Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 9 – Chapitre 261

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 261 : Une raison d’exister

Après avoir été laissé seul, j’avais sorti ma main du pot.

Bien qu’elle soit presque guérie avec la vitesse de récupération de 777x de Mélissa, la lumière avait continué à s’accrocher à ma main.

Cette lumière essayait d’éroder ma main, puis ma main guérissait avec la vitesse de récupération de Mélissa... puis cela se répétait.

{Est-ce que tu vas bien ?}

« Aucun problème. Cela disparaît progressivement. »

{Je vois. Même ainsi, tu ne l’avais vraiment pas montré dans ton expression. C’était douloureux non ?}

« Je ne l’aurais pas fait si c’était le cas. »

{Oui. Si tu le montrais sur ton visage, ce serait ridicule.}

J’avais regardé ma main pendant un moment.

Parce que j’avais sorti ma main du pot, la lumière avait progressivement disparu.

{C’est pareil avec ce serpent blanc.}

« Oui, c’est le même type de pouvoir. »

{Qu’est-ce que tu en penses ?}

« Ce sont mes mots »

{Hein ?}

« La plus grande religion du monde et l’Épée Démoniaque infâme. Y a-t-il une possibilité que quelque chose soit arrivé dans le passé, alors il y a eu une cérémonie pour t’effacer, toi et tes semblables ? »

{L’église de Solon, ou juste Solon. Je n’ai pas le souvenir de m’être impliquée avec quelqu’un ayant ce nom.}

« Même maintenant ? »

{Même maintenant... Tania}

Éléanore avait convoqué la femme de chambre fantôme.

{Kakeru !}

Peu de temps après avoir été convoquée, Tania s’était accrochée à moi.

Depuis que nous étions revenus au passé, elle avait commencé à montrer encore plus cette façon d’exprimer son amour.

Même si je n’en avais pas beaucoup entendu parler après notre retour, on dirait qu’elle avait été beaucoup soutenue par Éléanore avant sa mort et qu’elle s’était transformée en un fantôme limité dans mon manoir.

Après avoir embrassé Tania un moment, Éléonore avait demandé.

{Tu te souviens de quelque chose ?}

{À propos de l’église de Solon ? Nan. Je ne me souviens pas de m’être impliqué dans la religion.}

{Tu l’as entendu}

« Je devrais aussi le demander à Althea, et Olivia »

{Tu devrais faire ça}

Éléanore hocha la tête et après avoir embrassé une fois de plus Tania, je lui caressai la tête et la ramenai dans l’épée.

Ma main avait été mangée une fois, j’avais donc vérifié mon aura de camouflage pour voir s’il y avait quelque chose qui n’allait pas.

Et pendant que je faisais ça, Mélissa était entrée.

La Sainte Mélissa entra entourer d’une foule de croyants.

Après avoir eu une conversation avec ces croyants, elle tendit la main vers l’un d’eux.

Sa main lâcha une lumière et le croyant se leva avec un visage comme s’il avait vu quelque chose d’incroyable.

« Mon estomac ! Mon estomac a toujours été douloureux ! »

On dirait qu’elle avait fait ce « miracle ».

Mélissa supportait les tribulations... plus spécifiquement, la douleur des autres.

Son titre de Sainte n’était pas là pour faire joli. Les croyants qui l’entouraient avaient montré encore plus d’adoration, ils s’étaient agenouillés vers Mélissa et avaient commencé à prier.

{Elle est probablement comme ça partout où elle va.}

« D’après sa personnalité, c’est probablement vrai. »

{On n’y peut rien s’il y a des puissances qui voudraient qu’elle devienne le pape. Les croyants ordinaires voudraient également qu’elle le soit.}

« Oui. »

Je hochai la tête tout en jetant un coup d’œil sur le côté. J’avais senti que la conscience d’Éléanore pointait dans la même direction.

Il y avait deux hommes au coin de l’église.

Alors que la plupart des croyants se réunissaient autour de Mélissa, seuls ces deux-là prenaient de la distance et la regardaient même avec une hostilité évidente.

« Elle gagne encore leur cœur. »

« Laisse-la faire pour l’instant. »

Les deux avaient parlé silencieusement.

Bien qu’ils avaient parlé dans l’église bruyante après l’apparition de Mélissa, je pouvais clairement les entendre avec mon audition 777x.

« Cependant, avec cela, les croyants commençaient à mettre leur foi juste en elle. Si cela arrivait, alors même si c’est Sulenin, le siège du pape serait... »

« Débarrassons-nous d’elle pendant que nous le pouvons. »

« Mais comment ? Tu ne le sais peut-être pas, mais cette femme est une vraie immortelle. Je l’ai vu avec mes yeux... »

« Trokros. »

L’un d’eux l’avait dit en silence.

C’était une sorte de pronom, mais c’était suffisant pour faire taire l’autre.

{Je suis sûr que tu ne t’en souviens pas. Le guerrier indomptable Trokros. L’un de mes anciens jouets}

Éléanore l’avait expliqué en premier.

Je n’avais rien dit... eh bien, c’était vrai que je ne m’en souvenais pas.

La conversation des hommes avait continué.

« À la fin, Trokros avait été découpé en cinq parties et en était mort après avoir été jeté à la fin du monde. J’avais vu sa capacité de prés. Bien qu’il ne soit pas mort après que sa tête ait été coupée, ce n’était pas comme si sa tête repoussait ou quelque chose comme ça. »

« Je vois ! Si on se débarrasse d’elle comme Trokros... alors... »

« Oui. »

« Cependant, cette femme a des liens avec le porteur de l’Épée Démoniaque. C’est pourquoi elle vient beaucoup dans cette ville. »

Ils me connaissaient.

« Le sais-tu ? Je parle du fait que le porteur de l’Épée Démoniaque aime les femmes. »

« Il h ~ ? Alors, c’est un jeu d’enfant. »

Les hommes avaient continué à discuter de leur « plan », et après avoir jeté un regard de mépris à Mélissa, ils avaient quitté l’église.

 

☆☆☆

Le lendemain, je me relaxais dans ma maison.

Je ne me relaxais pas seul, Olivia était à côté de moi.

Olivia qui était passée de sa forme Chibi Dragon en sa forme humaine me collait et s’était assise sur le même canapé en croisant les bras.

« Si c’est comme ça, je peux rester assez longtemps si je ne fais rien. »

« Si tu ne fais rien ? »

« Oui ! Ah ! Bien sûr, je peux marcher et parler. Bien qu’il me soit impossible de se battre avec un humain. »

« Tu veux faire un round avec moi ? »

« Faire un round avec un Humain. »

Tout en pensant que ces propos avaient plusieurs significations, puisqu’elle était sur le point de faire autant, j’avais pensé à quel point Hikari était incroyable.

{Bien sûr. Elle est ma fille après tout.}

« C’est ma fille après tout. »

« Humain, tu aimes vraiment Hikari, huh. »

« Bien sûr. Elle est la plus mignonne du monde. »

« Alors, tu devrais faire attention. »

« Sur quoi ? »

« J’ai vu beaucoup d’humains avec leurs parents, mais bien qu’il y ait plusieurs raisons comme l’époque, le royaume, ou la région, en regardant de plus près, les hommes sont détestés par leurs filles dès qu’ils dégagent une certaine odeur après avoir atteint un certain âge. »

{Kukuku, c’est ce qu’ils appellent l’odeur de la vieillesse.}

« ... »

{Mu ! Ce mec, il a gelé.}

« Humain ? Quel est le problème, humain? »

Je n’avais pas entendu la voix d’Éléanore ni la voix d’Olivia.

« Ça » jouait dans ma tête.

{Papa tu pue ! Va-t’en !}

« UUOOOOOOOOOOO !! »

« Hyan ! »

J’avais entendu un petit cri de surprise quand j’avais crié.

Quand j’avais regardé sa direction, j’avais vu Miyu.

Miyu qui entrait sans que je m’en aperçoive avait l’air de reculer.

« *Toussotement*. Q-Quel est le problème, Miyu. »

« Ah ! Oui. Il y a un visiteur pour Maître. »

« Un visiteur ? »

« Oui, c’est Monsieur Saramas. »

« He ~ »

Saramas.

Le propriétaire de la Compagnie marchande Saramas dans cette ville, et c’était quelqu’un qui m’avait beaucoup aidé quand je venais d’arriver dans ce monde.

J’avais aussi acheté Miyu chez Saramas.

Même après cela, je voulais avoir quelques affaires et je lui avais demandé de rassembler des choses, nous avions ainsi un lien subtil dans la vie quotidienne.

Miyu m’avait dit que Saramas était venu.

Je m’étais levé et j’avais quitté Olivia et la pièce.

Guidé par Miyu, j’étais venu au salon.

J’avais deux salons dans ma maison. Miyu jetait un coup d’œil sur la disposition du visiteur et les conduisait au salon selon les besoins.

La méthode de classification était simple. C’était si le visiteur était mon ennemi ou non.

Et maintenant, j’avais été conduit dans le salon où mon visiteur était mon ennemi.

Saramas, Miyu le voyait comme mon ennemi.

J’avais souri, levant le coin de mes lèvres.

 

☆☆☆

Sous le clair de lune, deux hommes étaient à l’intérieur d’une voiture qui s’était arrêtée dans les prairies.

L’une des mains des hommes avait libéré une lumière et des mots étaient apparus dans l’air.

« Comment cela se passe-t-il ? »

« Le porteur de l’Épée Démoniaque, on dirait qu’il a aimé les femmes que nous avons préparées. On dirait qu’il est fatigué par l’action et s’est endormi. »

« Saramas, ce mec, il a bien fait. »

« Comment cela va-t-il de notre côté ? »

« J’ai utilisé un villageois à proximité pour appeler cette “Sainte”. Avec des mots simples comme “Nous sommes troublés par des monstres, mais nous n’avons pas d’argent”, cette femme est facilement appâtée. Elle est en route ici. »

« Quand elle viendra... »

« Nous avons préparé cinq gars pour lui couper les membres et la tête, puis ils disparaîtraient là où personne ne pourrait les attraper. »

« Nous allons juste laisser le torse ? »

« C’est encore plus désespéré si on la laissait ainsi exacte ? Il y a un moyen de l’utiliser quand elle n’est pas là. Même si c’est juste le torse, tant qu’elle est vivante, alors on peut l’appeler un objet sacré, et... »

« Elle ne deviendra pas le pape, hein. Parfait. »

Les deux hommes dans la calèche avaient ri.

Ils avaient des visages de contentement voyant leur plan se dérouler sans problèmes. Ils semblaient triomphants, n’attendant que le résultat appelé succès.

Au bout d’un moment, une lumière approcha progressivement de loin.

La lumière provenait d’une dizaine de torches.

C’était Mélissa que les principaux attendaient, et les croyants de l’Église de Solon qui étaient proches de Mélissa.

Ce groupe avait progressivement approché.

Les deux hommes les regardèrent dans leur voiture, et après avoir vérifié que c’était bien Mélissa, ils agitèrent la main pour envoyer un signal.

Sous le clair de lune, cinq ombres leur sautaient dessus de différentes directions.

Sans faire de bruit, mais plus vite que le vent.

Les cinq assassins avaient lancé une attaque-surprise contre le groupe de Mélissa.

* Zash ! Zash ! Zash ! * Cinq sons de chair coupés avaient été libérés en même temps.

« Bien ! »

« Nous les avons ! »

Les hommes l’avaient dit et immédiatement après ils avaient montré leurs visages hors de la voiture.

* Goton. Goton. Goton *... ils avaient entendu un bruit, quelque chose qui venait de tomber par terre.

« Quel est ce bruit ? »

« Plus important encore, ils avançaient toujours, le nombre de torches n’avait également pas baissé. »

« Quoi !? »

L’homme avait été choqué. Il les regardait à nouveau et essaya de compter le nombre de torches.

« Pas besoin de compter. »

« Quoi... ! »

« V, vous êtes... »

Un homme était soudainement apparu devant eux.

Un épéiste sombre qui était couvert par une obscurité plus sombre que la nuit.

Enveloppé par une aura menaçante, il tenait l’Épée Démoniaque, qui était le symbole de la peur.

Le manieur de l’Épée Démoniaque, Kakeru Yuuki.

Son apparition signifiait l’échec de toutes leurs intrigues.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

Laisser un commentaire