Je suis un bâtard mais tu es pire – Tome 1 – Histoire bonus

+++

Histoire bonus : Un lever mouvementé

Dans le manoir du margrave Maxwell, situé au cœur de la province de l’Est du Royaume de Lamperouge, Dyngir Maxwell, successeur de la maison Maxwell, se levait souvent tard.

Chaque nuit, il emmenait une ou plusieurs des servantes travaillant au manoir dans son lit et jouait avec elles jusqu’à tard dans la nuit, si bien qu’il se levait toujours après midi.

Cependant — les choses étaient différentes ce matin-là.

Le soleil commençait à peine à poindre à l’horizon lorsqu’une servante s’était rendue dans la chambre de Dyngir pour le réveiller.

« Excusez mon intrusion. Jeune maître, le jour est levé. »

La servante qui était entrée dans la chambre se nommait Eliza.

Elle possédait un physique devenant plus mature chaque année et des courbes accentuées par sa tenue de soubrette. Celle-ci se dirigea vers le lit de son maître.

« Ne devez-vous pas partir travailler ? Vous devez vous lever rapidement ou vous serez en retard. », lui dit Eliza tout en secouant Dyngir, recouvert de couvertures sur sa tête.

« Nh… nh… »

Dyngir, cependant, enroula son corps en boule et résista.

« Franchement… cette partie de vous n’a toujours pas changé depuis votre enfance. »

Eliza posa une main sur sa cuisse et poussa un profond soupir.

Elle avait servi Dyngir depuis plus de dix ans maintenant.

Pourtant, à ses yeux, son corps avait grandi, mais il n’avait pas beaucoup changé à l’intérieur. Elle le considérait toujours comme un petit frère gênant.

« Un peu plus… laisse-moi dormir… juste 10 minutes de plus… »

Une voix étouffée pouvait être entendue de sous les couvertures.

« Ça ne marchera pas ! Vous allez être en retard ! »

Les préparatifs du départ pouvaient prendre beaucoup de temps. Si elle le laissait s’endormir à nouveau, il aurait été inutile de lui avoir interdit les « jeux » nocturnes et de l’avoir envoyé se coucher tôt la veille.

Eliza fronça les sourcils, puis se remit à secouer les couvertures.

« Réveillez-vous, jeune maître ! Vous n’êtes plus un enfant, vous ne pouvez pas faire la grasse matinée comme ça ! »

« Uuuh..... !! »

« Si l’héritier du Maréchal est en retard, toute la maison aura honte ! Allez, réveillez-vous maintenant ! »

Eliza parlait à son maître comme si elle grondait un enfant indiscipliné, tout en continuant à frapper les couvertures.

Lorsqu’elle décida d’enlever les couvertures, quelque chose d’inattendu se produisit.

« Eh… ? »

Les couvertures enroulées autour de Dyngir s’étaient soudainement répandues dans l’air, engloutissant Eliza comme les mâchoires d’un serpent attrapant sa proie.

« Aaaaahhh !! Je-Jeune maître !? », cria Eliza, prise par surprise et attirée dans le lit.

Dyngir enlaça la pauvre servante par-derrière et enfouit sa tête dans son cou fin.

« Hmm… ce coussin est vraiment confortable. »

« Jeune maître, s’il vous plaît, réveillez-vous ! Pas de farces, ou je vais avoir un… nh ! »

« Si chaud… c’est le paradis… »

L’une des mains du maître s’enfonça profondément dans la poitrine généreuse de la jeune fille, commençant une exploration plutôt obscène.

« Haah… nh… jeune maître… ! Anh… »

De doux gémissements s’étaient échappés des lèvres d’Eliza.

Dyngir était encore à moitié endormi, mais ses mains pouvaient néanmoins bouger de manière terriblement habile.

Le maître maintenait la jeune fille en difficulté et commençait à profiter pleinement des plaisirs charnels qu’elle offrait.

« Aah… !! »

Un cri aigu résonna dans tout le manoir au petit matin.

Environ une heure plus tard, Dyngir se leva mollement du lit.

« … Quoi ? Comment cela est-il arrivé ? »

Il fronça les sourcils et jeta un regard honnêtement perplexe à Eliza, échevelé et respirant lourdement à côté de lui.

+++

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire