Jinrou e no Tensei – Tome 4 – Chapitre 4 – Partie 31

***

Chapitre 4

Partie 31

– Le dossier de guerre d’Eleora : Partie 7 —

Eleora écarta une mèche de ses cheveux noirs de son visage et hocha la tête.

« On dirait que les choses se sont bien passées. »

Borsche salua et répondit : « Le corps des mages est en bonne santé. Aucun de nos mercenaires n’a déserté. »

Eleora demanda : « Pensez-vous que nos chevaliers serviront de bons épouvantails ? »

« Nous leur avons promis des médailles pour simplement se former et donner l’impression qu’ils vont attaquer, alors j’imagine qu’ils obéiront aux ordres… mais vous ne pouvez jamais être sûr. »

À Rolmund, les soldats qui avaient obtenu des médailles avaient reçu des pensions à vie proportionnelles au mérite de la médaille. Pour cette raison, ils n’étaient pas distribués aussi souvent qu’à Meraldia, où les médailles étaient généralement accompagnées d’une récompense en espèces unique. Cependant, à l’heure actuelle, Eleora avait plus besoin d’hommes que d’argent.

« À cause de ma mauvaise gestion, le moral des chevaliers de Meraldia est bas. À ce stade, ils seront plus utiles pour restreindre les mouvements ennemis que pour combattre réellement. En plus, ça me donne une excuse pour leur décerner toutes les médailles. »

Borsche fronça les sourcils.

« Cependant, ne pensez-vous pas que leur accorder la Médaille de la Sainte Cavalerie va trop loin ? Si ceux qui ont gagné cette médaille dans leur patrie apprennent cela, ils vous en voudront. »

Parmi les médailles qu’Eleora était autorisée à décerner, la Médaille de la Sainte Cavalerie était la plus prestigieuse. Elle avait souri avec ironie et déclara : « C’est un investissement pour l’avenir. D’ailleurs, s’ils refusent d’accomplir leur mission, cette campagne méridionale est vouée à l’échec. Leur coopération est nécessaire à notre réussite. Je ne laisserai personne de la patrie remettre en question ma décision. »

Eleora serra son Blast Grimoire et sourit sans crainte.

« À première vue, la République du Sud peut sembler être un monolithe uni, mais c’est en fait un monolithe composé de deux strates, les humains et les démons. Et le roi loup-garou noir est le ciment qui maintient ces strates ensemble. »

« Vous voulez dire que s’il meurt, la République se brisera ? »

Eleora hocha la tête en réponse, « Finalement, oui. Les peuples du sud sont unis par leurs dirigeants. S’ils en perdent ne serait-ce qu’un, leur alliance se fissurera inévitablement. Et s’il s’avère que ce chef est le roi des loups-garous noirs, ça se brisera complètement. »

« Mais l’ennemi est sûrement aussi au courant de cela. Les défenses de la capitale démoniaque sont probablement plus fortes que celles de n’importe quelle autre ville. »

Eleora rit et secoua la tête.

« — Pensez-y, Borsche. Croyez-vous vraiment que les humains vont risquer leur vie pour protéger un démon ? »

« Maintenant que vous le mentionnez, cela ne s’est jamais produit une seule fois dans l’histoire de Rolmund ou de Meraldia. »

« Les démons de Meraldia ont risqué leur vie pour protéger les humains. C’est quelque chose qui m’a à la fois impressionnée et surprise. Mais même ainsi, les humains de Meraldia ne se sont jamais risqués une seule fois pour protéger leurs compagnons démons. »

Avant de commencer son invasion de Meraldia, Eleora avait étudié leur histoire et découvert qu’il n’y avait aucun précédent où les humains se battaient pour des démons.

Le capitaine Lenkov s’était précipité dans le quartier général d’Eleora et avait couru vers elle.

« Les préparatifs d’assaut sont terminés, madame. J’ai laissé mon communicateur à Saban, alors je suis venu ici pour faire un rapport en personne. »

« Bon travail. C’est assez gênant de faire quoi que ce soit sans communicateur, n’est-ce pas ? »

« Vous ne me le faites pas dire. Je retournerai à mon poste. »

Bien qu’étant au milieu d’une mission extrêmement dangereuse, Lenkov était partie en vitesse avec le sourire. Eleora toucha sa boucle d’oreille et commença à donner des ordres.

« Saban, vous m’entendez ? C’est moi. »

« Fort et clair, madame ! »

« Comment fonctionnent les capes de camouflage et les lunettes de vision nocturne ? »

« Parfaitement, madame. »

La voix de Saban était calme et posée. Soulagée que ses subordonnés ne se soient pas mis en danger, Eleora lui rappela sévèrement : « Les capes de camouflage imitent simplement le paysage environnant. Ils ne vous rendent pas invisible. Ils ne vous protègent pas non plus contre l’ouïe ou l’odorat aigu d’un loup-garou. Ne comptez pas trop sur eux. »

« Oui madame, nous ferons attention. »

« Bien. »

Eleora hocha la tête avec satisfaction, puis ajouta : « Nous avons également modifié les Blast Canes afin qu’elles ne ratent pas à moins que vous ne chargiez plus de deux fois la quantité habituelle de poudre explosive. Vous savez que c’est vrai ? »

« Oui m’dame. »

« Je sais que je me répète, mais comme nous n’aurons pas besoin de les virer plus d’une fois, n’hésitez pas à en charger même trois fois plus. Mais assurez-vous de les maintenir à niveau à tout moment. Si vous les inclinez même légèrement, les crêtes magiques entreront en contact avec la poudre explosive et elles s’enflammeront. »

« Nous serons prudents, madame. »

Eleora avait informé tout le monde de tout cela lors de la réunion avant l’opération, elle savait donc qu’elle était un peu surprotectrice. Mais elle ne voulait absolument pas perdre l’un de ses précieux hommes pour quelque chose d’aussi ridicule qu’une arme ratée. Borsche avait écouté la conversation d’Eleora et il eut un sourire espiègle.

« Je ne vous avais jamais imaginé, l’inventeur des Blast Canes et le fondateur du corps des mages serait prêt à détruire les armes mêmes que vous avez conçues pour faire sauter les portes. »

Eleora soupira.

« Cela montre simplement que j’ai été coincée dans un coin. Ne l’écrivez pas dans les registres officiels. Je ne veux pas que les historiens découvrent un plan aussi pathétique. »

« Comme vous voudrez, Votre Altesse. »

Du haut d’une petite colline, Eleora regarda les lumières vacillantes de Ryunheit. Elle avait ensuite touché à nouveau sa boucle d’oreille et avait déclaré : « Toutes les unités, notre objectif est d’assassiner le général le plus important de l’armée démoniaque, le roi loup-garou noir Veight. Assurez-vous de faire de votre mieux pour ne pas attaquer les humains dans la ville. »

C’était la première fois de sa carrière militaire qu’Eleora tentait une stratégie aussi risquée. Mais pour le moment, c’était le seul plan qu’elle avait.

« Tout se déroule comme prévu. Commencez l’opération. »

 

****

Cette nuit-là, un groupe de soldats canins patrouillaient les murs près de la porte ouest de Ryunheit.

« J’ai faim », marmonna le canin dont le visage ressemblait à un Shiba Inu. À côté de lui, un canin à face de beagle a enlevé sa casquette. Les chapeaux des canins ressemblaient aux shakos portés par les soldats de l’Europe industrielle. Les petits canins le préféraient, car cela les faisait paraître plus grands.

« Je pense que je peux y faire quelque chose. » Le deuxième canin fouilla dans son chapeau et en sortit de fines lamelles de pomme de terre séchée. « Tu en veux ? »

Il commença à en grignoter un lui-même pendant qu’il offrait l’autre à son camarade.

« Où diable as-tu caché ça ? »

« Mon chapeau. »

« C’était une question rhétorique. »

Le canin au visage de Shiba Inu soupira. Son partenaire inclina la tête, grignotant toujours sa collation.

« Tu n’aimes pas les pommes de terre séchées ? »

« Je n’ai pas de problème avec les pommes de terre. Mais tu ne peux pas simplement mettre de la nourriture dans ton chapeau militaire. Sire Veight va te crier dessus s’il l’apprend. »

« Certainement pas. Lorsque Sire Veight a vu cela pour la première fois, il… »

Le canin au visage de beagle s’était tu et avait caché ses collations dans son chapeau. C’était maintenant au tour de l’autre canin de pencher la tête.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? »

Le canin au visage de beagle avait soudainement commencé à renifler l’air.

« Quelque chose sent bizarre. Est-ce un oiseau ? »

« Hum ? Maintenant que tu le dis… je ne reconnais pas cette odeur. »

Le canin au visage de Shiba Inu regarda autour de lui. Comme les loups-garous, les canins avaient une excellente vision nocturne. Leur capacité à discerner les couleurs avait souffert en retour, mais même cette faible lumière de minuit était aussi brillante qu’à midi pour eux. Cependant, le canin avait été incapable de repérer quoi que ce soit d’anormal. Pendant un instant cependant, il crut avoir vu quelque chose d’étrange près du bord des murs du château. On aurait dit que le paysage bougeait, ou se déplaçait.

« Hé, tu as vu ça là-bas ? »

« Voir quoi ? »

« Ça là-bas. C’est comme un truc… non, plutôt un sentiment ? »

Mais quand il avait regardé dans la direction, le phénomène avait disparu. Les deux canins échangèrent des regards, puis inclinèrent la tête.

« Quelque chose d’étrange ? »

« Certainement quelque chose de bizarre ! »

Ils hochèrent la tête l’un vers l’autre.

« Sonne l’albras ! »

« D’accord ! »

Le canin avec le visage de Shiba Inu avait mis sa bouche au sifflet de chien suspendu autour de son cou. Mais avant qu’il ne puisse souffler dessus, les portes avaient explosé. L’explosion avait secoué les murs et les deux canins s’étaient accroupis par réflexe.

« Uwaaah ! »

« Qu’est-ce qui vient juste de se passer !? »

« S-Siffles ! Maintenant ! »

Les deux soufflaient dans leurs sifflets aussi fort qu’ils le pouvaient. Ils avaient alors crié : « La porte ouest est attaquée ! »

« Raid ennemi ! »

Immédiatement, des membres des forces de débarquement de Beluza et des gardes canins avaient commencé à courir vers les portes. Au même moment, tout le monde entendit une explosion étouffée venir de la direction de la porte est.

« Ici aussi !? »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

Laisser un commentaire