J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 7 – Chapitre 169 – Partie 2

***

Chapitre 169 : Les aveux d’une mère

Partie 2

Habituellement, un conjoint puissant signifiait aussi un bon atout de guerre. Même si la relation entre Graymore et moi n’était pas comme ça, de temps en temps, nous faisions appel à la force de l’autre. Dans mon cas, c’était pour quand les nobles me dérangeaient, et je voulais être là pour Sunsun. Quant à lui, quand il voulait tester ses donjons ou collecter des matériaux auprès de certains monstres puissants en dehors du continent des démons.

Il y avait beaucoup de démons qui voyaient la force d’une démone comme quelque chose qu’ils devaient posséder et qu’ils devaient ensuite exercer contre tous ceux qu’ils considéraient comme leurs ennemis.

« Se battre ? Que veux-tu dire ? » demanda-t-elle.

« T’a-t-il forcée à te battre pour lui ? A-t-il abusé de ta force de quelque manière que ce soit ? » demandai-je.

« Non, mère. Ma force actuelle est le résultat de mon propre entraînement et aussi de l’aide assidue d’Illsy. Sans lui, je n’aurais jamais pu me battre comme ça ! » répondit-elle en me montrant un doux sourire.

En la regardant dans les yeux, je n’avais pas pu apercevoir un seul mensonge ou une seule douleur. Il n’y avait pas non plus de raison pour elle de me mentir ou de le défendre au cas où il serait en fait plus faible qu’elle. Mais quand je l’avais regardé, je n’avais vu qu’un homme stupide qui se roulait par terre avec mon mari, lui arrachait les cheveux et lui criait dessus comme un enfant de cinq ans.

En poussant un soupir, j’avais fermé les yeux et j’avais essayé de réfléchir à tout cela une fois de plus. Il y avait beaucoup de choses qui n’avaient pas de sens, surtout la façon dont son mari se comportait. S’il était vraiment un tel bâtard de Donjon pourri que je pensais qu’il était au départ, il ne se serait pas comporté comme ça.

J’avais rencontré beaucoup de démons et de mâles des autres espèces, qui se comportaient comme des bâtards arrogants qui ne savaient jamais quand s’arrêter. Le Haut Demio que ma fille avait vaincu aujourd’hui était sans doute l’un d’entre eux.

Je ne peux pas le voir comme étant à cet homme, Illsyore. Mis côte à côte, la façon dont il s’est présentés, la façon dont il a parlé, la façon dont il a réagi quand son adversaire l’a submergé, ce n’était pas la même chose, mais surtout, je ne peux pas croire que ma fille puisse verser des larmes pour quelqu’un comme ce Demio. J’avais alors repensé à la façon dont ma fille s’était présentée dès le premier instant où elle avait mis le pied sur le continent.

Une fois que j’avais su qu’elle était revenue, j’avais demandé à mon plus fidèle chevalier royal d’enquêter réellement sur tout ce qu’il pouvait sur la première apparition de ma fille et ses activités depuis lors. Il m’avait fait part de ses découvertes plus tôt dans la journée avant que nous nous mettions en route pour le terrain.

Parce qu’elle était une si belle démone, forte, sûre d’elle et complètement différente de la façon dont elle s’était représentée il y a un siècle, elle s’était manifestement distinguée dans la foule. Elle avait aidé son frère Eventel et avait donné une bonne raclée à Solstark. La nouvelle de ses exploits s’était répandue comme une traînée de poudre. Puis, son apparition dans la capitale avait été remarquée par la façon dont elle s’était comportée devant les autres Demios. L’auberge où elle comptait séjourner n’avait que du bon à dire à son sujet, notamment sur le respect qu’elle leur portait. Le fait qu’elle n’ait pas fait de farces jusqu’à présent était le fait le plus surprenant et le plus important de tous.

C’était un signe clair de sa maturité et de sa sagesse.

En tant que mère, lorsque j’avais écouté ce rapport, j’avais été surprise, mais pour une raison différente. La confiance dont elle faisait preuve était le signe qu’elle n’était pas la même petite fille faible que j’avais connue autrefois. Elle ne se sentait pas inférieure aux démons qui l’entouraient et n’était plus triste d’être laissée à l’écart de diverses activités par ceux qui l’entouraient. Le fait qu’elle ait montré assez de force pour vaincre un Duc du Chaos signifiait que pendant son voyage loin de chez elle, elle avait réussi à trouver le pouvoir dont elle avait toujours rêvé quand elle était enfant.

Mais le plus important, pour moi, c’est qu’elle n’était pas aussi solitaire et désireuse d’attirer l’attention qu’il y a un siècle. À l’époque, tous ceux à qui elle faisait une farce ne se vengeaient jamais vraiment, à la fois par peur et par respect envers moi, mais aussi parce qu’elle était faible et fragile. Si les chevaliers ne faisaient pas attention à elle, ils pouvaient facilement lui infliger des bleus, la blesser ou lui casser un membre. Pour cette raison, ils gardaient leurs distances avec elle et agissaient avec beaucoup de retenue.

Lorsqu’une Demio du Sud s’était mise en colère contre sa farce et l’avait giflée, mon mari et moi étions allés lui rendre visite… avec notre intention meurtrière complètement déclenchée. La tragédie qui avait suivi cet événement avait été une leçon pour tous les autres imbéciles qui oseraient faire du mal à mes précieux enfants. Je n’étais pas intervenue lorsqu’ils étaient adultes et responsables de leurs propres actions et paroles, mais tant qu’ils étaient encore dans mon palais, je ne pardonnais aucune tentative de leur faire du mal.

En raison de la faiblesse de Nanya, même ses propres frères et sœurs devaient faire attention à la façon dont ils jouaient avec elle, bien que, avant que je ne m’en rende compte, les chamailleries innocentes entre enfants se soient transformées en insultes et en intimidation. Je ne savais pas comment réagir à ce moment-là, tout ce que je pouvais faire était d’accepter la petite Nanya dans mes bras et de la calmer. Une simple étreinte de sa mère était souvent la seule chose dont elle avait besoin, mais peut-être… Avais-je tort ? Peut-être qu’elle gardait tout à l’intérieur ?

La façon dont elle avait crié aujourd’hui, son élan vers son père, c’était choquant…

Il y avait un côté de ma petite fille que je ne connaissais pas, et cela m’avait attristée et m’avait déçue de ne pas l’avoir remarqué. J’avais balayé sa réaction apparemment innocente, en pensant que ce n’était rien de trop grave, mais il semblait que… avec le temps, je ne voyais pas la vérité.

Il était plus qu’évident pour moi maintenant que ce qu’elle avait vécu sur les continents scellés l’avait conduite à grandir et à se développer en une merveilleuse démone, mais ses ecchymoses et ses égratignures d’enfance restaient encore gravées sur son cœur, lui faisant mal à chaque battement quand elle s’en souvenait.

Peut-être… Je n’ai jamais accepté qu’elle ait grandi et soit partie loin de moi, dans un endroit où je ne pouvais même pas être en contact avec elle par quelque chose d’aussi simple qu’une lettre ? Mes autres enfants mènent peut-être leur propre vie en dehors de la capitale, mais ils restent en contact avec une lettre ou une visite de temps en temps. Je sais ce qu’ils font, comment ils ont été, mais ce n’était pas la même chose avec Nanya…, avais-je pensé puis j’avais regardé la démone dans mes bras, qui pleurait et souffrait bien qu’elle soit assez puissante maintenant pour me prendre le trône. « Je suis désolée, ma petite… Je ne voulais pas te faire pleurer… Je voulais juste… J’ai juste manqué ma petite fille qui s’est jetée à mes pieds et a essayé de faire l’idiote chaque fois qu’elle le pouvait… J’étais… J’avais peur que lorsque tu étais hors de ma portée… Je… Je ne serais pas capable de te protéger…, » avais-je dit et je l’avais serrée dans mes bras. « Je suis désolée. »

« Mère…, » dit Nanya en pleurant.

« Quand j’ai entendu que tu étais partie… Je suis allée te chercher… la barrière m’a arrêtée, alors quand tu m’as dit que tes enfants étaient là-bas, je me suis souvenue de ce jour… ce jour où j’ai frappé comme une démone folle sur la barrière et pourtant je n’ai pas pu la briser, » lui avais-je dit alors que des larmes salées et chaudes s’étaient accumulées dans les coins de mes yeux, puis avaient coulé lentement sur mes joues.

Sans mes ailes qui nous avaient couvertes toutes les deux, je n’aurais peut-être pas eu le courage de le faire. Pleurer en public n’était pas un acte digne d’une impératrice.

« Quand tu es revenue… j’ai eu peur… J’avais peur que cet homme que tu as appelé ton mari soit quelqu’un de désagréable… comme ce démon contre lequel tu t’es battue aujourd’hui, » déclarai-je.

« Maman, pourquoi ne m’as-tu pas dit tout ça ? Pourquoi n’as-tu pas demandé ? Pensais-tu que je ne répondrais pas ou que j’essaierais de te mentir ? » me demanda-t-elle.

« Non… je… eh bien… Ce n’est pas quelque chose qu’une impératrice respectable ferait, n’est-ce pas ? » Je laissais échapper une toux sèche.

Elle avait levé les yeux vers moi et avait cligné des yeux, surprise.

« Quoi ? Votre femme est une tsundere ? » avait demandé son mari qui se moquait actuellement de mon mari.

« Une quoi ? Je n’ai aucune idée de ce que c’est ! Et comment osez-vous écouter leur conversation privée ? » Il avait rugi et l’avait repoussé, maintenant c’était lui qui lui tirait les cheveux.

« Que font-ils ? » demanda Nanya, puis elle ricana.

« Je suppose… qu’ils sont devenus amis ? » avais-je répondu en penchant la tête vers la gauche.

« JE NE SUIS PAS SON AMI ! » répondirent-ils tous deux en même temps.

En les entendant, j’avais cligné des yeux, surprise, puis j’avais regardé Nanya qui me regardait, nous avions juste gloussé.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Tout est bien qui finit bien...
    Je pense...
    J'espère...
    Bonne chance avec les beaux parents Illsy !

Laisser un commentaire