La Croix d’Argent et Dracula – Tome 4 – Chapitre 1 – Partie 2

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 1 : Les Histoires de Touko

Partie 2

Au bout d’un moment, avec une expression tout à fait sérieuse, elle avait répondu : « ... De l’“Air Sex” ? »

« Je te frapperais dans le ventre si tu n’étais pas une fille..., » répliqua Hisui.

Le visage d’Hisui était déformé.

Cependant, Mei avait fait une expression de « Vas-y, épate-nous ! » et elle lui avait montré son ventre.

« Ça ne me dérange pas, allez ! Vas-y ? Ton poing va se briser, Hi-kun. Si je serre mes abdos sérieusement, même une batte de baseball se briserait facilement, » déclara Mei.

Mei souleva avec audace ses vêtements, montrant son ventre, même son soutien-gorge était presque visible.

Bien que les lignes de ses muscles abdominaux ne soient pas visibles, il n’était pas difficile d’imaginer la dureté si elle devenait sérieuse comme elle l’avait dit.

« ... C’est aussi vrai ~ ~ ~, » murmura Hisui.

Hisui avait été empli par la peur après y avoir pensé.

Il avait presque oublié.

S’il se battait avec elle, non seulement il n’avait aucune chance de gagner, mais il finirait très probablement coincé, traîné jusqu’à un lit, et quelque chose de précieux lui serait volé.

D’un autre côté, derrière Hisui, Rushella avait interrogé Eruru sur des mots inconnus, comme d’habitude.

« Hé, je vous demande de me dire ce que c’est que cet Air Se..., » demanda Rushella.

« Ne me reprochez pas de vous tirer dessus si vous osez dire ce mot en entier, “Capish” ? » Eruru l’avait menacée, après avoir sorti le pistolet sacré Argentum de quelque part, avec son doigt déjà sur la détente.

Naturellement, ce geste n’avait pas suffi comme réponse.

En parlant de cela, y a-t-il quelqu’un qui pourrait donner une réponse parfaite pour ce terme ?

« Qu’est-ce que ça peut faire ? Je veux juste le savoir ! Dépêchez-vous de me le dire ! Je connais déjà la signification d’Air devant. J’ai déjà entendu Hisui parler de ce qu’on appelle des “Air guitar”. Tout ce dont vous avez besoin est d’expliquer le reste en détail... !! » cria Rushella.

« C’est encore plus inacceptable ! » s’écria Eruru.

« Oooooooh... Qu’est-ce que ça peut faire ? Si c’est amusant, je veux aussi le faire ! » déclara Rushella.

« Taisez-vous, taisez-vous ! N’avez-vous pas honte... !!? » criait Eruru.

« Est-ce lié à la honte ? Alors, dépêchez-vous de me le dire ! » demanda Rushella.

« E-Euh... ! » Le visage d’Eruru était si rouge qu’elle était sur le point de littéralement court-circuiter.

Cependant, Touko avait commencé à réfléchir avec une expression sérieuse.

« Ah oui, il y a ça aussi... Alors je pourrai devenir une adulte... ! » annonça Touko.

« Pas question. Il n’en est pas question. Comment comptez-vous vous y prendre ? » demanda Hisui.

« Hmm... Oh ouais, récemment, j’ai atteint “l’écriture automatique” et aussi l’insertion dans les rêves des personnes. Si j’utilise ces capacités avec souplesse..., » déclara Touko.

« L’écriture automatique était donc la façon dont vous avez rempli votre nom dans le formulaire de présence pour la course de relais. C’est trop paranormal ! Si vous allez à l’intérieur des rêves des gens, ils finiront sûrement avec une paralysie lors de leur sommeil et des lits envoûtés ! » s’écria Hisui.

« On dirait que tout le monde va faire des cauchemars, » déclara Mei.

« Cela sera comme d’être hanté par un esprit maléfique ! Un exorcisme sera vraiment nécessaire ! » s’écria Hisui.

« Mais si c’est à l’intérieur des rêves, je peux aussi... ! » déclara Touko.

« Attendez, Touko-san, dans ce cas, quand Hi-kun se réveillera, il y aura certains changements dans son caleçon... » Mei commençait sérieusement à m’inquiéter.

Oui, quelle considération ennuyeuse ! pensa Hisui.

« Pourrais-tu faire preuve d’un peu de retenue... ? », demanda Hisui.

« Ne t’inquiète pas de ça, je te l’ai déjà dit que je laverai personnellement les sous-vêtements collants de Hi-kun jusqu’à ce qu’ils soient parfaitement propres..., » déclara Mei.

« ... Peu importe, » Hisui soupira d’exaspération.

En même temps, Kirika haussa les épaules. « On ne peut probablement pas l’aider. Cependant, les fantômes ne peuvent certainement pas s’attarder indéfiniment sur le plan mortel. Si c’était le cas, ce monde aurait été rempli par les morts depuis longtemps. Les morts finiront par disparaître de ce monde. Cela fait partie des lois de ce monde. »

Kirika avait parlé comme si elle donnait une leçon, ce qui avait refroidi l’ambiance.

En effet, ces journées ne pouvaient pas durer indéfiniment.

Il devait y avoir une fin.

« S’il y a un faible risque de préjudice, je pourrais fermer les yeux sur la question... Mais il y a toujours des gens avec des sens spirituels aiguisés. Pourriez-vous faire preuve d’un peu plus d’autodiscipline ? » Alors qu’elle s’était libérée de l’interrogatoire de Rushella, Eruru avait déclaré cela calmement.

Demandé par les deux représentants de la raison, le fantôme inexpérimenté s’était excusé avec timidité. « Désolée... Je vais faire attention. »

« Très bien, alors je vais y aller. Les préparatifs du festival sportif sont assez agités, » puis Kirika était partie.

Récemment, elle était venue ici puis elle était partie en coup de vent.

Kirika était fondamentalement différente d’un membre du club : « rentrer chez soit » comme Hisui. De toute évidence, le travail du Conseil des Étudiants avait été très chargé.

« Un festival sportif, hein ? » resté dans la salle de classe, Hisui marmonnait sans émotion.

Il ne pouvait pas oublier la tristesse sur le visage de Reina tout à l’heure.

Il avait simplement envisagé de laisser la dernière étape à Rushella, mais il ne pouvait toujours pas décider si c’était la bonne chose à faire.

« Serait-il préférable de laisser Touko-san participer à la course de relais ? On dirait qu’elle est si légère que ce serait facile pour elle... » Tandis qu’il marmonnait ça à lui-même, Mei l’interrompit.

« Hé, cette scène est tout simplement terrifiante si tu l’imagines bien. De plus, le fait de savoir si elle peut porter le témoin est un problème. Ce n’est pas comme s’il n’y avait pas assez de personnes présent, alors pourquoi y penser ? » demanda Hisui.

« Oh, c’est vraiment ce que ça ferait du chaos, n’est-ce pas ? Dites ! Pourquoi ne pas faire la dernière étape ? La force dans vos jambes est plutôt bonne, n’est-ce pas ? » demanda Touko.

« Je ne veux pas trop attirer l’attention. Si j’allais jusqu’au bout, ce genre de sol fragile se briserait sous les pieds, ce qui entraverait plutôt ma vitesse, » répondit Mei.

« Quelle est la force de tes jambes... ? » demanda Hisui.

Dans les films, les puissants monstres de Frankenstein étaient toujours dépeints comme lents et lourds. En tant que dernier modèle, Mei avait déjà subi des améliorations par rapport à l’ancien modèle.

Néanmoins, la puissance et la vitesse semblaient encore s’exclure mutuellement.

« Eh bien ! Puisque Hi-kun le demande, je pourrais l’essayer ? En préparation pour le festival sportif, j’ai préparé des bloomers. Bleu marine, rouge, vert, vert foncé, tout ce que vous voulez ? » demanda Mei.

« ... Non, ça ne m’intéresse pas, » répondit Hisui.

« Ne fais pas semblant, » déclara Mei.

« Je ne fais pas semblant. Depuis que je suis jeune, ce genre d’intérêt s’est éteint il y a longtemps. Au fait, Touko-san... Pourquoi portez-vous ça !? » demanda Hisui.

Avant qu’il ne s’en aperçoive, Touko s’était déjà changée en vêtements de gym.

Avec des fleurs bleu-marine.

