Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 5 – Chapitre 143

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 143 : Delphina ne valait pas un sou

Dans le chariot en direction de Malonei.

Delphina et moi étions assis l’un en face de l’autre.

Neora aussi voyageait à nos côtés, et elle était assise de manière sage.

« Combien de temps reste-t-il avant Malonei ? »

« C’est ennuyeux. »

Il y avait une réponse provenant de l’extérieur de la voiture.

« À ce rythme, nous devrions l’atteindre après le déjeuner. »

« Tu l’as entendue. »

« Compris. »

« Il faut juste prendre son mal en patience. Je vous en prie, pardonnez-moi, je ne leur ai pas fait savoir que nous venions, alors une réception chaleureuse est... »

« Ça ne me dérange pas. Pour commencer, nous n’allons pas là-bas pour nous amuser. »

« C’est très gentil de votre part de dire ça. »

Dans la voiture, j’avais discuté avec Delphina avec aisance. Était-ce parce qu’elle était marchande ? J’avais l’impression qu’elle avait l’habitude de parler de choses triviales.

Je ressentais que je pouvais tuer le temps avec elle autant que je le voulais.

« En y pensant, Malonei est la seule ville que tu possèdes, qu’une seule ville ? »

« Oui, du moins, pour l’instant. »

« As-tu l’intention d’en avoir d’autres ? »

« Pas du tout. Il est étonnamment difficile d’en posséder une, donc je n’envisage pas d’en avoir plus. »

« ... »

{Quelle étrange conversation !}

Éléanore chuchota lors d’un silence entre nous deux. J’étais d’accord.

Delphina Homers Lanmari.

Elle avait largement étendu son commerce et on dit que sa puissance financière était égale à celle d’un royaume. Une personne aussi qualifiée, est-il possible qu’elle interprétait mal le coût d’entretien de la chose qu’elle avait achetée ?

... bien, je supposais que la gestion d’une ville entière pourrait juste être différente de celle des marchandises et des magasins.

Comme prévu, nous arrivâmes à Malonei après le déjeuner.

Pour résoudre le problème, nous nous étions déguisés en simples voyageurs et étions entrés dans la ville. Il n’y avait pas le Kakeru aux cinq titres de noble, ni de Delphina le Parrain agissant dans l’ombre. En tant que simples voyageurs, nous descendîmes de la voiture et passâmes à l’endroit où se trouvait le poste de contrôle.

« Votre nom. »

« N ? Ah, c’est Kakeru Yuuki. »

« Quel nom étrange ! D’où venez-vous ? »

« Reiusu. »

« Je vois. Où sont vos affaires ? Quelle est cette chose à votre taille ? »

« Une épée »

« Quoi !? C’est cette réplique d’Épée Démoniaque qui est si tendance, hein. Quel est son numéro de génération ? »

« C’est la plus ancienne. »

« Je vois. »

« Fun », se moqua l’homme.

Après cela, comme leurs questions étaient inutiles, je leur avais répondu de même, et j’avais finalement été autorisé à entrer dans la ville.

Je m’arrêtai pour la regarder. La ville avait l’air pleine de vie.

« Bienvenue, bienvenue, nous avons des fruits sucrés de Torideca ici. »

« Poisson, quelqu’un voudrait-il acheter du poisson ? Vous pouvez l’obtenir frais et vivant après que la magie est enlevée quand vous l’achèterez ~. »

« Bonjour Monsieur ! Quel mignon petit enfant que vous avez là ! Comment est-ce ? Souhaitez-vous acheter cette nouvelle réplique d’Épée Démoniaque “Les ailes sombres jumelles”, c’est la dernière version ~. »

Il y avait beaucoup de monde et beaucoup d’entreprises étaient actives.

Elle se développait, sans aucun doute, et elle ressemblait à une ville qui maintenait sa vitesse de développement.

« Ceci est incroyable. »

« Merci beaucoup. »

J’avais entendu la voix de Delphina par derrière, et après quelques instants, Neora avait également passé le point de contrôle.

Delphina se tenait devant moi. Après quelques instants, Neora commença à se concentrer sur son rôle de garde.

« Qu’allons-nous faire maintenant ? »

« Ces choses..., les personnes qui étaient possédées par cette chose, elles créeraient beaucoup de troubles, n’est-ce pas ? »

« Cela semble être le cas. Allons-nous aller à un endroit où il y aurait beaucoup de troubles... par exemple, dans les tavernes ? »

« C’est trop chiant d’agir ainsi. Attendez une seconde. »

J’avais lentement fermé les yeux...

J’avais croisé les bras et m’étais concentré sur mes yeux.

Mon ouïe surhumaine avait été multipliée par 777x.

« Tellement chouette, c’est la première fois que je mange un fruit si doux. »

Pas ça, suivant.

« Uwwa! Le poisson mort d’autrefois revit. »

Pas bon aussi, ensuite.

« Mama~, achetez-moi une Épée Démoniaque. »

Fais de ton mieux, mon garçon... le prochain.

Je triais les sons que je pouvais entendre.

C’était quelque chose équivalent à celle de distinguer le son d’un certain instrument lors d’une musique comprenant plusieurs instruments tout en ignorant les autres. Et ainsi, en agissant comme ça, j’avais rassemblé presque toutes les voix des gens de Malonei, et je les avais triés.

Et.

« Arrêtez ! Cet argent, cet argent est pour la vie de tous les jours ! »

« Ferme ta gueule ! »

C’est ça.

J’avais ouvert les yeux et je commençais à courir.

« Monsieur Kakeru !? »

« Neora, protège-la et suis-moi ! »

« D’accord ! »

J’avais laissé les deux femmes derrière et j’allais de l’avant.

J’avais changé le son capté en coordonnées tridimensionnelles, et je me précipitais là-bas.

J’avais sauté en donnant un coup de pied dans un mur et avait couru à travers le toit. Les résidents étaient devenus bruyants... Je les avais ignorés.

J’avais avancé à travers le chemin le plus court, et l’endroit où j’étais arrivé était une maison isolée. J’avais ouvert la porte et je faisais face à une scène de ménage.

Partout les meubles étaient dispersés, certains étaient étalés et d’autres cassés.

Et à l’intérieur de cela, un homme d’âge moyen essayait de sortir l’argent d’un tiroir, et une femme d’âge moyen tentait désespérément de l’arrêter

La femme m’ayant vu, avait été stupéfaite pendant un instant, mais avait immédiatement demandé de l’aide.

« Aidez-moi, s’il vous plaît ! Mon mari, mon mari est étrange. »

{Sortant l’argent de leur maison, hein}

« Quel trou du cul ! »

« Qu’est-ce que tu as dit !? »

L’homme s’était fâché et était allé vers moi. Il avait pris le couteau en passant, et avait essayé de me poignarder avec.

« Bâtard, ne pas... »

Pour l’instant, je l’avais renversé. Sans avoir besoin de dégainer une arme, je l’avais juste assommé.

L’homme roula sur le sol avec des yeux révulsés.

J’avais traîné l’homme hors de leur maison et l’avais laissé seul.

Les foules qui avaient entendu l’agitation avaient pointé leurs doigts de côté et commençaient à se chamailler.

{Vas-tu sortir cette chose sombre maintenant ?}

« C’est toujours ce que j’ai fait jusqu’à maintenant. Je veux éliminer la cause. »

{Qu’est ce que tu vas faire ?}

« Laisse-moi y réfléchir... »

« Monsieur Kakeru. »

Passant à travers les foules, Delphina m’avait finalement rattrapé. Il y avait aussi Neora juste derrière elle.

Delphina jeta rapidement un coup d’œil autour d’elle et comprit instantanément la situation.

« Est-ce la personne que vous avez capturée ? »

« Oui »

« Devrais-je dire “comme prévu”, ou devrais-je rouler les yeux... nous venons juste d’arriver »

« Ça ne sert à rien de prendre le temps de bien faire les choses ? »

« Qu’avez-vous l’intention de faire avec lui ? »

« J’y pense en ce moment. C’est très facile de sortir cette chose sombre, mais je veux éliminer la cause. As-tu une idée ? »

« Laissez-moi voir. »

Pendant que Delphina réfléchissait, l’homme s’était graduellement réveillé. Il attrapa ses tempes et secoua la tête. Puis il soulevait lentement son corps.

« Hmm. »

{Il s’est réveillé, hein. Hmm, c’est en lui comme je l’ai pensé}

« Oui. »

Je fis un signe de tête à Éléanore.

On dirait qu’il était plus facile de dire que cette chose sombre était « dedans » par rapport au moment où il était assommé.

« Hmm. »

L’homme se leva lentement. Peut-être que je devrais l’assommer à nouveau, mais au moment je pensais à ça.

« Ohh »

Le regard de l’homme se focalisa sur Delphina.

« N’est-ce pas cette morveuse, cet esclave d’un sou »

« Un sou... qu’est-ce qu’il dit ? »

{ ... Delphina semble un peu étrange}

« Eh ? »

J’avais regardé en direction de Delphina.

Son visage habituellement composé avait rapidement changé. Ses yeux s’élargirent, et elle vit l’homme comme si elle regardait le sujet d’une terrible peur. Elle avait tenu sa tête à deux mains et commençait à trembler abondamment.

« Désolé gamine, mais je ne pouvais prendre que 30 gosses avec mon budget à cette époque. Si j’avais eu 1 sou de plus, je t’aurais acheté. »

L’homme continua en souriant.

« Je suis vraiment désolé pour ça, d’accord ? Faire de toi un esclave qui ne se vendait même pas pour un sou. Qu’est-ce qui s’est passé après ça ? Étais-tu disposé comme un esclave qui ne pouvait être vendu ? Haha. »

Le regard de Delphina avait changé de plus en plus.

« Hahahaha, putain de salope ! Une putain d’esclave qui ne pouvait même pas être vendue pour un morceau de pain... »

J’avais coupé la tête de l’homme. Juste l’entendre parler m’énervait.

D’un autre côté, Delphina. Son visage devint pâle et ses cheveux devinrent en désordre.

« Uwaaaaa !! »

À la fin, elle avait même commencé à crier comme une folle.

C’était juste un événement qui dura quelques secondes. Après que Delphina avait crié, elle avait laissé tomber sa tête avec des cheveux défaits.

{ ... c’est entré, hein}

« ... Je sais »

C’était également entré dans Delphina, n’est-ce pas.

Le processus d’entrée..., et l’aptitude d’une personne quand cela arrivait...

On dirait que j’avais besoin d’enquêter plus sur ce sujet.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

7 commentaires

  1. Merci pour le chapitre

  2. Merci pour le chapitre

  3. Merci pour ce chapitre

Laisser un commentaire