Je suis le Seigneur maléfique d'un empire intergalactique ! – Tome 2 – Chapitre 5 – Partie 1

***

Chapitre 5 : Réunion malvenue

Partie 1

Un visiteur était arrivé sur l’astéroïde de ressources que la maison Razel avait transformé en colonie spatiale. Son nom était Yasushi.

Yasushi, qui portait un kimono avec quelques déchirures apparentes et un pantalon hakama, marchait avec les épaules voûtées. Ses cheveux hirsutes n’étaient pas soignés, et sa pilosité faciale était sauvage et rêche. Il était assez mince, peut-être mal nourri. L’homme avait l’allure d’un samouraï errant crasseux, mais c’était le même épéiste qui avait enseigné à Liam la Voie du Flash.

Cependant, il n’y avait rien de tel que la Voie du Flash. C’était un faux style, une fabrication créée par Yasushi. Liam, qui ne se doutait de rien, avait pris l’entraînement au sérieux et avait lui-même perfectionné la technique, transformant le mensonge en vérité. Quand il avait vu les résultats de l’entraînement de Liam, Yasushi avait eu peur du garçon et avait fui la Maison Banfield.

En d’autres termes, bien que Yasushi soit à l’origine du style de l’épée factice, ses compétences réelles — ou son manque de compétences — étaient telles qu’il pouvait facilement perdre contre un enfant étudiant les arts martiaux authentiques.

Yasushi était toujours à la recherche d’un moyen de gagner de l’argent, et son voyage vers l’astéroïde de ressources de la Maison Razel n’avait pas fait exception.

Il marmonna pour lui-même : « On aurait dû me dire dès le départ que j’avais besoin d’un permis pour les machines lourdes ! J’ai déjà été dans un chevalier mobile, vous savez ! Enfin, juste à l’intérieur… Je ne l’ai jamais utilisé pour un combat. Merde, je ne vais pas me faire de l’argent en montrant mes tours ici… Qu’est-ce que je suis censé faire ? »

Bien que Yasushi soit un escroc, ses arnaques étaient minables et ne rapportaient plus rien. Il avait entendu dire que la Maison Razel embauchait des ouvriers et, n’ayant pas d’autre choix, il était venu chercher du travail. À son arrivée, cependant, il avait appris qu’il avait besoin d’une licence pour travailler ici et avait été laissé à errer sans but.

« J’ai utilisé tous mes fonds juste pour venir ici, donc je n’ai rien mangé depuis une journée. »

Tout mécréant qu’il était, Yasushi titubait dans le quartier des divertissements bien qu’il n’ait pas d’argent à son nom. Il avait déjà échangé l’épée à sa hanche contre de l’argent, et maintenant il n’avait plus rien à vendre.

« Je me fiche de savoir qui c’est, quelqu’un pourrait-il me payer un verre ? »

Sur ce commentaire désespéré, il s’était précipité vers l’avant et avait heurté un trio à l’allure voyante qui marchait dans l’autre direction.

« Hé, regarde où tu marches ! »

« Aïe, mec ! Ça fait mal ! »

« Qu’est-ce qui ne va pas chez toi ? Mec, tu as blessé mon petit frère ! Tu ne crois pas que tu vas t’en tirer comme ça, si ? »

Il était tombé sur une sale bande. Les badauds qui connaissaient le trio avaient murmuré des choses comme « Encore eux » et ils avaient reculé. Ils se contentaient de regarder la scène se dérouler, préférant ne pas s’impliquer.

Entouré par les trois voyous, Yasushi ne pouvait pas s’échapper. « C’était un accident ! » avait-il protesté, mais c’était inutile.

« Est-ce tout ce que tu as à dire ? Je suppose que nous allons devoir être un peu durs avec toi pour te donner une leçon. »

« Mon frère ! Emmenons ce type chez un médecin de quartier et vendons ses organes ! »

« Une idée géniale ! »

Yasushi avait pâli lorsque les trois voyous avaient ri grossièrement. Il pouvait voir qu’ils ne plaisantaient pas — ils allaient vraiment le faire.

Ces gars-là sont de mauvaises nouvelles ! Pourquoi le domaine de la Maison Razel est-il si dangereux ? Parler ne le sortirait pas de cette situation. Recroquevillé devant le trio de méchants, Yasushi joignit les mains et pria. Que quelqu’un m’aide !

Soudain, il y avait eu une agitation à proximité, mais le trio l’avait ignoré en se jetant sur Yasushi.

« Quiconque nous manque de respect meurt ! »

Juste à ce moment-là, une voix familière était intervenue : « Qui tue qui ici ? »

Un froid s’installa sur eux, et Yasushi regarda l’intrus au-delà de ses agresseurs. Bien qu’il ait grandi un peu plus depuis la dernière fois que Yasushi l’avait vu, la personne qui se tenait derrière les trois hommes était un visiteur tout à fait indésirable.

Dieu, pas lui ! Tout le monde sauf lui !

Les trois voyous s’étaient retournés et avaient fait face à Liam. Dans sa main se trouvait l’une des épées de choc que les étudiants utilisaient pour s’entraîner, un peu plus qu’un jouet. Quand ils l’avaient vu, les trois hommes s’étaient mis à rire et avaient sorti des pistolets de leurs poches.

« C’est juste un enfant ! Regardez-le jouer les durs, se tenant devant nous avec un jouet. Allez, petit, tu ne veux pas être blessé, n’est-ce pas… »

Avant qu’il ne puisse terminer, l’homme qui avait commencé à parler avait été coupé — littéralement. Sa tête coupée était tombée sur le sol. Yasushi trembla violemment, et un frisson lui parcourut l’échine. Il n’avait même pas vu ce que Liam avait fait, mais il le comprenait parfaitement.

Il est devenu plus fort qu’avant.

Liam avait dû continuer à s’améliorer pendant le temps qu’ils avaient été séparés, et il était maintenant plus terrifiant que jamais. Bien qu’il ne puisse pas estimer la puissance du garçon, Yasushi pouvait la sentir dans ses os. Tout comme il l’avait fait dans le domaine de la Maison Banfield, Yasushi ressentit une envie irrésistible de fuir. Cependant, il était trop tard pour fuir, il était à portée de l’épée du garçon.

Oh… c’est fini pour moi.

Sentant que sa vie était finie, les émotions de Yasushi avaient transcendé la peur. Il avait déjà l’impression de regarder la scène de loin, comme un fantôme.

Les deux autres punks étaient en état de choc, béant devant leur compagnon sans tête. « H-hey, que s’est-il passé ? » avaient-ils demandé à l’homme mort.

Liam s’était approché d’eux, et avant qu’ils puissent donner des excuses pour leur comportement ou supplier pour leur vie, leurs têtes s’étaient envolées. Du sang avait jailli, et un spectateur avait crié. Yasushi criait aussi, intérieurement, mais avec Liam se tournant vers lui, il devait se préparer à l’inévitable.

Eh bien, je ne peux pas dire que j’ai vécu une vie honnête.

Il était sûr que Liam avait fini par se rendre compte de ses mensonges et était furieux contre lui. Sa vie s’achèverait ici, comme celle des trois crapules, et Yasushi s’en accommoda.

Liam se tenait devant Yasushi alors que l’agitation autour d’eux augmentait et que la puanteur du sang remplissait l’air. Les spectateurs pensaient probablement que Yasushi serait ensuite décapité. Mais Liam avait rangé son arme et, sans se soucier du sang qui coulait sur le sol, s’était agenouillé devant Yasushi.

« C’est bon de vous revoir, Maître ! »

En voyant le garçon agenouillé devant lui, la tête baissée, Yasushi avait senti sa raison s’étirer.

Hein ? C’est quoi ce bordel ? Pourquoi est-ce que tu inclines ta tête devant moi ? S’il te plaît, arrête ! C’est effrayant !

À l’extérieur, Yasushi était toujours paralysé par la peur et la confusion. Son visage était figé dans l’expression d’acceptation qu’il avait adoptée en attendant le coup fatal. Son visage n’avait pas changé, il avait l’air audacieux et sage quand il avait dit, « Je suis soulagé de te trouver en bonne santé, Seigneur Liam. »

À ce moment, Yasushi ressemblait à un véritable maître d’armes. Le vieil homme pathétique et malchanceux n’était plus là.

« J’ai poursuivi fidèlement mon entraînement, travaillant dur chaque jour pour vous rattraper, Maître ! »

« C’est admirable. Je peux dire à ta technique que tu t’es amélioré. Tu as vraiment travaillé dur. »

« Merci ! » Liam était pratiquement étouffé par l’émotion. Il avait ensuite posé à Yasushi la question évidente. « Au fait, vous vivez ici, Maître ? »

Comment Yasushi devrait-il répondre ? S’il jouait mal, Liam découvrirait où il vivait, et il ne pouvait pas laisser cela se produire. Yasushi avait rapidement réfléchi à une réponse, désespérant de vivre juste un peu plus longtemps. « En fait, je suis… en voyage. »

« En voyage ? Euh, mais que faites-vous dans un endroit comme celui-ci sans votre épée ? Je veux dire, je sais que je n’ai pas besoin de m’inquiéter pour vous, mais je pense quand même que vous devriez porter une arme. »

Je l’ai vendu ! avait pensé Yasushi. Je l’ai vendue parce que je n’ai pas d’argent ! J’aimerais pouvoir lui dire ça !

« Je suis parti avec seulement les vêtements que je portais. »

« Pourquoi ? » La question de Liam était raisonnable.

Yasushi avait résisté à l’envie de se prendre la tête entre les mains en essayant de trouver une excuse. Puis, il avait dit la seule chose qui lui venait à l’esprit. « Je cherchais un étudiant. »

C’est tout ! C’est tout ce que j’ai ! Il voyageait pour trouver un nouvel étudiant. Liam sourit, l’expression de sa confiance absolue, et fit une proposition à Yasushi.

« Je veux construire un dojo rien que pour vous dans mon domaine, Maître. Vous pourrez vous y consacrer à l’éducation de la prochaine génération. »

Yasushi ne pouvait pas accepter l’offre de Liam. S’il restait encore à la Maison Banfield, le garçon découvrirait inévitablement la vérité tôt ou tard.

« Non, ça n’ira pas. »

Je ne peux pas ! Ton domaine est le seul endroit où je ne peux pas aller !

« Hein ? Pourquoi pas ? » Liam avait l’air déçu.

Aaargh ! Allez, cerveau ! Donne-moi quelque chose de bon !

Son cerveau lui faisant défaut, Yasushi avait laissé sa bouche prendre le relais. « Je ne cherche pas n’importe quel élève. Je cherche celui qui pourra vraiment perfectionner le Flash. »

« Le perfectionner ? La Voie du Flash n’a-t-elle pas encore été perfectionnée ? »

La Voie du Flash que Liam avait perfectionnée était assez proche de l’imbattable, mais si Yasushi lui disait cela, le garçon s’obstinerait à le ramener dans son domaine. Il devait éviter cela à tout prix.

« Ce n’est pas le cas ! » répondit-il fermement, paniqué à l’intérieur. Après que Yasushi lui ait crié dessus, Liam s’était contenté d’attendre tranquillement de nouvelles explications.

Yasushi ne pouvait pas lui donner une excuse stupide ici, il devait donc trouver quelque chose qui semblait légitime. Il déclara : « Il n’y a pas de destination sur la route du guerrier ! Aller sans cesse de l’avant est la voie du Flash. »

Liam avait l’air profondément ému par les mots de Yasushi, il avait donc deviné que le garçon acceptait ça.

« J’ai été stupide, Maître. S’il vous plaît, laissez-moi vous aider à trouver votre élève. »

Yasushi était en colère, mais il ne pouvait pas le laisser paraître. Je ne veux pas que tu t’approches de moi ! S’il te plaît, trouve une solution ! Attends, non… S’il le découvre, je suis mort !

« Il faut trouver un élève par soi-même pour maîtriser la véritable Voie du Flash. En fait, chaque maître doit entraîner au moins trois élèves. Tu es mon premier, Seigneur Liam. Je prévois d’en former deux autres. »

Avant que Liam ne puisse poser la question évidente : « Eh bien, pourquoi ne regardes-tu pas dans mon domaine ? » Yasushi avait continué.

« C’est le devoir de celui qui a hérité de la voie du Flash, Seigneur Liam. »

« Devoirs ? »

« Oui. Je transmettrai la Voie du Flash à mes élèves, et tu dois également trouver trois des tiens pour les former. »

« Vraiment ? » dit Liam, surpris.

Yasushi avait lutté contre l’envie de lui dire, Non, je viens juste de l’inventer !

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire