Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 6 – Chapitre 168

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 168 : Ce sont des rebelles

« Therios... »

Sélène plissa les sourcils en voyant apparaître ces vieillards.

Il avait des yeux et un ton odieux, et peu importe comment vous le regardiez, il n’avait pas l’air amical.

Ce vieil homme... qui est-il ?

« Melina Therios. »

Hélèna, que j’étais en train de serrer contre mon corps, me répondit.

« C’est un duc du royaume d’Aegina. En remontant dans le temps, ils sont issus d’une famille ayant rendu un service distingué lors de la fondation du royaume. Mais une fois, ils n’ont plus eu de successeur. Donc cette maison a ainsi presque cessé d’exister, mais elle avait continué son existence en accueillant un enfant adopté de la famille royale. »

Je vois, on dirait que c’était une personne assez importante. Mais franchement, cela ne voulait-il pas dire qu’il faisait aussi partie de la famille royale ?

Je pense qu’il y a eu une histoire similaire avec les daimyos de la période Edo. Je me demande quel clan était encore là... Je ne m’en souvenais pas très bien.

Alors que je pensais à ça, les vieillards se placèrent devant Sélène.

En raison de leur différence de taille, ils regardaient naturellement Sélène de haut, la mettant encore plus en colère.

« Comme c’est méprisant, Therios. »

« S’il vous plaît, pardonnez ma grossièreté. Cependant, Votre Altesse, notre Maison de Therios a reçu des paroles de Sa Majesté le Roi d’il y a six générations, disant que nous n’avons pas besoin de nous prosterner, peu importe ce qui se trouve dans le Royaume d’Aegina. Laissez-moi voir, c’est ce qu’ils appellent une inconvenance agréée. »

« Qu’est-ce que c’est que c’est ? » Sélène cria d’une voix aiguë.

Melina fronça les sourcils, mais il ajouta immédiatement avec un sourire exagéré.

« Quoi, Son Altesse ne le sait pas ? Oh, s’il vous plaît excusez-moi, Princesse Sélène. »

Après s’être étonné, il inclina la tête d’un air tendu. Il le fit de manière théâtrale. Au moment où il releva la tête, cela se transforma en un regard dédaigneux, montrant ainsi un total mépris.

J’avais jeté un coup d’œil à Hélèna.

« Pour honorer leurs réalisations, ils ont reçu en récompense que leurs descendants ne seraient pas obligés de baisser la tête, aussi bien devant le roi que devant toutes personnes de la famille royale. »

Hein, c’était incroyable.

Bref, c’était comme ça, hein, le roi d’il y a six générations avait dit, « vous avez fait un super boulot, vous et vos descendants n’avez pas besoin de baisser la tête devant mes descendants ». C’était une histoire incroyable, et si c’était bon pour les personnes concernées, c’était tout simplement insupportable pour les descendants du roi.

« Therios, toi, qu’est-ce que tu es venu faire ici ? »

« Je souhaite vous poser honnêtement une question, princesse Sélène. Où est Son Altesse le Prince héritier ? »

« I-Il est malade, se reposant quelque part. »

« Où est-il ? »

Est-ce parce que l’adversaire était Melina, car le ton de Sélène ressemblait un peu à celui d’une noble dame ou d’une princesse ?

Melina renforça son ton et pressa sur elle.

« Il est quelque part ! Il n’y a aucune chance que j’en connaisse les détails. »

« Alors, qui le sait ? »

« Je te dis que je ne sais pas ! »

« Fumu. Eh bien, vous pouvez affirmer que vous ne connaissez pas la condition de Son Altesse le Prince héritier en ce moment. »

« C’est ce que je te dis. » Sélène avait progressivement repris le contrôle de son ton.

« C’est troublant. Eh bien, c’est très dérangeant. Il y a d’étranges rumeurs qui circulent, alors je suis venu les confirmer. »

Il avait dit cela tout en faisant des gestes exagérés et avait regardé Sélène. Sous sa barbe blanche qui ressemblait à celle des sages et des magiciens, j’avais vu sa bouche sourire.

Ah~, c’est probablement ça. Son visage me montrait qu’il était pratiquement certain que Kimon était déjà mort.

« Quelles rumeurs ? »

« Au fait, Votre Altesse Sélène. Que pensez-vous de la situation actuelle où non seulement le roi, mais le Premier ministre Prince sont absents ? »

« Quoi ? Que pensez-vous si je deviens la Première ministre Princesse ? »

« Je vois, c’est aussi une bonne méthode. Cependant, il y a une meilleure solution que celle-là. »

« Qu’est-ce que c’est ? »

« La régence des Trois Seigneurs »

« Haa? »

« La régence des Trois Seigneurs, qui a été transmise depuis des temps immémoriaux dans notre Royaume d’Égine. C’est un système qui nous permet, à nous, les trois plus vieilles maisons ducales, de faire un congrès, afin de soutenir temporairement le royaume à la place de la Maison Royale, qui pour une raison quelconque, est devenu incapable d’administrer les affaires politiques. »

Je vois, c’est un système important. Même dans le monde où j’étais auparavant, il y avait le président et le vice-président, ainsi que le Premier ministre et le vice-premier ministre.

En passant, le président et le vice-président ne montaient pas dans la même voiture. Après tout, ce serait la fin pour les deux, si leur voiture s’écrasait ou des choses de ce genre.

« Je dis que ce n’est pas nécessaire, tant que je deviens la Première ministre Princesse... »

« Je parlerai franchement, Son Altesse Sélène est incompétente pour cette tâche. »

« Quoi ? »

« Si vous pensez vraiment au Royaume du fond de votre cœur, vous auriez dû avoir caché la mort du Prince héritier avant de jouer à votre jeu de promotion. Cependant, Son Altesse Sélène ne l’a pas fait. Avec cette information, nous pouvons affirmer que Son Altesse n’a pas les talents pour la gouvernance. »

« C’est... ce n’est pas vrai du tout ! Ou plutôt, qui admettrait une telle chose ! »

« Dommage, mais, Votre Altesse, c’est déjà décidé. »

« Ha ? »

« Nous avons reçu un message de Sa Majesté, il souhaite la Régence des Trois Seigneurs »

« Ne me mens pas ! Il est impossible que Père puisse parler. Père est dans une situation où il ne peut plus parler à cause de sa maladie. »

« Je m’interroge à ce sujet. »

Melina haussa les épaules en souriant.

« Non, c’est quelque chose qui n’a pas d’importance. Je suis venu ici pour donner à Son Altesse la première décision de la Régence des Trois Seigneurs. »

« Ha ? La première ? Qu’est-ce que tu racontes ? »

« Nous aimerions que Son Altesse se repose un moment. »

« De quoi parles-tu depuis tout à l’heure ? Explique-le-moi. »

Sélène se déchaîna.

À cet égard, Melina avait seulement souri et n’avait pas répondu, ils prévoyaient probablement de confiner Sélène pour toujours.

« Alors, excusez-moi s’il vous plaît »

« Attendez ! Hey, Abraham ! Pourquoi ne dis-tu rien ? Dis-lui quelque chose. »

« S’il vous plaît, pardonnez-moi, Votre Altesse. Les paroles du Seigneur Duc Melina sont absolument légales. »

« Haa? »

« Abraham, qu’était-ce ? »

Melina avait parlé à Abraham.

« Amener Son Altesse à la station balnéaire avec courtoisie. Avez-vous compris ? Avec courtoisie. »

« ... Oui. »

Abraham inclina la tête avec respect.

Sélène était en colère et avait essayé de s’accrocher à Melina, mais Abraham l’avait arrêtée. Incapable de faire quoi que ce soit, elle ne pouvait que regarder partir Melina.

 

☆☆☆

 

« Qu’est-ce qui se passe, qu’est-ce qui se passe ? C’était quoi ça ? »

Sélène était déchaînée dans la pièce.

« Pourquoi le suis-tu, Abraham ? »

« S’il vous plaît, pardonnez-moi, mais les paroles du duc Melina sont tout à fait légitimes. »

« Légitimes ? »

« Dans la situation actuelle, en l’absence de Sa Majesté et de Son Altesse le Prince héritier, il est tout à fait juste que la Régence des Trois Seigneurs soit activée. Pour renverser cela, Sa Majesté doit revenir, ou... »

« Je dis que c’est impossible. »

« ... le Premier ministre Prince administrerait le gouvernement. »

« C’est pourquoi je suis... »

« En effet, les mouvements de Son Altesse seront limités à partir d’aujourd’hui. Ainsi les “promotions” sont devenues impossibles. »

« ... »

Sélène en avait perdu ses mots.

« S’il vous plaît, pardonnez-moi »

« Hé toi ! »

« Quelqu’un. »

Abraham frappa dans ses mains. Deux soldats étaient immédiatement entrés.

« Conduisez Son Altesse, avec courtoisie. »

« « Ha ! » »

Les deux soldats se tenaient à côté de Sélène et lui saisirent l’épaule.

« Qu’est-ce que tu fais !? »

« Princesse, s’il vous plaît, laissez-vous faire. »

« Il n’y a aucun moyen de persévérer. Qu’est-ce que tu fais ? Où m’emmènes-tu ? »

« Au Palais d’Automne. »

Abraham répondit calmement.

« N’est-ce pas la prison !? Il n’y a aucun moyen que j’y aille ! Je suis Sélène Mi Aegina ! Je suis la première princesse ! Le comprenez-vous. »

« ... Emmenez-la. », dit calmement Abraham en me jetant un coup d’œil.

« Il a vérifié ce que tu ferais, Kakeru. » déclara Hélèna.

Cela semble être le cas.

{Que vas-tu faire ?}

C’est déjà décidé.

J’avais dégainé Éléanore et j’avais tranché les deux soldats.

« Shou ! »

« ... Qu’est-ce que cela veut dire ? »

Abraham m’avait regardé.

« Je suis venu faire de la princesse Sélène la Première ministre princesse. »

« C’est impossible. La Régence des Trois Seigneurs est activée. Les ordres de la Princesse ne peuvent plus atteindre personne et n’ont également plus aucune valeur légale. »

« Sélene. »

J’avais ignoré Abraham et je parlais à Sélène.

« Q-Quoi ? »

« Si mes yeux ne sont pas pourris, en ce moment, je pense avoir vu des gens qui ont de mauvaises intentions envers la princesse de ce royaume. Qu’est-ce que vous en pensez ? »

« C’est vrai ! C’est exactement comme tu l’as dit. »

« Vous savez, les individus qui portent préjudicient à la famille royale quant à leur position... »

Après avoir pris une bouffée d’air, j’avais regardé Abraham.

{Kukuku, quel mauvais visage !}

« Je pense qu’on les appelle des rebelles. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

7 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. Merci, pour le chapitre.
    Kakeru c'est bientôt l'heure de t'amusais.

  3. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire