Jinrou e no Tensei – Tome 4 – Chapitre 4 – Partie 27

***

Chapitre 4

Partie 27

– Le dossier de guerre d’Eleora : Partie 5 —

Quelque part dans la ville forteresse de Vongang.

« As-tu entendu parler du roi loup-garou noir de Ryunheit ? »

« Oui, ma femme adore cette pièce. Elle me fait aller le voir avec elle chaque putain de semaine. »

« Je ne parle pas de la pièce, je veux dire du gars lui-même ! Je suis allé le voir l’autre jour. J’ai été invité à un banquet avec lui et le vice-roi. Ils ont invité tous les commerçants de la ville. »

« Oh, ouais, ça. Alors comment était-ce ? Est-ce qu’il t’a mordu ou quoi que ce soit d’autre ? »

« Hahaha, bien sûr que non. Mais cet homme a une aura vraiment intimidante, tu sais. »

« Est-il vraiment si impressionnant ? »

« Oh, oui. Il est comme une légende vivante. J’ai eu la chair de poule juste assis dans la même pièce que lui. Mais tu sais… »

« Hum ? »

« Comme j’étais là-bas et tout, j’ai pensé que je demanderais à l’homme une poignée de main. »

« Putain de merde, tu as des nerfs d’acier ! »

« Non, c’est un gars étonnamment poli. Il a juste souri et m’a serré la main quand je le lui ai demandé. C’était comme être en présence d’un roi. »

« Tu chantes vraiment les louanges de ce gars, hein ? »

Deux hommes étaient assis dans un bar de Vongang et discutaient du roi loup-garou noir. Pendant ce temps, Eleora était retournée dans la ville minière de Krauhen pour recevoir un rapport de son pays natal.

« Ce n’est pas bon… » marmonna-t-elle. Son adjudant était immédiatement approché et avait demandé : « Quel est le problème ? »

« Mon cher oncle s’en mêle. Nous ne recevrons aucun renfort avant l’automne. »

« Mais alors… »

Eleora replia la lettre et la jeta sur son bureau.

« Il s’inquiète même pour quelqu’un d’aussi éloigné de la succession que moi. Quel homme prudent ! Mais cela nous pose tout un problème. »

« Même s’il ne peut nous envoyer des troupes, il pourrait au moins envoyer quelques prêtres et officiers civils. »

« Les affaires civiles et religieuses ne relèvent pas de ma compétence. Je ne peux rien faire, Borsche. »

Rolmund et Meraldia avaient plusieurs différences non seulement dans leur religion, mais aussi dans leur code de lois. La réorganisation des religions et des institutions judiciaires de Meraldia était quelque chose qui ne pouvait être fait que par des spécialistes dans leurs domaines respectifs. Eleora caressa le dos de son grimoire Blast et soupira.

« J’ai travaillé si dur pour jeter les bases d’une règle stable ici. Mais si je suis peut-être la chasseuse de l’empire, je n’en suis pas le chef. La préparation du plat que j’ai pêché est le travail de nos officiers civils. Ce sera difficile pour moi de remplir ce rôle sans aucune formation préalable. »

« Mais vous ne pouvez pas désobéir à un ordre impérial, Votre Altesse. »

Borsche fronça les sourcils et Eleora secoua la tête.

« C’est juste la preuve que le pouvoir de l’empereur diminue et que ceux qui l’entourent commencent à affirmer le contrôle. J’imagine que sa santé a dû prendre une autre tournure pour le pire. Il est possible que sa maladie progresse plus vite que les guérisseurs ne l’avaient prévu. »

« Alors, avec tout le respect que je vous dois… »

« Oui, il n’est probablement pas pour longtemps de ce monde. Il est impératif que je fasse les bons choix avant son départ. »

Est-ce que je prends des risques pour consolider ma domination sur Meraldia et en devenir la dirigeante de facto ? Ou est-ce que j’accepte que cela dépasse mes seules capacités et me contente de demander de l’aide à la patrie ? Si je fais le mauvais choix ici, mon avenir sera scellé. Alors qu’Eleora réfléchit à ce qu’il faut faire, Natalia entra dans sa chambre.

« Princesse, j’ai un rapport à… Oh, devrais-je revenir plus tard ? »

Natalia regarda d’Eleora à Borsche, puis commença timidement à reculer. Mais Eleora avait juste souri et avait dit : « Ne vous inquiétez pas, nous discutions juste. N’hésitez pas à faire votre rapport. »

Natalia hocha la tête, puis salua.

« Nos guérisseurs disent qu’il y a eu plus d’épidémies d’intoxication alimentaire parmi notre corps de mages. Au moins quelques hommes de chaque peloton sont alités. »

« Il semble que notre empire soit rempli de malades. »

« Hein ? Oh oui. C’est comme vous le dites. »

Eleora faisait bien sûr référence à l’état de l’empereur, mais c’était quelque chose que Natalia ignorait. Eleora avait pris le rapport de Natalia et avait lu attentivement les noms des hommes malades.

« Vous avez surveillé de près nos magasins d’alimentation ? »

« Oui, exactement comme vous l’avez ordonné ! Nos rations proviennent directement des vice-rois eux-mêmes, ils ne doivent donc pas être contaminés. Nous avons également effectué nos propres contrôles, conformément à la réglementation militaire. Toutefois… »

Natalia s’interrompit et jeta un coup d’œil à Eleora.

« Tout le monde traite ses rations de la même manière qu’il le ferait à Rolmund, alors elles se gâtent sans que personne ne s’en aperçoive. »

Les températures à Rolmund étaient suffisamment basses pour que les gens n’aient pas à se soucier beaucoup de la conservation des aliments. Ce n’est qu’au milieu de l’été qu’il faisait assez chaud pour que les aliments périssables se gâtent. Mais même les régions septentrionales de Meraldia avaient des climats suffisamment doux pour qu’il faille s’occuper de la nourriture. S’il était laissé seul, il pourrirait en un rien de temps. Les différences de climat avaient également causé plus que quelques maladies, et le corps des mages était chroniquement en sous-effectif. Eleora hocha la tête, son expression sympathique.

« Toutes les expéditions étrangères comportent un risque de maladie. Dites à ceux qui sont malades de se reposer et de se rétablir. Réorganiser les tâches restantes à accomplir par priorité, et reporter les missions les moins prioritaires pour pallier le manque de personnel. »

Eleora manquait de temps, mais elle ne voulait pas pousser ses hommes au-delà de leurs limites. Elle repensa au plan secret concocté par sa patrie pour conquérir Meraldia. L’idée avait été de gagner les vice-rois du nord par la diplomatie, puis de conquérir les villes du sud par la force. Finalement, ils conquièrent suffisamment de territoire pour que la République soit contrainte de se rendre. Une certaine autonomie serait rendue à l’alliance, mais ils deviendraient un territoire de Rolmund. Puis, au fil du temps, les fonctionnaires de Rolmund commenceraient à dépouiller lentement le pouvoir des vice-rois, jusqu’à ce que Meraldia soit bel et bien assimilée à l’empire.

Si Eleora réussissait sa mission de conquérir le sud, peu importe qui deviendrait le prochain empereur. Elle aurait trop de poids pour être exilée. Après cela, elle n’avait plus qu’à armer ses réalisations avec succès afin de survivre dans l’antre des vipères qu’était le palais royal. Son objectif était de survivre assez longtemps pour permettre à ses subordonnés de se retirer heureux en tant que seigneurs avec leurs propres parcelles de terre. Elle avait juré qu’elle ne se reposerait pas tant qu’ils ne seraient pas récompensés pour la loyauté qu’ils lui avaient témoignée. Malheureusement, sa campagne Meraldian s’était arrêtée. Si un nouvel empereur était couronné avant d’avoir terminé sa mission, elle serait dans une position précaire. Tout cela parce que l’empereur actuel avait précipité l’invasion de Meraldia une fois qu’il avait appris sa maladie. Souriant sardoniquement, Eleora grommela : « C’est une campagne tellement désordonnée. Je parie que les futurs historiens se moqueront de notre invasion téméraire. »

« Votre Altesse. »

Sentant son mécontentement, Borsche la coupa avant qu’elle ne puisse dire quoi que ce soit qui puisse l’incriminer. Eleora sourit d’un air d’autodérision et leva la main en signe de reconnaissance.

« Je sais. Mais vraiment, c’est pathétique. Il est désespéré de laisser son nom dans l’histoire maintenant qu’il sait que ses jours sont comptés. Cependant, il a attendu que sa mortalité le rattrape, et maintenant il est trop tard. C’est une leçon que je ferais bien de retenir. »

Natalia craignait que d’autres n’entendent également les mots presque trahisons d’Eleora et dit précipitamment : « Princesse, vous devez être fatiguée. Pourquoi ne pas regarder une pièce de théâtre ou quelque chose pour se détendre ? »

« Une pièce de théâtre, hein ? Comme c’est surprenant de suggérer ça, Natalia. »

Le gouvernement de Rolmund contrôlait strictement les types de productions autorisées à être présentées dans les théâtres. Toutes les pièces avaient été inspectées par un comité de censure pour s’assurer qu’elles n’insultaient pas l’empereur ou son gouvernement. En conséquence, la plupart des pièces avaient fini par être de nature religieuse. Il s’agissait soit d’anecdotes tirées des Écritures, soit de reconstitutions de la vie de divers saints. Et bien sûr, Natalia était la fille d’un évêque de Sonnenlicht.

Cependant, Eleora ignorait que les choses étaient différentes à Meraldia. Il n’y avait pas de comité de censure et toutes sortes de pièces pouvaient être jouées sans crainte de représailles. Si Eleora avait été au courant de l’existence d’une pièce vantant les vertus du roi loup-garou noir de Ryunheit, elle aurait immédiatement préparé des contre-mesures.

« Ah non, ce n’est pas pour cela que je vous recommande d’en regarder une, princesse. Vous voyez… »

Mais avant que Natalia puisse finir sa phrase, un autre gâchis fit irruption dans la pièce.

« Votre Altesse, le vice-roi de Krauhen demande une audience. Il prétend avoir des nouvelles urgentes. »

« Très bien, je serai là tout de suite. »

Eleora se leva et se dirigea vers la porte, tapotant Natalia sur la tête en passant.

« Je crains que la pièce doive attendre un autre jour, Natalia. Occupez-vous des soldats blessés pour moi. »

« O-Oui, madame ! »

C’est beaucoup plus tard qu’Eleora avait finalement appris le stratagème du vice-roi Forne.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

Laisser un commentaire