Je suis le Seigneur maléfique d'un empire intergalactique ! – Tome 1 – Épilogue – Partie 2

***

Épilogue

Partie 2

Bien que ses parents lui aient imposé son territoire et sa pairie alors qu’il n’était qu’un enfant, Liam était devenu un souverain avisé. Dès le début, il s’était lancé dans de lourdes réformes. Il ne tolérait aucune corruption dans sa cour et avait personnellement défendu son peuple à la tête de son armée lors d’attaques de pillards. Il était strict et sévère, mais un seigneur fiable pour ses sujets. Il avait réinvesti la plupart des impôts dans le développement de son territoire, et l’Empire l’appréciait pour avoir payé correctement ses propres impôts. En plus de cela, il avait régulièrement payé la dette astronomique de sa famille.

Même si la réputation de la Maison Banfield était depuis longtemps devenue mauvaise, Liam, en tant qu’individu, s’était lentement construit sa propre bonne réputation. Il y avait des fonctionnaires et des soldats dans son domaine qui étaient prêts à donner leur vie pour lui. Les seules choses qui lui manquaient étaient des vassaux et des chevaliers. Mais alors que Liam entrait dans la pièce, un chevalier nouvellement nommé marchait à ses côtés.

 

 

Thomas se caressa le menton. « Ce serait Lady Christiana. J’ai entendu dire qu’elle est le premier chevalier que Lord Liam a pris à son service. On dit qu’elle est tout à fait capable. »

« Êtes-vous sûr qu’il ne l’a pas engagée juste pour son apparence ? »

« Eh bien, je ne peux pas dire que ça n’a rien à voir avec ça, mais j’ai vu beaucoup de chevaliers, et elle a vraiment quelque chose de spécial. On pourrait dire que c’est son aura, je parie qu’elle est puissante. » Thomas ajouta ensuite : « J’ai entendu des rumeurs selon lesquelles elle serait la princesse chevalier, celle de la nation que Goaz a détruite. »

Nias semblait se souvenir d’une chose familière. « La fameuse ? Cependant, n’a-t-elle pas le mauvais âge ? La Princesse Chevalier devrait être bien plus âgée. Elle n’a même pas l’air d’avoir cent ans. Ce n’est pas possible, n’est-ce pas ? »

Thomas avait compris ses doutes. « Ce ne sont que des rumeurs. Mais s’il avait vraiment quelqu’un comme ça à ses côtés, Lord Liam aurait vraiment l’étoffe d’un souverain sage, comme on en voit rarement. »

Si Liam avait entendu tout ça, il aurait été désespérément confus. Après tout, il n’avait travaillé aussi dur pour développer son domaine que parce que s’il ne le faisait pas, il n’aurait rien à soutirer à ses sujets plus tard. Il n’avait éliminé ses fonctionnaires corrompus que parce qu’ils l’avaient personnellement énervé. Il n’avait affronté les pirates que parce qu’il était assuré de gagner. Il payait ses impôts et remboursait sa dette que parce qu’il était avantageux de rester dans les bonnes grâces de l’Empire. Et il n’avait engagé Tia que pour son apparence et sa loyauté, pas pour les commentaires qu’il avait entendus sur ses prétendues compétences rares. Il n’y avait pas de raison plus profonde pour ses actions. L’homme lui-même avait l’impression de vivre égoïstement comme un seigneur maléfique.

La cérémonie austère s’était poursuivie.

Une larme coula de l’œil de Thomas qui s’émerveilla de l’apparence majestueuse de Liam. « Je n’avais pas tort à propos de Lord Liam. Je suis si heureux d’être resté avec lui. »

Nias était d’accord, même si elle trouvait l’émotion du marchand un peu excessive. « C’est un soulagement pour notre usine d’avoir un client régulier comme lui. J’espère qu’il continuera à faire du bon travail à partir de maintenant. S’il achetait un peu plus chez nous, je n’aurais pas à me plaindre. »

En fronçant les yeux, Thomas l’avait avertie : « Je pense que cela sera difficile à réaliser, à moins que votre usine n’apporte de nouvelles améliorations à l’apparence de l’extérieur et au design intérieur. Peu importe la fonctionnalité de vos vaisseaux, s’ils sont inconfortables dans leur forme et leur fonctionnement, cela ne vous fera pas gagner de points. »

Nias avait fait semblant de ne pas l’entendre.

 

☆☆☆

Un mois après la cérémonie, je me posais un dilemme assez difficile.

« Diriez-vous que je vis dans le luxe ? »

C’est Brian qui avait répondu à ma question. « Hm ? Eh bien, je ne connais pas beaucoup les autres maisons, mais comparé à nos précédents seigneurs, je dirais que vous vivez plutôt frugalement. »

Assis à mon bureau, le menton posé sur mes mains, je commençais à réaliser quelque chose.

Je pensais que je menais une vie de luxe, mais l’argent sur mes comptes ne diminue pas du tout. Peu importe combien je dépense, ça ne fait pas vraiment de différence.

« Frugalement ? »

« Oui, je le crois. Vu votre position, je ne pense pas qu’il y ait de mal à se faire plaisir un peu plus. »

C’est vrai. Je veux dire, je suis un comte. Mais je ne sais pas quel niveau d’« indulgence » convient à un comte.

J’avais décidé d’engager des musiciens pour jouer pendant mes repas, juste pour dépenser un peu de mon argent. C’était quelque chose que j’imaginais que les gens riches auraient fait dans ma vie terrestre. Il y avait aussi beaucoup d’espace inutilisé dans l’immense manoir que j’avais construit, ce qui m’avait amené à réfléchir à ce que je pouvais en faire.

Je pourrais installer une belle grande piscine que je pourrais utiliser quand je veux. Non, je vais mettre un parc aquatique entier ici… Je pourrai avoir une piscine à vagues, et une rivière tranquille.

C’est ce que j’avais fait, et le jour où il avait été terminé, je m’étais amusé à nager à reculons dans la rivière tranquille.

Et maintenant, mon bain est aussi une source chaude ! Mais je vis toujours de manière frugale ? J’ai vraiment sous-estimé le niveau de vie dans ce monde.

« Qu’est-ce que le luxe, Brian ? »

« Je ne suis pas sûr de savoir comment répondre à ça, monsieur. » Brian avait envoyé un appel silencieux à l’aide à Amagi, qui avait répondu à sa place.

« D’après mes archives, il y a un comte qui a transformé une planète entière en station privée, une sorte de retraite touristique pour lui seul. »

« Quel est le but de tout cela ? »

Une retraite touristique pour une seule personne ? À quoi cela servait-il quand il n’était pas là ? Il aurait pu au moins laisser d’autres personnes le visiter !

« Si c’est votre réaction, il se peut que vous ne désiriez tout simplement pas un grand luxe, Maître, » dit Amagi. « Votre recherche de sens dans de telles choses est la preuve de la différence fondamentale entre vos valeurs. Le luxe n’a pas besoin d’un tel sens, l’autosatisfaction est son seul but. Compte tenu de votre personnalité, il serait peut-être préférable pour vous de ne pas aspirer à certains standards de luxe. »

« Ce n’est pas vrai ! Je vais vivre dans le luxe. J’ai l’argent — je peux faire ce que je veux avec ! »

Brian m’avait étudié avec tendresse. « Bien sûr, monsieur. Que voulez-vous faire ? »

J’avais jeté un coup d’œil en essayant de trouver quelque chose. J’avais déjà épuisé toutes mes propres idées d’indulgence. En ce moment, aucune autre ne me venait à l’esprit.

Pendant que j’hésitais, Amagi avait proposé une possibilité. « Puis-je suggérer un programme d’études à l’étranger ? »

« Étudier à l’étranger ? Je suis sur le point de suivre une formation spéciale, n’est-ce pas ? N’est-ce pas déjà étudier à l’étranger ? »

« Je ne parle pas de vous, mais de vos sujets. Si votre peuple apprend les coutumes de la planète capitale et d’autres territoires, vous obtiendrez une population aux opinions et aux connaissances plus variées. On pourrait dire que c’est une forme de luxe, car ce n’est pas quelque chose que vous êtes obligé de faire pour votre peuple. »

Des gens ont-ils étudié à l’étranger pour le plaisir ? Est-ce du luxe d’utiliser mon argent pour rendre les autres heureux ? C’est vrai que je n’ai pas besoin que mes employés soient bien éduqués, tout ce qu’ils doivent faire, c’est de rester dans le rang.

Brian semblait d’accord avec elle. « Je pense que c’est une idée merveilleuse. Vous avez déjà mentionné que, puisque votre territoire n’a été développé que récemment, votre peuple a encore beaucoup à apprendre dans le domaine des arts et de la mode. On pourrait dire que les faire étudier à l’étranger pour acquérir ces connaissances non essentielles est une forme de luxe. »

Je m’étais souvenu de cette conversation passée à laquelle Brian faisait référence. « C’est vrai ! Je sais ce qu’ils peuvent apprendre à l’étranger ! »

La raison pour laquelle je ne pouvais toujours pas me résoudre à draguer les filles dans mon propre domaine était ce problème persistant de mode. Aucune des filles ici ne me plaisait vraiment. Si les gens sortaient et voyaient davantage le monde, peut-être que les choses s’amélioreraient de ce côté-là. Au moins, ils devraient comprendre qu’aller à la plage en combinaison n’était pas attirant. Je n’oublierai jamais le jour où j’avais découvert qu’il était à la mode ici de mettre un petit parapluie sur la tête quand on sortait sous la pluie ou en plein soleil. J’en avais eu les larmes aux yeux.

L’art et la mode ne sont pas des choses que l’on doit apprendre pour survivre — les gens qui essaient juste de gagner leur vie ne peuvent pas se permettre de se concentrer sur ces questions. Je suppose que c’est une sorte de luxe de pouvoir s’y consacrer.

« Préparez les choses, je veux envoyer un maximum de personnes à l’étranger ! Nous avons beaucoup d’argent pour le faire. »

Amagi avait immédiatement commencé les préparatifs. « Je vais formuler un plan d’action et l’intégrer dans votre budget, Maître. Si nous travaillons rapidement, nous pourrons rassembler les candidats et commencer à les envoyer à l’étranger l’année prochaine. »

« Joli. C’est ce que j’appelle le luxe ! »

Brian tamponnait les coins de ses yeux, mais je l’avais ignoré. « Envoyer vos sujets à l’étranger pour étudier avec votre propre argent… C’est juste ce que j’attendais de vous, Maître Liam. »

Je pouvais à peine comprendre ce qu’il disait, sa voix était tellement étouffée par les sanglots.

De toute façon, je dois juste utiliser mon argent — autant que je peux ! Je recherche le luxe ici. Les méchants seigneurs doivent se faire plaisir !

J’avais mis la main sur une immense fortune, alors je voulais la dépenser comme bon me semble. J’étais sur la bonne voie pour atteindre mon but ultime.

Un jour, je serai un seigneur du mal que tout le monde craindra !

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

  1. merci pour le chapitre

Laisser un commentaire