Jinrou e no Tensei – Tome 2 – Chapitre 2 – Partie 7

***

Chapitre 2

Partie 7

« S-S’il vous plaît… ne me tuez pas… »

Il n’y avait rien de plus pitoyable qu’un mage privé de leur magie. Surtout un mage humain. Après m’avoir regardé tuer trois de ses camarades en un instant, la femme savait qu’elle n’avait aucun espoir de me vaincre.

« S’il vous plaît, je ferai n’importe quoi… »

Je suppose que cela signifie qu’elle s’était rendue. Bien que ce n’ait jamais été une bonne idée de baisser la garde proche d’un mage, grâce à mon Tremblement des Âmes, elle ne pourrait pas lancer de sorts pendant un certain temps. D’ailleurs, à cette distance, je pourrais la tuer si elle essayait quoi que ce soit. Après avoir confirmé que je n’étais pas en danger, j’avais donné à la femme ses options.

« Si vous refusez une mort honorable au combat, vous vivrez le reste de votre vie dans la disgrâce. Cela vous convient-il ? »

« Ça me convient ! Vraiment ! Je ferai n’importe quoi, alors ne me tuez pas ! »

Il y avait même de la morve qui sortait de son nez maintenant. Je n’avais pas le courage de tuer quelqu’un qui mendiait pour sa vie comme ça. D’ailleurs, elle me serait plus utile vivante. Tout d’abord, cependant. J’avais besoin de l’interroger.

« Pour qui travaillez-vous ? »

L’armure et les armes utilisées par les trois hommes étaient tous des équipements précieux. Non seulement il était difficile de créer des armures ou des armes magiques, mais cela coûtait extrêmement cher. Et si quelqu’un les utilisait au combat, il était certain qu’ils seraient endommagés. Les objets magiques comme ceux-ci n’étaient pas le genre de choses sur lesquelles les gens ordinaires pouvaient mettre la main.

« Quelqu’un s’est donné la peine de vous donner ces armes puissantes pour que ce type puisse prétendre être un héros. Qui était-ce ? »

Frémissant, le mage répondit : « L-Le Sénat… »

« Je vois. »

Tout cela avait du sens maintenant. Le Sénat méraldien aurait certainement les ressources nécessaires pour acheter autant d’équipement magique. Et ils avaient une bonne raison de soutenir quelqu’un en tant que héros.

« C’était donc de la propagande. »

« Propagande ? »

« Un moyen de remonter le moral de la Fédération Meraldienne. »

Je l’avais reformulé d’une manière qu’elle pourrait comprendre, et le mage hocha furieusement la tête. Je n’aurais pas du tout dû venir ici, alors… Si le commandant Tiverit ou un autre avait éclaté ces gars en un seul coup, le moral du deuxième régiment aurait remonté.

« As-tu terminé ton interrogatoire ? »

J’entendis une voix derrière moi et me retournai.

« Vous êtes venu plus vite que ce à quoi je m’attendais, Maître. »

Mon maître flottait tranquillement dans le ciel nocturne sombre.

« Guérir tant de gens a fait des ravages sur mon mana, mais… oh, quelle gentillesse de ta part de me préparer de la nourriture. »

Le Maître avait touché l’une des épées tombées à proximité. Comme un chiffon sec aspirant l’humidité, elle avait absorbé le mana qui s’y trouvait. La faible lumière qui l’entourait disparut.

« Maître, que faites-vous !? »

« Reconstituer mon mana. Tu es certainement un disciple réfléchi, trouvant tout cela pour moi. »

« Maître, je suis presque sûr que vous venez de sucer le mana de la célèbre épée tueuse de dragon, Lionheit. »

Selon la légende, elle était extrêmement efficace contre les dragons et les sous-espèces de dragons, même contre les ennemis normaux. Elle était censée avoir assez de puissance pour couper un bouclier en deux.

« N’est-ce pas parfait, alors ? Il serait dans notre intérêt de retirer des choses aussi dangereuses des mains de l’ennemi. Oh, ce bouclier a aussi un formidable stock. »

« Ce bouclier porte le symbole de l’ancien royaume, vous vous en rendez compte, n’est-ce pas ? … À première vue, il a probablement au moins cent cinquante ans. »

« C’est à peine vieux. »

Une fois qu’elle avait fini avec le bouclier, le Maître était passé à une armure. Si je me souviens bien de mon histoire… c’est une véritable armure antique portée par un ancien héros.

« Maître, arrêtez ! C’est un gaspillage de les vider tous comme ça ! Vous pouvez sûrement laisser certaines de ces reliques intactes ! »

« Très bien, d’accord, je vais créer des reliques de démon juste pour toi. Tu ne te plaindras sûrement plus que je les utilise pour restaurer mon mana ? Il y a encore des gens à Bahen qui ont besoin de ma guérison. »

« Menteuse, nous savons tous les deux que vous ne ferez rien. »

Si le montant total de mana que je possédais était mesuré à un Veight, alors le montant que le Maître avait siphonné des épées et de l’armure serait égal à environ 27 Veight. Les guerriers du deuxième régiment auraient aimé avoir ces armes en leur possession. Le Maître avait fini de vider tout l’équipement des faux héros, puis elle s’était étirée tranquillement. J’avais gardé une trace tout le temps, et d’après mon décompte, elle venait de sucer 127 Veight de mana. Sa capacité totale de mana était insensée.

« Maintenant, pas besoin de bouder. Quoi qu’il en soit, qui est cette apprentie mage là-bas ? »

« L’un des compagnons du héros, apparemment. »

Le Maître hocha la tête avec compréhension. « Alors ils ont utilisé ces jouets sans valeur pour jouer au héros, n’est-ce pas ? Si tu essayes de remplir des chaussures trop grandes pour toi, tu te retrouves dans une tombe prématurément, ma fille. »

Euh, Maître, j’ai déjà tué ses camarades, donc cet avertissement est un peu inutile maintenant. Le Maître s’était alors détourné du mage pâle et avait commencé à dessiner des glyphes en l’air.

« En guise de remerciement pour un festin aussi somptueux, je suppose que je peux au moins livrer ces cadavres à leurs camarades. Lève-toi, ô tombé. Je t’accorde la vie artificielle. »

Le Maître avait agité ses doigts et les trois soldats morts avaient titubé sur leurs pieds. Elle les avait transformés en zombies. Elle tapota doucement les zombies encore saignants et murmura : « Revenez vers vos camarades. Ils vous accorderont un enterrement convenable. »

Elle les avait ensuite regardé partir avec un sourire jovial et un signe de la main. Vous savez, c’est pourquoi tout le monde pense que les nécromanciens sont des psychopathes… La femme avait regardé avec une expression horrifiée ses anciens camarades rentrer dans la ville, laissant une traînée de sang dans leur sillage. Le Maître se tourna alors vers la fille, le même sourire jovial toujours sur son visage : « Oh, tu es incapable de marcher ? Dans ce cas, guerriers tombés au combat, emmenez votre camarade survivant. »

Les zombies se tournèrent vers le mage et la fixèrent avec des yeux vitreux.

« Eeek ... »

Ils se retournèrent, se penchaient et portaient le mage entre eux trois.

« Eeeeek! N-NOOOOOOOO ! »

« Tu es étonnamment vivante pour quelqu’un qui ne peut pas marcher. Peu importe, mes précieux morts-vivants te ramèneront chez toi sain et sauf. »

Le Maître agita une fois de plus ses mains, et les zombies portèrent le mage à travers l’espace entre les murs.

« Vous faites parfois des choses vraiment folles, Maître. »

« Est-ce que j’ai fait quelque chose de mal ? »

« Non, laissez tomber. Je vais voir à quoi ressemble l’intérieur de la ville. »

J’avais presque oublié que les siècles s’étaient écoulés depuis que le Maître avait perdu son humanité. En soupirant, je retournai à Schverm. Je n’avais pas à m’inquiéter autant cette fois, car je savais que le Maître serait capable de me sauver si quelque chose arrivait. Comme prévu, la ville était maintenant en tumulte.

« Sire Héro !? Est-ce que vous allez bien !? Ces blessures ont l’air sérieuses ! »

« I-Il est mort ! Il a été transformé en zombie ! »

« Sire Ranhart est un zombie ! »

« Ses camarades l’Escrimeur Astral et aussi le Chevalier Saint  ! »

Ce sont des titres impressionnants. Je sais que c’était en légitime défense, mais maintenant je me sens un peu mal d’avoir tué ces gars-là.

« Attendez, la Sainte Prêtresse est toujours vivante ! »

Alors elle est la « Sainte Prêtresse », hein ? Vous devriez probablement la laisser se reposer un peu. Une fois que les zombies avaient atteint la place centrale, ils s’étaient effondrés au sol avec un plop humide. Après avoir exécuté les ordres de Gomoviroa, ils étaient revenus aux cadavres qu’ils étaient à l’origine.

Une grande foule de soldats s’était rassemblée autour du héros mort, mais ils avaient gardé leurs distances. Compte tenu de ce qui venait de se passer, je ne les blâmais pas. L’espoir du nord, le héros et ses camarades venaient de rentrer dans la ville sous forme de zombies. La plupart des soldats de base étaient trop abasourdis pour faire quoi que ce soit. C’est alors qu’un officier d’apparence noble accourut sur les lieux. Je n’avais jamais vu un secrétaire du Sénat méraldien auparavant, mais à en juger par ses vêtements, il en était un. L’homme d’âge moyen s’était approché du mage et avait crié : « Au nom du ciel, que s’est-il passé ici !? Expliquez-vous, Sainte Prêtresse Mildine ! »

Toujours allongée sur le sol, la mage avait crié : « Un-un loup-garou ! Un loup-garou les a tous tués ! Et puis il les a transformés en zombies… »

« Un loup-garou, dites-vous !? Impossible, notre héros n’aurait pas été tué par une créature aussi faible ! »

Je suppose qu’un loup-garou normal serait mort assez rapidement contre eux trois. En fait, si je n’avais pas utilisé Tremblement de l’Âme, je serais probablement aussi mort. La fille appelée Mildine secoua la tête avec véhémence et répondit : « Il a hurlé une fois, et ma magie a été scellée ! Nous n’avions aucune chance contre lui ! »

Les soldats qui assistaient à l’échange avaient commencé à se chuchoter.

« Notre héros était-il vraiment si faible qu’il ne pouvait pas abattre un seul loup-garou même avec ses camarades à ses côtés ? »

« Ce n’est pas ça. N’avez-vous pas entendu parler de la façon dont le Seigneur-Démon a ce général loup-garou fou et fort à ses côtés ? »

« Mais il est impossible que ce type vienne ici. »

Sauf que je suis juste ici. Secoué, le secrétaire avait tenté de calmer les troubles parmi les hommes.

« Ne sautez pas aux conclusions, soldats ! La Sainte Prêtresse a tout simplement perdu son sang-froid ! Venez, vous avez besoin maintenant de repos ! »

Il avait saisi la main de Mildine et avait tenté de la remettre sur pied, mais il avait été arrêté par l’un des soldats. À en juger par la simple cuirasse qu’il portait sur ses vêtements civils, il faisait probablement partie de la milice.

« Attendez une seconde. Sire Ranhart était-il vraiment un héros ? »

« Ouais, il n’y a aucun moyen qu’un héros meure aussi facilement ! »

« Vous nous avez trompés !? »

L’armée régulière de la Fédération méraldienne était composée d’anciens épéistes et mercenaires, ainsi que de nomades sans autre endroit où aller. C’était des professionnels qualifiés et ils n’avaient rien à perdre, donc ils se battraient contre n’importe quel ennemi sans se plaindre. Mais ce n’était pas le cas pour la milice ni pour les troupes en garnison de la ville. Les soldats en garnison ne se préoccupaient que de défendre la ville sous leur juridiction, et la milice se battait parce qu’elle n’avait pas le choix. Leur moral pourrait s’effondrer en un clin d’œil.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

Laisser un commentaire