La Croix d’Argent et Dracula – Tome 4 – Chapitre 1 – Partie 4

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 1 : Les Histoires de Touko

Partie 4

Néanmoins, Hisui et Rushella l’ignorèrent totalement et ils la dépassèrent directement.

« ... Hé vous deux, ne bougez plus ! Pourquoi m’ignorez-vous ? » en les voyant l’ignorer, Rangetsu cria avec fureur.

Mais ils se regardèrent l’un et l’autre puis ils regardèrent avec suspicion l’invitée non désirée.

« Hé, elle a l’air en colère... Est-elle là pour te rendre visite ? Elle n’a pas l’air d’un vampire, pourrait-elle être une ennemie ? Peut-être qu’elle est liée à tes souvenirs perdus ? » demanda Hisui.

« Je ne la connais pas ! Très bien, ignorons-la ! » répondit Rushella.

Rushella traîna Hisui vers l’entrée de leur maison.

Rangetsu attrapa le bras d’Hisui.

« Hé hé hé, ne bougez plus ! C’est moi ! Oogami Rangetsu ! » déclara-t-elle.

Puis elle s’était montrée du doigt et avait annoncé son nom.

Hisui avait fait un regard comme s’il s’en souvenait et il se frappa les mains ensemble. « Oh... C’est vrai ! »

« Vous vous en souvenez maintenant !? » demanda Rangetsu.

« Non, » il répondit sans expression puis il sortit sa clé.

« ... Hé, attendez ! Vous auriez dû vous souvenir de ce genre de discussion, d’accord ? » demanda Rangetsu.

« Pardon, qui êtes-vous déjà ? » demanda Hisui.

« C’est exact ! Aucun souvenir du tout ! Si vous continuez à nous importuner, on va appeler les flics, d’accord ? » Rushella était aussi furieuse que Hisui.

Tous les deux avaient complètement oublié Rangetsu.

« Vous deux... ! Je suis la police ! Regardez, voilà mon insigne ! » déclara Rangetsu.

Comme dans une série télévisée, Rangetsu avait ouvert son insigne pour montrer son identité.

Mais deux regards sceptiques furent portés sur elle.

« C’est un faux, n’est-ce pas ? » demanda Rushella.

« Hmm, je le savais, dans ces situations, nous devrions appeler les flics..., » déclara Hisui.

« Vous allez trop loin tous les deux ! Avez-vous oublié l’incident du vampire de la dernière fois ? C’est moi, le loup-garou, Oogami Rangetsu !! » elle était censée cacher cette identité autant que possible, mais elle avait crié avec insouciance en raison de la situation.

À ce moment-là, Hisui semblait se souvenir. « Oh ! Celle de ce moment-là ! »

« Oui oui ! » déclara Rangetsu.

« Désolé de vous avoir dérangé la dernière fois. Au revoir, » déclara Hisui.

« Adieu ! » déclara Rushella.

Puis Hisui et Rushella l’avaient ignorée de manière décisive et ils avaient ouvert la porte pour entrer dans la maison.

Mais Rangetsu avait saisi impitoyablement l’arrière du cou d’Hisui et elle l’avait traîné vers l’arrière.

« Qu’est-ce que vous faites... ? Je ne m’en souvenais pas, c’est tout ? » s’écria Hisui.

« Quel est l’intérêt si vous ne faites rien de plus que de vous en souvenir ? » demanda Rangetsu. « Quel genre de réaction est-ce que c’est que ça ? Même si un policier ordinaire était venu chez vous, vous devriez être un peu plus surpris, n’est-ce pas ? »

« Je n’ai commis aucun crime. Ne soyez pas si plein de suffisance, chien de l’état, » répliqua Hisui.

« Oui, cela convient très bien à votre nom ! [1] » Rushella croisa les bras et acquiesça.

Alors qu’elle était frappée dans le nerf très sensible d’un loup-garou, Rangetsu avait fusillé du regard les deux personnes devant elle.

« Vous deux, vous osez vraiment dire tout ce que vous voulez... Je suis une noble louve ! » déclara Rangetsu.

« Mais d’après la classification biologique, la frontière entre les chiens et les loups est très floue, n’est-ce pas ? Et ce n’est pas comme si l’un était inférieur ou supérieur à l’autre, » déclara Hisui.

« Oui, les chiens sont si mignons, avec leur fourrure et leur moelleux. D’ailleurs, pour un hybride loup-garou et humain comme vous, quel droit avez-vous de parler de loups de sang pur ? » Rushella avait souligné la vérité avec audace.

Incapable de réfuter ses paroles, Rangetsu grinça des dents.

« Alors, qu’est-ce que vous avez à voir avec nous ? Je dois encore préparer le dîner, vous savez ? » déclara Hisui.

« Enfin, vous êtes prêt à dialoguer correctement. Mais rester ici n’est pas vraiment approprié..., » déclara Rangetsu.

« Non, restons ici. Dépêchez-vous et finissez-en rapidement, » d’une manière décontractée, Hisui commença à demander à Rangetsu de partir.

À ce moment, Rushella chuchota dans son oreille. « Peut-être que cette salope veut entrer dans la maison ? »

« Eh, pourquoi ? » demanda Hisui.

« Parce qu’on dirait qu’elle attend depuis longtemps à l’entrée. En plus, elle donne délibérément l’impression qu’elle nous attend, » répondit Rushella.

« Oh, tu veux dire, t’appuyer contre le mur, les bras et les jambes croisées ? Si c’était à l’intérieur, peu importe, mais un adulte à part entière ne devait pas le faire au milieu de la route, n’est-ce pas ? Ce genre de comportement est, tout au plus, approprié pour la deuxième année du collège, » annonça Hisui.

« Oui, ses membres longs et minces sont tout un spectacle, mais je ne peux pas en supporter la vue en direct ! » s’exclama Rushella.

« Ouais. Et ce mur est si rugueux. Qui sait si on peut se salir ou déchirer ses vêtements, » déclara Hisui.

« Oh, pas possible !? » s’exclama Rangetsu.

Rangetsu s’était tordu frénétiquement la tête pour regarder son dos.

Naturellement, l’amplitude des mouvements du cou était limitée. Après des efforts futiles pour regarder derrière elle, elle n’avait réussi qu’à se faire mal au cou.

Rushella avait donc soigneusement vérifié le tissu de son dos pour elle.

« On dirait qu’il n’y a pas de dégâts, mais il y a beaucoup de poussière blanche. Laissez-moi vous l’enlever. » Rushella avait brossé la poussière, sauvant Rangetsu de sa situation embarrassante.

« Voilà, c’est propre maintenant ! » déclara Rushella.

« ... Merci, » répondit Rangetsu.

« Faites attention à vous sur le chemin du retour, » déclara Hisui.

« Bonne chance dans votre travail, » déclara Rushella.

Hisui et Rushella avaient souri et l’avaient renvoyée chez elle.

Rangetsu s’inclina et se retourna pour partir — Puis elle freina brusquement et se retourna.

« ... Pourquoi m’avez-vous renvoyé si naturellement ? J’ai failli tomber dans le panneau ! » cria Rangetsu.

« Oopsie. Elle a compris, » Hisui avait sorti sa langue de façon espiègle tandis que Rushella faisait une expression : « Oh non ».

« Il est temps pour vous deux de bien vous tenir... Arrêtez de jouer les adultes pour faire les imbéciles ! » cria Rangetsu.

 

« ... Alors, faites vite avec ce que vous avez à dire. Si vous voulez qu’on vous invite à l’intérieur pour le thé, oubliez ça ! » déclara Hisui.

« Comme si ça m’intéressait ! Il y a un café tout près, que dites-vous de mon offre ? Ne sous-estimez pas les fonctionnaires, d’accord ? » demanda Rangetsu.

« Pourquoi voulez-vous tant parler avec nous ? Vous et moi... Il ne devrait y avoir rien à dire, n’est-ce pas ? Donc vous en avez après Hisui. Essayez-vous de le “persuader” à nouveau ? Non, il m’appartient ! » déclara Rushella.

Rushella avait serré le bras droit d’Hisui, non, tout son corps et son être étaient entrés dans un état d’alerte élevé.

Il lui était impossible de s’entendre avec un loup-garou. Et maintenant, elle traitait Rangetsu de la même façon que Mei — comme une rivale ciblant Hisui.

« Pourquoi restez-vous si près l’un de l’autre... ? Hmph, donc vous avez un faible pour les vampires, hein ? » demanda Rangetsu.

« ... Pas du tout, » Hisui avait nié verbalement, mais parce que la poitrine de Rushella était si pressée contre lui, il n’avait pas pu s’empêcher de rougir.

Et il n’avait pas résisté face à ce que Rushella lui faisait.

« Je suis venue ici aujourd’hui à cause de l’incident du vampire de la dernière fois. Les résultats de l’interrogatoire sont presque prêts. Je suis venue vous faire un rapport, » déclara Rangetsu.

« Qui s’en soucie ? Je ne suis pas intéressé, » Hisui avait rejeté catégoriquement l’information.

Il ne faisait pas semblant et dégageait vraiment une aura d’indifférence.

« Euh, mais... Vous devriez comprendre la situation, n’est-ce pas ? » demanda Rangetsu.

« C’est plutôt que je ne vous fais nullement confiance. Vous avez peut-être remis en question ce vampire appelé Fabru ou Fester ou autre et vous avez obtenu beaucoup de faits véridiques de lui. Mais passant pour commencer entre vos mains, il se peut très bien qu’il ait déjà changé de contenu. Je n’ai pas besoin de votre rapport, rempli de préjugés et d’arrière-pensées. Alors je demanderai à Kariya plus tard, » Hisui avait rejeté impitoyablement l’offre.

Lors de l’incident précédent, ils étaient ennemis. Mais même aujourd’hui, Hisui avait encore des craintes persistantes.

Le garçon qui traitait toutes les races sur un pied d’égalité était méfiant à l’égard des créatures surnaturelles qui ressemblaient aux humains.

Le monstre le plus terrifiant du monde — les humains.

Il lui était impossible de faire confiance à Rangetsu qui essayait de passer de l’ennemi à l’ami, conformément à son approche de la survie.

Pour se faire, elle se fondait dans la société humaine, elle interagissait avec les humains, se déguisait en humain. Pour faire tout cela, il fallait de l’éloquence dans les paroles et de l’astuce.

« Qu-Quoi... Faites-vous confiance à Kariya-san à ce point !? » demanda Rangetsu.

« Elle est plus digne de confiance que vous, » répondit Hisui.

« ... Est-ce tout ? Je pensais que c’était parce que vous l’aimiez bien ? Aimez-vous sa petite taille ? » demanda Rangetsu.

« ... Qu’est-ce que vous racontez ? Et bien, j’admets qu’elle est assez mignonne, » répondit Hisui.

Hisui avait donné son opinion honnête, mais il avait fini par faire en sorte que Rushella l’agrippe avec force.

« ... Qu’est-ce que c’est que ça ? » demanda Hisui.

« Tu fais du bruit. Tais-toi, » déclara Rushella.

Rushella boudait en raison du déplaisir et elle frottait en ce moment son visage contre le bras d’Hisui. Elle ressemblait à une gamine qui étreignait sa poupée préférée.

« Kariya-san... Est-elle vraiment digne de votre confiance ? Bien que l’incident précédent ait quelque peu changé sa position, en vérité, elle se sert de vous, n’est-ce pas ? » demanda Rangetsu.

« Peu importe. J’ai reçu beaucoup d’aide venant de sa part, donc je pense que nous sommes quittes. Si les choses que je fais peuvent lui apporter des bénéfices, je suppose que c’est une bonne chose d’en être heureux ? » déclara Hisui.

« ... ! » Cette réponse inattendue avait rendu Rangetsu agitée.

Pourquoi y avait-il une si grande différence entre la façon dont il traitait Eruru et elle ?

« Elle ne s’intéresse qu’à votre étrange constitution... et elle est préoccupée par ce vampire, n’est-ce pas ? Un jour, elle pointera le canon de son arme sur vous, vous comprenez ? » demanda Rangetsu.

« Non, elle le fait déjà fréquemment. Pour être sincère, je lui serais vraiment reconnaissant si cela pouvait changer. Est-ce tout ce dont vous vouliez parler ? Avez-vous fait tout ce chemin juste pour dire des inepties dans le dos de Kariya ? » demanda Hisui.

Hisui sous-entendait « finissez avec ce que vous vouliez parler et partez ». Son ton de voix n’avait nullement essayé de cacher son mécontentement.

Exhalant une aura indifférente indiquant qu’il voulait expulser son invitée, Hisui rendait Rangetsu un peu intimidée.

« C-Ce n’est pas ça ! C’est à propos de... La dernière fois... Ce que vous avez pris avec désinvolture ! Pensez-vous vraiment que cette sorte d’eau bénite de haute qualité est gratuite ? » demanda Rangetsu.

« Qu’importe s’il a été utilisé pour vaincre un “Pur entre les Purs” ? Il faudra bien l’utiliser un jour ou l’autre. Je pensais avoir déjà demandé à Kariya d’avoir un peu d’indulgence quant à cela ? » déclara Hisui.

« Euh, Hmm, je veux dire..., » balbutia la louve.

« Si vous insistez toujours pour que je paye, alors j’irai demander à quelqu’un du Vatican de vous donner une équivalence de ce que j’ai consommé, » déclara Hisui.

Rushella demanda calmement à Hisui après l’avoir entendu parler de ça. « Comment as-tu des connexions avec le Vatican ? »

« C’est Miraluka qui en avait. Bien sûr, sa relation avec le Vatican était essentiellement une relation entre ennemis, car le simple fait de marcher sur cette parcelle de terre lui causait de grandes souffrances, mais il y a apparemment un certain nombre de contacts. En raison de son implication avec les membres de l’Église, elle a eu quelques interactions avec eux, semblables à une vraie version du Code Da Vinci. Si je mentionne son nom, obtenir de l’eau bénite ne devrait pas être un problème. Ou peut-être même que j’en ai déjà dans mon sous-sol, » sans laisser Rangetsu entendre la réponse, Hisui chuchota en cachette dans la belle oreille de Rushella.

Du point de vue d’un tiers, leur échange ressemblait à des chuchotements affectueux entre amoureux.

« Qu’est-ce que vous flirtez tous les deux... !!? » cria Rangetsu.

« Ce n’est pas du flirt, » répliqua Hisui.

« Il n’y a pas du tout de flirt, » répliqua Rushella.

Ils disaient ça même s’ils étaient intimement enchevêtrés, bras dessus bras dessous. Et pas un seul écart ne pouvait être vu entre eux.

« Donc ça se passe comme ça... Donc, à la fin, les faits sont clairs !? » s’écria Rangetsu.

« ... Avez-vous fait un sérieux malentendu ? » demanda Hisui.

« La ferme ! Assez ! En plus de tout ce que vous avez utilisé lors du dernier incident, quelques autres objets confisqués ont disparu. J’essayais à l’origine de confirmer en détail ce qui avait disparu... Il n’y a plus de nécessité d’urgence maintenant, » déclara Rangetsu.

« Eh, êtes-vous sérieuse ? Oh... Si vous avez besoin d’aide, j’essaierai de chercher dans les limites de mes capacités. Est-ce correct si je reçois des instructions de Kariya ? » demanda Hisui.

Hisui avait fini par ajouter de l’huile sur le feu.

Ce jeune homme mettait parfois certains mots tabous dans ses paroles.

« C’est si ennuyeux ! Fétichiste des vampires ! » cria Rangetsu.

« Non, non et non, Kariya est une dhampire, elle se fâchera si vous les mélangez..., » déclara Hisui.

« Taisez-vous et allez profiter de votre amusement avec ce suceur de sang ! » s’exclama Rangetsu.

« Pourriez-vous ne pas utiliser le mot “amusement”, d’accord ? » demanda Hisui.

« Vous feriez mieux de faire attention lorsque vous voyez la lune de nuit ! Surtout la pleine lune ! » déclara Rangetsu.

« L’avertissement habituel n’est-il pas une nuit sombre ? Ah oui, vous êtes un loup-garou..., » déclara Hisui.

Avant que la phrase d’Hisui ne puisse finir, Rangetsu s’était déjà élancé, éclatant presque en larmes.

Comme on s’y attendait d’un loup-garou, sa vitesse stupéfiante l’avait fait se fondre dans les ténèbres et disparaître devant leurs yeux.

« Pourquoi est-elle venue ici ? » demanda Hisui.

« Je pense qu’elle a l’air de s’intéresser à toi, non ? » demanda Rushella.

Les paroles de Rushella portaient des aiguillons.

Bien qu’elle ne soit pas particulièrement perspicace, elle possédait déjà le cœur d’une jeune fille en tant qu’humaine.

« Hein ? Moi ? Mon seul point positif, c’est que j’ai l’habitude de m’entendre avec des non-humains, rien de plus, n’est-ce pas ? » demanda Hisui.

« Je pense que c’est exactement ce que je voulais dire par là, » répliqua Rushella.

En effet.

C’était précisément le plus grand avantage d’Hisui Kujou.

En raison de sa famille d’accueil et de sa constitution, il n’avait pas de préjugés contre les entités surnaturelles.

C’est précisément en raison de cela qu’il était entouré de tant de dames qui se battaient pour attirer son attention et son affection.

« ... Oublions pour l’instant cette femme. Dépêche-toi de préparer le souper ! Il faut que tu grilles la viande ! Pour le bien de la course de relais, j’ai besoin d’une bonne alimentation ! » déclara Rushella.

Les pensées de Rushella s’étaient immédiatement tournées vers la nourriture. Traînant le bras d’Hisui, elle le pressa de se dépêcher à la cuisine et de se mettre au travail.

Leurs estomacs grondaient déjà de faim.

« Ouais ouais, je le sais déjà. Tu le veux à point, n’est-ce pas ? » demanda Hisui.

« Oui ! Et aussi, je voudrais du vin rouge ! » demanda Rushella.

« Comme si tu allais avoir du vin ! ... Cela dit, je suppose que je pourrais en ajouter un peu aux plats d’accompagnement ou aux collations. Après tout, il y en a plus que je ne pourrais jamais en utiliser dans la cave, » déclara Hisui.

« ... le ferais-tu vraiment ? » Rushella ne s’attendait pas à sa réponse et elle avait demandé ça avec inquiétude.

En effet, dans le sous-sol de cette maison se trouvait un nombre incalculable d’excellents millésimes du passé.

Les vampires adoraient le vin rouge. Naturellement, celle qui les collectionnait était la parente d’Hisui.

La dernière fois, Rushella avait cassé la bouteille qui contenait le souvenir le plus précieux de cette collection.

Hisui ne semblait pas s’en soucier et n’en avait plus jamais parlé. Cependant, Rushella se sentait encore coupable de cet incident.

« C’est semblable à l’eau bénite de la dernière fois, je ne devrais pas la gâcher en ne l’utilisant pas. Je peux ajouter du vin au bœuf et aux légumes pendant la cuisson pour qu’il n’y ait pas un manque d’occasions de l’utiliser. Même s’il s’agit de viande à prix réduit, l’ajout de ce vin améliorera considérablement sa saveur, » déclara Hisui.

« C’est... c’est vrai ! Ce qui est à toi est à moi ! Sers-moi bien ! » déclara Rushella.

« Quelle gloutonne que tu es ! Mais tu ne dois pas voler du vin pour le boire en cachette ? Je peux déjà prévoir que tu te saoulerais dans ce cas là, » déclara Hisui.

« Je... ne le ferai pas. Euh... Je le ferais seulement ouvertement comme quand nous sommes tous les deux ensemble, » déclara Rushella.

« Je n’ai pas encore l’âge légal pour boire, » répondit Hisui.

« Alors... on attendra que tu sois assez vieux ! » répondit Rushella.

« Oh... OK, ça marche, » répondit Hisui.

« Super ! » s’écria Rushella.

Hisui n’avait pas perdu de temps à réfléchir et il avait accepté sans hésiter.

Rushella semblait également satisfaite de l’état actuel des choses.

Penser que ce genre de vie quotidienne pourrait persister pour toujours...

Il fallait oublier cela entre les vampires et les humains — avec leur différence de race qui les séparait.

1 En japonais, Oogami ressemble au mot loup.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire