Kuma Kuma Kuma Bear – Tome 1 – Chapitre 8

***

Chapitre 8 : L’ours fait du shopping

« Quel genre de vêtements veux-tu ? »

« Pour l’instant, des choses que je peux porter sous ces vêtements. »

J’avais mis mon pyjama d’ours. Je portais bien des sous-vêtements en dessous, mais je voulais au moins une chemise.

« Dans ce cas… il y a un magasin cher et un autre pas cher. »

« Les deux sont bien, mais en quoi sont-ils différents ? »

« La boutique la plus chère a des vêtements que portent les aristocrates. Je n’y suis pas allée avant, mais les prix sont élevés, ils semblent donc bien faits. Le magasin le moins cher vend des choses à des prix qui permettent aux habitants normaux d’acheter des vêtements. Et il y a aussi des magasins qui vendent des vêtements d’occasion. Il y a parfois de bonnes trouvailles, alors j’aime bien y jeter un coup d’œil. Lequel aimerais-tu ? »

Personnellement, ça ne m’aurait pas dérangée d’aller dans le magasin le plus cher, mais quand Fina m’avait décrit le magasin le plus cher, elle n’avait pas semblé très positive à ce sujet. Je m’étais mise à réfléchir.

Y avait-il un problème quelconque ? Était-il sélectif à l’égard de leurs clients ? Vu mon apparence, il y avait une chance qu’ils ne me laissent pas entrer.

Peut-être que le magasin normal était le meilleur. Cette fois-ci, je passerais sur le magasin d’occasion.

« Pour l’instant, pourrais-tu m’emmener dans le magasin normal ? J’envisagerai d’aller dans les autres magasins plus tard. »

Fina m’avait conduite là où je le lui avais demandé. Une femme d’une vingtaine d’années nous avait accueillis à l’intérieur. Quand elle avait vu mes vêtements, elle eut un air choqué pendant un moment, mais elle était immédiatement revenue nous sourire.

« Bienvenue. Quel genre de vêtements cherchez-vous aujourd’hui ? »

« Juste des sous-vêtements et des vêtements. »

« Les sous-vêtements sont là-bas, à l’arrière. En fait, nous n’avons pas de vêtements similaires à ceux que vous portez… »

« C’est bon. »

Comme si je voulais d’autres tenues de ce genre !

J’avais laissé l’employée où elle était et j’étais allée avec Fina à l’arrière. Les sous-vêtements étaient les premières choses visible —, j’avais besoin monter de niveau par rapport à la culotte d’ours. Ensuite, avec l’aide de Fina, j’avais acheté une chemise que je pouvais porter sous le pyjama, et quelques vêtements ordinaires et sans importance pour le reste du temps.

« Merci, Fina. »

« Pas de quoi. Je suis contente que tu aies trouvé quelque chose à acheter. Que veux-tu faire ensuite ? »

« Peut-être qu’on pourrait aller à la librairie ou à la bibliothèque ? Y en a-t-il dans cette ville ? »

« Nous avons une librairie, mais pas de bibliothèque. Mais j’ai l’impression d’avoir entendu un aventurier dire qu’il y en a une dans la capitale. »

« Alors je suppose qu’on va aller à la librairie. Mais avant ça, déjeunons. As-tu un endroit que tu me recommandes ? »

« Umm, est-ce que ça te conviendra ? »

« Oui. »

« Dans ce cas, j’aimerais manger là où tu habites. J’ai entendu dire que c’est très bon. »

« À l’auberge ? »

« Oui, des invités de l’extérieur de la guilde viennent à cette heure de la journée, car les aventuriers qui y séjournent sont généralement dehors pour travailler. »

« Je n’en avais aucune idée. Dans ce cas, allons-y. »

Fina était visiblement ravie à l’idée de déjeuner à l’auberge au moment de notre retour. Quand nous étions arrivés à l’auberge, elle était pleine de clients. Un délicieux arôme flottait dans l’air. Elena, qui transportait un lots de plats, nous avait remarqués à l’entrée.

« Bienvenue. Oh, Mme Yuna ! Vous êtes déjà rentrée ? », dit-elle.

« Pour le déjeuner », lui avais-je dit.

« Il y a un supplément pour le déjeuner. »

« C’est bien. Dans ce cas, avez-vous deux places libres ? »

« En fait, on est complètement complet en ce moment. Je pense que les sièges vont se libérer dans un moment. »

« Pouvez-vous préparer les repas immédiatement ? »

« Oui, on peut le faire. Tout est presque prêt. »

« Dans ce cas, pourrait-on manger dans ma chambre ? »

« Oui, pas de problème. »

« On va s’occuper de nos commandes. Fina, tu peux avoir tout ce que tu veux. »

« Es-tu sûre ? » dit Fina. Elle semblait très hésitante.

« C’est bon. Une fois que nous aurons fini de manger, je vais te demander de m’emmener à la librairie en compensation. »

« Merci beaucoup. Dans ce cas… »

Après avoir attendu un moment dans ma chambre, Elena monta notre déjeuner. Je lui avais pris le plateau. Le contenu des assiettes était encore fumant. Elles avaient l’air délicieuses.

« Une fois que vous aurez fini, ce serait tellement bien si vous pouviez descendre les assiettes. »

« J’ai compris. Je les apporterai quand on aura fini. »

« Désolée de vous demander ça, mais je vous en serais très reconnaissante. »

Nous mettons nos repas côte à côte sur la table. Il y avait du pain moelleux, de la viande et même une salade. Je me demande s’il y a du riz dans ce monde, m’étais-je dit. Ce n’est que mon deuxième jour, alors je vais me débrouiller… mais je suis japonaise, alors le riz, la sauce soja et le miso vont me manquer.

« Fina. Et si on mangeait pendant que c’est chaud ? »

« Oui ! »

Fina avait joyeusement pris le pain.

« Le pain est si tendre. La viande est aussi délicieuse. »

« Oui, c’est bon. »

La main de Fina s’était arrêtée alors qu’elle mangeait.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? »

« Hum. »

« Qu’est-ce qu’il y a ? »

« Pourrais-je emporter la moitié de ce repas à la maison ? »

« Pourquoi ? »

« J’ai une petite sœur à la maison. J’aimerais la partager avec elle et maman. », dit-elle en regardant sa nourriture à moitié touchée.

Aww.

« C’est d’accord. Mais mange ça. Je vais en commander deux — non, trois autres plus tard, comme ça tu pourras les ramener à la maison. »

« Vraiment ? »

« Aujourd’hui, c’est spécial. Mais je ne le ferai pas demain, alors ne t’inquiète pas. »

« OK. Merci, Yuna. »

Après avoir fini notre repas, j’avais apporté les assiettes vides à Elena et j’avais commandé trois portions pour le dîner. Le ventre plein, nous nous étions dirigés vers la librairie, qui semblait être dans la direction opposée à celle de l’armurerie. Comme d’habitude, j’avais essayé de ne pas me soucier du regard des passants pendant que nous y allions. J’avais pensé à mettre les vêtements que j’avais achetés, mais je m’étais souvenue de ce qui s’était passé à la guilde. Jusqu’à ce que je sois parfaitement sûre d’être en sécurité, je n’enlèverais pas l’équipement de l’ours.

Au moment où nous étions arrivés à la librairie, l’intérieur était à moitié enterré dans un tas de marchandises. Les livres qui ne tenaient pas sur les étagères étaient empilés sur le sol comme une chaîne de montagnes. Ce serait une sacrée entreprise que de les parcourir tous.

« Bienvenue », nous cria une petite vieille dame.

« Madame, n’allez-vous pas les ranger ? »

« Oh, je sais où sont les choses. C’est bien. S’il y a un livre que vous voulez, faites-le-moi savoir. »

« Vraiment ? Dans ce cas, je voudrais un bestiaire et quelque chose sur la magie, et ça serait utile si vous aviez des cartes. »

« S’il vous plaît, donnez-moi un instant. »

La petite vieille s’était dirigée vers l’arrière de la boutique. Au bout d’un moment, elle était réapparue avec des livres.

« Ce sont des bestiaires. » Elle m’avait tendu deux livres. « Celui-ci parle des monstres communs. Celui-là parle des monstres légendaires. Je suppose que vous n’avez pas besoin de celui-ci ? »

« J’aimerais les deux. »

« Je vois. Et c’est le seul grimoire que nous avons en stock. J’ai bien peur qu’il soit pour les débutants. »

« J’aimerais bien celui-là aussi. »

« Je n’ai que des cartes pour les environs immédiats de cette ville. Vous ne pourrez pas en avoir de meilleures sans aller à la capitale. »

Elle m’avait donné une seule feuille de papier.

« Ça me convient. »

J’avais payé et j’étais partie. Je m’attendais à ce que cela prenne beaucoup plus de temps, mais nous avions terminé en quelques minutes grâce à la petite vieille et à sa mémoire étonnamment bonne. Et avec l’achat des livres, j’avais atteint tous mes objectifs de base.

« Yuna, que veux-tu faire ensuite ? »

J’avais hésité avant de répondre.

« Bien. Grâce à toi, j’ai eu tout ce que je voulais, alors je vais lire les livres à l’auberge. En plus, tu es sûrement fatiguée après avoir marché partout, non ? »

Je n’étais pas fatiguée à cause des chaussures d’ours, mais sans elles, j’aurais probablement été lessivée à l’armurerie et je me serais effondrée, vu mon endurance limitée.

« Je vais tout à fait bien. »

Fina se portait à merveille. Elle était tout le contraire d’une grabataire comme moi, bien sûr.

« Alors, qu’est-ce que tu vas faire, Fina ? »

« Il est tôt, mais je vais rentrer chez moi après avoir pris les repas de Mme Elena. »

« Très bien, alors voici ton paiement pour aujourd’hui. »

Je lui avais donné une pièce d’argent.

« Tu es sûre ? Tu m’as même commandé à dîner. »

« Comme je l’ai dit, c’est juste pour aujourd’hui. »

« Merci, Yuna ! »

Une fois à l’auberge, je m’étais séparée de Fina, et comme j’avais le temps jusqu’au dîner, j’étais retournée dans ma chambre seule. J’avais sorti les livres et la carte de ma réserve d’ours.

J’avais d’abord jeté un coup d’œil à la carte. Voici donc le bois où j’avais commencé, pensais-je. Il y avait des bois un peu à l’écart de la ville. Si vous suiviez le chemin qui les traversait jusqu’à l’autre côté, il semblerait que c’était là que se trouvait la capitale. Je ne pouvais pas vraiment dire à quelle distance c’était sans connaître l’échelle de la carte, mais c’était probablement un bon point de départ.

Peut-être que ce serait bien si je me dirigeais ensuite vers la capitale ? M’étais-je dite. On aurait dit qu’il y avait quelques villages aux alentours. J’avais mémorisé les endroits importants, en pensant avec nostalgie que ce serait bien si j’avais une carte plus détaillée. L’autocartographie de WFO aurait été utile.

J’avais ensuite sorti le grimoire. Il s’intitulait « La magie de la classe débutante ». Je m’étais demandé s’il y avait des livres de niveau intermédiaire et avancé, et si oui, si je pouvais en prendre des exemplaires dans la capitale. Je feuilletais les pages. Uh-huh. ok, ok, je vois.

« Je suppose que je vais essayer. D’abord, je collecte le mana. »

J’avais essayé de le faire avec les mêmes mouvements que j’utilisais dans WFO. Dans le jeu, je rassemblais du mana dans mes mains, et quand je récitais un sort, il s’activait. Si je rassemblais du mana dans ma main droite, je pouvais y invoquer la magie, ou je pouvais le rassembler et l’invoquer dans ma main gauche. Un ami ambidextre d’un ami avait acquis une certaine notoriété dans la communauté pour avoir bien utilisé la magie avec ses deux mains. Quant à moi ? J’étais droitière, alors je collectais mon mana dans ma main droite et je chantais le sort.

« Lumière. »

Je ne pouvais pas m’empêcher de prêter plus d’attention à la forme de la boule de lumière qui flottait dans ma main ouverte qu’à la sensation d’utiliser la magie. C’était sans aucun doute une boule de lumière, mais ce n’était pas une sphère. Elle avait la forme d’une tête d’ours.

J’avais un mauvais pressentiment. J’ouvris alors mon menu d’état.

Nom : Yuna

Âge : 15 ans

Niveau : 8

Compétences : Langue du monde fantaisiste, alphabétisation du monde fantaisiste, stockage extra-dimensionnel de l’ours, identification de l’ours

Magie : la lumière de l’ours

Équipement

Main droite : Gant de l’ours noir (non transférable)

Main gauche : Gant de l’ours blanc (non transférable)

Pied droit : Chaussure de l’ours noir (non transférable)

Pied gauche : Chaussure de l’ours blanc (non transférable)

Vêtements : vêtements d’ours noir et blanc (non transférables)

Les sous-vêtements : Sous-vêtements d’ours (non transférables)

J’avais maintenant un onglet supplémentaire pour la magie qui était séparé de mes compétences.

Lumière de l’ours

Le mana recueilli dans le gant d’ours crée une lumière en forme d’ours.

Je m’étais demandé : si le gant d’ours était mentionné, cela signifie-t-il que je ne pouvais pas utiliser cette magie sans lui ? Afin de le tester, j’avais enlevé le gant et j’avais essayé d’invoquer la magie de la lumière comme précédemment. Comme je le pensais, aucune lumière n’était apparue.

Je ne faisais qu’un avec l’ours.

J’avais remis les gants de l’ours, avec leurs yeux ronds dans ma direction. Je voulais pratiquer la magie d’attaque, mais je ne pouvais évidemment pas le faire dans l’auberge. J’avais décidé de lire le livre de magie et d’apprendre ce que je pouvais pour aujourd’hui.

Quand le dîner arriva, j’étais retournée au rez-de-chaussée et j’avais pris un bon repas. Je m’étais mise dans le bain, je m’étais changée avant de mettre le pyjama et j’avais rampé dans le lit pour évacuer l’épuisement de cette journée.

« Bonne nuit. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire