Jinrou e no Tensei – Tome 1 – Chapitre 1 – Partie 40

***

Chapitre 1 : Création d’une cité de démons

Partie 40

« Hey, Veight, faisons-nous vraiment ça ? »

« Ouais, ne t’inquiète pas. Avec ma magie, ce sera du gâteau. »

J’avais l’intention de le réduire avec mon sort de prise de poids. Tant que vous continuiez à accumuler du mana, vous pourriez apparemment vous rendre aussi lourd que vous le vouliez. Bien sûr, si vous vous rendiez trop lourd, vous seriez écrasé sous votre propre poids, mais si je chronométrais les choses correctement, je serais en mesure de porter un énorme coup contre la Brute dorée.

Je dois apprendre à utiliser ce sort correctement ou nous allons avoir des problèmes… »

À moins d’avoir trouvé un moyen de m’imaginer vraiment devenir plus lourd, je ne pourrais jamais utiliser ce sort. Comment m’imaginer plus lourd, hein ? J’ai repensé à mes cours de sciences au collège. On nous avait appris que le poids d’une personne changeait en fonction de sa localisation. Par exemple, quelqu’un qui pèse 60 kilogrammes sur terre ne pèserait qu’un sixième de celui sur la lune. Je ne sais pas exactement comment le poids est ici par rapport au poids sur terre, mais ce n’était probablement pas trop différent. Mec, penser à toutes ces expériences scientifiques au collège me ramène. Je me souviens que dans l’un d’eux, nous avons attaché des flèches à des choses pour montrer à quel point la gravité… En me remémorant, j’avais soudain senti quelque chose clignoter dans le fond de mon esprit.

« Attends, est-ce que ça pourrait être ... »

À ce moment-là, j’avais entendu Monza hurler. « Ennemi, près. »

Il semblait que la Brute dorée était en route. Je levai les yeux et vis un gnou géant doré qui traînait prudemment à l’entrée du village. Même à cette distance, je pouvais dire que c’était énorme. Probablement deux fois la taille d’une minifourgonnette. Honnêtement, cela ressemblait moins à un sanglier qu’à un éléphant.

Il renifla les bouts déchirés de la chemise de Nibert que j’avais éparpillés, et se dirigea lentement vers l’endroit où nous nous cachions. Tous les enfants auraient dû entendre le hurlement de Monza. Une fois que la Brute dorée était arrivée à la maison Garney, ils étaient tous censés courir. Les seuls à rester derrière moi, Jerrick et les frères Garney.

Si j’étais honnête avec moi-même, je préférerais m’enfuir avec tout le monde. Mais à moins que j’affaiblisse la Brute dorée ici, cela nous rattraperait et nous traquerait. Nous serions sans défense dans la forêt, et plus d’un d’entre nous mourrait certainement. Je ne pouvais absolument pas permettre que cela se produise.

J’avais enroulé une bande de tissu autour de mon visage. Il pendait librement, et le tissu supplémentaire flottait dans la brise. Jerrick avait regardé et avait demandé : « Es-tu sûr de vouloir faire ça ? »

« Ouais. Ne t’inquiète pas, je vais bien. »

Il n’y avait rien à craindre. J’étais déjà mort si j’échouais une fois, après tout. Le gnou chatoyant avait finalement repéré la maison Garney. Une fois qu’il avait localisé sa proie, il fit irruption au trot. Il continua à gagner de la vitesse en se dirigeant dans cette direction, jusqu’à ce qu’il soit à fond.

« Je le savais, c’est différent des sangliers ordinaires », marmonna Jerrick.

J’avais hoché la tête en accord.

« Ouais, c’est beaucoup plus audacieux. »

Les sangliers normaux chargeaient tout ce qu’ils pensaient pouvoir tuer, mais ils étaient extrêmement prudents jusqu’à ce qu’ils soient certains qu’ils étaient plus forts que leur adversaire. Ils passaient beaucoup de temps à flairer leurs ennemis potentiels. Bien que ce sanglier ait pu être un peu différent, c’était toujours un sanglier. Ce qui signifiait que sa plus grande force résidait dans sa charge.

