ne sois pas familière avec l’intérieur de l’école..., » répondit Rangetsu.

Hisui avait délibérément ignoré l’ouverture montrée par Rangetsu et avait fait secrètement un clin d’œil aux autres membres du club.

Mei fut la première à remarquer le regard d’Hisui.

« C’est tellement vrai ~ il faudrait beaucoup de travail pour que la police essaie de s’immiscer à l’école. Si j’étais détective, je recruterais d’abord des collaborateurs de l’intérieur, » déclara Mei.

« Je suis d’accord. Une école est essentiellement une société scellée et miniature. J’ai spécifiquement pris l’apparence d’une étudiante pour travailler plus efficacement dans cet endroit... Il est vraiment regrettable que quelqu’un d’autre de la Section des Enquêtes Surnaturelles ne comprenne pas ce principe. Eh bien, chacun à ses méthodes, même s’il m’est difficile d’être d’accord avec ça, » déclara Eruru.

Eruru haussa les épaules comme si elle s’inquiétait pour sa collègue.

« Euh, je n’ai pas dit... que je ne cherche pas de l’aide..., » Rangetsu avait commencé à faire des compromis d’une voix calme.

Naturellement, tout le monde l’avait entendue, mais personne n’avait répondu.

« Logiquement, du point de vue du Conseil des Étudiants, j’aimerais aider encore plus que le Club de Recherche Surnaturel... Mais on ne peut rien y faire. Après tout, je suis la représentante des élèves, aider à résoudre les problèmes scolaires est tout naturel. Même demander l’aide de la police ne serait pas étrange... Puisqu’ils nous trouvent un obstacle, on ne peut rien y faire, » répondit Kirika.

Kirika avait exprimé sa position pour respecter les intentions de Rangetsu.

Entendant son discours impeccable, le visage de Rangetsu commença à transpirer alors qu’elle était mal à l’aise.

« Non, euh... Ce n’est pas comme si... il y avait beaucoup d’obstacles... Ah, n’y a-t-il pas quelque chose qu’on appelle la responsabilité civique, n’est-ce pas... ? » déclara Rangetsu.

« Je suis un fantôme, donc je peux enquêter dans différents endroits sans me soucier du danger. Mais comme je suis un obstacle, oubliez ça. À l’origine, un fantôme pouvait être si utile..., » Touko parla avec franchise.

En effet, elle n’avait pas peur des tâches dangereuses.

Parce qu’elle était déjà morte.

« ... Non, euh... Si vous voulez tous autant m’aider... C’est aussi d’accord ? Traitez-le comme une expérience pratique ? Ce que je veux dire, c’est qu’on pourrait essayer, non ? C’est vrai, tout est une question d’expérience..., » à mi-chemin, Rangetsu avait trouvé tout le monde la dévisageant d’un regard glacial.

*Toux*, elle s’éclaircit la gorge et baissa amplement la tête.

« ... S’il vous plaît, aidez-nous, » déclara Rangetsu.

« À ce stade, de quoi parlez-vous ? » demanda Hisui.

« Comme c’est nul ! Après avoir dit tout ça au début, » déclara Rushella.

« N’avez-vous pas honte ? » demanda Mei.

« La police a honte, » déclara Eruru.

« Je ne veux pas être comme ça quand je serai grande, » déclara Kirika.

« À sa place, je mourrais de honte. Mais je suis déjà morte, » déclara Touko.

Alors que Touko résumait le tout avec de l’humour noir, Rangetsu se mit à crier, et presque à pleurer.

« Mais qu’est-ce que c’est que ce bordel ? Vous liguez-vous tous contre moi !? Je me prosterne déjà devant vous tous ! » s’écria Rangetsu.

« Alors, montre-nous votre sincérité, » déclara Hisui.

« Sincérité... Que voulez-vous dire par là ? » demanda Rangetsu.

« Donnez-moi la main, » demanda Hisui.

« ... ? »

Malgré sa perplexité, Rangetsu présenta sa paume vers Hisui.

Puis une pièce était tombée dans sa main.

« ... Qu’est-ce que ça veut dire ? » demanda Rangetsu.

« Apportez-moi un verre, » demanda Hisui.

« Pourquoi me traitez-vous comme une fille de courses ? » s’écria Rangetsu.

Rangetsu avait jeté la pièce de monnaie avec colère sur le sol.

Sa colère n’était pas surprenante.

« Ah, c’est quoi le problème ? Qu’y a-t-il de mal à vous demander de payer un verre ? » demanda Hisui.

« Ne me traitez pas comme une idiote ! Ne pouvez-vous pas l’acheter vous-même ? » s’écria Rangetsu.

« Non, mais je pense juste que vous seriez super rapide, » répondit Hisui.

« Eh bien, faire le 100 m en 9 secondes est tout à fait possible... Hé ! Vous me traitez toujours comme une fille de courses ! » Rangetsu hurla, si furieuse que ses épaules tremblèrent.

Hisui ramassa la pièce avec impatience.

« Très bien, j’irai moi-même. Oh, qu’est-ce que tout le monde veut ? Autant que je m’occupe de tout en chemin, » déclara Hisui.

Entendant sa suggestion altruiste, Rushella s’avança.

« Attends, Hisui. C’est mieux si je vais t’acheter à boire. En tant que personne de grande envergure, il est nécessaire de faire preuve de générosité de temps à autre. Permets-moi de servir de modèle pour te montrer la différence entre ma race et ces loups-garous ! » déclara Rushella.

Gloussante, Rushella n’avait fait aucun effort pour cacher les moqueries dans son ton de voix.

Rangetsu grinça des dents en réponse, mais Rushella fit semblant de ne pas voir.

« Attends. C’est juste pour acheter à boire, ne parle pas comme si tout le monde t’était redevable. Pourquoi n’irais-je pas à la place ? Puisqu’il fait encore jour, je suis toujours la plus forte jusqu’au coucher du soleil, non ? Contrairement à un garçon manqué maigrichon, » déclara Mei.

Mei jeta un coup d’œil à Rangetsu et s’avança.

Elle avait fièrement gonflé sa poitrine généreuse, provoquant la colère de Rangetsu vers de nouveaux sommets.

« Attendez, ce qu’il faut dans cette situation, ce n’est pas de la force, mais de la générosité. Je ne veux pas faire souffrir l’ensemble de la police, ni même tous les fonctionnaires, du mépris d’être vu comme des avares. Permettez-moi d’être généreuse avec tout le monde et de payer les boissons, » déclara Eruru.

Eruru avait sorti un long sac à main qui semblait regorger d’argent et s’était avancée.

Elle n’avait même pas regardé Rangetsu.

« Attendez ! Peu importe combien d’argent vous avez, sur ma fierté en tant que personne plus âgée, comment pourrais-je permettre à un étudiant plus jeune que moi d’acheter des boissons pour moi ? Laissez-moi y aller en tant qu’aînée. Eh bien, il est vrai qu’il existe des membres inutiles de la société parmi ceux qui sont plus âgés, » déclara Kirika.

Kirika regarda Rangetsu avec des yeux de pitié tout en faisant un pas en avant.

« Non non, en parlant d’âge, je devrais être l’aîné, non ? Laissez votre grande sœur faire ça ! Avec mes pouvoirs paranormaux, je peux faire fonctionner le distributeur sans dépenser d’argent ! Malgré mon apparence, au moins c’est mieux que quelqu’un qui ne contribue à rien, gaspillant les ressources du monde, non ? » demanda Touko.

Touko désigna Rangetsu, faisant une déclaration forte.

Finalement, Rangetsu explosa, ne pouvant plus tolérer.

« ... C’est aller trop loin !! Très bien, je vais acheter quelques canettes de jus de fruits !! » s’écria Rangetsu.

À la fin, les six membres du groupe d’Hisui s’étaient rapprochés de Rangetsu de concert et avaient parlé en parfaite union : « « « Allez-y, s’il vous plaît. » » »

« Bon sang, c’est quoi ce délire ? » s’écria Rangetsu.

Rangetsu avait jeté les sandales d’intérieur des invités au sol et les avait même piétinées.

Sa colère semblait avoir fait sauter un fusible, même si elle n’était probablement plus claire quant à ce qu’elle faisait.

Après ça, Rangetsu s’était précipité dans le couloir, se mettant dans une pose de démarrage comme un sprinter, non, c’était pratiquement comme une bête qui se préparait à accélérer à quatre pattes.

« Ne sous-estimez pas la vitesse d’un loup-garou ! J’y arriverai en un clin d’œil, ramenant les achats plus vite que n’importe qui !! » s’écria Rangetsu.

« Oh, je voudrais une eau minérale, » déclara Hisui.

 

 

« Donnez-moi du lait à la fraise ! » déclara Rushella.

« Je veux un soda ~, » demanda Mei.

« S’il vous plaît, allez me chercher un café, sans lait ni sucre, » déclara Eruru.

« Je voudrais du thé. Chaud, pas froid s’il vous plaît, » déclara Kirika.

« Du thé s’il vous plaît ~, » déclara Touko.

Même le fantôme qui ne buvait pas de thé passait sa commande avec nonchalance.

Mais Rangetsu n’avait rien remarqué. Après avoir entendu les commandes, elle s’était précipitée dans le couloir telle une fusée.

Un tourbillon s’était déclenché dans les environs, ce qui avait poussé les filles à tenir précipitamment leurs jupes.

La rapidité de son déplacement avait failli faire craindre pour l’intégrité des lames de parquet. Finalement, Rangetsu avait disparu de l’autre côté de la salle de classe.

« ... Alors, ajournons la séance pour aujourd’hui. Tout le monde, s’il vous plaît, partez avant le retour de cette personne. Ne la laissez pas vous trouver. Maintenant que la Section des Enquêtes Surnaturelles est mobilisée, la présence de cette personne n’est plus pertinente, » déclara Eruru.

« Êtes-vous une démone ? » demanda Hisui.

Hisui pensait qu’Eruru allait un peu loin, mais elle avait ignoré sa remarque.

« Ça lui apprendra une leçon. Après tout, elle reviendra. Permettez-moi de communiquer à tout le monde les détails du sosie une fois que j’aurai rassemblé les informations. Peut-être que la tactique de la vague humaine pourrait être nécessaire. Alors s’il vous plaît, tout le monde, coordonnez-vous le moment venu, » déclara Eruru.

« D’accord, » déclara Hisui.

Puis le groupe s’était dispersé.

Environ une minute plus tard, Rangetsu retourna dans la salle de classe déserte. Naturellement, les boissons nouvellement achetées étaient devenues des sacrifices pour elle afin d’évacuer sa colère.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire