Jinrou e no Tensei – Tome 4 – Chapitre 4 – Partie 4

***

Chapitre 4

Partie 4

La tourmente intérieure de l’enquêteur Kite

Cela ne peut pas être. Cela doit être un cauchemar. Le loup-garou légendaire, le fléau du nord, se tient devant moi. C’est la seule personne que je ne voulais pas rencontrer. Je ne peux pas croire cela. En tant que mage d’epoch, mes tâches principales sont de reconstruire le passé. Ce qui signifie que je traite souvent des informations sensibles pour le Sénat. Naturellement, j’ai aussi appris dans quels secrets ne pas mettre mon nez. Je sais ce qui arrive aux mages d’epoch trop curieux.

Malheureusement, mon ignorance volontaire s’est retournée contre moi. Au départ, je pensais que le tuteur du vice-roi Shatina était un homme calme, rationnel et tranquille. J’ai supposé qu’il n’était qu’un assistant et je n’ai pas réalisé quel genre de monstre il était. Ce n’est que lorsqu’il a souri et s’est transformé que j’ai réalisé ma folie.

S’il n’était qu’un loup-garou au hasard, ce ne serait pas si mal. Mais non, c’est le seigneur à fourrure noire de Ryunheit. Celui qu’ils appellent le porte-parole du Seigneur-Démon, le démon le plus dangereux de tous. Je suis un imbécile. Un imbécile absolu. Ce démon maléfique aimait sans aucun doute m’entendre révéler des secrets que je n’aurais pas dû avoir.

Le plan du Sénat visant à dresser l’armée démoniaque et les vice-rois du sud les uns contre les autres a échoué de manière spectaculaire. Pour être honnête, j’ai toujours pensé qu’un plan aussi simple ne pourrait jamais fonctionner, et je ne voulais pas en faire partie. Mais les ordres sont des ordres. En tant que fidèle serviteur du Sénat, je n’avais d’autre choix que d’obéir. Mais maintenant, les démons savent tout de notre plan. Je suis un idiot complet. Presque aussi crétin que mes supérieurs.

Je vais être tué, n’est-ce pas ? Ce monstre a attrapé des pierres lancées par une catapulte dans les airs. Je n’ai aucun moyen d’échapper à quelqu’un comme lui. Ma magie d’epoch a pu voir ce qui se passait autour du couteau jusqu’au moment où son propriétaire est décédé. Il avait défié Veight au combat, et l’instant d’après, sa tête s’était envolée. Il n’avait même pas réalisé qu’il avait été tué. Un humain ordinaire et non entraîné comme moi ne tiendra même pas une seconde.

Bon sang, pourquoi ça se produit? Pourquoi suis-je toujours trahi par mes choix ? Peu importe à quel point j’essaie, peu importe les efforts que je fournis, je ne suis jamais récompensé pour cela. J’ai gardé la tête baissée, j’ai laissé ces sacs à vent du Sénat me rabaisser et j’ai travaillé dur. Mais à la fin, j’ai juste été utilisé par ces crétins pendant des années. Et maintenant, j’ai échoué dans ma mission et je suis sur le point d’être tué. Pourquoi cela m’arrive-t-il ?

Le loup-garou devant moi montra ses crocs, sa fourrure d’un noir de jais semblait avoir été taillée dans le ciel de l’enfer. Son immense réserve de mana tourbillonnait autour de lui. Voici donc le roi des loups-garous, le seigneur des sables. Sa simple présence était si terrifiante que j’en avais le vertige. Il a à lui seul massacré une armée de 400 personnes, en a vaincu 2 000 autres et a même tué le héros. Il est la mort incarnée. Maintenant que je l’ai vu de près, je suis même prêt à croire les rumeurs selon lesquelles il aurait détruit les murs de Thuvan d’un seul coup de poing.

Cela peut être étrange de dire cela, mais je suis vraiment impressionné. S’il est aussi imposant, il n’est pas étonnant qu’il ait gagné tous les combats. C’est un tyran divin, un destructeur invincible. Et il sourit. Me souriant. Ce sourire me dit qu’il peut me tuer quand il veut, et je ne peux rien y faire. Bien, riez de moi autant que vous voulez. Je ne suis qu’un raté qui ne mérite pas mieux de toute façon. Un imbécile qui déteste le Sénat, mais ne peut pas arrêter de travailler pour eux. Mais il y a une chose que je ne supporte pas. Je ne veux pas mourir comme un imbécile, comme un pion du Sénat. Si je dois mourir ici, je meurs selon mes propres conditions. Putain le Sénat.

* * * *

Ce n’est que lorsque Kite avait pâli et était devenu silencieux que j’avais réalisé que j’avais peut-être un peu exagéré. Écoutez, je sais que les loups-garous sont effrayants, mais vous pourriez sûrement dire d’après notre conversation précédente que je ne vais pas vous faire de mal ? Je veux dire, je sais que le Sénat considère les loups-garous différemment des vice-rois, mais je suis juste assis ici malgré le fait que vous me détestez clairement. Si j’avais voulu attaquer, je l’aurais fait. Cependant, Kite m’avait juste jeté un regard noir et avait crié : « Si vous voulez me tuer, alors finissez-en ! Arrêtez de me sourire, monstre ! »

Il semblerait que je l’avais rendu fou.

« Pas comme si tuer un menu fretin comme moi aboutirait à quelque chose ! Je ne suis qu’un humble chien du Sénat ! »

De quoi diable parle-t-il ? Pour une raison quelconque, il semblait penser que j’allais le tuer. Normalement, je me serais dépêché de corriger le malentendu, mais il déversait beaucoup d’informations utiles, alors j’avais décidé de le laisser terminer sa tirade en premier. C’était peut-être méchant de ma part, mais j’avais vraiment besoin d’informations.

« Un humble chien du Sénat, dis-tu ? »

« C’est exact! Je suis un cabot sans valeur qui met volontiers son collier pour les maigres restes qu’ils jugent bon de me donner ! »

Le travail de Kite semblait le stresser un peu. Bien que j’aie sympathisé avec son sort, j’avais endurci mon cœur et j’avais continué à jouer le rôle du seigneur de guerre loup-garou impitoyable.

« Hahaha! Alors tu n’es qu’un petit chiot obéissant, c’est ça ! »

« Taisez-vous ! J’en ai marre de faire leurs travaux! »

« Je pensais que les chiens étaient censés être loyaux ? Il doit y avoir d’affreux maîtres si tu les détestes à ce point. »

« Oh, ils sont affreux ! Mais nous, les mages, devons nous prosterner devant eux si nous voulons survivre ! Même s’ils sont une bande de salauds complices ! »

Cela me rappelait que Lacy avait dit qu’elle avait appris la magie dans une académie parrainée par le Sénat, n’est-ce pas ? Je suis presque sûr qu’elle a également mentionné qu’à moins que vous n’obteniez votre diplôme, personne dans le nord ne fera confiance à vos capacités de mage, il est donc impossible de trouver du travail sans y assister. En raison du montant élevé des frais de scolarité, la plupart des personnes qui y assistent doivent contracter des emprunts pour les payer. Ensuite, une fois endettés, ils doivent travailler pour le Sénat pour les rembourser. C’était un système prédateur, mais il permettait au Sénat de s’assurer d’avoir le contrôle de la plupart des mages qualifiés dans le nord. Comme c’est malin.

Comme je voulais plus d’informations sur Kite, j’avais décidé de l’agacer un peu.

« Tu parles bien pour un simple mage. Malgré toutes tes plaintes, tu n’es toujours que le messager du Sénat. »

« Ouais, et alors !? Peu importe mes efforts, peu importe les résultats que j’obtiens, je ne serai jamais sénateur ! Je suis roturier ! Le meilleur que je puisse espérer atteindre est le chef du département de magie ! »

J’avais entendu dire que les positions du Sénat avaient tendance à être héritées, et les divagations de Kite l’avaient prouvé.

« Donc, même si tu n’as aucun espoir d’avancement, tu continues à t’accrocher au Sénat. Mais malgré le fait de le faire de ton plein gré, tu te plains encore de tes choix. Pathétique. »

« Allez vous faire voir! S’il n’y avait pas eu mes prêts, j’aurais quitté ce boulot de merde il y a des années… » Kite s’interrompit. « Bon sang! »

Quitter un poste gouvernemental demandait beaucoup de détermination pour les humains. Contrairement à nous, les démons qui vivions sous l’impulsion du moment, ils s’inquiétaient toujours de l’avenir. Et tandis que les postes gouvernementaux avaient leur juste part de problèmes, ils étaient des emplois sûrs. Il semblait que la colère de Kite s’était éteinte, alors j’avais décidé de changer de cap.

« Si tu n’as pas la volonté d’abandonner ton poste, alors tu ne devrais pas dénigrer ton employeur. Ce sont eux qui te paient, tu sais. »

« Quoi !? Ces salauds au sommet nous traitent comme des pions remplaçables ! Et il y a toujours plus de crétins prêts à s’inscrire ! »

Mes mots l’avaient à nouveau stimulé, et cette fois Kite ne s’était pas arrêté.

« Ils nous enverront n’importe où, même s’il s’agit d’un champ de bataille ou d’un territoire ennemi ! Ils s’en foutent que nous vivions ou mourrions ! Et même les tâches qu’ils nous confient sont toutes inutiles et inefficaces ! Nous risquons nos vies pour rien ! » Kite abattit ses paumes sur la table et baissa la tête. « Bon sang, donnez-moi au moins un travail qui compte… Je veux juste être traité comme un être humain… »

 

Les mots de Kite m’avaient rappelé ma vie avant que je ne me réincarne. J’étais dans une situation très similaire. En fait, je me souvenais avoir marmonné exactement les mêmes choses que Kite la veille de ma mort. Cependant, que s’est-il passé après cela ? Je ne me souvenais pas. Sans aucun souvenir de la façon dont j’étais mort, je m’étais retrouvé dans ce monde.

Maintenant, je faisais face à quelqu’un qui traversait le même enfer que moi. Je suppose que même dans ce monde, les gens ont les mêmes problèmes. Cela a du sens cependant, ces gars-là sont tout aussi humains. Bien que les détails les plus fins puissent être un peu différents, la société humaine est la même dans tous les mondes. En fait, j’aurais peut-être eu la chance de renaître en tant que loup-garou à la place.

J’avais vraiment sympathisé avec le sort de Kite. Malheureusement, j’étais membre de l’armée démoniaque, et lui, un employé du Sénat. Nous étions ennemis. Même si je sympathisais avec lui, je ne pouvais pas lui prêter main-forte. J’avais à considérer mes responsabilités en tant que vice-commandant. Cela étant dit, si l’aider servait également mes intérêts, alors il n’y aurait pas de conflit d’intérêts. Et je venais de trouver le schéma parfait.

 

De la voix la plus crapuleuse que j’aie pu rassembler, j’avais dit : « Détestes-tu le Sénat ? »

« Bien sûr que oui… Je déteste cette vie à laquelle ils m’ont réduit… Chaque nuit, je m’endors en redoutant le lendemain matin… »

Es-tu moi ? Dormir signifiait se réveiller pour une autre journée de travail. Mais rester debout rend le lendemain encore plus difficile. D’accord, ce loup-garou maléfique t’aidera à ne plus jamais avoir une autre matinée déprimante.

« Alors, m’aiderais-tu à les détruire ? »

Kite me regarda sous le choc.

« Qu-Quoi ? N’allez-vous pas me tuer ? »

Je souris méchamment.

« Quel mérite y a-t-il à te tuer ? Maintenant, arrête de poser des questions stupides et réponds-moi. »

Encore transformé, j’avais foncé sur Kite. Il recula de quelques pas, mais le mur l’empêcha de reculer davantage. Je m’étais penché et je lui avais demandé à nouveau : « Dis-moi. Veux-tu m’aider à les détruire ? »

Le visage de Kite était pâle. Il était clairement en conflit. Pourtant, c’est exactement ce que j’espérais. S’il était quelqu’un qui deviendrait un traître sans arrière-pensée, alors je ne pourrais pas non plus lui faire confiance. Pourtant, je pense qu’une poussée de plus devrait faire l’affaire.

« Tu es censé être le chien fidèle du Sénat. Je suis sûr que tu te rends compte à quel point il serait lâche de te tourner vers ton ennemi et de mordre la main qui t’a nourri. »

Mes propos provocateurs avaient aidé Kite à se décider.

« Ouais… Ouais, vous avez raison. »

Il sourit méchamment. De toutes les expressions que j’avais vues de lui jusqu’à présent, j’avais le plus aimé celle-ci. La sueur coulait sur son front, Kite hocha la tête.

 

 

« Mais je vais le faire. Je vais tous les trahir. »

« Sache que tu fais un pacte avec le diable ici. Si tu deviens mon espion, je te ferai travailler jusqu’à l’os. Es-tu prêt? »

Le sourire de Kite s’agrandit.

« Oh oui. Je vous donnerai ma vie s’il le faut. Mais en retour, prêtez-moi votre force. Aidez-moi à me libérer de cette existence sans valeur. »

Je n’avais senti aucun mensonge à sa sueur. Même s’il semblait un peu instable mentalement, il serait certainement d’une grande aide. J’étais revenu à ma forme humaine et j’avais déclaré : « Très bien. Comme tu veux, je détruirai le Sénat. Alors, dis-moi tout ce que tu sais. Et une fois que le Sénat ne sera plus… »

Kite se raidit nerveusement.

« Vous allez… me tuer ? »

Pourquoi devrais-je le faire? Je secouai la tête et essayai de sourire le plus rassurant possible.

« Nous sortons dîner. Je paie. Il y a un restaurant qui a ouvert récemment à Ryunheit qui sert une cuisine de Beluzan. C’est un restaurant assez étrange, mais la nourriture est délicieuse. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

Laisser un commentaire