Ça vient. J’avais serré ma lance fermement pour m’assurer de ne pas la laisser tomber et je m’étais accroché à ma branche d’arbre. Jerrick s’était attaché à l’arbre avec une corde et il avait tenu fermement son arbalète. La Brute dorée avait percuté le mur avec la force d’un camion. L’ensemble du bâtiment avait tremblé, comme si un tremblement de terre localisé venait de se produire. Même l’arbre sur lequel nous étions perchés se balançait d’avant en arrière. En même temps, il y avait eu une série de son provenant des boutons-pression métalliques des pièges à ours de Jerrick. J’avais baissé les yeux et j’avais vu que trois d’entre eux s’étaient accrochés aux jambes de la Brute dorée. Bien qu’il aurait pu en retirer facilement un, trois seraient plus difficiles à faire face. La Brute se débattait sauvagement, mais même pour quelque chose de puissant, il faudrait du temps avant de se démêler.

C’était le moment idéal pour frapper. Cependant, avant de pouvoir faire quoi que ce soit, des particules de fine poussière dorée entourèrent le sanglier, rendant la zone autour de lui floue. Je suppose que ces taches d’or étaient des spores en quelque sorte. Ce sanglier était doré parce qu’il était infesté de milliers de ces spores de moisissure. Ses poils étaient toujours bruns, pas dorés. En d’autres termes, c’était juste un sanglier normal. Quand il s’était frotté contre quelque chose, les spores se détachaient et elles allaient voler dans l’air. Les spores avaient probablement infecté leur hôte et modifié ses schémas de comportement. Si ma conjecture était correcte, la bête elle-même ne devrait pas être différente d’un sanglier normal. Ce qui signifiait que son point faible était le museau.

J’avais resserré le tissu autour de mon visage pour m’assurer de ne pas respirer de spores. Leur simple présence signifiait que je ne pouvais pas me transformer, mais je voulais éviter de les inhaler et de tomber inconscient. J’avais concentré mon esprit et imaginé une flèche pointant vers le bas. J’avais eu l’idée d’une des anciennes expériences de physique que j’avais faites au collège. J’étais différent de tout le monde dans ce monde. J’avais vécu différentes choses et vécu une vie différente. Ce qui signifiait que si je voulais utiliser la magie, je devais m’inspirer d’un endroit différent. Pour moi, imaginer une force descendante tirant sur mon corps était la meilleure image mentale pour m’alourdir. J’avais aspiré le mana invisible autour de moi et l’avais façonné en une flèche s’étendant vers le bas. Puis j’avais lentement chanté : « Iete! Kaahn ! Viirii! »

Une fois mon incantation terminée, j’avais senti mon corps devenir sensiblement plus lourd. Comme si des sacs de sable invisibles s’empilaient l’un sur l’autre.

« Whoa. »

Je pouvais sentir la magie m’alourdir et je m’étais rapidement hâté. Je devais m’assurer de ne pas tomber dans la mauvaise direction, sinon j’atterrirais dans une mer de pièges à ours et je mourrais très probablement. J’avais ainsi rampé le long de ma branche, essayant de me positionner directement au-dessus de la tête du gnou. Je n’avais pas l’air très gracieux, mais là encore, je manquais de la grâce de Monza. Enfin, j’étais arrivé à destination. Le gnou était toujours occupé à essayer de ronger les pièges à ours de Jerrick. Ça allait être mon seul coup. J’avais étiré la flèche imaginaire dans mon esprit aussi bas que possible. Elle était entrée dans le sol et je l’avais toujours étirée. Je vais vous traverser avec cette flèche ! Une seconde plus tard, la branche s’était cassée sous mon poids accru.

« Huh!? »

« Veight !? »

La voix de Jerrick s’estompa au loin alors que je tombais comme un rocher. J’avais ressenti un impact violent et un nuage de spores dorées s’était élevé autour de moi. Avant de pouvoir traiter autre chose, je m’étais évanoui.

En y repensant maintenant, ma vie avait été assez ennuyeuse. Ce n’était pas comme si j’avais eu du mal ou quoi que ce soit. C’était juste vraiment normal. Et cela s’était terminé très vite. Au fait, je ne parlais pas de cette vie. Je faisais allusion à mon ancienne vie. En comparant les deux, je dirais que ma vie de loup-garou avait été plus satisfaisante. J’avais des amis et tout le monde dans le village se regardait. Puisque nous étions encore des démons, c’est peut-être qui avait décidé ce qui était juste, mais même dans ce cas, les gens ici ne tourmentaient pas les faibles. Nous étions trop occupés à survivre pour nous battre entre nous. Donc dans l’ensemble, je dirais que cette vie était bien meilleure que la mienne. Oui, certainement beaucoup mieux. C’est pourquoi je préférais ne pas mourir tout de suite.

« Veight ! Veight ! »

Mon monde tremblait.

« Veight, reprends-toi ! »

« Lève-toi, Veight ! Tu es toujours en vie, non !? »

J’en étais presque sûr. Au moins, je ne pensais pas avoir été réincarné à nouveau. Mon nom est toujours Veight. Et ces voix ressemblent définitivement à celles de Jerrick et Monza.

« Lève-toi, Veight ! »

C’était à tous les coups la voix de Garbert.

J’avais ouvert les yeux et j’avais vu la forme agile de Monza devant moi. Apparemment, elle portait toujours des vêtements moulants afin de masquer son odeur de proie. En tout cas, ces vêtements lui convenaient. Oui, ça ne ressemble pas à ma réincarnation. Ma conscience se mettait enfin au point. J’avais fait signe à Monza et j’avais dit : « Ouais, ne t’inquiète pas. Je suis debout. Et je pense que je vais bien. »

Monza, Jerrick et Garbert s’étaient tous serrés près de moi.

« Au fait, vous ne devriez pas courir ? La Brute dorée n’est pas… »

Je m’arrêtai en réalisant que j’étais assis au-dessus de la Brute dorée susmentionnée. Ou plutôt son cadavre. Ma lance était coincée profondément dans sa colonne vertébrale, le manche cassé. On dirait que je l’avais poignardé en descendant. Cependant, ce n’était pas ce qui avait tué le monstre. À première vue, ma chute lui avait cassé le cou. Il y avait beaucoup moins de spores dorées autour de sa tête et son cou était tordu à un angle impossible. En plus de cela, mes genoux étaient couverts de poussière d’or. En mettant deux et deux ensembles, j’avais pensé que je l’avais tellement écrasé qu’il était mort. Mais à quel point étais-je devenu trop lourd pour lui briser le cou ? J’étais surpris que mon corps ait réussi à résister à la force.

« Je suppose que les loups-garous sont assez solides même sous leur forme humaine », marmonnai-je en regardant mes genoux.

Tout le monde m’avait regardé avec étonnement.

 

 

« Avez-vous entendu cela ? »

« Est-ce que quelque chose déroute ce gars ? »

Monza et Garbert avaient échangé des regards stupéfaits. D’un autre côté, Jerrick sourit fièrement.

« Je savais que tu pouvais le faire, Veight. Tu es un fou. »

Des particules de poussière d’or pleuvaient autour de nous, donnant à la scène une sensation quelque peu surréaliste. Cependant, ni les spores ni la fourrure du gnou n’étaient particulièrement mystiques. Même pendant que nous regardions, leur lueur avait commencé à s’estomper. Il est apparu que les spores ne pourraient pas survivre sans leur hôte. Pourtant, nous devrions probablement désinfecter la zone avec de l’alcool et du vinaigre plus tard, juste au cas où. Les spores étaient des choses terrifiantes. Nous nous étions assis là encore un peu, jusqu’à ce que nous entendions les adultes revenir.

« Veiiiiiiiiiiiiiiight ! »

Un loup-garou à fourrure noire, ma mère, menait la meute. À première vue, Fahn était juste derrière elle.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

Laisser un commentaire