Jinrou e no Tensei – Tome 1 – Chapitre 1 – Partie 39

***

Chapitre 1 : Création d’une cité de démons

Partie 39

Le lendemain matin, l’état de Nibert s’était stabilisé. Grâce au traitement rapide de ses blessures par Garbert, sa vie avait été sauvée. Cependant, bon nombre des os de Nibert avaient été brisés, et il faudra quelques mois avant qu’il ne se rétablisse complètement. Même si c’était génial que Nibert allait y arriver, cela n’avait pas changé le fait qu’une dangereuse Brute dorée errait dans la forêt près du village. Les adultes étaient partis en groupe pour le chasser ensemble, mais comme ils devaient le combattre sous leurs formes humaines, ils savaient que certains d’entre eux ne reviendraient probablement pas.

« Alors, je vais y aller. Assure-toi de bien fermer la porte et ne sors pas avant mon retour. »

Tout ce que je pouvais faire, c’était regarder ma mère partir pour une chasse dont elle ne reviendrait peut-être pas. Mon père était mort quand j’étais encore bébé, donc ma mère était la seule famille qu’il me restait. Si je la perdais aussi, je serais seul dans ce nouveau monde. Mais comme je l’étais maintenant, je n’avais même pas la force de la protéger.

« Fait attention à toi… » dis-je tristement.

Elle me tapota doucement la tête et répondit : « Ne t’inquiète pas, je vais avoir tout le monde avec moi. Plus important encore, reste à l’affût pour t’assurer que personne suspect ne pénètre dans le village. »

Elle s’était retournée et avait disparu dans la forêt avec tous les autres adultes.

Après le départ de ma mère, j’avais continué à pratiquer la magie pendant un certain temps. Je ne m’étais arrêté que lorsque j’avais été interrompu par un coup à ma porte.

« C’est moi, Veight. Veux-tu bien ouvrir. »

« Jerrick ? »

J’avais ouvert la porte et j’avais vu le fils du forgeron me regarder nerveusement.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? »

« Est-ce que ça va si je rentre ? C’est dangereux dehors. »

Comment dangereux ? Avant que je puisse demander, Jerrick avait ajouté : « Ça vient vers le village. »

Il brandit un grand piège à ours en acier. Il avait été brisé en plusieurs morceaux. Ce qui avait vraiment attiré mon attention, c’était les poils dorés collés aux dents tordues du piège. Par « ça », Jerrick voulait dire la Brute dorée. Si la Brute dorée avait fait le tour du village, nous étions en grande difficulté. Les seules personnes qui restaient ici étaient des enfants.

« Où avais-tu installé ce piège ? »

« À l’ouest de la ferme, près de l’énorme arbre tombé. Quand je suis allé voir le village, je l’ai trouvé comme ça. »

Les pièges à ours de Jerrick étaient suffisamment solides pour que même les loups-garous aient du mal à les arracher. Ils étaient censés éloigner les bêtes sauvages, non pas piéger les proies. Il était donc logique qu’il les ait construits plus robuste que la plupart.

Cependant, la Brute dorée l’avait arraché, probablement en utilisant simplement la force de son museau et de ses pattes. Cela prenait plus de force que n’importe quel loup-garou. De plus, il n’y avait pratiquement pas de sang sur le piège détruit. Malgré la force considérable avec laquelle le piège avait dû se refermer, il n’avait pas fait beaucoup de dégâts au sanglier.

« C’est un monstre fou… »

« Comme tu l’as dit. »

J’avais aidé Jerrick avec ses tâches de forgeron à quelques reprises et il me faisait confiance.

« Que faisons-nous, Veight ? Envoyons-nous quelqu’un pour rappeler les adultes ? »

« Non, il est trop dangereux pour nous d’entrer dans la forêt. Ce monstre a choisi d’éviter de se battre avec le groupe de chasse parce qu’il savait qu’il n’aurait aucune chance contre un si grand nombre d’individus. »

Le terme « Brute dorée » m’avait fait penser que cela aurait été stupide, mais il est apparu que c’était beaucoup plus rusé qu’une bête normale. En y regardant de plus près, j’avais remarqué que le piège avait aussi été brisé intelligemment. Il avait probablement utilisé l’effet de levier à son avantage pour briser le piège sans trop d’efforts. Cela signifiait au moins qu’il avait autant d’intelligence qu’un enfant.

« Alors que devrions-nous faire ? »

J’avais arraché un poil doré des restes du piège et l’avais tenu dans ma main. Il brillait d’une sinistre lumière dorée. Attends. Est-ce juste moi ou est-ce que l’or se détache ?

J’avais frotté les cheveux et quelques taches de poussière dorée avaient flotté dans l’air.

« Que diable ? »

J’avais l’impression de m’en souvenir quelque part. Alors que je passais en revue mes souvenirs, Jerrick avait demandé avec impatience, « Veight, penses-tu que nous serons en sécurité si nous nous cachons juste à l’intérieur de nos maisons ? »

« Pas question, tu as vu ce que ça a fait à Nibert. Ça soufflerait à travers des maisons en bois comme celles-ci. »

Aucun des bâtiments de ce village n’était si solide. Quelques charges, même d’un gnou normal, suffiraient à les briser. J’avais rapidement pesé mes options, puis j’avais demandé à Jerrick : « Combien de personnes restent-elles dans le village ? »

« Environ trente ? Ce sont tous des enfants comme nous. »

En raison de la dangerosité des Brutes dorées, les adultes avaient décidé d’emmener tout le monde avec eux pour traquer celui-ci. Même Fahn, qui avait à peine quelques années de plus que nous, avait rejoint la force d’expédition. Parmi ceux qui restaient, Jerrick et moi étions probablement les plus forts. Ce qui signifiait que c’était à nous de gérer les choses.

« Je connais cette expression, Veight. Tu ne penses pas vraiment à le combattre, n’est-ce pas ? »

Jerrick m’avait regardé dans les yeux et j’avais hoché la tête.

« Peux-tu me procurer des pièges à ours supplémentaires ? »

« Je pensais que tu demanderais ça. » Il avait pointé du doigt par ma fenêtre, et j’avais vu qu’il en avait amené un chariot. « J’ai un tas de pièges à ours et une arbalète là-dedans. J’ai aussi apporté une lance et une hache, mais ils ne seront probablement d’aucune aide. »

« Je savais que je pouvais compter sur toi. »

Pour être honnête, je ne savais pas comment utiliser une arme. Pourtant, je serais plus utile armé qu’autrement. J’avais décidé de prendre la lance de Jerrick avec moi.

« Très bien, va voir les autres enfants et dis-leur de se rencontrer à la maison Garney. »

« Pourquoi là-bas ? »

Jerrick m’avait lancé un regard confus.

« La raison pour laquelle la Brute dorée est probablement venue ici était parce qu’elle suivait l’odeur du sang de Nibert. Elle n’a rien fait hier soir parce qu’elle savait qu’elle n’avait aucune chance avec tous les adultes autour. Mais maintenant qu’ils sont partis, cela ira pour venir chercher les frères Garney. »

Pour une brute, c’était un chasseur assez rusé et persistant. Là encore, seule une brute serait aussi cruelle.

« Dépêche-toi, nous n’avons pas beaucoup de temps pour nous préparer. »

« D-D’accord. » Jerrick hocha la tête et murmura doucement pour lui-même, « Dieu merci, tu es de notre côté… »

Les enfants laissés dans le village étaient tous au début de leur adolescence ou encore plus jeune. Garbert était le plus âgé d’entre nous, mais comme il s’occupait toujours de son frère, il ne serait pas d’une grande aide au combat. En fait, comme il était probablement aussi l’une des cibles de la Brute dorée, c’était à nous de le protéger.

« Pour être honnête, c’est une sorte d’ironie que nous devons protéger ces deux intimidateurs. »

Jerrick sourit, indiquant clairement qu’il plaisantait. Il y a quelque temps, les frères Garney s’étaient moqués de l’épée qu’il avait lui-même forgée. J’avais sauté pour mettre un terme à leurs taquineries, et Jerrick et moi avions été de bons amis depuis.

« J’ai mis tous les pièges où tu me l’as demandé, Veight. Et comme tu l’as demandé, je n’ai placé aucun marqueur à proximité. Assure-toi de ne pas accidentellement marcher dessus. »

« Je ne le ferai pas, ne t’inquiète pas. Je dirai aux autres de ne pas s’approcher de cette zone. »

La maison des Garney était entourée d’un certain nombre d’autres maisons. J’avais fait cacher tous les autres enfants dans les plus proches.

« De cette façon, nous sommes tous en vue les uns des autres. Si quelque chose arrive, tout le monde peut venir aider. Reste près de moi, et quoi que tu fasses, ne te laisse pas isoler. »

Pour une raison quelconque, Jerrick avait l’air heureux en hochant la tête.

« Tu l’as eu. »

À ce moment, Monza se précipita.

« J’ai vu quelque chose de brillant dans la forêt au nord. Ça vient par ici. »

« Parfait, tout se passe comme prévu. »

J’avais laissé la chemise imbibée de sang de Nibert près de l’entrée nord du village. Je suppose que la Brute dorée serait attirée par l’odeur. Avec cela, nous aurions au moins une idée de la direction d’où elle proviendrait. Voyant mon sourire confiant, Monza pencha la tête et demanda : « N’as-tu pas peur, Veight ? Nous sommes contre un monstre. » «

Hm ? Je suppose que j’ai un peu peur. Mais c’est juste un monstre. »

« Ce n’est pas seulement un monstre… »

J’avais une bonne compréhension de ce que je faisais maintenant. Bien que je ne sois toujours pas certain, si ma prédiction était correcte, la Brute dorée n’était pas à craindre. Tout le monde semblait penser que les Brutes dorées étaient des créatures au-delà du domaine de la compréhension mortelle, comme des dieux ou des esprits, mais je doutais que ce soit le cas. Cette Brute dorée n’était qu’une autre créature vivante, comme toute autre chose. Et tout ce qui vivait pourrait être tué.

« Ne t’inquiète pas, Monza. Même si nous perdons, nous ne mourrons pas. »

Si mon plan échouait, j’avais un chemin d’évacuation dans la forêt préparé pour tout le monde. Une fois que nous aurons couru dans les bois, nous espérions pouvoir rencontrer les adultes et revenir en toute sécurité.

« Si nous nous trompons et ne le tuons pas, je m’assurerai de le ralentir suffisamment longtemps pour permettre à tout le monde de s’échapper encore. Nous utiliserons ce temps pour courir là où sont tous les adultes. »

J’étais un lâche par nature, donc je m’étais assuré de penser à un plan de sauvegarde avant tout. Cependant, cela semblait encore plus troubler Monza.

« Dans ce cas, pourquoi ne nous enfuyons-nous pas maintenant ? »

« Parce qu’à moins que nous arrêtions ses mouvements, il nous poursuivra. En outre… »

« En outre ? »

« Les frères Garney sont peut-être des idiots, mais ils sont toujours techniquement mes cousins. Je ne serai pas satisfait jusqu’à ce que j’enseigne à ce monstre une leçon sur ce qui se passe quand tu joues avec ma famille. »

Monza avait éclaté de rire : « Ahaha, tu es drôle, Veight ! Très bien, essayons ce plan. Je vais suivre tes ordres, alors dis-moi quoi faire. »

« Merci. Si tu peux surveiller la zone, ce serait formidable. Si cela semble trop dangereux de rester, cours. »

« Compris, patron. »

Elle m’avait salué et était retournée à ses tâches de surveillance. Pendant ce temps, je me suis rendu sur le côté de la maison Garney et j’avais grimpé le grand arbre fruitier qu’ils avaient poussé là. Directement sous la branche sur laquelle j’étais assis se trouvait le toit de la maison. De là, je serais en sécurité même si la Brute dorée arrivait ici. J’avais une bonne vue de mon environnement. De plus, de cette façon, je pouvais frapper la brute d’en haut. Jerrick était assis sur une autre branche avec son arbalète prête. Je lui avais dit d’aller se cacher avec les autres, mais il avait refusé de me quitter, alors il était là.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

Laisser un commentaire