Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 9 – Chapitre 266

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 266 : Le miracle de Kakeru

« Dieu, hein... »

La fille m’avait regardé avec des yeux implorants.

Pourquoi avait-elle pu comprendre ma voix, alors qu’elle ne pouvait pas comprendre la voix d’Hikari ni de l’homme d’avant ?

C’était la première chose qui me dérangeait.

« Avant ça, réponds-moi. Peux-tu entendre Hikari... la voix de cette fille ? »

« Ce n’est pas comme si je ne pouvais pas l’entendre, je ne peux pas comprendre ce qu’elle dit. »

« Tu ne comprends pas ? »

« Je peux entendre sa voix, mais, euh, ça sonne à quelque chose comme du vent... »

« ... Est-ce la même chose avec les autres ? »

« Oui. Jusqu’à présent, je pouvais seulement entendre la voix de Dieu. C’est pourquoi... »

La fille me regardait de plus en plus désespérer.

« Êtes-vous Dieu ? »

« Je suis... »

« Caroline... »

Quand j’étais sur le point de répondre, j’avais entendu une voix... probablement la voix d’une femme... de loin.

La fille avait appelé Caroline qui n’avait pas répondu ni réagi. Elle ne pouvait probablement pas l’entendre.

J’avais réfléchi une seconde et je m’étais caché avec Hikari en utilisant mon aura de camouflage.

J’avais pensé cacher le fait qu’elle puisse me comprendre, au moins jusqu’à ce que je comprenne ce qui se passait.

« Oh mon Dieu !? Où êtes-vous allé... ? »

La fille avait regardé autour de moi, elle était en train de me chercher, paniquée.

Ses yeux semblaient sur le point de pleurer, elle ressemblait à une enfant abandonnée par ses parents.

« Caroline. Vous étiez ici. »

Une femme d’âge moyen était entrée dans l’église.

La femme qui portait de vieux vêtements aux couleurs fanées parlait à la fille... Caroline.

« Caroline, nous avons préparé votre repas. »

« Où êtes-vous ? Dieu, où... ? »

« Quelle honte... ! Il semble que Dieu ne vous a pas parlé de nouveau. »

La femme regarda Caroline avec des yeux attrister.

Elle ne la regardait pas avec pitié... au lieu de cela, elle semblait empathique et triste à ce sujet, comme s’il s’agissait d’elle-même.

Et même envers cette femme, Caroline n’avait pas réagi avec sa voix.

« Caroline. »

« Oh mon Dieu, s’il vous plaît... montrez-vous encore une fois, s’il vous plaît. »

« Caroline. »

La femme l’avait appelée fortement, mais Caroline n’avait pas réagi du tout.

Quand sa main fut saisie, Caroline regarda enfin dans la direction de la femme. La femme tenait la main de Caroline et traçait avec son doigt.

Je devinais qu’elle écrivait des lettres parce que je me souvenais de Caroline disant « écrire » plus tôt quand elle avait affaire à Hikari.

« Aliments... »

« C’est vrai, la nourriture est prête, Caroline. Vous devriez manger beaucoup afin de rester en bonne santé, sinon, vous ne pourrez pas entendre la voix de Dieu. »

« Aliments... »

Caroline murmura.

Comment devrais-je décrire cela ?

« Quelle constitution gênante ! Avec cela, la voix que tu as entendue auparavant était la voix de Dieu, hein. » Déclarai-je.

« Oui ! Les mots que Dieu m’a dits, je m’en souviens de tout. »

« Eh ? »

« Caroline ? »

J’avais émis une voix surprise avec la femme. La femme fut surprise que Caroline se soit soudainement prononcée avec un ton de réponse.

Mais j’étais surpris qu’elle puisse entendre ma voix, même si j’étais caché par mon aura de camouflage.

Cela ne s’était jamais produit auparavant.

Cette aura de camouflage utilisait les pouvoirs d’Éléanore, et seuls ceux qui avaient un pouvoir égal ou supérieur à Éléanore pouvaient entendre ma voix et voir mon apparence.

Mais Caroline avait pu m’entendre.

Elle regardait toujours autour d’elle et elle regarderait même au-dessus.

Il était clair qu’elle ne pouvait pas voir mon apparence juste à côté d’elle.

« Peux-tu entendre ma voix ? »

« Oh mon Dieu ! »

Elle avait montré de la joie et ses yeux étincelaient. On dirait qu’elle pouvait m’entendre.

« Elle peut entendre la voix de Papa ? C’est incroyable. »

« Et Hikari ? Peux-tu entendre la voix de ma fille ? »

« Fille ? Non, je peux seulement entendre la voix de Dieu. »

Elle ne pouvait pas entendre la voix d’Hikari.

Cela devenait de plus en plus étrange.

Bien que nous soyons tous les deux enveloppés par l’aura de camouflage, elle ne pouvait qu’entendre ma voix.

« Euh... Caroline. Pouvez-vous vraiment entendre la voix de Dieu une fois de plus ? »

La femme qui était venue pour Caroline l’avait demandé nerveusement. Mais Caroline ne pouvait même pas entendre la voix de la femme qui se tenait juste à côté d’elle.

Il semblerait qu’elle pouvait seulement m’entendre. Elle pouvait seulement entendre ma voix.

Je ne connaissais pas la raison derrière cela, mais je pouvais l’utiliser.

Si elle pouvait seulement entendre ma voix comme si elle croyait entendre la voix de Dieu.

Je pensais que je pourrais profiter de cette situation.

Maintenant, que devrais-je faire ?

{Laisse-la-moi}

Peux-tu faire quelque chose à propos de cette situation ?

{Hum. Je vais te montrer quelque chose comme un miracle de Dieu.}

Peux-tu faire ça ?

{Je peux, si nous utilisons ce que tu as fait avec Althea.}

On dirait que tu as une idée.

{Fais que cette fille plante une sorte de graine. Je vais la faire grandir.}

Je vois. Cela ressemblait à un miracle.

« Caroline. »

« Oh mon Dieu !? »

« Fais comme ce que je vais te dire. »

« Oui ! »

Caroline hocha la tête avec un visage souriant. Elle avait laissé la femme à moitié dans le doute et avait agi comme je l’avais dit.

Elle avait quitté l’église d’un coup.

Elle alla chercher des fruits à proximité et l’avait ensuite planté sur le bord de la route.

Ce n’était pas un champ. C’est à côté de la route qui avait l’air d’avoir très peu de nutriment.

Elle l’avait planté là.

« Bien, tu as bien fait »

{Laisse-la offrir sa prière. Cela rendra ce miracle authentique.}

« Maintenant. Caroline, prie. »

« Oui, oh mon Dieu ! »

Caroline avait placé ses mains ensemble et avait offert ses prières vers les fruits qu’elle venait de planter.

Caroline qui avait soudainement prié devant l’église avait recueilli l’attention des passants.

« Est-ce qu’elle fait encore quelque chose ? »

« Ce coin. Probablement veut-elle à nouveau attirer l’attention? »

La plupart d’entre eux la regardaient froidement. Les regards dédaigneux étaient dirigés vers Caroline.

{J’ai fait la connexion. Il ne te reste plus qu’à envoyer tes pouvoirs.}

Entendu.

J’avais tendu la main et dirigé ma conscience vers le fruit.

Juste comme j’avais rajeuni Althea... J’avais envoyé ma vigueur immédiatement.

Tandis que les citadins regardaient avec mépris, une gerbe émergea de la terre.

C’était un petit bourgeon, mais c’était un germe qui symbolise le souffle d’une nouvelle vie.

« Hé, regardez ça... »

Alors que la plupart des gens se moquaient, un homme avait remarqué la germination... peu de temps après.

« Ça » avait germé rapidement.

D’un petit bourgeon à un arbre, d’un arbre à un arbre énorme.

C’était comme si cela avait grandi pendant des années, non, des dizaines d’années. C’était comme si c’était une vidéo accélérée compressant des dizaines d’années en une minute.

« Kya! »

Caroline était tombée sur ses fesses. Elle avait été repoussée par l’énorme arbre qui poussait pendant qu’elle priait.

Et la foule.

« « « ... » » »

La plupart d’entre eux avaient ouvert la bouche bêtement. Leurs mâchoires avaient chuté.

Un arbre planté s’était transformé en un arbre énorme en un instant. La foule qui avait été témoin de cela en avait perdu ses mots.

« C-C’est Dieu. C’est le miracle de Dieu ! »

Après que l’un d’eux se soit ressaisi et avait commencé à s’agenouiller et à offrir ses prières à l’arbre, les autres personnes qui étaient venues le regarder étaient aussi tombées à genoux et avaient commencé à prier.

Ils avaient offert leurs prières pour le miracle... et ils s’étaient aussi adressés à Caroline.

« Oh mon Dieu... Dieu ne m’a pas encore abandonné. »

Caroline elle-même n’entendit pas les voix de la foule. Elle semblait seulement être émue par le miracle de Dieu.

{C’est bon pour toi, « Oh mon Dieu »}, dit Éléanore malicieusement.

Avec cela, nous avions fait le premier pas pour faire de Caroline la pape. Son histoire venait de commencer.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire