Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 7 – Chapitre 202

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 202 : La prochaine cible

« Je suis désolée, Kakeru ! Est-ce que ça va !? »

Io s’était excusée dans un mouvement de panique.

« Ça ne me dérange pas. C’est juste un accident, et nous sommes ceux qui avons été dans le chemin. Mais à la place de parler de ça, que s’est-il passé ici ? » lui avais-je demandé en regardant les cadavres du serpent.

Il s’était beaucoup divisé alors qu’elle était en train de le tuer, et cet endroit était maintenant infesté de serpents.

« Je ne sais pas. Il a soudainement attaqué après que je me sois réveillée. »

« Je vois. »

« Mais, penser que c’était un monstre qui se divisait... Dieu merci, Kakeru, tu es revenu. Je n’aurais rien pu faire si j’étais seule. »

« Ce n’est peut-être pas le cas. Ça devrait être une victoire facile même si c’est juste toi. »

« Ce n’est pas vrai du tout. »

« Tu peux le faire. »

« D’accord... »

Io baissa les yeux joyeusement, mais en même temps d’une manière embarrassée. Probablement, elle avait vu en ma présence une source de réconfort, mais c’était bien comme ça en ce moment. Elle devrait comprendre si je la laissais le vaincre la prochaine fois.

Plutôt que cela, la chose gênante était les cadavres de ces serpents.

« Je suppose que je devrais les abattre. »

« Ah ! Si c’est ça, alors s’il te plaît, laisse-moi ça ! »

« D’accord, je vais te laisser ça. »

Io avait l’air très gonflée à bloc, alors je l’avais laissée faire. Elle avait replacé son chapeau et avait soulevé son bâton magique avec un sourire. L’instant d’après, j’avais senti ses pouvoirs magiques s’élever.

{Hou ?}

Une quantité énorme de pouvoirs magiques avait jailli, faisant même réagir Éléanore.

La lumière de la magie s’éleva et enveloppa Io. Ses vêtements de sorcière flottaient dans l’air sans qu’il y ait de vent. Les pouvoirs magiques s’étaient alors rassemblés au bout de son bâton, créant une petite balle.

C’était une balle de la taille d’une balle de ping-pong, et assez petite pour être tenue par les mains d’un enfant comme Hikari.

Cependant, elle était entourée d’éclairs et d’étincelles.

« C’est ? »

« Je la jetais habituellement sur un ennemi, mais cette fois, je vais le faire comme ça. »

Io avait déplacé son bâton magique. La boule de foudre bougea également, comme si elle était connectée à la pointe de son bâton.

La balle toucha le cadavre du serpent... et elle avait disparu sans bruit.

 

 

Comme si un nettoyant très puissant était utilisé pour nettoyer la saleté, la boule de foudre avait effacé le cadavre, le transformant en cendres en un instant.

« C’est incroyable. Tu aurais normalement dû la jeter, exact. »

« Oui ! La boule de foudre comprimée changerait tout ce qu’elle touche en cendres. J’ai eu un indice dans la conversation d’Agnes et Julia, et je l’avais juste réussie il y a peu de temps. »

« He~, c’est impressionnant. »

« Ce n’est pas vrai du tout... »

Io utilisa timidement la boule de foudre et nettoya les cadavres.

Tout ce qui avait touché la balle s’était transformée en cendres, montrant à quel point les pouvoirs magiques d’Io étaient énormes.

L’Aventurière de Rang A, la Grande Sorcière, Io, celle aux cent éclairs.

« Elle a tellement grandi depuis que je l’ai rencontrée », murmurai-je.

Soudainement, j’avais regardé Tania qui semblait sans voix.

« Tania, quel est le problème ? »

« Incroyable... c’était donc une magicienne. Je veux être comme ça aussi... »

{Tu le peux, tu sais ~}

« Eh ? Je-je peux ? »

{Oui ! Tu es moi après tout, tu seras capable de faire au moins ça !}

Le fantôme Tania avait dit cela de bonne humeur et posséda la maison de Tania.

Au moment où elle avait possédé la maison, elle avait immédiatement changé l’atmosphère autour d’elle. Peu de temps après, elle avait tiré des flèches de glace vers le ciel.

D’innombrables flèches avaient été tirées, comme si une forteresse armée se défendait contre son ennemi.

C’est une capacité unique que Tania avait. Elle avait probablement acquis la capacité de transformer des structures en forteresses par le fait qu’elle était un esprit maléfique qui avait été lié à mon manoir pendant de nombreuses années.

C’était juste que mon attaque était beaucoup plus grande, donc Tania était incapable d’utiliser cette capacité quand nous nous étions rencontrés.

Après un moment, Tania avait quitté la maison et était revenue.

{Juste comme ça~}

« Incroyable... tu étais aussi une personne incroyable... »

{Je suis toi, tu sais. C’est pourquoi tu devrais devenir comme ça aussi. Ne t’inquiète pas.}

« Vraiment... ? »

« Oui~~ »

Hikari qui était revenue à sa forme humaine s’était tenue devant Tania et l’avait regardée vers le haut.

« Q-Quoi ? »

« Onee-chan, es-tu devenue la femme de Papa ? »

« Eh ? »

Le visage de Tania devint instantanément rouge, alors qu’elle éboutait la question franche d’Hikari.

« C’est bien ainsi, hein ! »

« C-c’est... »

Tania me regarda et hocha timidement la tête. Après cela, elle baissa les yeux timidement.

« Si c’est le cas, alors ça va. Tout le monde dit que la femme de Papa deviendra une “bonne femme”. »

« E-est-ce vrai ? »

« Oui ! Tout le monde est comme ça. N’est-ce pas Maman ? »

{J’étais incroyable dès le début}

« Même Grande Soeur Delphina a dit que Maman est devenue douce. »

{Quoi ...!}

Éléanore en avait perdu ses mots.

« Hahaha. Comme prévu de Delphina. Les gens qui ont eu du mal à te tenir doivent avoir quelque chose à dire. »

{... Hikari, la prochaine fois que tu rencontreras cette femme, appelez-la Tante Delphina.}

« Arrête ça. »

J’avais donné un léger coup à l’Éléonore enfantine avec un doigt.

Et pendant que nous bavardions comme ça, Io nettoyait les cadavres du serpent.

J’étais retourné au village avec tout le monde.

Bien que le duo homme femme avait échoué, j’étais curieux au sujet des mots « détruire Éléanore » dont ils parlaient.

J’étais retourné au village pour rencontrer cette diseuse de bonne aventure appelée Akansa et lui demander de lire la fortune d’Éléanore ou de poser des questions sur Éléanore.

« Ne~, ne~, Papa. C’est assez bruyant. »

« On dirait que les villageois se sont réunis au même endroit. Est-ce que leur fortune va être relue ? »

« Ce n’est pas. Cet endroit est où les avis sont mis en place quand il y en a. »

« Des avis ? »

« Oui. »

Tania avait dit qu’elle était une membre de ce village.

Nous nous étions approchés, et comme l’avait dit Tania, il y avait eu un avis à l’endroit où de nombreux villageois s’étaient rassemblés.

Les villageois avaient vu cela et en avaient parlé entre eux.

Tania me jeta un coup d’œil et courut avec enthousiasme.

Elle avait appelé à une femme d’âge moyen qui regardait l’avis.

« Hum, que s’est-il passé ? »

« Tania, hein. Eh bien, c’est juste que le Seigneur Rodotos recueille des soldats. »

« Soldats ? Le Seigneur Rodotos n’a-t-il pas déjà unifié le monde ? »

« On dirait que l’adversaire n’est pas humain cette fois »

« Que va-t-il battre ? »

« Euh, qu’est-ce que c’était encore... Ahh, c’est vrai. »

La femme d’âge moyen avait regardé à nouveau l’avis, puis avait dit.

« Le Roi Dragon, l’assujettissement d’Olivia. C’est ce qui était écrit. »

« ... ! »

Le Roi Dragon Olivia ?

Dragon... Olivia...

Ça, ne me dites pas...

« O-chan ? »

Les marmonnements d’Hikari me firent tressaillir.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

7 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre

  3. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire