La Croix d’Argent et Dracula – Tome 3 – Chapitre 3 – Partie 1

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 3 : Camp de formation d’été

Partie 1

Un autobus roulait actuellement le long d’une autoroute le long de la rive.

Cet itinéraire d’autobus public était utilisé normalement par peu de passagers et fonctionnait selon un horaire très élargi. On disait même qu’il était sur le point d’être fermé. Cependant, la rangée arrière de l’autobus était exceptionnellement animée aujourd’hui.

Un jeune androgyne était accompagné de quatre beautés exceptionnelles... non, plus exactement, il y en avait cinq.

« Êtes-vous sûre de la destination ? Votre mémoire est-elle exacte ? » demanda Hisui.

« Oui, l’endroit où je l’ai rencontré était bel et bien la plage qui se trouve devant moi, » répondit le fantôme.

S’il y avait eu d’autres passagers à proximité, ils se seraient sûrement sentis surpris par la conversation d’Hisui... ou plutôt, ses marmonnements qui semblait être dit pour lui-même.

Assis au bout des sièges de la rangée arrière, Hisui s’adressait actuellement au siège vide collé à la fenêtre qui était à côté de lui.

L’espace libre était suffisant pour qu’une personne puisse s’asseoir.

Le contenu de la conversation semblait superficiel et dénué de sens, mais ce n’était pas le cas pour Hisui et les autres personnes présentes à l’arrière.

Naturellement, celle qui était assise sur le siège vide était Touko.

À part l’entourage d’Hisui, personne ne pouvait la voir. Profitant des vacances d’Hisui et de ses amis, Touko les conduisait à la plage près de la ville de Seidou.

Selon elle, les membres du Club de Recherches Occultes auxquels elle avait participé avant... ces filles... avaient d’abord rencontré le vampire ici.

Pourquoi tout le groupe d’Hisui est-il venu ? La recherche de la cause nécessiterait une explication en commençant par la série de questions effectuées par la présidente du club, Rushella.

Le vampire qui était apparu il y a dix ans, la mort de Touko, le mystère du cercueil... Pour clarifier tout cela, la première chose qu’ils avaient faite avait été de questionner Touko en détail.

Rushella avait donc décidé d’ouvrir une enquête. Selon ses propres termes, l’« interrogatoire » avait immédiatement commencé.

Puis, pour une raison inconnue, Hisui avait reçu l’ordre de prendre des notes avec le dos tourné vers les filles.

« Hé, la composition de cette scène est très étrange. Je suis sûr que vous êtes influencé par ces films policiers. D’ailleurs, Kariya n’a-t-elle pas un ordinateur, donc ce que je fais est complètement inutile ? Ne puis-je pas rejoindre l’équipe d’observation ? » demanda-t-il.

« Tu fais du bruit, alors tais-toi ! Cet “interrogatoire” est absolument essentiel ! Alors, dépêche-toi d’appeler cette Touko quand tu le voudras... pour un interrogatoire approfondi. Et si le besoin se fait sentir, commande de la nourriture à emporter. Et cette fille-là peut préparer des collations pour le thé ! » Rushella avait désigné Kirika pendant qu’elle parlait.

En passant, Kirika et Mei se tenaient sur la ligne de touche, observant à une certaine distance de sécurité.

« Hé ! De quel genre de conneries parles-tu ? L’interrogatoire que tu as décrit sonne comme l’ère Shouwa du siècle dernier... Et même si tu commandes du katsu-don à emporter, Touko-san ne peut pas..., » commença Hisui.

Elle ne peut pas le manger parce que c’est un fantôme…, sentant qu’une telle déclaration serait inappropriée, Hisui avait avalé ses mots.

Mais Touko avait souri avec des yeux brillants.

« Même si je ne peux pas le manger, si vous me l’apportez, il y a une sorte de... sentiment de satisfaction. C’est probablement ce qu’on appelle se rassasier juste en regardant ? Quand j’étais vivante, je n’ai jamais compris comment fonctionnaient les offrandes présentées aux dieux dans les sanctuaires, mais maintenant que je suis morte, j’ai l’impression de les recevoir. Quand les morts reçoivent des offrandes de leurs proches qui visitent leurs tombes, ils doivent être très heureux, je suppose que oui ? » déclara Touko.

« ... je vois, » déclara Hisui.

En voyant son sourire éclatant, Hisui avait renoncé à ridiculiser Rushella. Son impression sur les fantômes avait également été complètement renversée.

« Et puis il y a le vampire qui vous a mordu. Où l’avez-vous croisé ? » La façon dont l’interrogatoire n’avançait pas avait probablement rendu Eruru impatiente, alors elle avait posé sa propre question.

Touko était redevenue sérieuse et était revenue sur le sujet principal. « La première fois... C’était la nuit à la plage. Nous avons menti aux autres et nous avions dit que c’était une séance d’étude en groupe... Mais j’ai couru pour ce rassemblement. Bien qu’il n’y avait pas de but clair... Comme tous nos parents étaient très stricts, nous voulions peut-être nous rebeller et partir à l’aventure. Cela explique probablement notre enthousiasme pour tout ce qui était occulte. Puis... nous l’avons rencontré. Son apparence... Je n’arrive plus à me souvenir clairement. Mais il devrait être très beau. Tout le monde s’est approché de lui comme s’il était hypnotisé... »

« Votre groupe était probablement sous le contrôle des yeux mystiques. Puisque vous êtes un fantôme, le flou dans la mémoire ne peut être évité. Si les fantômes gardaient leur santé mentale et se souvenaient clairement de leurs souvenirs de l’époque où ils étaient vivants, les choses ne seraient pas si ennuyeuses. Sans parler de l’effet des yeux mystiques. Alors... Que s’est-il passé ensuite ? » demanda Eruru.

Touko avait alors répondu. « Il nous a enseigné beaucoup de choses, comme la magie, les créatures surnaturelles, toutes sortes de choses... À l’époque, je pensais seulement qu’il était familier sur ce sujet, mais en y pensant maintenant, c’est sans doute parce que c’était un vampire. Des phénomènes occultes, il pouvait les provoquer à volonté... Tout le monde était fasciné par lui. Puis l’un après l’autre, ils ont disparu... »

Les souvenirs de Touko avaient incité Hisui à se souvenir de quelque chose d’il y a quelques jours.

Les étudiants qui étaient auparavant membres du Club de Recherches Occultes étaient tous maintenant dans des lieux inconnus. Ils étaient soit disparus, soit transférés dans une autre école... Bien que les cas n’aient pas tous été confirmés, si l’histoire de Touko était vraie, très probablement, ils avaient tous été mordus sans exception.

« Pour un vampire vivant dans le monde moderne, il est très difficile de respecter les rituels anciens, ce qui exige de se nourrir des victimes, une à la fois, à des intervalles de plusieurs jours. Les risques de découverte sont très élevés et s’il ne veut pas avoir de descendants, le fait de les tuer produira des cadavres. Et cacher des cadavres demande des efforts. Cependant, plus un vampire est de haut rang, plus ils adhèrent obstinément à ces rituels. Il a probablement compté sur le contrôle mental des yeux mystiques pour que les filles se retirent graduellement de la société. Ça a dû lui prendre beaucoup d’arrangements gênants, » sur la base de son enquête sur les membres du club, combinée à ses propres connaissances, Eruru avait offert ses déductions concernant le vampire.

Touko acquiesça d’un signe de tête avant de répondre. « Je crois que oui... Ça devrait être comme ça. Avant de m’en rendre compte, parmi toutes les personnes qui l’ont rencontré à la plage, j’étais la seule qui restait. Non pas que je sois narcissique... Mais je pense qu’il m’aimait le plus. C’est pour ça qu’il m’a gardé pour la fin... Quand il était sur le point de me vider de mon sang, c’est ce qu’il a dit. »

La salle de classe était remplie d’une atmosphère lourde et sombre.

Le fait de demander à une personne décédée ce qu’elle avait vécu dans ses derniers instants... Y avait-il quelque chose de plus insensible et cruel que cela ?

Toutes les personnes présentes avaient compris la peur ressentie par ceux qui avaient été mordus par les vampires. De plus, il s’agissait d’une fille impuissante de leur propre groupe d’âge. Même Eruru était à court de mots.

Afin de rechercher la vérité, Hisui avait pris la parole pour en assumer la responsabilité. « Alors... comment était-ce quand vous avez été mordue ? En d’autres termes, les circonstances de votre mort, Touko-san. Comment avez-vous scellé le vampire dans le cercueil ? »

Tout le monde se tournait vers Hisui.

Ils avaient tous hésité sur la question de savoir s’il fallait parler, mais quelqu’un devait poser la première question. Hisui s’était avancé pour assumer le rôle.

Après un bref moment de silence, Touko continua. « Il m’a invité. Il m’a demandé si je voulais aller à la plage. Il avait préparé un bateau. Il m’a alors demandé si je voulais faire une promenade en bateau... »

« Un rendez-vous avec un vampire sur un bateau, hein ? Vous invitant même s’il craint clairement l’eau, il doit être soit un imbécile totalement ignorant, soit un vampire de haut niveau. Alors, avez-vous accepté, Touko-san ? » demanda Hisui.

« Je n’étais pas contrôlée par lui. Bien sûr, j’ai probablement été influencé dans une certaine mesure... Mes compagnons étaient partis, donc j’ai senti quelque chose de louche. Probablement par instinct de conservation, j’ai pu résister. Plus tard, j’ai découvert que c’était un vampire, alors je... ! » répondis Touko.

« Vous avez délibérément accepté l’invitation, dans l’espoir de venger vos amis… N’est-ce pas ça ? » demanda-t-il.

Touko hocha la tête.

Afin de se venger de ses amis, cette brave fille avait défié le vampire... Cependant, la réalité était dure et impitoyable.

« J’ai fait beaucoup de préparatifs, comme des piquets de bois et une croix. Cependant, il les enleva et les jeta à la mer... Puis il a sucé mon sang. Ma conscience est devenue floue, et peu à peu... je n’ai pas pu résister. Cependant, même ainsi... J’ai rassemblé mes dernières forces restantes et je me suis jetée sur lui ! Alors il... » Touko s’était serrée dans ses bras alors qu’elle disait ça.

Elle voyait sûrement l’image du vampire gravée dans ses yeux juste avant sa mort ainsi que ses rires moqueurs, regardant les humains avec dédain. Son beau visage était rempli de rires moqueurs lorsqu’il la regardait fixement.

« Il était complètement nonchalant. Après que je me sois écrasée sur lui, il en a profité pour se cacher dans son cercueil. Ce cercueil était sur le bateau depuis le début. Il avait bu un peu de vin avant, donc il était peut-être un peu ivre... Mais je crois qu’il est entré dans le cercueil intentionnellement. Il se moquait de moi : “vous vouliez ce résultat, alors j’ai réalisé votre souhait”... ! Mais je ne pouvais plus m’en soucier, alors j’ai couru et j’ai fermé le couvercle. J’ai enroulé des chaînes partout, puis..., » commença Touko.

« Vous l’avez poussé dans la mer... N’est-ce pas ? » Hisui avait décrit la fin, mais Touko secoua négativement la tête.

Elle avait alors répondu. « Non... Ma mémoire s’arrête là. Ma vue est devenue complètement sombre et je ne m’en souviens plus. Il est probable... que je suis morte à ce moment-là. Avant de pouvoir le pousser dans la mer, j’ai poussé mon dernier souffle... probablement. Quand je suis revenue à la raison, dix ans s’étaient écoulés et vous êtes apparu juste devant moi. »

« ... Je vois, » après un bref soupir, Hisui rassembla ses pensées et essaya de déduire la vérité du récit de Touko.

Cependant, il y avait encore trop peu d’informations connues de lui.

« Touko-san est morte... Mais le cercueil est tombé dans la mer. Ainsi, le vampire était-il enfermé à l’intérieur ? Non, le cercueil était vide... Où s’est-il échappé ? En tant que vampire, il ne devrait pas y avoir de problème... Mais le cercueil n’a pas été endommagé... Les chaînes étaient également intactes... Qu’est-ce qui s’est passé ? » Hisui regarda dans le vide et parla lentement.

Eruru avait aussi croisé les bras et s’était penchée en arrière pour contempler.

Voyant les deux autres agir ainsi, Mei, qui observait tranquillement, leva la main avec une expression hésitante.

« Excusez-moi... Ce serait peut-être un peu grossier de ma part de dire cela, mais peut-on vraiment faire confiance au témoignage de Touko-san... » ?

« « « ... » » »

Voyant que tout le monde avait tourné son regard vers elle, Mei avait évité le contact visuel. Elle devait s’attendre à ce résultat, mais elle s’était sentie obligée d’en parler. Elle n’avait pas accepté de plein gré ce rôle de méchant, mais c’était une question que tout le monde devait sûrement se poser.

« Ce n’est pas comme si Touko-san inventait tout, » continua Mei. « Mais ceux qui sont affectés par les yeux mystiques ne peuvent pas agir de leur propre volonté, et surtout maintenant qu’elle est devenue un fantôme, ses souvenirs de ses jours lorsqu’elle était vivante sont encore plus incertains, n’est-ce pas ? Je pense qu’on ne peut pas prendre ça comme une vérité, n’est-ce pas ? »

« ... Vous avez raison. C’est vrai que je ne me souviens pas des détails, et maintenant que vous m’en parlez, je..., » Touko avait perdu confiance.

Son corps immatériel, ou plutôt transparent, était devenu encore plus transparent, presque comme si elle était sur le point de disparaître.

Rushella avait débloqué l’impasse avec une seule déclaration. « Détails insignifiants et inutiles. Comme j’ai dit que nous enquêtons, je ne reviens pas sur ma parole ! »

« Euh ! Mais…, » Hisui voulait dire quelque chose, mais Rushella avait tendu son index pour l’arrêter.

« D’ailleurs, si nous ne croyons pas ce que dit cette Touko, il n’y a nulle part où commencer, » déclara Rushella. « Supposons qu’elle mente complètement. Le vampire est détruit ou peut-être parti à un endroit très lointain, ou même qu’il n’y a pas de vampire... Mais supposons que cela soit le cas, alors il n’y a pas de problème, n’est-ce pas ? » La dernière question de Rushella s’adressait à Eruru.

Assise sur le côté, Eruru avait été surprise par l’opinion de Rushella, mais elle avait quand même hoché la tête avant de répondre. « En effet. Bien qu’il serait regrettable que les recherches s’avèrent infructueuses, il serait préférable qu’aucun vampire ne menace les gens. Si nous sommes les seuls à enquêter, il n’aura pas été question d’avoir gaspillé l’argent des contribuables... »

« Vous voyez, j’ai raison ? S’il n’existe pas, il n’existe pas. S’il existe, des contre-mesures doivent être prises. Quoi qu’il arrive, nous devons trouver la vérité. Alors vous pourrez... “Passez à la suite”, c’est ça ? » Rushella fixa Touko, qui hocha légèrement la tête à son tour.

Hisui avait remarqué de légères larmes dans les coins de ses yeux.

« Eh bien, l’interrogatoire est terminé. Arrêtons les bavardages. Qu’allons-nous faire maintenant ? » demanda Rushella.

« Probablement... recueillir de l’information. Nous devons également vérifier si son témoignage est digne de confiance et recueillir des informations détaillées sur le vampire. De plus, afin d’aider sa mémoire à revenir à un état plus précis, nous pourrions essayer de visiter des scènes avec des liens forts avec elle..., » répondit Eruru.

« Très bien, d’abord nous irons... à la plage où elle a rencontré le vampire pour la première fois ! Pas d’objections ! » déclara Rushella avec force.

Normalement, cela se terminait sur l’une des proclamations vaniteuses de Rushella que personne n’avait écoutées. Mais ce jour-là, tout le monde avait souri et avait acquiescé d’un signe de tête.

...

Et actuellement, Hisui et compagnie était à la plage pour la suite des événements.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire