Jinrou e no Tensei – Tome 1 – Chapitre 1 – Partie 18

***

Chapitre 1 : Création d’une cité de démons

Partie 18

Gomoviroa souriait sciemment. C’était presque comme si elle pouvait voir à travers le fait que j’avais des souvenirs d’une vie passée. Puisqu’elle avait déjà essayé les secrets de la vie et de la mort, elle pourrait en fait me croire si je lui disais que je m’étais réincarné. Mais si je le faisais, je devrais expliquer à quoi ressemblait le monde précédent dans lequel je vivais. Il était encore trop tôt pour le révéler à qui que ce soit. Le Maître me regarda quelques secondes de plus avant de se détourner avec un haussement d’épaules.

« Je suppose qu’étudier sous ma tutelle a fait frotter une partie de mon humanité. »

« C-c’est probablement ça. »

Elle n’avait pas pris la peine de poursuivre l’affaire plus loin et m’avait fait un sourire insouciant.

« Quoi qu’il en soit, tu as bien réussi à protéger cette ville et à traiter avec les instigateurs de l’attaque. »

« M-Merci beaucoup. »

« Alors maintenant, tu n’as plus à te soucier de t’expliquer au Seigneur-Démon. »

« Hein ? »

Abasourdi, j’avais regardé mon environnement se tordre et se déformer. Quelques secondes plus tard, je me tenais dans le brouillard qui entourait Grenschtat. Je soupirai fortement et me transformai hors de ma forme humaine.

« Alors pourquoi ai-je besoin d’expliquer exactement mon… »

Je m’arrêtai en me retournant. Le Maître n’était pas à côté de moi. Il semblait qu’elle m’avait téléporté seule ici.

« Est-ce qu’elle reste derrière pour s’occuper de Ryunheit pendant mon absence ? »

Je penchai la tête d’un air interrogateur et me dirigeai vers la porte d’entrée.

Le château de Grenschtat était le quartier général par intérim des trois régiments de l’armée des démons. Le premier régiment était entièrement composé d’élite dragonkin. Ils avaient également agi en tant que gardes du corps personnels du Seigneur-Démon. Personne ne savait exactement à quel point ils étaient forts, mais je suppose qu’ils étaient plus solides que les deuxième et troisième régiments réunis. Tous les clans dragonkin avaient juré fidélité absolue au Seigneur-Démon, ils étaient donc aussi son régiment le plus fiable.

Le deuxième régiment était composé principalement d’ogres et de géants ; des démons à haut pouvoir destructeur, principalement. Ils avaient également tendance à être la plus agressive des races de démons, c’est pourquoi j’avais eu du mal à traiter avec eux. Alors qu’ils constituaient une armée forte, ils étaient également tous des têtes musclées. Vous ne pouviez pas vraiment compter sur eux pour tout ce qui nécessitait de la finesse.

Enfin, le troisième régiment était composé de loups-garous, de vampires et d’autres races qui possédaient des traits particuliers. Vraiment, ce n’était plus qu’un méli-mélo de toutes les races qui étaient trop pacifiques par nature pour entrer dans le deuxième régiment. Presque tous les autres vice-commandants étaient également des disciples de Gomoviroa le sage, ce qui signifiait naturellement qu’ils étaient également des mages. Ce ne serait pas exagéré de nous appeler le cerveau de l’armée des démons. Malheureusement, le troisième régiment était également le plus petit des trois. Notre faible nombre signifiait que nous ne pouvions prendre les villes que par des tactiques peu orthodoxes ou des attaques-surprises.

Les trois régiments se faisaient toujours concurrence pour prouver qu’ils étaient les meilleurs : quel régiment avait le plus de réalisations, qui avaient les hommes les mieux entraînés — tout ce qui pouvait être transformé en concours l’était. Et pour une raison quelconque, le deuxième régiment était étrangement voyant aujourd’hui. Même les nouvelles recrues du régiment étaient vêtues d’une armure scintillante. Ils se précipitèrent dans les couloirs avec des expressions nerveuses sur leurs visages.

« Y a-t-il une grosse opération à venir ou quelque chose du genre ? » Songeai-je en m’asseyant dans la salle de réception, attendant mon tour pour voir le Seigneur-Démon. Le garde dragonkin qui m’avait guidé ici m’avait apporté du thé d’Ironstone et des biscuits au poulet pour m’occuper pendant que j’attendais. Ce serait impoli de le dire, mais le thé Ironstone avait vraiment le goût de l’eau de pipe rouillée. Les biscuits avaient également le goût de la pâte dure. Même si c’était le Seigneur-Démon qui m’avait demandé, j’étais resté en attente pendant un certain temps.

J’avais mangé tous les biscuits et j’avais pris ma deuxième tasse de thé lorsque la porte s’était finalement ouverte. Je me levai immédiatement, pensant que le Seigneur-Démon était venu me voir, mais ce n’était que l’un des officiers dragonkin. Il était Baltze, l’un des vice-commandants du premier régiment. Le démon lui avait accordé le surnom de « chevalier Azure ».

« Ça fait un moment, Sire Baltze. »

J’avais salué et le dragonkin à écailles bleues avait hoché légèrement la tête en réponse.

« En effet. Mes excuses pour vous avoir fait attendre. »

Comme les dragonkin avaient le visage de lézards, il était difficile de déchiffrer leurs expressions. D’après ce que je pouvais dire, cependant, Baltze était vraiment désolé. Il semblait également plutôt fatigué.

« Le Seigneur-Démon vient juste de terminer son conseil de guerre et est plutôt fatigué. Je vous prie de comprendre. »

« Bien sûr. »

Je ne savais pas exactement ce que j’étais censé comprendre ici, mais il semblerait que je sois arrivé au mauvais moment. Je suppose que je devrai surveiller mes paroles plus que d’habitude. J’avais suivi Baltze jusqu’à la salle du conseil, une salle qui était normalement réservée aux membres les plus hauts gradés de l’armée. Ce serait ma première fois à l’intérieur.

Au moment où j’entrais dans la pièce, je levais le bras en un salut.

« Mon seigneur, vice-commandant du troisième régiment, loup-garou Sorcier Veight. »

« Mettez-vous à l’aise. »

Le Seigneur Démon hocha la tête de l’autre côté de la grande table ronde assise au milieu de la pièce. Comme je l’avais déjà dit, les expressions des dragonkin étaient difficiles à lire, donc je n’avais aucune idée de ce que le Seigneur-Démon pensait. Notre audience avait commencé avec le Seigneur-Démon me posant une question.

« Wight, il y a quelque chose que je dois savoir. »

Je détestais toujours quand il disait mon nom. En raison de la forme des bouches de dragons, ils ne pouvaient pas prononcer le « v » de mon nom. Donc, chaque fois que le Seigneur-Démon m’appelait par mon nom, ça sonnait comme « Wight ». J’étais sûr qu’il pensait qu’il avait raison, mais ça me semblait tellement mal. J’étais monté jusqu’au poste de vice-commandant, mais cela me faisait encore mal d’être assimilé à un spectateur.

Le Seigneur-Démon n’avait pas pris note de mon inconfort et avait poursuivi : « J’ai entendu dire que vous avez commandé de grandes quantités de charbon de bois, de soufre et de salpêtre aux marchands canins. »

« Je l’ai en effet fait, mon seigneur. »

Ah, il s’agit donc de la poudre à canon. J’espérais fabriquer des mousquets pour les canins, afin d’augmenter leur potentiel de combat. Bien que les chiens soient physiquement faibles, ils étaient assez adroits et relativement intelligents. Ils feraient de bons tireurs. Cela dit, je n’étais pas sûr d’expliquer la poudre à canon au Seigneur-Démon serait sage. Cependant, ses prochains mots avaient renversé toutes mes attentes.

« Où avez-vous appris la formule pour créer du souffle du dragon ? »

« Hein ? »

Voulez-vous dire que ce monde connaît déjà la poudre à canon ? Voyant ma confusion, Baltze était intervenu pour expliquer.

« Le souffle du dragon est une poudre spéciale qui explose lorsqu’elle s’enflamme. Son existence est hautement classée. Même au sein de l’armée, il n’y a que quelques dragons qui le connaissent. »

« Je-je vois. »

Eh bien, ce n’est pas bon. Le Seigneur-Démon m’observa silencieusement, attendant ma réponse. Si je n’avais pas trouvé une bonne explication, je serais exécuté pour avoir volé des secrets militaires confidentiels. J’avais renforcé ma détermination et j’avais dit : « Lorsque je m’entraînais sous la direction de Maître Gomoviroa, j’ai lu sa bibliothèque de livres. Sur la base de mes résultats, j’ai supposé que cette combinaison de produits chimiques pourrait être en mesure de créer une poudre explosive. »

« Mmm, de la bibliothèque de Gomoviroa ? »

Le Seigneur-Démon hocha la tête et je continuai mon explication.

« J’ai commandé le matériel pour tester ma théorie. Je pensais que si cela fonctionnait, je pourrais faire de meilleures armes pour les faibles canins. Je ne savais pas que c’était censé être un secret militaire. »

Je n’étais pas prêt à dire la vérité à personne, alors j’avais tout mis sur mon maître. Si le pire venait au pire, je pourrais toujours m’excuser auprès d’elle plus tard. Prétendre que je l’avais compris dans ses livres était une excuse assez boiteuse, mais c’était mieux que de rester silencieux. Cependant, il est apparu que le Seigneur-Démon l’avait accepté.

« Je suppose que je n’aurais pas dû en attendre moins de l’élève star du Grand Sage. Je vois que vous n’êtes pas seulement un maître stratège, mais aussi un maître chimiste. Très bien. Par déférence pour votre sagesse, je ne me renseignerai pas davantage sur cette question. »

On dirait que j’étais en sécurité. J’avais l’impression que chaque rencontre avec le Seigneur-Démon avait rasé quelques années de ma vie. Voyant mon soulagement, le Seigneur Démon continua.

« Cependant, je doute que même vous connaissiez le ratio nécessaire pour créer le souffle du dragon. »

« En effet, non, monseigneur. »

C’était la vérité. J’avais prévu de tester différents ratios de chacun jusqu’à ce que je comprenne bien. Le Seigneur-Démon secoua la tête.

« En poids, c’est dix parties de salpêtre, deux parties de charbon de bois et une partie de soufre. Vous feriez bien de vous en souvenir. Cependant, en raison de la dangerosité du processus de mélange, je crains de devoir vous l’interdire. »

Je ne savais pas qu’on avait besoin de tant de salpêtre… Mais à quoi bon me dire ça si vous allez m’interdire de le faire ?

Comme s’il lisait mes pensées, le Seigneur-Démon avait dit : « Au lieu de cela, je vais vous accorder une petite quantité de souffle de dragon. C’est un produit chimique capricieux qui a besoin d’experts pour le gérer correctement, donc je vais également envoyer une équipe d’ingénieurs dragonkin dans votre ville. Utilisez-les comme bon vous semble. »

« Oui monsieur ! Votre générosité est très appréciée ! »

« Cependant, sachez que si ce secret est divulgué, vous serez puni le plus sévèrement. »

« … Oui monsieur. »

Trop tard pour les regrets maintenant.

Tout ce que je pouvais faire était d’accepter et de saluer.

« Au fait, comment se passe votre occupation de Ryunheit ? J’ai entendu dire que vous étiez envahi par une petite armée. »

Oh ouais, j’avais encore besoin de faire un rapport à ce sujet. J’avais expliqué au Seigneur-Démon comment l’évêque de Sonnenlicht était derrière l’attaque et comment je l’avais exilé à Thuvan.

« Je vois, alors le clergé a usé de son influence pour stimuler le peuple. »

Les démons n’avaient pas de religion organisée. Leur foi était liée à l’adoration du Seigneur-Démon, et normalement un seul Seigneur-Démon pouvait régner pendant des décennies, voire des siècles. Cependant, le Seigneur-Démon acquiesça de compréhension.

« La foi peut souvent conduire les humains à des actions radicales. Peut-être n’avons-nous pas d’autre choix que de les soumettre par la force après tout. »

Il n’avait pas tort, mais c’était toujours la dernière chose que j’avais besoin d’entendre. À moins de le convaincre rapidement, mon projet d’occupation pacifique partirait en fumée. J’avais préparé à la hâte un argument.

« H-Heureusement, j’ai pu limiter les troubles dans les rues. Comme j’ai banni leur évêque sans le dépouiller de son rang, l’ordre ne pourra pas nommer un nouveau chef. Je suis convaincu que sans personne pour les guider, ils resteront dociles. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

Laisser un commentaire