Jinrou e no Tensei – Tome 6 – Chapitre 6 – Partie 20

***

Chapitre 6

Partie 20

Bien qu’il y ait eu des problèmes occasionnels, la construction progressait la plupart du temps sans incident. Il semblerait que le prince Woroy ait finalement compris ce que nous faisions. Mais il ne pouvait pas s’engager à monter une attaque contre nous parce que s’il montrait une ouverture, l’armée du prince Ashley marcherait sur le château par le sud.

Notre plus grande préoccupation en ce moment était que nous n’avions pas assez de neige. Je voulais que nos murs soient bien plus hauts qu’ils ne l’étaient, suffisamment pour qu’une armée attaquante ait besoin d’échelles de siège pour les escalader. Bien sûr, cela nécessitait beaucoup plus de neige que nous ne pouvions en récolter de manière réaliste. Nous faisions de la glace en utilisant l’eau du lac afin d’augmenter la hauteur, mais même cela ne suffisait pas. Nous avions déjà ramassé toute la neige pure de la région et nous ne pouvions pas utiliser la neige boueuse tassée plus près du sol, car elle fondrait trop tôt.

Borsche, qui avait été chargé de superviser la construction, s’était approché de moi en fronçant les sourcils.

« Pour le moment, le mur n’est pas assez haut pour dissuader l’infanterie. Cependant, il est au moins assez haut maintenant pour arrêter une charge de cavalerie ou bloquer des flèches. »

« Alors va-t-il falloir organiser une unité pour transporter la neige d’ailleurs ? »

Après que j’ai dit ça, le capitaine Lenkov du corps des mages s’était approché de nous.

« Lord Veight, les anciennes troupes de Sveniki ont quelque chose à vous dire. »

Je suppose que je devrais y aller et entendre ce qu’ils ont à dire directement. Mais juste au moment où je me levais, un des sergents des troupes de Sveniki s’avança.

« Lord Veight, je crois que nous aurons de fortes chutes de neige ce soir. Vous devriez dire à tout le monde de se couvrir et de se tenir au chaud. Aussi, dites à tout le monde d’être prêt à empiler plus de neige demain. »

Le vieux vétéran pointa un doigt noueux vers une montagne lointaine.

« Les habitants appellent cette montagne, la Montagne du Loup des Neiges. Les nuages apparaissent rarement au-dessus de la montagne en hiver, mais quand ils le font, c’est un signe que nous allons avoir beaucoup de neige. »

Apparemment, cette région recevait d’énormes quantités de neige une fois toutes les quelques décennies environ. Le vieux soldat qui avait fait le rapport avait connu un de ces âges d’hiver il y a des années. Le château de Sveniki n’était pas très loin d’ici, donc il y avait quelques membres de sa garnison qui venaient de cette région. J’étais relativement sûr de pouvoir faire confiance à l’intuition de ce vieux soldat. Ce n’était pas comme si nous perdions quoi que ce soit si sa prédiction était fausse, mais certains hommes pourraient mourir de froid s’il avait raison et je n’ai pas averti tout le monde de prendre les précautions nécessaires avant d’aller dormir.

« Compris, je vais prévenir les hommes. Il semble que nous aurons la chance d’avoir plus de neige. » J’avais regardé le vieux guerrier et j’avais ajouté : « Nous avons encore une fois été sauvés par votre escouade. Comme avant, je ferai en sorte de faire savoir aux autres nobles que c’est vous qui méritez le mérite. »

Le soldat rayonnait. Considérant à quel point ils avaient été utiles, je m’étais dit que je devrais leur envoyer une bouteille de vin comme récompense plus tard. Cette nuit-là, il y eut de fortes chutes de neige comme le vieil homme l’avait prédit. Elle était tombée si épaisse que vous pouviez à peine voir votre main devant votre visage si vous alliez dehors. Le vent s’était également levé au bout d’un moment, transformant la tempête de neige en blizzard.

« Ah, Vight. Vous ne devriez pas porter des vêtements aussi légers. Vous allez attraper froid. »

Lacy s’était approchée et avait enroulé son écharpe autour de mon cou. Au cours de ce voyage, elle avait commencé à agir de plus en plus comme une vieille grand-mère. Après avoir fini d’enrouler l’écharpe autour de moi, elle avait levé les yeux vers le ciel. Vous ne verriez jamais des chutes de neige aussi lourdes à Meraldia.

« C’est encore plus de neige que ce que nous avions à Krauhen. »

« Apparemment, même Rolmund ne reçoit autant de neige que toutes les quelques décennies. »

« C’est comme si même les cieux étaient de notre côté ! »

« Cela semble un peu trop pratique pour être une coïncidence. »

Nous avions été extrêmement chanceux d’avoir une nuit de fortes chutes de neige — comme la région n’en avait vu qu’une seule fois toutes les décennies environ — juste au moment où nous manquions de neige. J’avais regardé la montagne que le vieil homme m’avait indiquée plus tôt dans la journée. Elle se trouvait loin au sud.

« Le sud, hein… »

Au-delà de cette montagne se trouvait Meraldia. Le visage d’un grand sage m’avait traversé l’esprit. Après avoir franchi le seuil final, elle avait acquis tellement de pouvoir qu’elle avait pu manipuler l’atmosphère elle-même. Non, il n’y avait aucun moyen que ce soit elle. Le Maître était probablement extrêmement occupé à unir l’armée des démons en ce moment. Elle n’avait aucun moyen de connaître notre situation actuelle et même si elle l’avait fait, elle ne pourrait pas se téléporter aussi loin. Oh, mais Ryunheit a Mitty l’astrologue. Il est possible qu’elle ait lu les étoiles pour comprendre ce dont nous avions besoin. Mais même alors, cela semblait trop tiré par les cheveux. Lacy semblait penser la même chose que moi alors qu’elle croisait les bras et dit avec un regard pensif : « Est-ce que… Movi pourrait être responsable de ça ? »

« Qui sait… ! »

Si nous sortions vivants de cette guerre, j’interrogerais le Maître à ce sujet. J’imaginais Maître volant au-dessus des montagnes de Rolmund, nous regardant avec un sourire alors qu’elle gelait l’air qu’elle traversait. Si elle était vraiment là, elle dirait probablement quelque chose comme : « Fufu, quand est-ce que mes disciples apprendront à se débrouiller sans moi ? »

C’était drôle comme je pouvais facilement imaginer la réaction du Maître.

« Je doute que ce soit elle, mais nous devrions la remercier, si c’est le cas. »

Je m’étais tourné vers le sud et j’avais baissé la tête. Lacy avait emboîté le pas. Après quelques secondes, nous avions levé les yeux et échangé des regards.

« Il fait plutôt froid… » marmonnai-je.

« Oh, ça me rappelle. Certaines personnes du corps des mages m’ont donné cette douce soupe aux haricots qu’ils ont préparée. C’était vraiment bon et ça vous réchauffe jusqu’au bout des doigts. »

« Ça sonne bien. Je vais peut-être passer à leurs tentes et voir s’ils en ont pour moi. »

Demain serait une journée chargée. Nous ferons de notre mieux, Maître.

Grâce aux fortes chutes de neige, nous avions pu construire la « Forteresse de neige de l’impératrice des flammes » dans l’immense château que j’avais imaginé. L’armée d’Eleora était maintenant protégée par d’épais murs de neige qui… n’étaient pas aussi solides que des murs de pierre, mais avec l’épaisseur que nous avions faite, cela suffirait. Ils étaient également assez grands pour parfaitement tenir le coup à moins d’êtres frappé par des armes de siège.

« La meilleure partie est que, même si les murs sont touchés par des catapultes, nous pourrons simplement tasser la neige le lendemain. »

Kite regarda l’imposant mur d’argent avec admiration.

« Nous pouvons même utiliser les pierres qui se logent dans la glace comme partie du mur. »

« Ouais… je suppose que oui. »

Je ne savais pas si ce serait aussi simple, mais ce mur avait au moins l’air plus facile à réparer qu’un mur de pierre. Comme nous avions pu terminer la construction plus tôt que prévu, nous avions encore plus de marge de manœuvre qu’auparavant. Eleora s’en était également rendu compte et avait dit : « Je pense rejoindre l’armée d’Ashley quand il se dirigera vers le nord. Je prendrai trois mille hommes de mes propres troupes. »

« Es-tu sûre que c’est une bonne idée, Eleora ? Le moral de l’armée du prince Ashley est en lambeaux. »

Les nobles sous le commandement du prince Ashley n’étaient pas exactement incompétents, mais ils étaient enclins à se dérober au travail. Cela avait du sens, étant donné qu’ils n’avaient soutenu le prince Ashley que parce qu’ils pensaient que c’était le moyen le plus simple d’avancement social. Eleora m’adressa un sourire troublé.

« C’est exactement pour ça que je dois y aller. Quelqu’un de la famille impériale doit garder ces imbéciles de son armée en ligne. »

Eleora avait raison. Le prince Ashley lui-même était coincé dans la capitale, elle était donc la seule membre de la famille royale capable de prendre le commandement. Le prince Ashley avait une sœur aînée et Eleora avait une sœur cadette, mais aucune d’elles n’était soldat, elles ne savaient donc pas comment commander des armées. Ce n’étaient que de vieilles princesses ordinaires. Cependant, j’étais toujours inquiet à l’idée d’envoyer Eleora combattre le prince Ivan.

« Dans ce cas, je prendrai le commandement. Comme je suis un loup-garou, je pourrai m’enfuir ici par moi-même même si les choses tournent mal. »

Eleora secoua la tête.

« Woroy est le meilleur commandant des Doneiks. Quelqu’un doit le garder piégé ici ou il va se frayer un chemin dans la capitale. D’un autre côté, si nous pouvons le garder coincé dans son château, nous pouvons l’épuiser dans une guerre d’usure. »

Eleora lança quelques jetons qui indiquaient les forces alliées sur la carte étalée entre nous.

« Depuis que nous avons rejoint Ashley dans la guerre, ses nobles ont lentement commencé à lui envoyer plus de troupes. »

« Alors ces opportunistes pensent que nous avons le dessus, hein ? »

À l’origine, les principaux nobles soutenant le prince Ashley avaient refusé leur soutien parce qu’ils pensaient qu’il était fini, mais maintenant ils étaient prêts à coopérer.

« Vous avez réussi à stopper l’assaut de Woroy et à prolonger la bataille. Les partisans d’Ashley pensent donc qu’il est temps de montrer leur loyauté et d’éviter d’être punis s’il gagne et devient empereur. »

Le prince Ashley était un homme doux, mais il n’était pas assez fou pour nommer des personnes qui l’avaient abandonné à des postes importants. C’est pourquoi les nobles qui le soutenaient avaient décidé que le moment était venu de prouver leur loyauté à sa cause.

« Afin de maintenir leur soutien au compte-gouttes, nous devons montrer que nous avons un avantage écrasant. Si une princesse impériale mène cette invasion dans les terres ennemies, tout le monde pensera que nous sommes à quelques jours d’une victoire totale. »

« Je comprends ce que tu dis, mais… »

Les personnes importantes ne devraient pas se battre en première ligne. Dieu, cette princesse garçon manqué est une vraie plaie. Avant que je puisse argumenter davantage, Eleora m’interrompit.

« Vous devez entreprendre la mission la plus difficile de toutes, vaincre Woroy. Mais vous êtes aussi plus adapté à cette mission que moi. Après tout, vous avez déjà prouvé que vous êtes un meilleur commandant que moi quand vous m’avez battue. »

Je suis à peu près sûr que j’ai gagné parce que tu avais à peine une armée… Si nous avions été sur un pied d’égalité, je suis sûr que j’aurais perdu. Mais Eleora avait continué.

« Les renforts que l’armée d’Ashley reçoit sont tous des troupes privées appartenant à divers nobles. Leur loyauté n’est pas envers Ashley, donc ils ne sont pas prêts à se battre avec leur vie en jeu. Beaucoup d’entre eux ne veulent pas participer à cette expédition, point final. »

« Quelle plaie... »

Ces gars-là étaient juste là pour remplir un quota de nombre, ils ne voulaient pas du tout se battre. Malheureusement, nous avions besoin de ces individus. Eleora désigna sur la carte l’endroit désignant la capitale.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

  1. merci pour le chapitre

Laisser un commentaire