Je déteste être marié dans un monde imaginaire ! – Tome 4 – Chapitre 5 – Partie 6

***

Chapitre 5 : Finition !

Partie 6

Mouillée par la sueur et la pluie, l’Oni entendit le son du signal de retraite, et tourna sa tête vers ça. Elle ne voyait presque rien, et elle ne connaissait pas la signification de ce bruit, mais cela suscita son intérêt.

Lentement, elle sortit de la forêt, juste avant de ressentir une douleur piquante dans la poitrine qui lui fit revenir en hâte. L’ordre de son maître lui disait toujours qu’aller là-bas pourrait être mortel.

Pourquoi son youki était-il toujours aussi pollué ? Ça n’a pas de sens !

Elle attendit encore et encore. Après cinq minutes, elle avait repris son entraînement.

Enfin, lorsque le ciel était devenu noir et que la pluie continua de tomber, la dernière de ses blessures fut guérie, et elle était finalement de retour en pleine forme. Avec cela, elle put enfin quitter la forêt. En tant qu’Oni, elle n’avait aucun problème à voir dans le noir, mais il n’y avait plus rien à voir : Pas de mercenaires, pas de monstres, pas de Katakata et d’amis, seulement des cadavres allongés sur le sol, tous des monstres à première vue.

Il était temps de regarder les cadavres. Avec une force brute, l’Oni ramassa les cadavres et les jeta. Il y avait quelques humains et un hynoar, mais pas de Katakata, pas l’homme, la femme ou l’alfr qui étaient avec elle.

Un des écureuils, qui était resté à côté de l’Oni, s’approcha d’elle. Elle le ramasse et demande. « Savez-vous où ils sont ? » L’Oni n’était pas très intelligente, donc elle était mauvaise pour penser aux possibilités et aux options, donc quand elle était confrontée à une énigme comme ça, l’oni ne comptait que sur les autres.

 

―○●○―

Bonjour, c’est Rine !

Enfin, Kyou dort. Elle est au bord de l’épuisement total, mais elle insistait encore pour préparer au moins la literie. Maintenant, elle s’est allongée sur la literie préparée du côté droit de Kenta, tandis qu’Ara s’est allongée sur sa gauche.

J’ai très mal au bras, mais Kyou a fait de son mieux pour que ce soit aussi indolore que possible. On dirait qu’il guérira bientôt, beaucoup plus vite qu’il ne devrait, tant que je ne l’utilisais pas. C’était donc ça, être un héros, être capable de se rétablir rapidement.

Il y a quelque chose dans lequel j’avais merdé aujourd’hui, et Gottfried m’avait toujours dit que je devrais au moins essayer de réfléchir à la façon dont cela s’était passé et comment éviter d’en refaire une.

L’Oni m’avait frappée par-derrière, elle était sournoise. Je ne pouvais sentir le danger qu’au moment où elle levait déjà le poing, alors la prochaine fois, je devais être plus rapide. J’étais trop lente à esquiver, alors j’avais contre-attaqué, mais si j’avais été plus rapide, j’aurais pu faire les deux en même temps.

J’étais un héros maintenant, donc je devais commencer à agir comme telle. Je ne pouvais pas me faire tabasser chaque fois que je faisais face à un danger. Ce n’était pas comme ça que les héros travaillaient.

J’avais maintenant un bras cassé. Cela rendra l’entraînement encore plus difficile. Surtout depuis que Kyou m’avait dit de me reposer.

Ça ne voulait pas dire que je ne pouvais rien faire. J’ouvris mon statut. C’était quelque chose à laquelle je devais encore m’habituer. Bouger ma main droite m’aidait plus ou moins à me concentrer sur le fonctionnement du système. Ensuite, j’avais choisi Tailleur pour changer de classe, et je sentis comment une vague traverse mon corps.

Chaque fois que je devenais une Tailleuse, certains muscles changent. Je sentais plus de puissance dans mes doigts et moins dans mes jambes, et la façon dont je bougeais mes doigts en manipulant les aiguilles et autres ustensiles était beaucoup plus douce.

Je ramassai mon travail actuel dans mon sac à dos. Ce sera un pyjama pour moi, conçu à partir de celui de Kyou, parce que le sien était trop petit pour moi. Si je portai un pyjama, je pourrais dormir à côté de Kenta.

Mon bras gauche était peut-être cassé et je ne devrais pas essayer d’utiliser ma main, mais cela ne voulait pas dire que je ne pouvais pas coudre un peu. J’avais juste besoin d’utiliser mes dents chaque fois que l’aiguille passait à travers le tissu. À un moment donné, il se peut que je répare les vêtements qui s’étaient déchirés aujourd’hui, mais ils étaient encore humides en ce moment, alors je ferais mieux d’attendre qu’ils soient secs.

Dommage qu’un feu soit une mauvaise idée maintenant. On se cachait, et la fumée remplirait le terrier, mais il commençait à faire froid. Il faisait aussi sombre, mais ça ne me gênait pas beaucoup pour une raison ou une autre. C’était peut-être parce que Gottfried avait essayé de m’apprendre à sentir l’environnement au lieu de le voir. Je ne savais pas ce que ça voulait dire, mais je pouvais me débrouiller pour coudre dans le noir tant que je me concentrais sur mes doigts.

C’est peut-être parce que je suis un héros maintenant.

Bientôt, j’aurai mon pyjama. Alors je pourrais dormir à côté de Kenta. Sentir sa chaleur, sentir son odeur, entendre ses sons, et il sera la première chose que je verrai quand je me réveillerai. Ça doit être le paradis.

Il était devenu un peu plus gentil avec moi. Peut-être surmonte-t-il sa timidité. C’est mignon d’être timide, même si on s’aime tous les deux. C’était peut-être parce qu’il ne s’en rendait pas compte. Kenta était peut-être intelligent, mais même les gens intelligents pouvaient être inconscients parfois.

Si Kenta ne m’aimait pas, cela me ferait mal au cœur.

Ah, je me souviens de quelque chose !

Je rampai lentement vers Kenta, qui dormait encore. Il était dans sa forme la plus musclée, celle que j’aimais le moins. Cependant, cela ne voulait pas dire que je ne sentais pas les picotements derrière mon nombril quand je le regardai, ou le feu dans mes poumons, ou les battements de mon cœur.

Pas de réaction. D’habitude, Kenta se réveillait si j’essayais de m’approcher de lui quand il dormait, mais cette fois il ne faisait rien. Peut-être parce qu’il était tout musclé en ce moment, alors son ouïe est-il entrée dans ses biceps ?

J’enlevai la couverture et je montai sur lui. Les picotements derrière mon nombril devinrent plus intenses. J’avais l’impression de respirer du feu et j’entendais mon cœur pomper mon sang dans tout mon corps.

Enfin, ma chance !

Je m’étais blottie contre lui. Kyou et moi avions enlevé son armure, et j’avais aussi retiré la mienne avec son aide. C’était presque un contact direct avec le corps. Ma poitrine sur la sienne, et nos jambes s’entrelacèrent. Mon bras cassé me faisait mal quand je pressai mon corps contre le sien, mais ma tête ressentait le bonheur du moment.

Mon visage regarda directement le sien. Il faisait trop sombre pour en dire beaucoup, mais je pouvais encore voir son visage clairement dans mon esprit. Pas beau, mais il était si cool et il pourrait être très séduisant s’il faisait une autre expression.

Ses cheveux noirs et ses yeux noirs suggèrent qu’il venait du sud, alors que sa couleur de peau le réfutait. Un homme d’un pays étranger, un héros.

Il était aussi grand que moi, mais est-ce que cela ne faisait-ils pas de nous des partenaires parfaits ?

La façon dont il agissait envers moi, sans aucun respect. Il se fâchait contre moi. Beaucoup de choses. Voilà à quel point il tenait à moi.

Ma main erra sur sa joue. Je crois qu’il a tremblé. Mon nez toucha le sien.

Il était temps de le faire.

Lentement, mon visage descendit, mon nez lui caressa la joue. J’y suis presque. Ma joue frotta la sienne, puis ils se rencontrèrent, nos oreilles.

La fusion d’oreilles, la forme de connexion alfr qui était pratiquement un baiser pour les humains. Kenta ne voulait pas encore m’embrasser, mais il n’aurait rien contre la fusion d’oreilles, j’en suis sûre.

Mon oreille toucha la sienne, ils se frottèrent l’une contre l’autre.

C’est ça. Ça ne fait pas du bien ou quoi que ce soit d’autre. C’est peut-être parce que nous sommes humains, mais ce moment est intime.

Kenta ne fusionnait jamais ses oreilles avec Kyou ou Ara avant, alors c’était mon moment, sa première fusion d’oreille. « Je sens mon visage brûler, ça fait du bien. »

Le bonheur.

Sur tout mon corps.

Ça le faisait se tortiller. Cela lui enleva l’épuisement et la douleur.

Kenta et moi avions fait une fusion d’oreilles.

Je ne lui avais pas demandé, mais c’était à moi maintenant. La mienne.

Ah, je l’avais pris sans son consentement, mais il me pardonnera puisque c’était lui. Kenta est gentil.

J’avais mal au visage parce que je souriais si fort.

Je devrais retourner à la garde de nuit. C’était ce qui m’incombait actuellement. Dès que je quittais son corps, le mien ressentit du regret et de la solitude, mais je devais l’endurer.

« wrrr… » Un bruit étrange s’échappa de la bouche de Kenta. Ah, il n’y a pas que Kenta, Ara et Kyou qui font la même chose. Je vois. Ils frissonnent. Il fait froid après tout.

Mais faire un feu serait dangereux, alors comment puis-je les réchauffer ?

Ça pourrait marcher. J’avais pris Kyou par l’épaule et je l’avais roulé sur le côté, en posant lentement sa main sur la poitrine de Kenta. Alors j’avais fait la même chose pour Ara. Finalement, j’avais mis les couvertures sur les trois. Comme ça, ils partageront leur chaleur.

Je les enviais. Ils étaient maintenant tous les trois couchés ensemble, je voulais aussi en faire partie. Cela avait l’air chaud et confortable.

Ara fit alors un son très heureux, elle semblait s’amuser. La main droite de Kyou sur la poitrine de Kenta bougea un peu, mais ses doigts serrèrent sa chemise.

Kenta faisait des sons que je ne pouvais même pas décrire. Il devait juste se sentir bien.

« *Gloussement* » Cela me rendait heureuse qu’il se sente bien, mon cher mari. Même si nous étions des pécheurs qui méritaient de brûler, cela ne nous rendait pas moins mari et femme, et quand mon cher mari se sentait bien, cela faisait aussi de moi une bonne épouse. Maintenant, il avait tout chaud et il était dans une position confortable.

Tant que je ne pensais pas à toute cette histoire de péché, c’était comme un rêve. J’avais juste besoin de comprendre comment Kyou et Ara s’intégraient exactement dans mon rêve, et alors nous serions tous heureux.

Et je ferais mieux de ne pas penser à Feuerberg pour l’instant. J’avais tourné le dos, mais je reviendrai un jour. Mais avant ça, je devais devenir un splendide héros. Comme les autres héros, je devais m’entraîner et me perfectionner avant de pouvoir participer à la guerre en tant que telle.

Voyager avec Kenta, Kyou et Ara me transformera sûrement en un véritable héros. C’était tous de vrais héros, des gens d’autres mondes, qui étaient destinés à la grandeur. Ils me guideront pour devenir aussi splendides qu’ils le deviendront par la suite.

Alors je reviendrai et je rendrai Feuerberg à nouveau sûr. Après cela, j’essaierai de parler à Père, afin qu’il oublie le péché que nous avions commis.

Oh, mais il sera furieux qu’on se marie sans faire les rituels appropriés. Seul Kenta aurait-il besoin de relever les défis, ou Kyou et Ara aussi ?

Et aussi, quand devrions-nous commencer à faire des bébés ? Nous en avions besoin bientôt parce qu’il était important d’avoir des héritiers. Même si au moment où nous le ferions, il sera difficile de revenir à la vie d’aventurier.

Comment devrions-nous les appeler ? Puisque Kenta se marierait avec ma famille, ils porteraient le nom de « von Stolzherz ». Alors il sera aussi Kenta von Stolzherz. Kyou et Ara changeraient-elles aussi leurs noms ?

C’était de plus en plus compliqué. C’était peut-être la raison pour laquelle épouser plus d’une personne était considéré comme un péché.

 

―○●○―

« Karina von Stolzherz ? Non, c’est juste mon nom. Comment y inscrire le nom de Kenta ? » J’ouvris lentement les yeux parce que quelqu’un racontait des bêtises et cela me réveilla. L’odeur de terre et de boue était forte, et un peu de lumière brillait à travers les buissons à l’entrée. C’était toujours le terrier que Haa-san nous avait montré à Rine-chan et moi, mais quelque chose était étrange.

Non seulement la voix de Rine-chan, mais il y avait aussi le son d’une respiration. Je regardai le visage d’Arako. C’était aussi inexprimable que d’habitude, mais son oreille gauche tremblait faiblement parfois. Elle dormait encore. Elle ressemblait presque à un cadavre.

Elle dormait encore, mais c’était la respiration profonde qui m’inquiéta. Je levai les yeux et je vis le visage endormi de Ken. Je n’avais que peu d’occasions de le voir puisqu’il avait tendance à être le premier réveillé, mais il avait l’air encore plus sombre que d’habitude.

Quel genre de rêves fait-il quand il ressemble à ça alors qu’il dort ?

Ma tête était sur sa poitrine, comme ma main droite. J’avais presque l’impression de me blottir contre lui, mais en y repensant, il n’y avait aucune chance que je le fasse.

J’avais eu un soupçon.

« Kerine ? Mais quel genre de nom est-ce ? » C’était sûrement elle.

Ça ne changeait rien au fait que j’étais dans cette position. Mais mon corps ne bougea pas. Normalement, je devrais avoir un réflexe, mais ce n’était pas le cas. Peut-être à cause du mal de tête et du nez qui coulait. Je me sentais très mal. Mon rhume s’était aggravé et j’avais des douleurs musculaires partout sur mon corps, mais surtout dans mon bras droit et dans mes jambes.

C’était pour ça que je ne voulais toujours pas bouger.

Il y aura un moment où je devrai le faire, mais je voulais encore dormir un peu, fermer les yeux et continuer. J’avais l’impression d’avoir fait un rêve agréable, même si je ne m’en souvenais pas. Je voulais le reprendre.

Mais, en repensant à Kenta et Ara, j’avais l’impression que je devais me lever. Ils s’étaient épuisés tous les deux hier, alors maintenant je devais m’occuper d’eux.

D’abord, je devais essayer de faire quelque chose de facile à manger. Rine-chan devrait aussi manger quelque chose et dormir un peu. Elle était restée debout toute la nuit, malgré tout ce qui s’était passé hier.

Je levai lentement la tête. Je suppose que la première chose que je devais faire était d’avaler une pilule contre le rhume.

Dès que je m’écartai de Ken, je sentis l’air froid. Quelque chose comme le regret s’accumula à l’intérieur de moi, mais quelqu’un devait prendre les choses en main, et c’était moi.

Tellement de choses à faire, même si nous ne ferons rien d’autre que nous reposer pour aujourd’hui.

J’espérai simplement que Haa-san tiendra parole et qu’il sera en sécurité.

Merci, Haa-san.

En regardant Rine-chan, dont les yeux étaient rouges à cause du manque de sommeil, alors qu’elle pensa à des choses que je ne voulais même pas savoir, je ne pus m’empêcher de sourire.

Merci, Rine-chan.

J’avalai un médicament contre le rhume et je tournai les yeux vers Arako, qui était la plus fragile d’entre nous, même si elle avait le plus haut niveau. Elle avait fait tant de choses hier, elle avait dépassé les limites de son corps.

Merci, Arako.

Enfin, je jetais un coup d’œil à Ken, qui avait dû en faire trop et finir comme ça, juste pour être là où on avait besoin de lui au bon moment.

Merci, Ken.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

  1. Merci pour le chapitre.
    C'est bizarre de voir le point de vue de Rine.

Laisser un commentaire