Jinrou e no Tensei – Tome 6 – Chapitre 6 – Partie 31

***

Chapitre 6

Partie 31

J’avais rapidement fait quelques gestes avec ma main gauche et j’avais lancé un sort de liaison sur mon bras droit. Normalement, ce sort était destiné à être utilisé sur des adversaires pour sceller leurs mouvements, mais je le lançais sur moi-même. Le sort figeait les choses, de mon épaule à mon poignet, transformant mon bras en une tige d’acier durci. Une fois que cela avait été fait, j’avais poussé mon Blast Rifle vers l’avant. Le fusil était si long que normalement je ne serais pas capable de le maintenir stable comme ça, mais j’avais verrouillé mon bras en place en utilisant la magie de liaison. Grâce à cela, ma précision n’avait pas du tout faibli. Idéalement, j’aurais lancé de la magie contraignante sur mes deux bras, mais j’avais besoin d’une main libre pour faire les gestes nécessaires pour activer les sorts.

Je posai fermement les pieds sur le sol et me tournai de manière à ce que le moins possible de mon corps soit face au prince Woroy. Le prince continua à foncer vers moi, ressemblant à une comète brillante. Il était évident qu’il ne comptait pas revenir vivant de ce duel, même s’il réussissait à me battre. Sa barrière de lumière le protégeait de tous mes tirs de lumière. Et sa lance m’atteindrait dans trois autres secondes. Dans ma forme humaine, je n’étais pas sûr de pouvoir l’esquiver. Pour un observateur, il semblerait que le prince Woroy avait tous les avantages.

Cependant, il y avait un point faible qu’il n’avait pas pris en compte. Ce point faible était exactement la même chose avec laquelle il essayait de m’embrouiller. La pointe de sa lance. Sa lance était suffisamment longue pour que la moitié de celle-ci dépasse de sa barrière de protection.

J’alignai le canon de mon fusil avec la pointe de sa lance. De la façon dont je l’avais vu, le prince Woroy devrait constamment l’avoir pointé sur moi, sinon il ne pourrait pas me frapper. Et tandis que la pointe d’une lance était destinée à une petite cible, tant qu’elle ne bougeait pas, je pouvais la viser avec précision avec mon bras droit lié. Puisqu’il semblait que le prince Woroy ne pensait à rien d’autre que cette attaque, tout ce à quoi je devais penser était de briser cette attaque.

Un instant avant que sa lance ne me transperce, j’appuyai sur la gâchette de mon Blast Rifle.

Une balle de lumière avait percuté sa lance à bout portant. L’explosion de lumière qui en avait résulté m’avait momentanément aveuglé et je n’avais pas pu suivre avec précision ce qui s’était passé ensuite. Tout ce que je savais, c’est que le cheval de guerre sans cavalier du prince Woroy s’était précipité devant moi, faisant gonfler ma cape dans une rafale. Ce qui signifiait que je n’étais pas mort.

Quand j’avais enfin retrouvé la vue, j’avais vu le prince Woroy allongé face contre terre. Le bout de sa lance avait disparu, et le reste avait été fendu jusqu’à la garde. Normalement, les chevaliers plaçaient leurs lances près de leur poitrine pour les stabiliser, ainsi que pour permettre au cavalier d’absorber plus facilement l’impact de frapper un ennemi. En conséquence, cependant, la force de ma balle avait traversé la lance du prince Woroy et dans sa poitrine, le faisant tomber de sa selle.

En regardant l’énorme bosse sur sa cuirasse, il était évident que l’impact avait été assez violent. Il ne faisait aucun doute qu’il s’était au moins cassé quelques côtes. Je ne pouvais pas dire s’il était encore en vie ou non, mais j’étais certain qu’il ne se lèverait pas de sitôt s’il l’était. Tomber d’un cheval qui chargeait était suffisamment dangereux pour être potentiellement mortel. Même l’armure du prince Woroy n’aurait pas été suffisante pour le protéger complètement de l’impact s’il ne s’était pas correctement préparé pour amortir sa chute. Pourtant, il était possible que certaines de ses côtes se soient enfoncées et aient percé ses organes.

Oi, tu ferais mieux de ne pas être mort. Si possible, je voulais lui sauver la vie. J’avançai à grands pas vers le prince au sol, mon bras droit toujours levé à un angle inconfortable. Pour être honnête, je voulais arrêter de tenir cette pose de chuuni, mais bouger mon bras alors que ma magie de liaison était encore active était impossible. Et comme j’avais utilisé à peu près tout mon mana lors de cet affrontement avec le prince Woroy, je ne pouvais pas lancer de contre-sort avant de me reposer un peu. Bien que je veuille le guérir le plus tôt possible, il ne semblait pas que j’en serais capable avant un certain temps au moins. Lorsque j’avais atteint le prince Woroy, le corps des mages derrière moi s’était levé et avait commencé à se crier dessus.

« Lord Veight a gagné ! »

« Il a battu le prince Woroy avec l’une des Blast Canes de la princesse Eleora ! »

« Vive Lord Veight et la princesse Eleora ! »

« Wooooooo ! Il a en fait battu un chevalier à pied ! »

Les soldats avaient commencé à se répandre hors des fourrés voisins ou sous les blocs de neige. Ils levèrent haut leurs Blast Canes sans munitions et applaudirent.

« Seigneur Veight ! Seigneur Veight ! »

« Vive l’Escrimeur Astral ! »

« L’Escrimeur Astral qui utilise la magie ! »

Leurs acclamations retentissantes étaient assez fortes pour faire trembler les arbres. Pour être honnête, je souhaitais que tout le monde me laisse tranquille, car j’étais toujours coincé dans cette pose ridicule avec mon bras tendu. Combattant mon épuisement, j’avais levé ma main gauche avec lassitude pour faire taire les soldats en liesse.

« Messieurs, notre guerre n’est pas encore gagnée. Cependant, nous manquons de force pour poursuivre l’ennemi. Alors pour l’instant, faisons prisonnier le prince Woroy et retournons à notre château. Toutes les escouades, rassemblez vos blessés et battez en retraite ! »

« Oui, Monsieur ! »

Alors que je soupirais de soulagement, je réalisai quelque chose. Si j’avais simplement lancé de la magie contraignante sur mon bras gauche à la place, j’aurais probablement pu tenir le fusil à deux mains, puisque ma main droite était ma main dominante. Si jamais je dois refaire ça, c’est ce que je ferai.

« Hey, réveille-toi Lord Veight. »

J’ai senti quelqu’un me secouer les épaules et j’ai ouvert les yeux groggy. Qu’est-ce que je faisais encore ? Oh ouais. Soigner le prince Woroy. Le prince Woroy était assis sur le lit devant moi. Il était à moitié nu enveloppé de bandages et avait les bras croisés sur la poitrine.

« Quel genre d’imbécile s’endort au pied du lit de son ennemi ? C’est comme si vous demandiez à être tué. »

« Oh, mes excuses, Votre Altesse. »

Merde, j’ai baissé ma garde. Malheureusement, il était vraiment facile de baisser la garde autour du prince Woroy. C’était ce qui faisait peur chez les membres de la famille Doneiks. Ils étaient tous tellement charmants. Le prince Woroy semblait indifférent à ma grossièreté et déclara : « Épargnez-moi les titres honorifiques. J’ai perdu contre vous, et maintenant je suis votre prisonnier. En tant que général ennemi, vous ne devriez pas me traiter avec respect. »

« Vous avez mes plus sincères excuses, Prince Woroy. »

« Est-ce que je ne viens pas de vous dire de laisser tomber les titres honorifiques ? Pas de discours poli non plus. De plus, je n’ai plus le droit d’être appelé prince. »

C’est un peu difficile de changer la façon dont je m’adresse à vous tout d’un coup, vous savez. Cependant, le prince Woroy avait continué à me regarder avec insistance, alors j’avais changé à contrecœur ma façon de m’adresser à lui.

« Très bien — euh, je veux dire, d’accord. Heureux maintenant, Woroy ? »

« Oui, je le suis. C’est beaucoup mieux. »

Woroy me sourit. Même quand il était couvert de blessures, il avait l’air fringant. Le prince fléchit ses doigts et étira ses bras, vérifiant pour voir combien de dommages durables lui avaient été causés.

« Honnêtement, je ne peux pas croire que je sois encore en vie. »

« En effet. Incidemment, tes côtes étaient en bien pire état que tes bras, Prince… je veux dire, Woroy. »

La force de mon Blast Rifle avait été aggravée par la propre charge de Woroy, et le cœur de cet impact avait été centré sur le manche de sa lance. La poignée reposait contre sa cuirasse, alors l’impact avait été transféré sur sa poitrine. Si son armure n’avait pas été de la plus haute qualité, il serait mort.

« Oh, et bien que ton cheval de guerre ait subi quelques contusions, il va plutôt bien. Je l’ai guéri du mieux que j’ai pu, alors il devrait se rétablir complètement. »

Le fait que Woroy ait réussi à amortir sa chute malgré un coup qui aurait dû l’assommer était la preuve qu’il était un maître guerrier. Ce serait dommage de perdre un homme aussi talentueux. Ayant vu sa force en tant que commandant, ainsi que ses prouesses individuelles, je pouvais comprendre pourquoi il adorait tant la guerre.

Woroy m’avait adressé un sourire amer et m’avait dit : « Je suis le frère cadet d’un traître. Quel intérêt y avait-il à me guérir ? Je vais juste être exécuté de toute façon. »

Comme si j’allais laisser faire. Avez-vous une idée de votre popularité auprès des citoyens ? La plupart des soldats d’Eleora m’avaient même demandé d’épargner la vie de Woroy.

« Je ne te laisserai pas mourir. Si je laissais un homme de caractère comme toi être exécuté, je salirais l’honneur de Meraldia. Je ferai en sorte que tu restes en vie, quoi qu’il en coûte. »

« Je ne vaux pas autant que tu le crois. »

« Et tu sous-estimes ta valeur. Il y a peu d’hommes aussi vaillants et héroïques que toi. »

Je soupirai et Woroy me rendit son soupir.

« Comme si tu étais du genre à parler. »

Qu’est-ce que c’est censé vouloir dire ? Woroy m’avait lancé un regard noir et m’avait dit : « Si quelqu’un sous-estime sa valeur, c’est bien toi. À quoi pensais-tu, en te nommant parmi mes chevaliers ? »

« Même si je meurs, il y a plein de gens capables de prendre ma place. »

« Comme si c’était possible ! Es-tu idiot !? »

Tu es un prisonnier de guerre grossier, le sais-tu ?

« D’ailleurs, tu n’as pas le droit de me juger ! C’est toi qui es allé charger mon corps de mages avec juste ta garde d’honneur ! »

« C’est parce que ça valait la peine d’échanger ma vie contre la tienne si je pouvais y arriver ! Nous sommes peut-être tous les deux commandants de nos armées respectives, mais tu as bien plus de valeur que moi ! »

Si nous devions utiliser une analogie avec les échecs, je ne serais rien de plus qu’un chevalier. Pendant ce temps, Woroy était à tous les coups au moins une tour. En fait, compte tenu de ses contributions à la guerre du prince Ivan, il était probablement plus proche d’une reine. Échanger une reine contre un chevalier n’en valait pas la peine.

« Je respecte tes compétences en tant que général Woroy, mais tu surestimes vraiment ma valeur. »

« Non, tu te sous-estimes. Et le fait que tu le fasses donne probablement des maux de tête à tes hommes, alors arrête de prétendre que tu es moins important que tu ne l’es. »

« Je ne suis vraiment pas si important. »

« Si, tu l’es. »

Tous les deux, nous tournions simplement en rond maintenant. À ce moment-là, Fahn surgit dans la pièce. Elle posa une serviette humide et un lavabo sur la table à côté du lit de Woroy, puis me regarda.

« Tu es si important. »

Traîtresse. Comment oses-tu trahir ton compagnon loup-garou ! Woroy me sourit d’un air suffisant alors que Fahn le soutenait.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire