Kimi kara Uketsugu Brave Chronicle – Chapitre 1 – Partie 1

Bannière de Kimi kara Uketsugu Brave Chronicle ***

Yukihime Yukigane : La fille la plus forte du monde

Partie 1

« Soyez toujours conscient de votre identité en tant que gardien du monde et ne vous abstenez jamais de vous améliorer, » au sommet de la scène, une fille avait parlé d’une voix pleine de dignité. Elle était la Directrice de notre académie.

Dans l’Académie de la Porte des Étoiles, la définition de « Directrice » était un peu différente. Après tout, cette école servait également d’académie de défense qui devait former les étudiants à devenir des Sorciers des Étoiles. Par conséquent, alors que la Directrice assistait à la gestion de l’académie, son travail principal était d’agir en tant que représentante de l’Académie de la Porte des Étoiles, l’organisation qui préservait la sécurité mondiale..

Pour résumer cette longue histoire, elle était vraiment puissante et importante.

« Maintenant, j’espère que vous apprécierez tous vos vacances d’hiver, » déclara Yukihime, concluant ainsi son discours.

Une série d’applaudissements avait balayé le gymnase. J’avais applaudi avec un faible enthousiasme, car je pensais que. « Votre identité en tant que gardien du monde » était un sujet exagéré pour l’assemblée finale avant les vacances d’hiver.

Avec l’assemblée terminée, les étudiants avaient commencé à sortir de la salle.

« La directrice Yukihime a toujours l’air si adorable, » déclara l’un des étudiants.

« Elle n’est pas seulement adorable, elle est magnifique ! » répliqua un deuxième.

En les rejoignant, j’entendais tous les autres étudiants chanter des louanges envers Yukihime. Elle n’était pas seulement la Directrice, elle était l’idole de l’académie. Elle était la plus forte, obtenait les meilleures notes. Et par-dessus le marché, elle avait des coups d’œil parfaits quand il s’agissait de reconnaître certaines choses. Il n’était pas étonnant que les gens l’adorent.

« Hoo ! J’aimerais qu’elle marche sur moi ! »

« J’aimerais qu’elle me regarde avec ses yeux bleus et qu’elle me dise : dis-moi que je suis un méchant petit cochon ! »

Tout en hochant la tête pour moi-même, j’avais écouté les voix présentes autour de moi. Je pourrais en quelque sorte comprendre comment ils se sentaient. Cependant, moi-même ne l’adorais pas vraiment. Après tout, nous nous connaissions depuis notre enfance et après un certain incident, nous avions commencé à vivre ensemble.

J’étais au courant des imperfections de cette fille soit-distante parfaite. Par exemple, une fois quand j’allais prendre un bain... !

***

J’avais ouvert la porte de la salle de bain, et c’était pour simplement trouver une Yukihime debout au centre de la pièce alors qu’elle ne portait que ses sous-vêtements. Instantanément, nos regards s’étaient rencontrés, et nous étions tous deux paralysés pendant un instant.

Alors qu’est-ce qu’Yukihime avait ensuite fait ? Au lieu de crier, de se couvrir ou de me frapper... elle avait caché quelque chose qu’elle tenait dans ses mains.

« ... L’as-tu vue ? » demanda-t-elle.

« ... Oui, » dis-je.

Malgré ses gestes rapides, cela n’avait pas échappé à mon regard. Un soutien-gorge rose avec des bonnets ridiculement énormes.

Voyez-vous ! Yukihime était en réalité si plate que si jamais je me retrouvais dans une situation de vie ou de mort où j’avais besoin d’équilibrer une planche à découper sur la poitrine d’une fille, elle serait ma sauveuse... ce qui signifiait qu’il n’y avait aucune chance que le soutien-gorge lui appartenait.

Il appartenait à ma petite sœur. Elle avait des seins ridiculement énormes. Et franchement, quel bon frère aîné confondrait le soutien-gorge de sa petite sœur ? C’était à coup sûr le sien... Alors, que faisait Yukihime avec ça ?

« ... Es-tu jalouse d’elle ? » demandai-je.

« Ne dis pas à Towa ce que j’ai fait..., » demanda-t-elle.

La façon dont elle m’avait regardé avec un sentiment de honte qui rougissait tout son visage m’avait fait comprendre que c’était une menace de mort qu’elle me faisait en même temps. En passant, Towa était le prénom de ma petite sœur.

« D’accord, je ne le ferais pas. Je vais être muet comme une tombe. Mais juste pour que tu le saches... sais-tu que porter le soutien-gorge de Towa ne va pas rendre tes seins plus gros ? » demandai-je.

« Je le sais déjà ! » cria-t-elle. « Maintenant, sors d’ici ! Et tu devrais tomber raide mort pendant qu’on y est ! »

Tout en réalisant que la vitesse était essentielle à ma survie, j’avais fui hors de la pièce.

***

... Alors voilà. Voici l’une des faiblesses de cette fille que tout le monde considérait comme parfaite.

Je pense que les petits seins sont à leur manière mignonne, mais ses réactions sont si drôles que je ne peux pas résister à la taquiner sur ce sujet. Elle devrait avoir plus de confiance en soi et oublier d’être en concurrence face aux autres... J’avais silencieusement hoché la tête, content de ma propre conclusion.

« Qu’est-ce que tu fais ? » Soudain, Yukihime se tenait juste à côté de moi alors qu’elle me demandait ça.

« ... Tiens bon, » j’avais placé ma main sur son épaule d’une manière encourageante.

« ... Hein !? Qu’est-ce qu’il y a tout d’un coup ? » demanda-t-elle.

« Oh, peu importe ! » dis-je.

« ... Hmm ? Ah oui, je pense que c’est à toi de répondre à l’enseignant pour le prochain cours, » dit-elle.

« Vraiment ? » demandai-je.

« Je ne t’ai jamais vu étudier... Es-tu prêt pour ça ? » demanda-t-elle.

« Non... montre-moi les tiens, » dis-je.

« Demande-moi comme si tu le pensais vraiment, et je considérerai l’idée, » répondit-elle.

« S’il vous plaît, enseignez-moi comment faire, Madame la Directrice Yukihime, » dis-je.

Je m’étais incliné à un angle de 90 degrés avec chaque once de ma force.

« ... Bien, si tu insistes ainsi. Mais tu ferais mieux d’être prêt la prochaine fois. Sinon, tu ne feras aucun progrès, » Yukihime haussa les épaules d’exaspération tout en disant ça.

Le cours avait commencé quand nous étions arrivés dans la salle de classe, suivie par notre premier cours. Il ne fallut pas longtemps avant qu’Yukihime, qui était assise à côté de moi, se levât pour répondre à la question de l’enseignant.

« En l’an 2000, la construction de la cité maritime deviendra plus tard la Cité de l’Autre-Monde, » répondit-elle. « Quatre ans plus tard, la Première Guerre face à l’Autre-Monde a commencé, ce qui a précipité notre monde dans une crise majeure. Après la guerre, les Sorciers des Étoiles ont dû se révéler à la face du monde, et la Cité d’Autre-Monde est devenue la citadelle de la défense. »

2000 — La construction commence sur la Ville Flottante

2004 — Première guerre contre l’Autre-Monde. La Ville Flottante est rebaptisée la Cité de l’Autre-Monde.

2011 — Seconde guerre contre l’Autre-Monde.

Notre professeur avait commencé à écrire au tableau les événements dont Yukihime avait parlé.

Sorcier des Étoiles : Ceux qui possèdent la Puissance des Étoiles, ce qui leur permet d’utiliser la Sorcellerie des Étoiles.

Ils étaient connus comme étant des sorciers. Tout en se cachant du monde, ils avaient utilisé les pouvoirs qu’ils dissimulaient afin de vaincre les monstres qui envahissaient depuis l’un des autres mondes. Mais après la grande bataille qui avait été plus tard connue sous le nom de la Première Guerre contre l’Autre-Monde, le monde entier avait découvert l’autre monde et la horde massive de monstres qui était apparue depuis là-bas. Les sorciers avaient été ceux qui les avaient vaincus et qui avaient ainsi permis de gagner la guerre.

Par la suite, les sorciers avaient changé leur titre en Sorcier des Étoiles et s’étaient révélés au monde. Ils avaient également commencé à recruter de nouveau Sorcier des Étoiles afin de se préparer à l’inévitable Seconde Guerre.

Nous vivions à la Cité de l’Autre-Monde, une île artificielle qui flottait au large de la ville de Yokohama. La zone était devenue un champ de bataille quand les portes d’un autre monde s’ouvraient à proximité. Quand les Sorciers des Étoiles avaient déménagé dans cette ville afin de prendre le contrôle de ces portes, la Cité de l’Autre-Monde était née. Pour devenir un Sorcier des Étoiles, il fallait commencer à s’entraîner très jeune. Par conséquent, la plupart des habitants de la Cité de l’Autre-Monde étaient des étudiants.

... Alors oui, Yukihime était là à répéter tout ça. Puis, avec un regard cool (c’est sa façon de dire « j’y suis arrivée »), elle s’était à nouveau assise.

C’était une simple demande de l’enseignant afin de commencer le cours : « Dites-moi quelque chose que vous connaissez sur la Guerre contre l’Autre Monde ». Pourtant, Yukihime s’était complètement laissée emporter et avait énuméré tout ce que l’enseignant était sur le point d’expliquer.

Tout le monde avait commencé à applaudir, et le professeur l’avait inondée de louanges. « J’aurais dû savoir qu’il ne fallait pas vous le demander ! »

J’avais également applaudi, juste parce qu’il le fallait. Bon, peu importe...

« Est-ce que je détecte du sarcasme dans tes applaudissements ? » me demanda-t-elle.

« Oh, non. J’admirais juste tes compétences. Selon toi, cela serait quoi d’autre ? » Demandai-je en retour.

« Eh bien, je suis un cran au-dessus de toutes les personnes normales, » dit-elle.

« Ouais... Normale n’est certainement pas la manière dont je te décrirais, » dis-je.

« Que regardes-tu ? » demanda-t-elle.

Tout en restant silencieux, j’avais détourné le regard.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire