La Croix d’Argent et Dracula – Tome 3 – Chapitre 2 – Partie 3

Bannière de La Croix d’Argent et Dracula †††

Chapitre 2 : Touko-san

Partie 3

... Quelques minutes plus tard, la jeune fille se tenait debout devant le tableau noir devant Hisui et le groupe comme une élève transférée, la tête baissée légèrement.

« Hmm..., commençons par une présentation. Je suis ravie de vous rencontrer pour la première fois, je m’appelle Touko Fuwa. Mon hobby était la lecture quand j’étais en vie, mes compétences... je suppose que ce serait les activités littéraires. Récemment... Je veux dire, après ma mort... Je m’intéresse à l’observation des humains... Ou plutôt, je ne peux rien faire d’autre... donc pour les compétences... Hmm... Est-ce que le fait de causer un phénomène surnaturel compte ? Eh bien, parce que je ne peux pas toucher les objets directement, je dois les déplacer avec mes pensées... »

« Laissez-moi vous interrompre, pourquoi cette présentation est si sombre !? Ah, maintenant que j’y pense... Vous m’avez possédé tout à l’heure !? » demanda Hisui.

« Hmm, je n’avais pas prévu de vous posséder, je vous ai juste suivi, n’est-ce pas ? Je vous ai appelé plusieurs fois, mais vous n’avez pas semblé m’entendre. Puis j’ai essayé de me faire remarquer par vous, alors j’ai fait des bruits et déplacé des objets dans votre environnement..., » répondit Touka.

« Alors c’était vraiment votre faute... ! Vous avez essayé de nous faire peur... Mais pourquoi ne pouvions-nous pas vous voir jusqu’à maintenant ? » demanda Rushella.

Rushella avait commencé à réfléchir à la réponse.

Kirika soupira et lui expliqua. « La capacité de voir les fantômes et de sentir leur existence varie totalement d’un individu à l’autre. Même les personnes qui sont décrites comme ayant des sens spirituels forts ne détectent pas nécessairement toutes les sortes d’âmes. Ceci est lié à un ensemble compliqué de longueurs d’onde, de compatibilité et de temps passé ensemble, donc on ne peut pas affirmer la même chose pour tous les cas. Ayant suivi un certain type d’entraînement, Kariya-san et moi pouvons voir des fantômes avec un peu de concentration. De la façon dont je le vois, le fait que vous ne voyez pas les fantômes malgré le fait d’être une vampire est assez surprenant, non ? »

« ... Si ennuyeuse, taisez-vous, » répliqua Rushella. « Je ne l’ai tout simplement pas vu avec mes yeux, c’est tout ! Mais je l’ai sentie dès le début ! Et maintenant, est-ce grâce à votre sort que je peux la voir ? »

« Oui. Pour une analogie, c’est comme si j’ajustais l’antenne pour recevoir des ondes électromagnétiques ? Comme un vélo sans roues d’entraînement, une fois que vous commencez à la voir, cette Touko-san ici présente ne disparaîtra plus de votre vue. Au fait... Pourquoi avez-vous choisi de posséder Kujou-kun ? »

Touko elle-même ne connaissait pas la réponse à cette question fondamentale.

« Me demandez-vous pourquoi ? Mais en fait, c’est lui qui m’a approché... Et il est même venu à mes côtés, » répondit Touko.

« ... Pourriez-vous faire référence à... ce cercueil ? » demanda Hisui.

« C’est bien ça…, » répondit Touko.

« Attends un peu ! Quel est ce cercueil ? » Rushella interrogea Hisui en étant surprise de ce qu’elle avait entendu.

« Veux-tu parler de celui de samedi ? Le cercueil de vampire qui a été sortie hors de la mer ? » Mei avait révélé un secret.

« Ah, c’est celui qui ressemble beaucoup au cercueil de Dracula-san. Que s’est-il passé après ? » Kirika avait demandé ça à Eruru par pure curiosité.

« De quoi s’agit-il ? Super, me caches-tu encore quelque chose d’autre !? » Rushella avait saisi Hisui et elle commença à lui poser des questions.

« Ceci... Euh, ça…, » balbutia Hisui.

Hisui avait regardé Eruru afin d’obtenir de l’aide, mais elle ne l’avait même pas regardé, tapant sur son ordinateur portable, et déclarant avec indifférence : « Je vous ai rappelé tout à l’heure de lui expliquer ça dès que possible. C’est donc de votre faute. »

« ... Puisqu’elle l’a déjà dit, alors donne-moi une bonne explication, d’accord... ? » demanda Rushella.

« ... D’accord, » répondit Hisui. Puis, après avoir écouté l’explication d’Hisui, Rushella regarda à nouveau Touko.

« ... ça veut dire que vous étiez dans le cercueil pendant tout ce temps ? » Elle avait demandé ça au fantôme.

De plus, le sort d’Hisui, qui avait été battu après avoir répondu à toutes les questions, n’avait même pas besoin d’être mentionné.

« Oui... J’ai toujours été... avec le cercueil. Bien que je ne me souvienne pas des souvenirs de l’époque du fond de la mer... Mais j’ai l’impression... Comme si j’avais toujours été avec lui, » Touko fouilla ses souvenirs pendant qu’elle murmurait ça.

Comme son corps semi-transparent, son ton de voix était assez vague et intangible.

« ... Puis vous avez quitté le cercueil et suivi Hi-kun. N’est-ce pas comme le fait... d’aller sur un site paranormal, et d’être possédé par un esprit..., des longueurs d’onde dites compatibles ? » Mei avait commenté avec désinvolture.

Touko avait hoché la tête et se souvint de sa première rencontre avec Hisui... bien qu’Hisui ne le savait pas du tout à l’époque.

« J’avais l’impression que... non, cela doit être vraiment le cas. Je l’ai vu s’approcher du cercueil et j’ai senti qu’il pourrait peut-être me voir. Mais il n’a rien remarqué..., » Touko regarda Hisui avec un air nostalgique alors qu’elle disait ça.

Bien qu’il s’agissait d’un regard adorable empli de timidité, son regard était un peu pénétrant.

Après tout, elle était capable de provoquer un phénomène paranormal, ce qui pourrait très bien être une puissance maudite.

« Alors, pourriez-vous arrêter de me fixer ? J’ai l’impression que c’est un peu effrayant... En fait, je ne me sens pas très bien, j’ai des frissons partout..., » déclara Hisui.

« La clef de tout cela, c’est la volonté et s’y habituer. Ça ira mieux avec le temps. Si elle était malveillante, vous pourriez être possédé, maudit et tué dans le pire des cas, » déclara Kirika.

« ... Senpai, ça ne compte pas comme quelque chose de réconfortant. Alors, Touko-san ? » demanda Hisui.

« Vous pourriez m’appeler Touko, cela me va…, » répondit Touko.

« Hmm, Touko-san... Pourquoi étiez-vous avec le cercueil ? C’est sans aucun doute un cercueil de vampire. Mais vous... avez résidé. Pourquoi cela ? Et qu’est-ce que vous vouliez me dire ? » demanda Hisui.

Touko n’avait pas répondu.

Même si elle avait possédé Hisui dans ce but, elle n’avait toujours pas répondu.

Le fantôme souleva légèrement les cheveux de son côté droit et les poussa derrière son oreille.

Puis, penchée, elle avait montré son cou à tout le monde.

« ... !? » Hisui ne pouvait s’empêcher de se lever. Les autres fixaient ça les yeux écarquillés.

Sur son cou semi-transparent et intangible... il y avait une blessure. C’était percé de deux trous.

C’était clairement une marque de morsure. La preuve du « baiser » d’un vampire.

La vilaine blessure avait fait plisser les yeux d’Hisui et lui avait demandé doucement. « Vous..., avez-vous été mordues par... ? »

« C’est probablement... la cause de ma mort. J’ai été mordue par un vampire et je suis morte. Ce doit être le propriétaire du cercueil, de plus... Il existe toujours dans ce monde, » répondit Touko.

« En d’autres termes, il n’a pas été détruit, hein…, » constata Hisui.

« Je ne sais pas…, » répondit-elle.

« ... ? »

« Il était dans le cercueil à l’époque. C’est censé être... verrouillé et impossible d’ouvrir de l’intérieur. Il n’aurait pas pu s’échapper de l’océan. Mais quand j’ai repris connaissance, le cercueil était vide, comme vous l’avez tous vu de vos propres yeux, » déclara Touko.

« ... En effet. Alors ce que vous vouliez me dire... était-ce important ? Vous voulez que j’extermine le vampire qui vous a mordu, pour vous venger ? » demanda Hisui.

« J’ai déjà... Je m’en fiche maintenant. Car après tout, je suis déjà morte, » répondit Touko.

« ... »

« Je déteste beaucoup ce vampire, mais la vengeance n’aurait pas de sens. Par contre, s’il est laissé seul, il y aura plus de victimes. Alors s’il vous plaît, arrêtez-le... ! » Sa voix était remplie de tristesse alors qu’elle disait ça.

Ayant perdu son corps, la jeune fille était incapable de provoquer des vibrations dans l’air. À la place, sa voix était entrée directement dans l’esprit des auditeurs.

Même après avoir perdu la vie, pour éviter de nouvelles tragédies, elle s’était endormie au fond de la mer avec le cercueil.

Alors que devraient faire les vivants dans la limite de leurs capacités ?

Hisui avait parlé et avait mis fin au lourd silence. « Pourquoi... m’avoir choisi ? Peut-être que si les longueurs d’onde sont incompatibles, vous ne pouvez pas communiquer ces mots, mais ces personnes autour du cercueil de la Section des Enquêtes Surnaturelles ne sont-elles pas un meilleur choix ? Avec le temps, les gens devraient commencer à vous remarquer. Comme Kariya ici présente en ce moment. »

« Peut-être... Vous avez raison. Ces individus autour du cercueil, je pouvais sentir qu’ils sont des experts en raison de leur aura. Cependant, dès que je vous ai vu... Je l’ai ressenti, » répondit Touko.

« ... Ressenti quoi ? » demanda Hisui.

« Que tout irait très bien si je suivais cette personne... ! C’est le genre de sentiment que j’ai eu, » répondit Touko.

« Je suis désolé, mais ça ne me rend pas du tout heureux. Par “suivre cette personne”, vous voulez dire me posséder, n’est-ce pas ? » demanda Hisui.

« Ne me regardez pas comme ça... » Touko avait rougi et elle détourna son regard.

En la voyant agir ainsi, la faction des filles avait commencé à jeter un regard de dérision sur Hisui.

« Espèce de play-boy ! En ayant des femmes partout, as-tu l’intention de me rejeter à nouveau !? » s’écria Rushella.

« Si vous allez vivre avec un fantôme, avoir un bébé avec une humaine artificielle n’est pas un problème, n’est-ce pas ? » demanda Mei.

« En poursuivant n’importe quoi et n’importe qui, poussés par votre faim lubrique, c’est sûrement un spectacle douloureux. Que comptez-vous faire de quelqu’un de mort ? » demanda Eruru.

« ... Je ne savais pas que Kujou-kun était ce genre de personne…, » déclara Kirika.

Bien qu’il s’agissait normalement de factions séparées, les quatre filles avaient agi avec une unité surprenante dans des moments comme celui-ci.

Hisui n’avait déjà aucune chance de gagner contre l’une d’entre elles, et encore moins contre les quatre unies.

« Non, non, c’est très étrange, d’accord !? Je suis la victime ici ! J’étais celui qui était possédé ! » s’écria Hisui.

« Ne me voulez-vous pas ? » demanda Touka tout en jouant avec ses doigts et en levant les yeux vers Hisui. Elle était vraiment adorable, bien que semi-transparente.

« Ah, je pense qu’avec votre frange couvrant votre visage, vous capturez vraiment l’âme de Sadako ! N’est-ce pas les premiers signes d’un esprit maléfique ? » demanda Hisui.

« Au départ, je me demandais si vous me découvririez plus tôt si j’utilisais des pouvoirs spirituels pour m’insérer dans un film. Mais vous n’avez que des DVD à la maison, donc je ne pouvais rien y faire. Quand j’étais en vie, il n’y avait que des cassettes VHS, je ne comprends pas ces DVD, » expliqua Touko.

« Dites, s’il vous plaît, ne faites pas vraiment apparaître des DVD maudits dans ce monde. Sinon, nous aurions besoin d’un exorcisme. Au fait... Est-ce correct de votre côté ? Il y a un vampire ici, un parent de celui qui vous a tué…, » demanda Hisui.

« Mais ce garçon est mon serviteur, comprenez-vous ? » Rushella désigna fièrement Hisui tout en disant ça.

Malgré le mécontentement d’Hisui, il savait que ses objections seraient accueillies avec dix fois plus de vengeance, alors il avait abandonné. En outre, la question actuelle devait d’abord faire l’objet d’une discussion claire.

La jeune fille avait été tuée par un vampire et était toujours à la recherche de ce vampire après sa mort. Comment verrait-elle les autres vampires et leurs serviteurs ?

« Ah oui... J’ai été très surprise au début, car je ne m’attendais pas à ce que la personne que je possédais ait un vampire dans sa maison, » répondit Touko.

« Excusez-moi, pourriez-vous arrêter d’utiliser le terme “possédé” ? Ça a l’air vraiment effrayant, » lui demanda Hisui.

« Mais quand même... cela n’a pas d’importance. La personne que je possédais est le serviteur d’un vampire. Mais je ne suis pas déçue de mon choix, » déclara Touko.

« Dites, pourriez-vous arrêter ça, s’il vous plaît ? Vous n’arrêtez pas de parler comme si c’était une histoire d’amour ? Si je devais dire quelque chose, alors c’est plus comme un harceleur, non ? » demanda Hisui.

« Et aussi... Bien que son sang ait été aspiré pendant une longue période, il ne montre aucun signe de transformation en vampire. Contrairement à moi, il n’a pas de blessure au cou. Pendant la période de possession, j’ai semblé avoir entendu un terme appelé “constitution”..., » déclara Touko.

« Maintenant, vous utilisez le terme “période de possession” directement. C’est le genre de constitution que j’ai. Et Rushella... Comment le dire ? Elle est un peu différente du vampire que vous avez rencontré, elle n’attaque pas les gens au hasard, » expliqua Hisui.

« On dirait bien que oui. Différente du vampire que je cherche. Alors... Si vous pouvez m’aider, je vous serais vraiment reconnaissante. S’il vous plaît, aidez-moi ! » demanda Touko.

En entendant à nouveau les supplications de la jeune fille, Eruru avait parlé solennellement pendant qu’elle continuait à faire face à l’écran de l’ordinateur. « Touko Fuwa... J’ai trouvé ce nom dans le registre de l’école il y a dix ans. Disparue en première année du lycée... à la lumière de l’incident qui s’est produit à l’époque avec la disparition de nombreuses filles, les gens soupçonnaient qu’un criminel était responsable, et la police a mobilisé beaucoup d’effectifs... Mais en vain. »

« Je me souviens de cet uniforme qu’elle porte. Il y a des dossiers dans le Bureau du Conseil des Étudiants et cela ressemble à l’ancien uniforme de notre école. Bien que vous étiez plus jeune que moi à l’époque, je pense que je devrais vous appeler Senpai maintenant, » murmura Kirika avec une expression compliquée.

« J’ai déjà vu votre nom, Senpai. Sur la dernière page de ce petit livre. Le livret du Club de Recherches Occultes... votre nom était écrit au dos de la page, » déclara Kirika.

Hisui et Rushella se tournèrent vers chacune d’elles avec surprise.

Le groupe de passe-temps non officiel qui existait autrefois dans cette école... le Club de Recherches Occultes.

À l’époque, les étudiants du groupe de loisirs étaient fascinés par l’étude des « sorcières ». Hisui avait failli mourir et Rushella avait beaucoup souffert.

Après la fin de l’incident, il y avait encore beaucoup de mystères non résolus concernant le Club de Recherches Occultes.

Les personnes impliquées n’étaient plus dans l’école, tandis que le membre le moins bien classé... le professeur principal d’Hisui... ne comprenait pas les détails de la situation à l’époque.

« Touko-san... Étiez-vous vraiment membre du Club de Recherches Occultes ? » demanda Hisui.

« ... Oui. À l’époque, nous... ils ont dû aller trop loin. Au début, nous ne faisions que jouer avec des petits sorts et de la voyance parce que c’était amusant. Mais ensuite... C’est devenu sérieux après ça. Il y avait un enfant qui comprenait très bien ces choses à l’époque. Si seulement il en était resté là, » déclara Touko.

Touko abaissa son regard avec un sentiment de solitude.

Les vestiges de sa jeunesse étaient, en même temps, des souvenirs tragiques.

« Avant de nous en rendre compte, nous avions perdu tout sentiment de peur. J’ai oublié la nature des êtres non humains. Nous n’avions pas peur du surnaturel. C’est pourquoi quand il est arrivé, on s’est approché de lui sans raison. Puis... Je suis devenue comme ça, » Touko déclara ça puis elle riait et pointait du doigt son corps semi-transparent.

Naturellement, personne d’autre ne pouvait rire.

« Vous devrez vraiment rire ici... Je me sens encore plus mal si vous faites ce genre de visage, » déclara Touko.

« ... N-Non, je ne peux pas en rire. Seule au fond de l’océan... Dix ans passés en un éclair ? Et toujours en train d’essayer de faire le bien pour les autres ? Comment pourrais-je rire de quelqu’un comme ça ? » en entendant les paroles sérieuses d’Hisui, Touko était restée souriante.

Toutes les personnes présentes savaient que son sourire actuel ne venait pas du cœur.

« Hmm, il semble que l’histoire soit finie. Alors, laissez-moi, moi, la présidente du club, prendre une décision, » Rushella croisa les bras et s’avança d’une manière majestueuse.

Touko semblait réagir à son utilisation du terme « présidente de club ».

« Présidente du club... Eh, tout le monde est rassemblé ici pour des activités du club ? Êtes-vous en train de créer un Club de Recherches Occultes ? Je pense qu’il vaut mieux que vous abandonniez... Je ne veux pas que d’autres finissent comme moi, » déclara Touko.

« Non ! Ce club est destiné à la recherche de mes souvenirs et a amélioré ma qualité de vie. On nous appelle le “Club des Enquêtes Surnaturelles” ! » annonça Rushella.

« Quoi qu’il en soit, vous feriez mieux d’abord de reconsidérer le nom du club, » commenta Hisui.

Ignorant le commentaire sournois d’Hisui, Rushella fixa l’horrible blessure au cou de Touko.

« Quelle blessure désordonnée ! On pouvait voir à sa forme à quel point ce type était inférieur. Traiter les proies avec soin, pour contribuer courtoisement à ma race ou pour conférer un sommeil éternel de paix... c’est l’étiquette propre à ma race. Ce type a non seulement abandonné après avoir bu à mi-chemin, mais il est même allé aussi loin pour laisser une blessure aussi horrible après la mort. Quelle honte totale ! En tant que “Vrai Ancêtre”, je dois restaurer l’honneur de ma race ! » déclara Rushella.

« ... Voulez-vous dire que vous êtes prête à m’aider ? » demanda Touko.

« En effet ! Pour la plupart, ce sera Hisui et les autres membres insignifiants du club qui travailleront le plus durement pour vous ! » répondit Rushella.

« « « Vous aussi, vous participez ! » » » s’écrièrent tous les autres membres.

Ignorant les répliques de tout le club, Rushella étendit la main vers Touko. Elle déclara après ça. « Apparemment, les humains font ça souvent. »

« ... C’est exact. Alors, merci à tous, » Touko avait légèrement souri puis elle tendit la main... Mais ne pouvait pas saisir la main de Rushella.

Parce qu’elle était passée à travers.

Au milieu de l’atmosphère maladroite, seule Rushella restait souriante.

« Laissez-moi m’occuper de tout ! Je vais sûrement vous aider à attraper ce vampire ! » annonça Rushella.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire