Joou Heika no Isekai Senryaku – Tome 2 – Chapitre 10 – Partie 1

***

Chapitre 10 : Le monstre appelé la mer

Partie 1

Chacun des 25 000 cavaliers qui avaient accompagné Roland de Lorraine avait été massacré.

Cette nouvelle choqua Léopold au plus haut point. Il était persuadé que la cavalerie allait renverser le cours de cette guerre en sa faveur. Même s’ils n’avaient servi que de pions, il s’attendait au moins à ce qu’ils repoussent l’invasion et à ce qu’ils gagnent du temps pour les renforts de Frantz. Mais ils n’y étaient pas parvenus : les éclaireurs de Léopold venaient de signaler que l’armée des monstres continuait d’avancer vers Doris.

« Votre Grâce ! Que devons-nous faire ? ! »

« Notre garnison sera-t-elle capable de les retenir ? ! »

Argh… J’ai mal à la tête, pensa Leopold. Mais ce n’est pas l’alcool. Ça doit être le stress…

« Taisez-vous ! Laissez les généraux s’en occuper ! », cria-t-il en claquant son poing sur la table.

« Comme c’est irresponsable ! »

« Ils ne tiendront pas le front tant que les renforts de Frantz n’arriveront pas… »

Les membres du Congrès survivants étaient unanimement opposés à son attitude.

« Taisez-vous ! Sortez d’ici immédiatement, ou je vous fais tous pendre ! », rugit Leopold.

Après cela, les hommes avaient été forcés de quitter sa résidence.

« Merde ! Merde ! Pourquoi rien ne va-t-il dans ma direction ? ! Où me suis-je trompé ? ! »

La vie de Léopold n’avait été qu’une suite d’échecs jusqu’à ce jour. Il n’avait pas réussi à gérer l’entreprise familiale et avait dû dépendre de son jeune frère. Dès que Roland avait pris la relève, tout s’était soudainement amélioré et tout le monde l’avait considéré comme le propriétaire légitime de l’entreprise… Malgré le fait que Léopold était l’héritier légitime et légal.

Sa vie de couple ne s’était pas non plus déroulée sans heurts. Dès qu’il avait été marié, il s’était mis à courir après d’autres femmes, provoquant la colère de sa nouvelle épouse et de sa famille. Alors qu’il avait réussi à les faire taire avec de l’argent, il avait été forcé de divorcer de sa femme. Très vite, ses relations avec ses maîtresses s’étaient également détériorées.

Et maintenant, ceci.

Il avait réussi d’une manière ou d’une autre à chasser sa némésis de son poste et à prendre la place de César. Il avait même fait pendre l’homme. Mais ensuite, les monstres avaient commencé à affluer de l’ouest et à piétiner ses villes, et ils se rapprochaient maintenant de plus en plus de Doris.

Sa dernière lueur d’espoir avait été le Royaume Papal de Frantz, mais ils avaient effectivement abandonné le duché et l’avaient laissé à son sort. Pas une seule des troupes de Frantz n’avait encore franchi la frontière, leur dernier rapport disait seulement qu’ils s’apprêtaient à partir.

Rien ne s’était jamais bien passé pour Leopold. Tous ses efforts s’étaient soldés par un échec.

« Bon sang ! Pourquoi ? Pourquoi est-ce que rien de ce que je fais ne marche jamais ? ! Je sais que j’ai du talent ! Je suis un homme d’affaires compétent, un politicien et un noble ! Alors pourquoi, pourquoi, pourquoi le monde conspire-t-il pour me ruiner ? ! »

Leopold ne voulait pas admettre ses erreurs. Il croyait qu’il avait toujours raison et que tous les autres avaient tort. Ce n’était pas sa faute s’il n’avait pas réussi à diriger l’entreprise, mais celle de Roland qui avait essayé de la lui voler. Son mariage avait échoué non pas à cause de son adultère, mais parce que sa femme était pleine de préjugés et prude.

Naturellement, il attribuait son échec dans cette guerre à de multiples facteurs : les généraux du duché étaient incompétents, les soldats étaient mal entraînés, les officiers avaient choisi la mauvaise stratégie, le Royaume Papal de Frantz n’avait pas envoyé ses renforts comme promis…

Mais peu importe à quel point il avait déplacé la responsabilité, le duché de Schtraut était toujours au bord de l’effondrement, et l’ennemi approchait toujours. Leopold avait ordonné à ses généraux de rassembler les troupes restantes dans la capitale, mais il ne leur avait donné aucun ordre supplémentaire. À vrai dire, il ne savait pas ce qu’il pouvait faire d’autre.

En serrant les mains, il prit une gorgée de cognac.

« Votre Grâce. »

« Hm ? Oh, euh, bonjour, Sébastien. »

Leopold considéra le personnage qui l’approchait comme un signal.

« Les renforts du Royaume Papal sont-ils enfin arrivés ? »

Celui qui l’avait approché était un maréchal de l’armée du nom de Sébastien de Silhouette.

« Mes excuses, Votre Grâce… Ils ne sont pas là. »

« Bon sang ! Maudits soient ces chiens de Frantz ! »

Sébastien était un soldat expérimenté qui avait servi le duché pendant de nombreuses années. Leopold avait laissé à Doris le soin de définir sa stratégie de défense, ce qui en faisait le plus haut commandant de la capitale.

« Combien d’hommes envoient-ils ? », demanda Sébastien.

« Je ne sais pas. Ces fichus charlatans ne voulaient pas le préciser. Je leur faisais confiance, et ils nous ont trahis. »

« Alors nous n’avons pas d’autre choix que de défendre la ville et de forcer l’ennemi à nous assiéger. Heureusement, comme Doris est sur la côte, nous pouvons nous faire livrer des vivres à tout moment. Nous pourrions tenir cette position indéfiniment. »

« Mais ces monstres ont détruit les autres villes si rapidement. Pensez-vous vraiment que nous pourrons les tenir à distance ? »

« C’est possible, Votre Grâce. Grâce à la topographie de Doris. »

« Hm… ? »

Étant une ville côtière, Doris avait un grand port et un chantier naval, et elle servait de centre économique.

« Doris est essentiellement une île. Son seul lien avec le reste du continent est le grand pont de Poitier. Si nous détruisons le pont, les monstres ne devraient pas pouvoir entrer dans la ville. »

« Oui… Oui, c’est bien ça ! Peu importe le nombre de monstres, ils ne peuvent pas traverser les rivières ou les mers. S’ils le pouvaient, ils auraient déjà attaqué Nyrnal. Le fait qu’ils ne l’aient pas fait signifie que nous pouvons protéger Doris ! »

Le pont de Poitier était généralement plein de piétons et de caravanes de commerçants, mais il était fermé et dépourvu de piétons en temps de guerre.

« Mais est-ce que ce ne sera pas difficile de démolir le pont ? Même nos mages ne seraient pas capables de le détruire complètement. »

« Cela prendrait du temps, oui, mais cela rendrait l’invasion de l’ennemi beaucoup plus difficile. Si nous ne le faisons pas, je ne doute pas que l’ennemi essaiera de traverser. »

Ce pont était une structure extrêmement durable, aucun explosif connu ne pouvait y mettre une fissure. Leopold avait du mal à croire que leurs mages seraient capables de faire beaucoup de dégâts. Pourtant, l’ennemi devait traverser le pont pour les atteindre. C’était le seul moyen d’entrer dans Doris par voie terrestre.

« Si nous rassemblons nos forces sur le pont, nous pouvons tenir les monstres à distance avec des tirs de baliste et des attaques magiques tout en gardant les portes fermées. Ce faisant, nous pourrons tenir le front. Aussi grand que soit le pont, il limite le nombre de monstres qui peuvent le traverser à tout moment. »

Le pont de Poitier avait la largeur de cinq Essaims Éventreurs. Le maréchal y voyait une chance de forcer les essaims à s’engouffrer dans un goulot d’étranglement, puis la pluie les attaquerait — ainsi que le pont lui-même — avant qu’ils ne puissent atteindre les murs de la ville.

« Je vois ! C’est une idée splendide ! », s’exclama Léopold, croyant que c’était le chemin de la victoire.

« Positionnez notre armée sur le pont et faites-les frapper l’ennemi avec tout ce qu’ils ont ! Mettez aussi des ballasts sur le pont ! »

« Un moment, Votre Grâce. Nous devons tenir compte de toutes les éventualités possibles. Rassembler toutes nos troupes sur le pont serait dangereux, nous devrions laisser au moins quelques hommes à l’intérieur de la ville. »

« Sébastien, comment pourraient-ils entrer dans la ville autrement ? Pensez-vous que ces monstres peuvent marcher sur l’eau ? Ou qu’ils ont des bateaux ? Impossible. Leur seul moyen d’entrer dans Doris est de traverser ce pont. Maintenant, foncez, si vous le voulez bien. J’enverrai des éclaireurs plus tard pour confirmer que tout le monde est rassemblé sur le pont de Poitier. »

« Comme vous le souhaitez, Votre Grâce. »

Léopold commençait déjà à agir comme si cette opération avait été son idée. Il s’était presque convaincu qu’il était un sauveur capable de délivrer Doris de cette crise.

Sébastien, en revanche, était consterné, car sa seule stratégie — et la ville elle-même — était désormais en danger. Après un salut en direction du duc, il partit rassembler les soldats.

« Oui. Oui. Je peux gagner… et je le ferai. Cette fois, je vais réussir ! »

Leopold ouvrit une nouvelle bouteille de brandy très cher pour célébrer sa victoire imminente, remplissant son verre à ras bord.

☆☆☆**

« Alors c’est à ça que ressemble Doris », m’étais-je dit.

Je le savais déjà grâce aux rapports des essaims, mais je pouvais maintenant voir de mes propres yeux que Doris était comme une forteresse flottante sur la mer. La saisir ne serait pas une tâche facile. Il suffirait de se précipiter sur leur pont et de franchir leurs portes pour recevoir un accueil… très chaleureux. Cela porterait sans doute un coup fatal à mes forces, et notre assaut se solderait par un échec.

Mais il n’y avait pas d’autre moyen d’entrer dans la capitale. Le pont était la seule route reliant Doris au reste du continent. Dans toutes les autres directions, la ville n’était entourée que par la mer.

« Que devons-nous faire, Sérignan ? », lui avais-je demandé.

« Mes excuses, Votre Majesté, mais je ne peux pas le dire. Si seulement nous pouvions utiliser des bateaux, nous pourrions naviguer dans la ville. Mais l’Essaim ne peut pas utiliser un navire, et moi non plus. Il semble que forcer la traversée du pont soit notre seul moyen d’entrer, non ? »

C’est vrai, l’essaim ne peut pas utiliser de navires. Ils n’avaient aucun moyen de traverser les rivières ou les mers. Dans le jeu, les paramètres avaient rendu cette faiblesse assez insignifiante. La réalité, malheureusement, n’avait pas été aussi bonne pour nous.

« Alors, votre casse-tête réside dans votre incapacité à faire fonctionner les navires ? » dit la voix d’un jeune homme à nos côtés.

« C’est vrai, Roland. Les navires nous permettraient de conquérir cette île avec un minimum de pertes. Mais ce n’est qu’un rêve pour nous. »

Je parlais à Roland, le nouveau Roland, que j’avais transformé en Essaim. Il était maintenant le chevalier Essaim Roland, comme je l’avais baptisé. Tout comme Lysa, il avait la moitié inférieure d’un insecte et une queue qui cachait un dard venimeux. Sa principale différence avec Lysa, cependant, était qu’il avait aussi une autre paire de pattes instables qui poussaient sur ses flancs. Ces jambes avaient des griffes géantes, et elles étaient aussi flexibles que les bras humains.

« Pourquoi ne pas engager des marins pour conduire les bateaux à votre place ? » lui proposa Roland.

« Malheureusement, toutes les villes de la côte ont été détruites par l’armée de ce stupide noble. Il n’y a plus personne en vie que nous pourrions engager. »

« Alors peut-être que je peux essayer. »

« Quoi ? »

Je l’avais regardé.

« Sais-tu comment réquisitionner un navire ? »

« J’ai déjà essayé. J’ai dû naviguer plusieurs fois en aidant Leopold dans l’entreprise familiale, donc je ne suis pas étranger à la mer. Je devrais être capable d’en gérer un assez bien, en supposant qu’une tempête n’éclate pas. »

Eh bien, n’ai-je pas touché le jackpot ?

En plus d’être un chevalier habile et de bonne humeur, Roland pourrait même naviguer sur un navire.

Comme il est polyvalent ! Je pourrais apprendre une chose ou deux de lui.

« Roland, je veux que tu essaies de faire fonctionner un vaisseau pour que la connaissance circule dans la conscience collective. De cette façon, le reste de l’essaim apprendra aussi à le faire. »

« Selon votre désir, Votre Majesté. Nous allons rassembler les navires des villes côtières et faire en sorte qu’une force d’Essaims se prépare à attaquer Doris. »

Sur ce, Roland monta sur son cheval et s’envola.

« Peut-on vraiment lui faire confiance, Votre Majesté ? », demanda Sérignan, qui le regardait avec suspicion.

« Bien sûr que nous le pouvons. Il ne nous trahira pas. Ne peux-tu pas dire à quel point sa haine est intense à travers la conscience collective ? Moi, je le peux. Il veut régler ses comptes avec son idiot de frère. Il n’arrêtera pas tant que Leopold ne sera pas mort et que le Royaume Papal de Frantz ne sera pas en ruine. »

« Je peux sentir sa haine, oui, mais… »

Les émotions émises par Roland étaient toutes négatives : haine, trahison et rage bouillonnaient. Il détestait Léopold et le Royaume Papal pour avoir conduit son pays à la ruine. Nous avions ces deux ennemis en commun maintenant, j’avais donc cru que nous pouvions lui faire confiance pour nous aider.

« Sérignan, il ne peut pas nous mentir. Nous sommes tous frères et sœurs liés par la conscience collective. Je fais confiance à Roland comme je te fais confiance. »

« De la même façon que vous me faites confiance… ? Hmph. Entre Roland et moi, qui est le plus digne de confiance ? », demanda Sérignan, un soupçon de jalousie dans sa voix.

« Bien sûr que c’est toi. Tu me protèges depuis le début. Tu es mon plus cher chevalier, et j’ai confiance en toi plus que quiconque. », lui répondis-je en faisant un petit sourire.

« Oh, Votre Majesté, je… Je vous suis très reconnaissante ! »

« Oh, voilà de bien grosses larmes. Allons, les chevaliers ne devraient pas brailler pour un rien. »

Pour moi, l’Essaim était comme mes adorables enfants. Cela comprenait tous les essaims Éventreurs qui s’étaient battus pour moi jusqu’à présent, les Essaims Travailleurs qui travaillaient tous les jours pour fabriquer des objets pour notre armée, les Essaims Fouilleurs qui attendaient mes ordres sous terre, les Essaims Mascarades qui travaillaient sous couverture, et Lysa, notre résidente elfe devenu Essaim…

Naturellement, cela impliquait aussi Sérignan. Elle était mon chevalier le plus précieux et irremplaçable.

« D’accord, faisons le plan de notre opération. Le simple fait de surgir avec un tas de navires manque vraiment de finesse. », lui dis-je.

Il était temps de faire tomber la capitale de Schtraut.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires :

  1. Merci. Encore une ville promise à un funeste destin....

  2. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire