Je suis le Seigneur maléfique d'un empire intergalactique ! – Tome 2 – Chapitre 2 – Partie 2

***

Chapitre 2 : La formation commence

Partie 2

Un mois s’était écoulé depuis que les enfants nobles avaient été accueillis pour leur formation. Le vicomte Razel avait réuni tous les professeurs pour évaluer la récolte de cette année. Il avait trouvé son favori, Peter, au bas de la pile.

L’un des éducateurs était particulièrement agacé par le garçon. « Voulez-vous lui donner un avertissement, Lord Randolph ? J’ai renoncé quant au fait qu’il dorme pendant les cours, mais je n’arrive pas à croire qu’il invite des dames dans sa chambre et qu’il s’amuse avec elles jusqu’au matin. »

Peter faisait partie d’une classe spéciale d’enfants que le vicomte voulait flatter pour leurs relations. Leur formation était différente de celle de Liam, et ils étaient divertis de la manière dont Liam s’y attendait. Leurs repas étaient gastronomiques, et leurs instructeurs étaient tous de premier ordre. S’ils causaient des problèmes, ils recevaient une suggestion douce pour changer leur comportement plutôt qu’une réprimande sévère.

« Tu as raison, je vais le lui dire moi-même. » Le vicomte Razel n’attendait pas grand-chose de Peter, mais il assura au professeur qu’il parlerait au garçon et changea de sujet. « Et les autres élèves ? »

Le chevalier qui s’occupait de la classe de Liam se leva et délivra son rapport avec zèle. « Je les ai vraiment brisés le premier jour, alors ils se sont tous bien comportés maintenant. Ils se sont habitués à la vie ici. »

Quelle que soit la passion du chevalier, les autres personnes présentes dans la pièce avaient montré peu d’intérêt. Les familles de ces enfants avaient été jugées indignes de se lier avec eux. Pourtant, le Vicomte Razel s’était dit qu’il devait au moins demander s’il y avait des exceptions.

« L’un d’entre eux a-t-il attiré votre attention ? »

« Oui, à tous les coups, Kurt de la Maison Exner. Il est très talentueux et a un bon caractère. Puis il y a Liam de la maison Banfield. C’est un enfant intéressant. »

Liam avait été appelé intéressant, pourtant la réaction du vicomte à ce nom était glaciale. « Maison Banfield, hein ? »

Dans l’esprit du vicomte Razel, la maison Banfield était ce noble impertinent qui s’était présenté le premier jour avec trois mille navires. Ils avaient même effrontément exigé que le vicomte réapprovisionne et répare leurs navires. Leur flotte était de piètre qualité, et leurs chevaliers et soldats semblaient mal entraînés. Pour lui, la famille n’avait aucune qualité rédemptrice.

La maison Banfield ne vaut rien, contrairement à la famille du comte Petack. La flotte de la maison Petack est à la pointe de la technologie et à des troupes bien entraînées. C’est la principale famille avec laquelle je devrais nouer des liens.

La Maison Petack avait amené avec elle un nombre très raisonnable de trois cents vaisseaux, et ceux-ci étaient partis immédiatement après avoir déposé Peter, afin de ne pas accabler le vicomte. Il avait reçu un rapport indiquant que leur conduite au spatioport avait été irréprochable, et il était dûment impressionné.

Chaque noble avait une armée personnelle, mais beaucoup d’entre elles étaient du niveau des flottes de pirates. La flotte de la Maison Petack, en revanche, était comparable en qualité et en expérience à l’armée régulière de l’Empire, et le Vicomte Razel en avait été impressionné. Il était reconnaissant qu’une telle famille lui ait confié son enfant.

« Compte tenu de leurs capacités, je pense qu’il serait souhaitable de donner à ces deux garçons un niveau d’instruction plus élevé, » suggéra le chevalier passionné.

Mais le vicomte Razel, qui accordait plus d’importance à la famille qu’à l’individu, avait rejeté la suggestion sans même l’envisager. « Ce n’est pas nécessaire. Continuez à les former comme vous l’avez fait. »

 

☆☆☆

 

Ce n’est que peu de temps après avoir été confié à une autre maison pour être formé que je pris conscience d’un certain nombre de choses.

« C’est trop facile. Je m’ennuie. »

Chaque jour, je me levais tôt, je faisais de l’exercice, je suivais des cours et j’effectuais le travail des domestiques pour apprendre à connaître la fonction et les sentiments de ceux que j’employais. J’avais rapidement trouvé ce mode de vie détendu par rapport aux responsabilités qui encombraient habituellement mon emploi du temps. Je n’avais pas à m’occuper de paperasse électronique dans mon bureau ni à recevoir de visiteurs ennuyeux. Comparé à l’entraînement que j’avais subi pour apprendre la Voie du Flash, l’exercice ne me servait même pas d’échauffement. Je passais essentiellement mes journées avec la tête penchée sur le côté, en me disant : « Hein ? Est-ce que c’est ça ? »

En ce moment, je nettoyais les pelouses de la propriété Razel, mais tous les outils pratiques disponibles rendaient le travail facile. Je faisais équipe avec une fille aux cheveux roux et à la personnalité vive, Eila Sera Berman. Eila pouvait entamer une conversation avec n’importe qui, elle était joyeuse et facile à vivre — ce n’était pas exactement l’image que je me faisais d’une noble. Sa silhouette était moyenne, mais sa bonne humeur et son sourire la faisaient passer pour la plus jolie fille de notre petit groupe.

« Allez, finissons-en rapidement. » Bien qu’Eila soit obligée d’effectuer des tâches subalternes, elle ne se plaignait pas et affichait toujours un sourire sur son visage. C’était une jeune femme assidue.

À nous deux, dans les combinaisons qu’on nous avait fournies, nous ne devions ressembler qu’à des domestiques du manoir.

Un groupe de camarades de classe qui faisaient du sport à proximité était passé devant nous pendant que nous travaillions. Pendant que nous travaillions, ils ne faisaient que s’amuser, même s’ils appelaient ça « l’athlétisme ». Nous étions tous venus à la Maison Razel pour nous entraîner, mais il y avait une nette différence dans notre traitement.

J’avais repéré Peter de la maison Petack parmi eux — il était apparemment l’un des favoris du vicomte Razel. À ses côtés se trouvait la fille du vicomte, Katerina Sera Razel. La beauté aux cheveux blonds et aux yeux bleus se promenait dans sa tenue de tennis. Le couple dégageait une aura de jeunesse épanouie. Pendant ce temps, je me sentais de plus en plus ennuyé.

« Pourquoi aime-t-il tant Peter ? »

Peter n’aurait pas pu surpasser les cadeaux que j’avais fournis à la Maison Razel — les miens étaient plusieurs fois supérieurs à la normale — et pourtant c’est moi qui étais traité comme un serviteur. Si le vicomte Razel n’était pas influencé par les cadeaux, pourquoi favorisait-il Peter à ce point ?

« Es-tu aussi curieux à propos de Peter, Liam ? » m’avait demandé Eila.

J’avais continué mon travail en lui répondant. « Oui, je le suis. Le vicomte Razel semble vraiment l’apprécier. »

« Eh bien, il n’y a rien que nous puissions faire à ce sujet. »

« Sais-tu quelque chose à ce sujet ? »

Eila leva les yeux, pensive, et répondit : « D’après ce que j’ai entendu, la famille de Peter est impressionnante. Son territoire se développe rapidement. »

Son domaine se développe rapidement ? Eh bien, le mien aussi.

Eila poursuit : « Tu vois, il était incroyablement délabré, mais grâce à des réformes, il a été reconstruit pour devenir méconnaissable. Il semble que son peuple le vénère comme un sage dirigeant, et j’ai entendu dire que Peter maîtrise parfaitement son style d’épée. Il n’est que l’héritier, donc il n’est pas encore officiellement un comte, mais je suppose que les gens attendent beaucoup de lui. »

Après avoir entendu les explications d’Eila, j’avais tout compris. Pas étonnant que le Vicomte Razel ait voulu me garder à distance. Certes, j’avais aussi développé mon territoire et acquis la maîtrise de la Voie du Flash, et je n’avais pas l’intention de laisser Peter me battre sur le moindre de ces fronts, mais il y avait évidemment une différence fondamentale entre nous deux.

J’étais un méchant, et Peter était un sage dirigeant avec un brillant avenir devant lui.

Puisque le Vicomte Razel me méprisait pour tous mes cadeaux ostentatoires, il était tout naturel qu’il ait un penchant pour Peter. S’il connaissait la réputation de Peter, il avait évidemment aussi fait des recherches sur la mienne.

« Ce n’est pas étonnant qu’il me déteste, » avais-je marmonné.

L’air inquiet, Eila avait essayé de me remonter le moral. « Ne te laisse pas abattre. La plupart des enfants ici ont le même traitement que nous. »

Puisque le vicomte Razel ne l’avait pas favorisée non plus, cela signifiait qu’Eila devait être la même que moi.

« Je ne suis pas abattu. Je me demande juste pourquoi tu es dans la même position que moi. »

J’étais de plus en plus curieux à propos d’Eila. Elle m’avait l’air d’être une personne honnête, alors je ne comprenais pas pourquoi elle était traitée de la même façon que nous.

« Hein ? Qu’est-ce que tu veux dire ? Ça me paraît logique. » Eila avait commencé à me parler de ses origines. « Je suis la troisième fille née, et mon frère est l’héritier de la maison. Il a déjà terminé sa formation de noble, alors ils n’attendent pas grand-chose de moi. Ils m’ont probablement envoyée ici en pensant qu’ils pourraient bénéficier de l’établissement d’une relation avec le vicomte Razel. »

Son histoire était plutôt triste, mais Eila avait parlé avec un sourire. Les histoires comme la sienne n’étaient pas rares parmi les enfants de la noblesse, donc ce n’était pas comme si Eila était particulièrement malheureuse. Il y avait des enfants comme elle partout.

« On dirait que c’est dur pour toi aussi, » avais-je dit, même si c’était un commentaire de faible intensité de ma part.

Le sourire d’Eila s’agrandit un peu. « Tu es un type bien, Liam, de compatir avec moi pour une chose pareille. »

C’est vrai que ça ne valait pas vraiment le coup de compatir, étant donné qu’elle devait encore faire face à une vie de noblesse. En tout cas, j’avais été intéressé par la partie concernant le Vicomte Razel qui ne l’aimait pas. Il n’avait pas cédé à mes amples pots-de-vin, et j’imaginais que tous les enfants dans le même bateau que nous avaient été considérés comme un problème, qu’il s’agisse d’eux ou de leurs familles.

En d’autres termes, Eila était l’une de mes camarades.

Je commençais à penser que venir ici était une erreur, mais peut-être que ce n’était pas si mal après tout si les enfants autour de moi avaient de la méchanceté dans leurs veines.

Eila s’était éloignée et avait remarqué un garçon qui nettoyait tout seul, comme s’il avait fui son partenaire. C’était Exner, portant la même combinaison que nous.

« Oh, c’est Kurt. C’est ton colocataire, n’est-ce pas ? »

Nous étions en fait colocataires, mais Exner était apparemment trop fier pour laisser quiconque s’approcher de lui. Il ne voulait même pas s’ouvrir à moi, donc nous n’avions pas eu de conversation décente malgré le fait que nous vivions ensemble depuis un mois.

« Oui, mais Sa Majesté Kurt ne semble pas m’apprécier. »

« Ah, oui ? Eh bien, je pense que ce serait mieux si tu essayais de t’entendre avec lui. »

Qu’est-ce qui lui fait dire ça ?

Exner avait perçu mon regard fixe, s’était retourné et était parti. Son antagonisme flagrant m’avait vraiment agacé.

« Je ne l’aime pas, c’est tout. »

Je n’aimais pas sa tête qui semblait dire : « Je peux tout faire. » Il était vraiment doué, l’un des meilleurs élèves d’ici d’après ce que j’avais pu voir.

 

 

Eila s’était approchée, son expression était très sérieuse. « Ce n’est pas bon, Liam. »

« Qu’est-ce qui ne l’est pas ? »

« Vous êtes pratiquement tombés sur les genoux l’un de l’autre, alors vous devriez vous entendre ! C’est comme un destin que vous soyez venus étudier au même endroit, tu sais ? »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

  1. merci pour le chapitre

Laisser un commentaire