Kuma Kuma Kuma Bear – Tome 2 – Chapitre 48

***

Chapitre 48 : L’ours livre du pudding

Mon prochain arrêt était la résidence des Fochrosé. Je ne me souciais pas de Cliff, mais je voulais offrir du pudding à Noa. J’avais dit au garde qui se tenait devant la porte la raison pour laquelle je voulais rencontrer Noa. Le garde me connaissait déjà et m’avait dit d’attendre. Un peu plus tard, Noa elle-même était venue en courant depuis la porte d’entrée.

« Yuna. »

Bomph. Noa plongea droit contre ma poitrine, mais l’équipement d’ours absorba l’impact.

« Ça fait longtemps qu’on ne s’est pas vus, Noir. »

« Tu peux m’appeler Noa à la place. As-tu une raison pour vouloir me voir ? Même si ce n’est pas le cas, je suis toujours heureuse de t’accueillir. »

« J’ai fait une friandise, alors je voulais voir si tu pouvais l’essayer pour moi. »

« Une friandise ? Ça a l’air délicieux. »

En tirant sur mon bras, Noa m’avait emmenée dans une pièce.

« Alors, c’est quoi comme nourriture ? »

« C’est un dessert à base d’œufs kokekko. »

J’avais sorti le pudding de mon stockage d’ours. Bien sûr, je ne pouvais pas oublier la cuillère.

Noa avait pris cette cuillère et avait mangé une bouchée du pudding.

« C’est délicieux. »

« Je suis content que tu l’aimes. »

« C’est la première fois que je mange quelque chose d’aussi bon. »

« Tu exagères. »

« Non, pas du tout. C’est la première fois que je goûte quelque chose d’aussi fondant, froid, sucré et délicat. »

« Eh bien, je suppose que les femmes et les enfants ont tendance à aimer ces saveurs. »

Noa ne se contentait pas de me flatter, elle semblait vraiment le savourer en mangeant.

« Oh, on dirait que j’ai déjà tout mangé. »

La tasse était déjà vide. Elle me regardait silencieusement, pleine de cupidité.

« D’accord, encore un autre. »

« Merci. »

Au moment où je lui avais remis un autre pudding, on frappa à la porte.

« J’entre, Noa. J’ai entendu dire que Yuna était venue. »

Cliff entra dans la pièce.

« Désolée d’être venue », lui avais-je dit.

« Ça ne me dérange pas. Qu’est-ce que vous faites tous les deux ? »

« Yuna partage avec moi une friandise qu’elle a faite et qui s’appelle pu-ding. »

« Du pudding ? »

Noa avait pris une bouchée de son pudding nouvellement acquis. Elle souriait comme une enfant. Ce seul fait justifiait ma venue ici.

« Est-ce vraiment si bon que ça ? » demanda Cliff, en regardant le sourire de sa fille.

« Oui, c’est délicieux. »

« Noa, aurais-tu la gentillesse de me laisser en prendre une bouchée ? »

« Pas question », Noa le lui refusa catégoriquement.

« Noa. »

« Non. C’est un cadeau de Yuna. »

« Yuna ? »

Cliff me regarda avec envie. Ce n’était pas normal qu’un adulte me regarde comme ça.

« Agh, c’est bon. Faites-moi savoir ce que vous en pensez quand vous aurez fini. C’est encore un prototype, donc je n’ai pas encore affiné le goût. »

« Ce n’est qu’un prototype ? Mais c’est déjà meilleur que toutes les autres friandises que je connais. », dit Noa.

« Eh bien, j’appelle ça un prototype, mais j’ai juste besoin d’ajuster la douceur. »

J’avais passé un pudding à Cliff, qui en avait pris une bouchée.

« C’est quoi… ça ? »

Son visage avait changé.

« Je n’ai jamais eu de friandises aussi délicieuses, et cela même dans la capitale royale. »

Peut-être que ce monde ne possédait pas beaucoup de friandises, non ? Eh bien, je suppose que cela était normal vu qu’il était si difficile de mettre la main sur des œufs. Les cuillères de Cliff et Noa n’avaient jamais cessé de bouger.

« Merci pour la friandise, Yuna. C’était très bon. »

« C’est vrai ? C’est très bien. Y avait-il une partie que vous auriez voulu améliorer ? »

« Non, je ne pense pas qu’il y ait un seul défaut. »

« Ce serait bien même si vous me disiez que vous le vouliez plus ou moins sucré. »

« Pour ma part, je pense que je le voudrais un peu moins sucré. La première bouchée est délicieuse, mais au bout d’un moment, cela commence à devenir trop fort. »

« Tu crois ? Mais je trouve que c’est délicieux », dit Noa.

« Eh bien, les goûts varient entre les adultes et les enfants et entre les sexes. Je vais vous utiliser tous les deux comme référence. »

« Allez-vous faire quelque chose comme un magasin ? »

« Je n’en ai pas l’intention pour le moment. C’est juste que je pensais que je pourrais aider les orphelins dans leur future carrière si, par exemple, ils voulaient cuisiner ou faire des desserts au lieu d’élever des oiseaux. »

« Vous êtes donc si prévoyante ? »

« Je pensais juste au fait que, s’il y avait une entreprise dans le coin, je pourrais avoir un pudding sans avoir besoin de faire un effort pour le faire moi-même. »

« Donc, vous guidez les enfants ? Vous êtes une adulte beaucoup plus rusée que moi. »

Je leur avais repris leurs tasses vides et je les avais mises dans mon stockage d’ours.

« Alors, avez-vous besoin d’autre chose ? »

Il était venu spécialement dans la chambre de sa fille pour me rencontrer, et je doutais qu’il soit venu juste pour me voir.

« Oui, j’ai une faveur à vous demander. Pourriez-vous escorter pour moi Noa à la capitale royale? »

« À la capitale ? »

« Oui, nous devons assister à la célébration du quarantième anniversaire du roi, mais une certaine personne m’a donné une montagne de travail à faire, et je soupçonne que je ne pourrai pas partir avant la dernière minute. Si cela arrive, nous aurons alors un calendrier très serré, et je préfère ne pas faire subir cela à ma fille. »

« Quand vous dites que quelqu’un vous a causé beaucoup de travail… vous ne parlez pas de moi, n’est-ce pas ? »

« Je vous en suis vraiment reconnaissant, mais c’est effectivement le cas. »

C’était au mieux une fausse accusation. L’affaire de l’orphelinat était une erreur de Cliff en tant que seigneur. Ce n’était pas du tout ma faute. Puisque c’était moi qui avais découvert le crime, il aurait vraiment dû me remercier.

Mais la capitale royale, hein.

« Y aura-t-il d’autres escortes ? Comment allons-nous y aller ? »

S’il y avait d’autres escortes, j’envisagerais de refuser, car ce serait pénible. Voyager en calèche serait encore plus pénible.

« Juste celle qui a descendu la vipère noire, je pense que vous serez plus que suffisante. Et vous pouvez utiliser vos ours pour le transport, n’est-ce pas ? »

« Est-ce que ça veut dire que je peux monter sur l’ours !? »

Noa laissa échapper un éclat de joie.

« J’ai entendu dire que vos invocations sont plus rapides que les chevaux. Si c’est le cas, vous pourriez fuir si vous rencontrez un danger. »

Je voulais aller à la capitale de toute façon, donc je n’avais pas de raison de refuser.

« Alors, quand est-ce qu’on part ? »

« Si vous voulez partir tôt, demain serait l’idéal. Je suis sûr que Noa veut voir sa mère le plus tôt possible. »

Maintenant qu’il l’avait mentionné, je n’avais jamais vu sa mère dans la maison avant. Personne ne l’avait mentionnée, donc j’avais supposé qu’elle était décédée, mais je suppose que j’avais tort.

« Ta mère vit-elle dans la capitale ? »

J’avais demandé à Noa, qui semblait excitée.

« Uh-huh, elle travaille là-bas. »

« Dans ce cas, veux-tu partir demain ? »

« Vraiment ? »

« Ne veux-tu pas voir ta mère le plus tôt possible, non ? »

J’avais fini par accepter le rôle d’escorte de Noa à la capitale.

« Dans ce cas, pouvez-vous attendre un moment, Yuna ? J’ai quelque chose que j’aimerais que vous apportiez à ma femme »

Cliff était parti et était revenu avec deux lettres et une grande boîte.

« Pourriez-vous livrer ceci à Ellelaura ? »

« Qu’est-ce que c’est ? »

J’avais pointé la boîte.

« Il y a l’épée du roi-gobelin que vous m’avez donné à l’intérieur. Si l’inattendu se produit, s’il vous plaît, donnez-la à Ellelaura. J’ai écrit les détails dans cette lettre, elle saura quoi faire quand vous la lui donnerez. Veuillez également remettre cette lettre à la guilde des aventuriers. J’ai demandé qu’ils traitent ceci comme une quête. »

J’avais mis la lettre et la boîte avec l’épée du roi-gobelin dans le stockage d’ours.

« J’ai hâte de te voir demain, Yuna. »

« Oui, moi aussi. »

J’avais quitté la résidence du seigneur pour me préparer pour demain.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire