Je déteste être marié dans un monde imaginaire ! – Tome 4 – Chapitre 3 – Partie 3

***

Chapitre 3 : Gros plan !

Partie 3

Arako connaissait un peu la vie personnelle de Ken. Il avait toujours ses deux parents, pas de frères et sœurs, et ses grands-parents étaient toujours en vie et s’intéressent à lui, comme beaucoup de grands-parents.

Ken ne lui avait pas dit grand-chose. Peut-être que parler de sa famille était gênant pour lui, mais il s’entendait bien avec ses parents. Voilà ce qu’il avait dit.

Néanmoins, j’avais quelques intuitions sur les affaires de sa famille. Je ne pouvais en tirer aucune conclusion, mais c’était peut-être là que résidait la clé pour découvrir pourquoi il était si opposé au contact physique.

Avec cette connaissance, Arako et moi étions retournés vers les autres.

Ken nous dépassait comme s’il avait été mordu et s’était dirigé vers des buissons. Son visage avait l’air hanté.

Rine-chan était laissée pour compte, totalement confuse et au bord des larmes. Si je devais le décrire en un mot, ce serait « cœur brisé ».

« Viens ici, » je l’avais attirée dans une étreinte.

« Merci, » elle murmura, mettant la plupart de son poids sur moi. Elle est lourde, non seulement parce qu’elle est plus grande que moi, mais aussi à cause de son armure et de ses armes.

Néanmoins, je lui avais caressé la tête, alors qu’elle était sans vie dans mes bras.

Je me demandais pourquoi elle est comme ça, et j’avais quelques théories, mais ce n’était pas le moment : maintenant, elle a besoin de réconfort.

Stupide Ken !

« Tout va bien se passer, » lui dis-je en chuchotant, et elle absorbait chaque mot gentil que je lui disais. « Je suis là pour toi. »

C’était toujours ma meilleure amie dans ce monde. Elle était peut-être idiote, mais c’était une fille bien. Sa seule erreur a été de développer des sentiments pour Ken, même s’ils sont faux.

Cependant, la douleur qu’elle ressentait était réelle. Quoi qu’il se soit passé, elle y avait mis beaucoup d’émotion et avait été rejetée par Ken. Et ça l’avait blessée.

Ça me fait même mal, quand je la regarde.

« Est-ce qu’elle va bien ? » Arako était inconsciente de la scène. Je ne sais pas si c’est parce qu’elle est alfr ou à cause de sa personnalité, peut-être un peu des deux. « Puis-je faire quelque chose ? »

« Enlaça-la, c’est tout, » un peu de chaleur humaine pourrait être nécessaire, même si Arako n’était pas humaine.

Avec un peu d’hésitation, comme si elle essayait de tester, Arako s’approcha du dos de Rine-chan. Puis Arako se jeta sur elle, très maladroitement, mais avec de bonnes intentions.

Nous étions toutes les trois une bande de câlins. Après être restée dans cette position pendant un certain temps, Rine-chan commença à revivre, et nous avions pu nous séparer. Arako semblait confuse, mais à la fin, tout s’était arrangé.

Pour l’instant du moins.

En fait, je voulais dire beaucoup de choses à Rine-chan, mais ce n’était pas le bon moment. Je voulais aussi parler à Ken, mais j’avais besoin d’avoir l’occasion parfaite, où il ne pouvait pas échapper de la conversation.

Faire fonctionner ce groupe demande beaucoup d’efforts.

Même si Ken était techniquement le leader, il n’avait presque pas de compétences sociales, et il ne serait pas en mesure de s’occuper des relations interpersonnelles, alors je devais le faire.

C’est peut-être lui qui s’y connaît le mieux en batailles et il pourrait être capable de s’occuper des affaires quotidiennes avec l’aide d’Arako, mais sans moi, tout s’écroulerait à un moment donné.

Si les choses s’écroulaient, qui savaient ce qu’il adviendra de nous.

Donc, même si Ken était au cœur du groupe, c’était moi qui suis la personne qui maintient tout ensemble. Sans moi, il n’est rien.

Cette pensée me fit sourire.

« Kyou ? » Rine-chan me demanda quelque chose. « As-tu déjà embrassé quelqu’un ? »

Mes pensées étaient figées, alors qu’un seul souvenir avait resurgi. Le goût de la sueur, du sang et d’autres choses sur mes lèvres. Dans le feu de l’action et avec la foule en délire, le moment où ma détermination et quelque chose d’autre avait annulé mon dégoût. Le regard méchant, les yeux grands ouverts, une respiration irrégulière qui sortait de ses narines, un faible son qui s’échappait.

Instinctivement, mes doigts errèrent vers mes lèvres, les traçant.

Les yeux de Rine-chan me regardèrent, attendant une réponse. Je pourrais mentir, mais qui sait ce que Ken lui avait déjà dit ? Ou plus probablement, dit à Arako. « Oui, je l’ai fait. Pourquoi cette question ? »

« Était-ce avec Kenta ? » demanda Rine-chan.

« Il y avait… des circonstances, » déclarai-je.

« Comment as-tu fait ? » Elle me le demanda sérieusement, sans même un peu de jalousie. Elle était juste curieuse.

« Rine-chan, comme je l’ai dit, il y avait des circonstances. On ne l’a pas fait parce qu’on le voulait, » pour être honnête, c’était moi qui l’ai forcé, mais à ce moment-là, j’avais eu l’impression que c’était l’occasion d’augmenter les chances, même d’un petit plus.

Je le jure, c’était une question de pragmatisme !

« … » Rine-chan me fixait, son corps était un peu poussé vers l’avant. « Y a-t-il un moyen pour que je puisse aussi faire ça ? »

Non, juste non. Je ne veux même pas imaginer Ken et Rine-chan s’embrasser. « Je ne crois pas, non. Je pense qu’il n’y aura jamais l’occasion de le faire. »

« Est-ce que Kenta déteste embrasser ? » demanda Rine-chan.

… Je ne sais pas. Il était choqué à l’époque, et un peu perturbé, je crois. Il s’était également retourné vers son adversaire juste après. « Je crois qu’il n’aime pas ça. »

« Je vois. Il doit donc y avoir un autre moyen… Ara ? Comment s’embrassent les Alfar ? » demanda Rine-chan.

« On ne s’embrasse pas, » alors les oreilles à moitié baissées d’Ara-san étaient un signe de dégoût cette fois-ci. « C’est insalubre, odieux et bizarre. »

« Mais comment s’embrasse-t-on ? Ou quoi que tu fasses, afin de montrer à quelqu’un que tu l’aimes ? »

« Parles-tu d’un geste de proximité ? C’est l’union d’oreilles, » déclara Ara-san.

« “Qu’est-ce que c’est ?” » Rine et moi nous nous posions la même question.

« Tu mets ton oreille avec l’autre. Ils contiennent des organes importants et sont très délicats. Il est supposé y avoir une sorte de connexion, quand vous le faites, donc c’est considéré comme un sentiment d’un autre monde. » Donc c’est en gros un baiser avec tes oreilles.

Je n’étais pas sûre qu’il n’y aura aucun risque d’infection si vous faites cela.

« Alors, l’union des oreilles… Je vais essayer ! » déclara Rine-chan.

J’avais roulé des yeux, ne sachant même pas si je devrais être intéressée ou repoussée par cette pensée.

―○●○―

« Encore des traces d’hynoar. C’est un autre groupe, sans bottes. Ils se dirigent vers le nord-ouest. » Nous avions donc un groupe d’hynoars purs se dirigeant vers le nord-ouest et un groupe mixte hynoar et d’humains voyageant vers le sud, les deux groupes avaient croisé notre chemin.

Je croyais que seuls les monstres étaient censés être ici, loin dans les Terres Sauvages.

En fait, nous les avions déjà combattus plusieurs fois, contre des crapauds herbeux, une meute de sangliers à cornes comme des taureaux, et des poulets reptiles. Les monstres ici n’étaient pas très difficiles, sauf pour Kyou-san.

Elle avait l’air d’une merde, à peine capable de cacher son dégoût, mais elle protégeait Ara-san, pendant que la fille Alfr lançait des sorts. Elle utilisait même la classe de Cuisinière.

Est-ce qu’elle essaie sérieusement d’acquérir des compétences ? Que s’est-il passé ? C’est Kyou-san !

Elle craignait comme toujours. Ara-san craignait aussi, mais tant qu’elle s’en tenait à jeter des sorts, elle était tout à fait capable.

En ce qui concerne le combat en mêlée… même avec sa classe d’Acrobate, Ara-san n’était pas capable d’y faire face aussi bien, sauf si elle se concentre sur l’esquive. J’espérais plus.

Elle n’y était pas assez habituée et essayait d’être voyante au lieu d’être efficace.

J’aimerais vraiment prendre un peu de temps pour les rectifier un peu et les entraîner correctement, mais l’objectif principal restait le voyage et pour être honnête, ce serait encore plus rapide si je faisais ce dont elles n’étaient pas capables.

C’était une question de simplicité.

En plus, je m’inquiétais toujours pour les écureuils, alors je voulais partir le plus vite possible.

« J’ai envie de prendre de la vitesse, » expliquai-je aux filles en pointant du doigt les traces de pas. « Normalement, les bandits sont censés être rares ici, mais c’est le deuxième groupe de personnes qui a croisé notre chemin sans raison apparente. Il y a peut-être une bonne raison, mais si c’est le cas, je ne peux pas imaginer que ce soit bon pour nous. »

Il pourrait s’agir de parties de chasse, à la recherche d’un monstre dangereux, ce qui signifierait que ce monstre dangereux serait ici.

Ou bien ils pourraient être des chasseurs de primes, et j’étais presque sûr qu’une prime était mise sur nos têtes pour avoir enlevé la princesse héritière de Feuerberg. Donc, même si nous n’étions pas leur cible, ils ne verraient pas d’inconvénient à nous attraper, quand nous nous rencontrerons.

Le pire, c’était s’ils étaient liés aux écureuils. Et puisque je soupçonnais que les écureuils et les démons de travailler ensemble maintenant, cela signifierait que beaucoup d’ennuis nous poursuivaient, pour une raison inconnue.

Les filles avaient des réactions différentes à ma suggestion d’augmenter notre vitesse.

Rine était simple. « OK ! »

Ara-san était impatiente. « Je ferai de mon mieux, mais n’en faisons pas trop. »

Kyou-san luttait toujours contre son dégoût. « Je ne pense pas pouvoir faire ça. »

« Ouf… Essaie un médicament pour l’estomac. Comme notre rhume, il devrait supprimer tes problèmes d’estomac. » Être un héros a ses avantages après tout. « Nous compenserons l’épuisement par des sorts et des potions d’endurance. Nous pourrions encore surmener nos muscles, mais pour cela, nous avons des cataplasmes et des médicaments. »

Même si nous pouvions charger nos corps de héros avec beaucoup de tension et les forcer à bouger, même s’ils étaient surchargés, cela ne voulait pas dire qu’il n’y avait aucun dommage.

Nous guérissions plus vite que les gens normaux et nous pouvions contrer les conséquences avec des consommables, mais il y avait toujours une limite. Ara-san m’avait raconté quelques détails, avec ses vastes connaissances sur le système du héros.

D’abord, vous ne mourriez pas tout de suite, juste parce que vous êtes à 0 Point d’Endurance, mais vous entrerez dans un état de délire, qui pourrait alors conduire à la mort. Quelques-uns des héros alfar qui étaient retournés à Aroahenn lui avaient dit que l’un d’eux était mort, en surmenant son corps pendant trop longtemps.

Deuxièmement, si vous avez trop de douleurs musculaires, de muscles contractés, d’entorses, d’épuisement, de faim et d’autres problèmes mineurs les uns après les autres, il y a la condition « Usé » qui, pour une raison quelconque, ne pouvait être soignée que par le repos pendant une journée. Il n’y avait aucun sort ou objet connu qui puisse le supprimer.

Est-ce un hasard, ça ?

Ara-san avait de nombreuses théories sur la façon dont le système du héros avait changé notre biologie, mais ce genre de choses faisait qu’il était difficile de comprendre comment cela était censé fonctionner exactement.

Eh bien, nous devions le contester pendant un moment.

Quand Kyou-san sera prête, nous accélérerons. J’avais à peu près deviné à quel point nous pouvions aller plus vite, sans nous approcher trop près d’un malaise.

Pendant le voyage, je tiendrais la main de Kyou-san, c’était le maillon faible, et quand elle montrait des signes de tension, je le saurais tout de suite.

Il suffisait de faire comme une séance standard de tenue de main.

« Pourquoi me regardes-tu tout le temps ? » Mais elle ne manquait pas de m’ennuyer.

« Est-ce que ça va ? » Au lieu d’expliquer mes pensées, j’avais décidé de m’assurer qu’elle se sente bien. Je pouvais regarder son statut, mais à la fin, ce n’était que des chiffres.

« Depuis quand te soucies-tu de mon bien-être ? » demanda Kyou-san.

« Kyou-san, je te demande juste si tu vas bien. » Je n’avais pas le temps de me chamailler, j’essayais encore de savoir si j’osais allonger le temps du voyage ou raccourcir les pauses entre les deux.

« … » Le visage de Kyou-san se tourna vers l’avant, sans même me regarder. « Je ne me sens pas bien. J’ai encore un peu mal à l’estomac, le rhume persiste, même s’il est refoulé, et —, » elle serra sa main gauche, libre. Ses yeux se dirigèrent directement vers l’anneau de son doigt. « Il se passe beaucoup de choses. »

Je n’avais pas demandé ça. Est-ce que ça sert à quelque chose ?

« Aussi…, » Kyou-san se tourna à nouveau vers moi. « Toi. Tu ne le fais pas. Dis-le-moi. » Elle me poignarda sur le côté avec son doigt. « Tu me disais chaque fois que tu faisais des projets ou que tu avais des soucis pressants, mais maintenant tu ne demandes qu’à Arako et tu me traites, comme si j’étais une sorte de nuisance ! »

« Tu es — ! » Elle m’avait pincé. En quoi le fait d’être pincé peut-il être si douloureux, si vous avez un tas de [Vitalité] et de PV ? Ça n’a pas de sens !

« Je te dérange peut-être, mais tu me déranges. Alors on est quittes ! »

J’avais pris sa main de mon côté et je l’avais tenue fermement, mais maintenant que nos quatre mains étaient entremêlées, nous avions de la difficulté à marcher, alors j’avais relâché la main qui pinça à nouveau. « Alors, pourquoi es-tu en colère ? »

« Tu m’ignores, moi et mon opinion ! Nous en faisons tous les quatre partie, et même si j’ai accepté de te laisser faire les appels, cela ne veut pas dire que tu ne devrais pas nous impliquer ! Tu n’es que le chef au combat ! » déclara Kyou-san.

« Donc je devrais aussi impliquer Rine ? » demandai-je.

« Oui ! » répondit-il.

« Mais… nous ne l’avons jamais impliquée dans la prise de décision avant ! » déclarai-je.

« Maintenant, c’est différent ! » déclara Kyou-san.

« Parlez-vous tous les deux de moi ? » Rine s’en était mêlée avec bonheur, quand elle entendit son nom prononcé.

« Ouf… Rine, on en reparlera plus tard, » je ne me sentais toujours pas bien à propos de la scène de tout à l’heure. « Et Kyou-san, réponds à ma question : penses-tu que tu peux maintenir ce rythme ? »

Kyou-san cligna des yeux plusieurs fois. « Est-ce de ça que tu parlais ? »

« Bien sûr que oui. Quoi d’autre ? » demandai-je.

« … » Elle avait clairement avalé quelques mots. « Je crois que j’ai besoin d’un peu d’éducation physique bientôt. Dois-je jeter le sort ? »

« Pour commencer. J’aimerais limiter autant que possible les pots de Points d’Endurance que nous utilisons dès maintenant. Mais garde au moins la moitié de ton mana. On utilisera des pots quand tu auras dépassé ça, » déclarai-je.

« D’accord… »

Ce rythme de voyage était un peu pénible, mais maintenant que nous en avions fini avec le campement, je devais dire que j’étais fier de nous. Nous avions presque doublé la distance, même si j’étais un peu inquiet pour une autre raison.

Le nombre de biens que nous devions utiliser pour maintenir ce rythme à la hausse rendait moins attrayant le fait de le faire de façon répétée. Les sorts de Kyou-san étaient bon marché, tant qu’on ne se battait pas durement, mais pas les pots d’endurance et les médicaments contre le rhume.

Nous pouvions nous réapprovisionner en médicaments, mais pour cela, Kyou-san avait besoin d’une préparation, cela prendrait du temps et des herbes.

De plus, je ne savais pas trop où nous pourrions acheter d’autres pots d’Endurance à partir de maintenant, car nous ne prévoyons pas exactement d’atteindre de nombreux villages avant d’arriver à Zethtrin.

Kyou-san pourrait peut-être aussi apprendre à composer un substitut, mais pour l’instant, elle ne pouvait pas.

Soit dit en passant, Kyou-san résistait beaucoup mieux qu’Ara-san, qui dépensait juste plus de points d’endurance que le reste d’entre nous. Était-ce parce qu’elle est une alfr ? Je ne sais pas, mais Ara-san avait le plus besoin des consommables.

Je devrais y jeter un coup d’œil plus tard.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire