Kuma Kuma Kuma Bear – Tome 1 – Chapitre 15

***

Chapitre 15 : L’ours prend un jour de congé pour cause de pluie I

Il avait commencé à pleuvoir le lendemain matin et cela ne s’était pas arrêté, alors je m’étais terrée dans ma chambre d’auberge et j’avais lu mon bestiaire pour passer le temps. La plupart des créatures qu’il contenait étaient des créatures fantastiques que l’on trouvait habituellement dans les RPG, les light novel et les mangas. Je pourrais peut-être voyager dans le monde entier pour en trouver le plus possible.

Après avoir lu un moment, mon estomac me dit qu’il était temps de manger, j’étais donc descendue pour aller déjeuner. Malgré la pluie, il y avait des tonnes de clients dans la salle à manger. Quand j’avais demandé à Elena, elle me répondit : « Oh, c’est parce que la pluie a apparemment fait disparaître tous les vendeurs de rue. Les clients se rassemblent dans des endroits où ils sont protégés de la pluie battante. »

J’avais regardé dans la salle à manger et je n’avais pas trouvé de place pour m’asseoir. Je n’avais pas vraiment envie de partager une table, alors j’étais sur le point de partir.

« Mme Yuna, désolée, mais il semblerait que nous n’ayons pas de places assises, alors pourriez-vous manger dans votre chambre ? »

« Oui, c’est bon. S’il vous plaît, apportez-moi le plat du jour. »

« Compris. Je vous l’apporte dans votre chambre tout de suite. »

Environ cinq minutes après être rentrée dans ma chambre, on frappa à la porte. C’était plus rapide que prévu, pensais-je.

« Mme Yuna, pouvez-vous ouvrir la porte ? »

Quand je l’avais ouverte, Elena transportait un repas fumant. Comme les frais de déjeuner n’étaient pas inclus dans le prix du loyer, j’avais mis le repas sur la table et j’avais payé Mme Elena.

« Merci. »

« Les affaires semblent bien aller, Elena. »

« Oui, c’est le moment de gagner de l’argent », m’avait-elle répondu sans hésiter avant de retourner travailler.

J’avais mangé avec gratitude le repas qui était sur la table. C’était un sauté de légumes avec de la viande dedans, et une soupe chaude avec du pain fraîchement cuit. J’avais grignoté le pain, même si je commençais à avoir envie de riz. Je voulais aussi avoir des ramens, mais je ne savais pas s’ils en avaient dans ce monde. La prochaine fois, j’essaierai de le demander à Elena.

J’avais fini mon repas et j’avais commencé à réfléchir à ce que j’allais faire de mon après-midi. J’avais affiché mon écran de statut.

Nom : Yuna

Âge : 15 ans

Niveau : 18

Compétences : Langage du monde fantaisiste, alphabétisation du monde fantaisiste, stockage extra-dimensionnel de l’ours, identification de l’ours, détection de l’ours, carte de l’ours

Magie : lumière de l’ours, amélioration physique de l’ours, magie du feu de l’ours, magie de l’eau de l’ours, magie du vent de l’ours, magie de la terre de l’ours

ÉQUIPEMENT

Main droite : Gant de l’ours noir (non transférable)

Main gauche : Gant de l’ours blanc (non transférable)

Pied droit : Chaussure de l’ours noir (non transférable)

Pied gauche : Chaussure de l’ours blanc (non transférable)

Vêtements : vêtements d’ours noir et blanc (non transférables)

Sous-vêtements : Sous-vêtements d’ours (non transférables)

J’avais acquis une nouvelle compétence. Carte de l’ours ? Sérieusement, vous ne pouvez pas étiqueter « ours » sur tout.

Carte de l’ours

Toute zone vue à travers les yeux de l’ours peut être transformée en carte.

La Carte de l’ours invoquait une carte avec moi au centre et des indicateurs des environs de la ville, des bois de l’est et de la zone autour du village où les gobelins étaient apparurent. Toutes les autres zones étaient noires et ne montraient rien. C’était comme une fonctionnalité portée directement depuis WFO. C’était utile, mais je ne pouvais voir que les endroits où j’étais déjà allée. Je suppose que cela aurait enlevé le sens de la découverte des choses si une carte du monde entier s’était soudainement déployée devant moi.

Quelque chose m’était venu à l’esprit après avoir vu la grotte du roi gobelin marquée sur ma carte, j’avais sorti l’épée que le roi tenait de mon entrepôt à ours. Elle ne semblait pas aussi sinistre entre mes mains qu’elle ne l’était entre les siennes. Elle s’était transformée en une épée élégante avec un reflet argenté.

J’avais utilisé l’identification de l’ours dessus.

Épée du roi-gobelin

Compétences : Augmente la force physique, Complémente de la magie

Augmente la force physique : Augmente la force de l’utilisateur.

Complémente de la magie : l’épée peut être complétée par de la magie.

L’aspect sinistre de l’épée était probablement une expression directe du pouvoir du roi-gobelin. Quand j’avais envoyé du mana à travers elle, elle scintilla d’un joli reflet argenté. Je l’essaierais peut-être quand la pluie aura disparu.

Mais il ne semblerait pas que la pluie allait s’arrêter aujourd’hui, alors j’avais passé en revue ma liste de choses à faire. J’étais habituée à être seule à la maison, mais j’avais toujours quelque chose avec lequel je peux jouer, lire ou regarder. Sans tout ça, je m’étais ennuyée à mourir. La seule autre chose que je pouvais faire était de dormir, mais si je dormais dans l’après-midi, je ne pourrais pas dormir la nuit. Toutes les choses que je faisais lors de mes nuits blanches au Japon étaient des choses que je ne pouvais pas faire ici. J’avais besoin d’être créative.

Cela m’avait un peu dérangée de me voir tenir l’épée du roi-gobelin avec mes bras flasques, alors j’avais décidé d’essayer de faire de l’exercice. C’était peut-être à cause de l’équipement d’ours, mais peu importe le nombre de fois que je faisais des pompes — que ce soit dix ou cent fois — je ne me fatiguais pas. Je ne pourrais jamais muscler mes bras comme ça.

En gardant cette idée à l’esprit, j’avais enlevé l’équipement de l’ours pour me retrouver uniquement en sous-vêtements. Je portais une chemise sur le dessus, mais les seuls dessous que j’avais étaient les sous-vêtements de l’ours. Les sous-vêtements que j’avais achetés l’autre jour étaient tellement éraflés que je ne les avais pas portés. Peut-être que j’irais au magasin haut de gamme la prochaine fois.

J’avais essayé de faire des pompes. Je n’avais même pas pu en faire dix. Rien n’avait changé depuis que j’étais au Japon. J’avais renoncé à mes bras en gelée et j’avais décidé docilement de porter l’équipement de l’ours. Aussi effrayant que cela puisse être, je commençais à me sentir de plus en plus à l’aise dans cette tenue particulière.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Il ne faut toujours compter sur son équipement 😉

Laisser un commentaire