J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 7 – Chapitre 168 – Partie 2

***

Chapitre 168 : La colère de la fille envers ses propres parents

Partie 2

« Je…, » elle s’était arrêtée et elle avait jeté un rapide coup d’œil à Illsy, qui se remettait.

« Comment cette chose peut-elle te rendre heureuse ? Nous sommes tes parents ! Nous savons mieux que quiconque ce qui te rend heureuse ! » rétorqua mon Père en lui jetant un regard haineux.

« …, » j’avais baissé la tête et je n’avais rien dit.

Un moment de silence était tombé sur le terrain. Même les Demios qui regardaient de loin attendaient de voir comment ce moment de drame allait se dérouler.

Mes parents avaient affirmé qu’ils savaient tout sur moi. Ils prétendaient qu’ils me protégeaient pour mon propre bien, mais je savais que ce n’était que leur propre monde imaginaire. D’une certaine manière, ils s’étaient retrouvés avec l’image d’un moi inutile depuis que j’étais encore jeune… ou peut-être qu’ils ne pouvaient pas accepter le fait que j’avais choisi un donjon comme mari.

« Qu’est-ce qui me fait sourire chaque fois que je me réveille le matin ? » avais-je demandé.

« Quoi ? » Père était confus, et Mère avait probablement froncé les sourcils.

« Vous avez dit que vous saviez ce qui me rend le plus heureuse… alors, dites-moi…, » je les avais regardés droit dans les yeux, des larmes coulant encore sur mes joues. « Qu’est-ce qui me fait sourire chaque fois que je me réveille le matin ? »

« Bien sûr, nous, en sachant que nous te protégeons ! » Père avait essayé de répondre.

« De la nourriture ? » Maman avait donné une réponse que j’aurais attendue de Tamara.

« Qui ne puis-je pas attendre de voir le matin ? » leur avais-je demandé.

« Euh… toi-même dans le miroir ? » Père avait donné une autre réponse bizarre.

« … » Mère s’était abstenue de répondre.

Elle regardait en bas, un sillon sur son front. Elle avait peut-être réalisé qu’elle ne me connaissait pas si bien que ça.

« Que dois-je faire la moitié de la journée, cinq jours de la semaine, et qui est également l’une de mes activités préférées ? » leur avais-je demandé.

« Manger et dormir ? » répondit le père.

« Faire des farces ? » Mère s’était sentie confiante dans sa réponse.

« Qui sont mes meilleurs amis ? » leur avais-je demandé.

« … » aucun n’avait répondu.

« Illsy ? » demandai-je en regardant vers lui.

« Voyons voir… Première question, quand je t’embrasse le matin et te donne un baiser ? » Il m’impressionnait un peu. « Pour la deuxième question, je vais parier que c’est d’abord Kormian et Natrasku, puis Anette et Bachus, » il avait hoché la tête avec confiance, et j’avais senti ma colère diminuer. « Pour la troisième question, c’est évidemment l’enseignement. Tu aimes enseigner aux étudiants de l’Académie de Magie de Fellyore et maintenant à l’Académie de Magie d’Illsyorea. Cela te donne plus d’énergie que tu ne devrais en avoir, ce qui t’amène à me faire des blagues 8 fois sur 10. Pour la dernière question, évidemment Shanteya, Ayuseya, Tamara et Zoreya. Je suis ton meilleur ami, ton amant et ton mari. » Il avait ri.

« Quoi ? » Père plissa son front, confus.

« Mère… père… » avais-je dit en les regardant. « Vous ne m’avez pas vu depuis cent ans… Comment avez-vous pu penser que je suis la même qu’à l’époque ? Là-bas… » Je pointais vers les trois continents. « J’ai vécu les hauts et les bas de la vie. J’ai vécu beaucoup de choses. Je me suis fait des amis et des ennemis… Je suis tombée amoureuse de cet homme, ici même, et j’ai une vie à moi, avec mes propres rêves et espoirs, en dehors de ce royaume… en dehors du Continent des Démons qui ne pouvait pas m’accepter parce que j’étais trop faible ! » leur avais-je dit ça puis je m’étais arrêtée.

En regardant en bas, je voulais desserrer les poings, mais ce n’était pas suffisant, il y avait plus à leur dire. Même si ce n’était pas le plus agréable des lieux, ce n’était pas non plus comme si je pouvais demander un changement de lieu. Père n’avait pas baissé sa garde et Mère non plus. Illsy était aussi un peu à la limite, donc une bataille pouvait commencer à tout moment maintenant, ce que je voulais vraiment éviter.

« Nanya… Je…, » déclara Mère en essayant de m’atteindre, mais elle s’était arrêtée et avait regardé ailleurs.

Je ne savais pas ce qui se passait dans leur tête, mais j’espérais juste qu’ils se rendaient compte que ce qu’ils faisaient maintenant… ce qu’ils faisaient ici n’était pas bien. Mon mari ne méritait pas d’être traité comme ça et moi non plus.

Même s’il avait fait une apparition plutôt imposante, ce n’était pas une excuse pour essayer de le tuer.

« Savez-vous qui sont Natrasku et Kormian ? » avais-je demandé en regardant ma mère.

« Non…, » répondit-elle.

« Ils sont la raison pour laquelle j’ai voulu venir ici sur ce Continent des Démons en premier lieu… Ce sont mes deux fils, vos petits-enfants, Kormian est un bébé Coeur de Donjon bleu, tandis que Natrasku est un bébé mi-donjon mi-démon. Ils ont tous les deux 9 mois et 4 jours exactement, et ils me manquaient énormément tout le temps que j’étais loin d’eux, mais je ne voulais pas laisser mes propres parents en dehors de leur vie. Vous êtes leurs grands-parents, mais même moi, je ne me doutais pas que vous alliez essayer de tuer leur père, l’homme que j’aime et que j’ai épousé ! » leur avais-je dit.

Mère avait été choquée par ma soudaine confession, je pouvais le voir clairement sur son visage maintenant. Le masque de glace qu’elle portait s’était effondré, mais je ne savais pas si cela allait être une bonne nouvelle pour elle ou non. Quant à mon père, il me regardait avec une bouche grande ouverte, mais cela n’avait pas duré longtemps.

« COMMENT OSEZ-VOUS TOUCHER MA PETITE FILLE ! » cria-t-il, puis, les larmes aux yeux, il se lança sur Illsy.

« Attendez ! Quoi ? » Illsy avait à peine réussi à réagir alors qu’il avait levé les mains pour se défendre de son attaque.

Un nuage de fumée s’était élevé autour d’eux alors que les coups de tonnerre se succédaient. Père attaquait sans relâche, tandis qu’Illsy se défendait de son mieux. Quand j’avais essayé de me diriger vers eux pour les séparer, ma mère m’avait arrêtée.

« Nanya… est-ce vrai ? Tu as donné naissance à un Donjon et à demi Donjon puis tu es venue ici ? » demanda-t-elle, mais je voyais qu’elle avait les larmes aux yeux.

« Oui…, » avais-je répondu.

« Petite fille stupide ! Comment vas-tu rentrer chez toi maintenant ? » demanda-t-elle alors qu’elle m’enlaça soudainement et nous couvrit de ses ailes pour éviter d’être vue par les autres Demios présents.

« Hein ? » J’avais cligné des yeux et je ne savais pas comment réagir aux larmes de ma mère et surtout à ses paroles.

« ESPÈCE DE FILS DE… » cria le père.

« Techniquement, je n’ai qu’un père ! » rétorqua Illsy en esquivant un coup de poing.

« Restez tranquille pour que je puisse vous tuer ! » rugit le père.

« Ne peut-on pas simplement en parler ? Comme des donjons adultes ? S’il vous plaît, beau-père ? » Illsy avait essayé de l’apaiser.

« BÂTARD ! NE M’APPELEZ PAS COMME ÇA ! »

« Je ne peux pas vous appeler “donjon fou”, hein ? »

« Vous voulez mourir ! Vous voulez à tous les coups mourir ! »

« Non, je ne veux pas ! Le Dieu des gros seins m’en est témoin ! »

« Quelle sorte de divinité perverse est-ce là ? Comment ce bâtard ose-t-il toucher ma fille ? »

Ils avaient continué à se battre et à se chamailler comme ça, mais les attaques… elles ne semblaient pas aussi mortelles qu’avant. La nature oppressive et la puissance des coups de poing de père avaient disparu.

« Nanya, ma douce… que feras-tu maintenant que tu ne peux plus retourner auprès de tes enfants ? » demanda ma mère.

« Hein ? »

J’étais… J’étais confuse.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires :

  1. Que le Dieu des gros seins en soit témoin, Illsy est un ensemble de plusieurs donjons anciens que même les dieux étaient conscient de leurs forces, la barrière est semblable à celle de l'île des boss, donc il peut la traversé oklm.
    Merci pour le chapitre, j'attend la suite avec impatience.

Laisser un commentaire