Après tout, en tant que fantôme, elle était apparemment capable de modifier sa tenue vestimentaire par la pensée. Comme c’était stupéfiant.

« Eh, parce que c’est ce que Hisui-kun veut..., » Touko regarda timidement Hisui et elle lui déclara ça.

Elle avait même un bandana attaché autour de sa tête, comme si elle était la seule et unique candidate à la finale.

« A-Attendez, Touko ! La dernière étape devrait être à moi ! La victoire est à moi... ! OK, je veux aussi porter des vêtements de gym et un bandana... ! » À la fin, même Rushella avait voulu se joindre aux autres.

D’autre part, naturellement, Eruru regardait froidement Hisui.

 

 

« N-Non, vous n’avez pas à faire ça ! En outre, je trouve que les shorts ordinaires et les pantalons mi-longs sont plus sains et plus mignons, » déclara Hisui.

« Oh, alors c’est votre faction de fétichiste ? » Tout en restant calme et rationnelle, Mei confirma l’information.

Ses yeux sérieux semblaient appartenir à un professionnel de l’analyse des marchés.

« Il y a des factions dans ce genre de choses !? Y a-t-il des guerres de factions en secret ? » demanda Hisui.

« Comme c’est naïf, Hi-kun... Les adorateurs de bloomer, les adorateurs de shorts, les adorateurs de spandex, les adorateurs des survêtements... Depuis que l’âge de la suprématie des bloomers a été renversé, les vêtements de sport pour filles sont entrés dans l’ère d’un état de guerre permanent avec un champ de bataille libre pour tous ! » déclara Mei.

« Je n’en ai jamais entendu parler. Même si c’est comme tu le dis, qu’est-ce que ça a à voir avec moi ? » demanda Hisui.

« Bien sûr que c’est très important. Supposons que je te piège dans la réserve du gymnase et que je verrouille la porte, si tu n’aimes pas ma tenue, que ferais-je ? » demanda Mei.

« Permets-moi de préciser que je n’y vais absolument jamais ! » déclara Hisui.

« Ne t’inquiète pas pour ça, je t’y traînerai par la force ❤, » déclara Mei.

En disant cela, Mei avait levé son bras pour montrer sa force.

La partie supérieure du bras extrêmement féminin, au teint blanc comme neige, surpassait facilement en force n’importe qui et c’était d’autant plus vrai, pour le bras d’Hisui.

« Effrayant ! D’ailleurs, aller dans ce genre d’endroit miteux et sans bonne ambiance... pour faire cela, serais-tu satisfaite de cela ? » demanda Hisui.

« Il faut plutôt dire que ce genre d’environnement contribue à créer l’ambiance ? Tant que tu le souhaites, Hi-kun, je le ferais volontiers, même dans une écurie ! » répondit Mei.

« Comme si je souhaitais ce genre de chose ! » répliqua Hisui.

Un refus ferme doit être exprimé ici, pensa-t-il. C’est excessivement scandaleux.

« Hisui, que vas-tu faire dans une écurie ? Et aussi, que dois-je porter pour le festival sportif ? Alors, traite-le comme une récompense pour tes efforts quotidiens, euh, j-je pourrais porter ce que tu préfères..., » demanda Rushella avec timidité.

En voyant Rushella agir ainsi, Hisui ne pouvait s’empêcher de soupirer et de lui répondre discrètement. « ... Merci, mais cette pensée suffit. Et aussi, ignore les commentaires de Sudou, elle a une mauvaise influence. »

Avant qu’ils puissent s’en apercevoir, le soleil était déjà couché. Hisui avait donc décidé de rentrer chez lui avec Rushella et ils s’étaient préparés à partir.

« Il est temps de rentrer à la maison. Le frigo est vide, je dois aller faire des courses, » déclara Hisui.

« Oh vraiment ? Alors, Touko-san, pour conquérir Hi-kun, organisons une conférence stratégique, » déclara Mei.

« Pas de problème, vous pouvez compter sur moi ! » répondit Touko.

« ... Ouais ouais, allez-y toutes les deux, faites ce que vous voulez, » déclara Hisui.

Tout en ignorant l’humain artificiel et le fantôme, Hisui avait quitté l’école.

Il ne pensait qu’à visiter le supermarché et à acheter les ingrédients du repas avec Rushella.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire